Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 10:00
Enorme ! L'AFP innocente Blé Goudé ! (#CPI #ProcèsDeLaHonte #FreeGbagbo #AlaSantéDeFatouLaFat)

Voici ce que ce matin un de nos honorables correspondants nous envoie :

"le témoin d'hier a dit que les "dioulas" ont été agressés après un meeting de blé goudé le 25 février 2011

or voici une dépêche afp qui indique JUSTEMENT que l'attitude pacifique de Blé Goudé irritait les jeunes patriotes et le mettait dans une situation d'insécurité politique et personnelle"

Mis en ligne initialement le 25 février 2011

Sous le titre :

Yopougon: Blé Goudé provoque une fois de plus l'ONUCI

Charles Blé Goudé, ministre et chef des « patriotes » partisans du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo, a appelé vendredi les jeunes à « s’organiser en comités pour empêcher « par tous les moyens », la force de l’ONU dans le pays de circuler lors d’un rassemblement vendredi à Abidjan.

« Je demande à la jeunesse de Côte d’Ivoire de s’organiser en comités pour empêcher l’Onuci (Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire, ndlr) de circuler par tous les moyens », a-t-il lancé devant quelque 3.000 personnes dans le quartier pro-Gbagbo de Yopougon (ouest).

« Aujourd’hui ce ne sont pas les rebelles qui nous font la guerre, c’est l’Onuci qui nous la fait », a-t-il affirmé, appelant à créer des « comités d’autodéfense dans les quartiers ».

« Il faut éviter de tomber dans le piège de la guerre civile », a-t-il toutefois déclaré.

« C’est le piège que nous tend l’ennemi. Je ne veux pas qu’à leur casse vous répondiez par la casse », a dit le ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo.

La réunion publique s’est terminée dans une ambiance houleuse, et Charles Blé Goudé a été chahuté à sa sortie. Des militants ont manifesté leur colère, réclamant un mot d’ordre d’aller combattre le camp Ouattara ou de prendre le « Golf », l’hôtel qui sert de QG au camp adverse.

« On veut libérer, on veut libérer, on veut se battre! », criaient certains.

« Nous sommes dans nos quartiers en train de souffrir et lui nous parle d’être calmes, c’est de la foutaise! On veut aller assiéger l’Onuci. On va mourir, c’est vrai, mais on va libérer notre pays! », a expliqué à l’AFP un groupe de jeunes militants.

La Côte d’Ivoire et Abidjan en particulier connaissent depuis une semaine une flambée de violences entre partisans ou forces armées loyales à M. Gbagbo et sympathisants d’Alassane Ouattara, reconnu président par la communauté internationale.

Dans un communiqué publié à l’issue du conseil des ministres de jeudi, le gouvernement Gbagbo a dénoncé « l’attitude complice des forces onusiennes » dans « l’infiltration » de « rebelles » dans plusieurs quartiers d’Abidjan.

Le camp Gbagbo réclame depuis décembre le départ de l’Onuci, qu’il accuse d’avoir pris parti pour son adversaire.

(©AFP)

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 23:00
#Gastronomie / Babette de Rozières, gagner avec Pécresse sans perdre Hidalgo (#Vidéo #QuestionsDuGriGri)

Ajoutée le 18 janv. 2016

#Gastronomie / Babette de Rozières : gagner avec Pécresse sans perdre Hidalgo (#QuestionsDuGriGri #SAGASDOM #DomTom)

7 janvier 2016, à l'heure où un nouveau "barbu" se réclamant, dit-on, de Daech (ou Daesh), se faisait tuer devant un commissariat du 18ème arrondissement de Paris... à l'Hôtel de Ville, la cheffe cuisinière, restauratrice, animatrice télé et auteur à succès Babette de Rozières présentait en conférence de presse la deuxième édition du Salon de la gastronomie des Outre-mers, à Paris en février prochain.
L'occasion pour le Gri-Gri, de retour dans les mondanités, de se pencher sur cette dame capable de gagner aux régionales avec Valérie Pécresse (Les Républicains) sans perdre l'amitié et le soutien d'Anne Hidalgo (Socialiste), maire de Paris...

Texte & lecture : Grégory Protche, Dictateur-adjoint du
www.legrigriinternational.com

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 19:01
#Mélenchon / J'irai chercher Gbagbo à La Haye !  (#CPI #Ouattara #Françafrique)

Ajoutée le 13 janv. 2016

#Mélenchon ira chercher #Gbagbo à La Haye !

Le 11/01/2016, au siège du Parti communiste français, Jean-Luc Mélenchon, responsable du front de gauche, a renouvelé ses positions favorables au président ivoirien Laurent Gbagbo et pris l'engagement s'il était élu d'aller chercher Laurent Gbagbo à La Haye, où il est emprisonné, depuis presque 5 ans, dans une non-situation "préventive", traité plus mal que le dernier des violeurs d'enfants, en attendant un illégitime et immoral "procès", intenté par une Cour qui n'est ni pénale ni internationale, mais bien politique et occidentale...

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 17:30
#Congolité du rap français (#Bantunanisation #SapéCommeJamais #Gims #Niska)

SOURCE

Article initialement paru sous le titre : Quand le rap français prend l’accent congolais

Il cumule tous les superlatifs. Maître Gims est devenu en moins de deux ans l’un des artistes les plus importants de la scène musicale française. Le chanteur de 29 ans, né à Kinshasa (République démocratique du Congo), est en tête de tous les classements des ventes de disques depuis la sortie, en août, de son dernier album Mon cœur avait raison. Son premier album, Subliminal (2013), a été vendu à plus d’un million d’exemplaires.

Avec Niska, également d’origine congolaise et autre phénomène récent de la scène rap, Maître Gims a pris d’assaut Planet Rap, l’émission de Fred Musa sur Skyrock, la première radio urbaine enFrance. Cela est symptomatique de la nouvelle direction empruntée par le rap français : puiser dans le patrimoine culturel africain. La chanson « Sapés Comme Jamais », extraite de l’album Mon cœur avait raison de Maître Gims, reprend de manière décomplexée les thèmes de la musique congolaise : la sapologie, l’extravagance et l’ambiance survoltée de la RDC.

Comme tout courant musical, le rap a ses codes. Des codes qui se sont, eux aussi, adaptés à la réalité française. « Dans un premier temps, les rappeurs se revendiquaient des quartiers et des cités, ils évoquaient des codes postaux de la banlieue parisienne “Je viens du 9-1, 9- 2, 9-3”... Aujourd’hui, il y a plutôt le besoin de rappeler ses origines ancestrales », analyse Philo Moanda, directeur et créateur du label Bomayé dont est issu le rappeur Youssoupha, fils du défunt roi de la rumba congolaise, « Seigneur » Tabu Ley Rochereau. « Tous les jeunes des cités qui font du rap savent qu’ils ne sont pas des Américains. Ils grandissent dans cette culture congolaise qui prend par les tripes », ajoute Philo.

Entrecouper ses textes d’un refrain en lingala (la langue la plus parlée au Congo-Kinshasa), entremêler des riffs de guitare rumba sur des beat urbains ou raconter son quotidien avec le regard d’un jeune immigré congolais en France est devenu l’apanage de cette nouvelle génération de rappeurs en « conversation permanente » avec leur pays d’origine. Le phénomène « Ngulu » y a largement contribué.

Au début des années 2000, certaines stars de la musique congolaise commencent à se livrer à un trafic juteux de visas. Ils font venir en Europe de jeunes gens issus des « quartiers populaires de Kinshasa » en les faisant passer pour des musiciens ou des danseurs. Cela a laissé des traces sur les jeunes de la diaspora congolaise à Paris.

« Au lieu que ces jeunes de Kinshasa s’intègrent, ce sont les jeunes d’ici qui se sont intégrés à eux. J’ai grandi dans ce milieu-là, au milieu des répétitions des spectacles de Papa Wemba », se souvient Tito Prince, auteur et producteur de Toti Nation, son opus sorti le 14 août et depuis numéro deux des ventes numériques. Prince, de son vrai prénom, est un ovni dans le hip-hop français. Il manie l’art du storytelling avec habileté et n’hésite pas à raconter le parcours du « jeune noir né en France ». Tito Prince est le fils JP Tshiamala, le producteur de Koffi Olomidé et de Viva la Musica, entre autres.

Une empreinte plus personnelle

La « congolisation » du rap français ne se résume pas à scander des mots tels que niama (animal), shégué (enfants des rues) ou ndeko (frère), mais à une volonté de laisser une empreinte plus personnelle, plus subtile. « Quand certains rappeurs chantent, on dirait du lingala français », estime Tito Prince, comme pour rappeler une proximité « naturelle » entre la culture française et les cultures africaines.

« Les rappeurs américains font référence à l’Afrique sur un mode plus fantasmagorique, sur l’appel à l’unité de tous les pays africains, le panafricanisme. Une Afrique qui fait encore référence à l’esclavage. Sur le mode de celui qui n’a jamais été là-bas. Les rappeurs français, eux, ils connaissent l’Afrique », analyse le sociologue Anthony Pecqueux, auteur de l’essai Voix du rap(L’Harmattan, 2007).

Bisso na Bisso, le collectif rap de français dont les membres sont originaires de la République du Congo, avait amorcé ce processus de « congolisation » à partir de 1999. Une décennie et demi plus tard, les succès populaires de Gradur, Niska, Tito Prince, Maître Gims ou Youssoupha ne sont pas les révélateurs d’un « communautarisme au sein du rap français ». Ils sont plutôt la preuve que ce genre continue d’évoluer et qu’il est capable de toucher un public plus large.

TEXTE : AMANDA WINNIE KABUIKU

Published by Gri-Gri International AMANDA WINNIE KABUIKU - dans Rap Music Arts & culture Gos et Gars du moment Musique
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 17:00
#CPI / Laurent #Gbagbo vous remercie pour votre soutien ! (#Vidéo #ProcèsDeLaHonte #AfricaForum #KonéKatinan)

#CPI / Laurent Gbagbo remercie ceux qui se mobilisent pour lui (#CPI #AfricaForum #KonéKatinan)


En exil depuis avril 2011 au Ghana, qu'il rallia à pied depuis Abidjan en guerre, refusant "l'hospitalité" si coûteuse de la France et de l'ONU, préférant l'incertitude, la clandestinité et la précarité dans l'honneur, Justin Koné Katinan, fut ministre du Budget du dernier gouvernement ivoirien légitime, car élu et non installé par Nicolas Sarkozy. Celui que nomma Laurent Gbabo en décembre 2010.
Celui à qui la Côte d'Ivoire et ses centaines de milliers de fonctionnaires doivent d'avoir pu continuer de percevoir leurs salaires alors même que la France avait déclenché une asphyxie financière et économique sans précédent (qui achève de démontrer que les Etats d'Afrique francophone sont "fragilisés" monétairement par le franc CFA) en vue de faire flancher un président Gbagbo jamais lâché par aucun corps constitué ni aucune administration.
A peine arrivé au Ghana, Justin Koné Katinan fut désigné par le président Gbagbo, incarcéré, comme Porte-parole.
Aussitôt, il se rendit dans diverses capitales africaines, afin d'y plaider la cause ivoirienne. Le régime Ouattara le comprit si bien qu'il alla jusqu'à commaditer des commettre des actes inacceptables, au Ghana même, à son retour d'Afrique du Sud, en vue de faire taire Koné Katinan le porte-parole de Gbagbo, et, surtout, de l'empêcher de voyager et mener à bien sa mission diplomatico-politique.
Pour autant, Justin Koné Katinan, bien que bloqué de fait à Accra, n'en continue pas moins d'écrire, d'interpeller et de répondre aux interviews. De porter la parole de celui à qui la Côte d'Ivoire doit le multipartisme et la démocratie.


Entretien réalisé par le professeur et journaliste Michel Galy, à Accra, en janvier 2016.
Montage www.legrigriinternati
onal.com

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 15:00
#CPI / Fatou Bensouda, la honte de l'Afrique, par Calixthe Beyala (#Gbagbo #ProcèsDeLaHonte)

Fatou BENSOUDA procureur de la Cour Pénale Internationale : Une honte pour l'Afrique.
Nous avons presque le même âge, Fatou et moi... Des femmes d'origine Africaine, nées bien après les indépendances, c'est-à-dire que ni elle ni moi, n'avions connu l'esclavage, la colonisation et encore moins le code de l'indigénat !

Pourtant, pourtant Fatou Bensouda apparaît chaque jour un peu plus comme une pauvre chose, une Africaine au cerveau encerclé de chaînes, aux pieds liés, pliée sous le poids des coups de fouet donnés par le maître. Elle obéit au doigt et à l'oeil à tous les désidératas de ceux qui piétinent et avilissent l'Afrique. Il est à craindre qu'elle serait prête à brader son pays, à soumettre son peuple si l'Autre le lui demandait. Elle se montre aussi zélée qu'une ânesse folle, sautillant de droite à gauche, s'activant avec une telle fougue afin de recevoir l'approbation du colonisateur. Elle est prête à vendre son âme au diable et à ses cornes pour quelques pépites de chocolat par eux jetées, oublieuse que c'est sa terre natale qui produit le cacao.

Et la voilà à harceler Laurent Gbagbo parce qu'ainsi le veut le Maître, à vouloir le garder en prison, parce que le maître souhaite se débarrasser de tous les négrillons empêcheurs d'exploiter en toute quiétude.

Toute honte bue, notre Fatou BENSOUDA, grosse parce qu'emplie des restes d'une mauvaise soupe du maître, vient de jeter son dévolu sur Simone Gbagbo, une femme africaine hors pair, une extraordinaire militante, grande défenderesse de l'Afrique. Une insoumise ! Une rebelle ! Une femme de caractère ! Des qualités qui font hélas défaut à BENSOUDA. La voilà à réclamer à cris et en aboiements le transfèrement de cette brave Simone à La Haye.

Mais qu'a-t-elle donc fait Simone ? Rien. Oh, si ! Elle a eu la mauvaise idée d'être l'épouse de Laurent Gbagbo. Mais encore ? Elle pourrait se présenter à la présidentielle de 2015, ce qui empêcherait l'exploitation gratuite du cacao Ivoirien, du pétrole ivoirien, du diamant ivoirien, car à ne point en douter, Simone ne le permettrait pas !

Et la Bensouda, croit qu'elle existe alors qu'en réalité elle n'est rien d'autre qu'une esclave, une contremaîtresse des prisons pour nègres. Elle se donne des airs, la pauvresse. Elle se dit que si le maître est content, alors tout va bien dans le meilleur des mondes. Et elle pousse l'absurde jusqu'à l'extrême ! Et elle trimballe dans les couloirs de la Haye son énorme ventre emplie d'une mauvaise soupe, expédie à Abidjan des injonctions de transfert... Bientôt, elle demandera que Soro soit transféré, que Ouattara soit transféré etc... etc... Toute prête à vider l'Afrique de ses enfants.... Parce qu'elle pense Fatou Fatoumata Bensouda que l'Afrique est géniale mais sans ses enfants. Parce qu'elle pense la Fatou aux joues toutes enflées de mauvaise soupe que nul ne s'opposera aux tristes desseins de ses maîtres. Parce qu'elle pense Fatou, la grosse Fatou que tout va très bien tant que son arrière train continuera à s'emplir de soupe.

Photo - dr Texte - Calixthe Beyala (via son facebook)

PS : tribune parue initialement sur le facebook de Calixthe Beyala début décembre 2012

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 15:00
#Célestine vous dit où et comment suivre #Gbagbo VS #CPI où que vous vous trouviez (#ProcèsDeLaHonte)

Informations réunies sur son compte Facebook par Célestine, égérie des égéries de la résistance ivoirienne en France...

1) sur le site de la CPI

‪#‎CPI‬ Vous savez comment on fait pour écouter les audiences?
1/ vous aller sur le site officiel de la CPI
2/ Vous cliquez sur situation et affaires
3/Vous cliquez sur calendrier des audiences
4/vous cliquez sur retransmission
5/vous visionnez( mais faut avoir FLASH PLAYERà jour

LIEN VERS LE SITE DE LA CPI

2) Sur Youtube

En allant sur la chaîne LGTV

3) A la télévision

Sur Africa 24 (qui figure dans quasiment tous les bouquets type Orange, Free...)

SITE AFRICA 24

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 14:00
#ProcèsDeLaHonte / Intégralité des audiences du procès #Gbabo VS #CPI (#FreeBléGoudé #FreeGbagbo)

Retrouvez l'intégralité des audiences du procès depuis son ouverture le 28 janvier 2016 sur la Page Spéciale du Gri-Gri International.

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 13:00
#Agenda culturel des actions africaines en région parisienne février 2016 (#MAJ)

Toujours grâce au minutieux et constant travail de notre ami Jean-Paul Vanhove...

Anniversaire, commémoration, journées mondiales …


le 11 février 1975 : Assassinat du Colonel de Gendarmerie Richard Ratsimandrava : Ainsi disparut celui qui tenta pour la première fois à Madagascar, d'instaurer un pouvoir d'Etat à assise populaire à travers les Fokonolona - les communautés de base au niveau des villages et des quartiers des villes. On n'a jamais officiellement trouvé les commanditaires de cet assassinat. - Rens : Julien Rakotoarimanana / Dadazily : jlnrakoto@gmail.com

le 18 février : Fête de l'indépendance de la Gambie

le 20 février : Journée de la résistance non violente

le 21 février : journée internationale de la langue maternelle

le 21 février 1965, Malcolm X s’apprêtait à prononcer un discours à New York contre l’oppression et le racisme. Il n’en aura pas le temps : il est abattu. Pour l’élite, ce fut un soulagement. Mais, un demi-siècle après sa mort, le leader afro-américain continue d’inspirer des gens dans le monde entier.

le 22 février : Fête de l'indépendance de Sainte-Lucie (1979)

le 23 février : Fête Nationale de la Guyane

le 27 février : Fête de l'indépendance de la République Dominicaine (1844)

Actions situées région parisienne ou non localisées

Actions situées à Paris (75)

jusqu'au 6 mars 2016, mardi à jeudi 10h-19h, vendredi 10h-21h30, samedi et dimanche 10h-20h : Exposition "Osiris, mystères engloutis d'Égypte" En hiéroglyphes, Osiris s'écrit avec un siège et un œil. Maître des ressuscités, Osiris est l'un des socles de la civilisation pharaonique et l'incarnation du regard du créateur qui anime toutes les formes de vie affirmant la victoire de l'amour sur la mort. Cette exposition révèlera les dernières découvertes sous-marines de Franck Goddio et de ses équipes, et notamment les vestiges de la cérémonie des Mystères d’Osiris qui étaient célébrés dans les villes de Thônis- Héracléion et Canope. Tarif 15,50€ et 10,50€ - Lieu : Salle du Haut Conseil, 9ème étage, Institut du monde arabe (IMA), 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, Place Mohammed-V, Paris 5è, M° Jussieu, ligne 7 - Rens. 01 40 51 38 38 http://www.imarabe.org

jusqu'au 17 juillet de 11h à 19h (sauf mardi et jeudi): Exposition Chefs-d'œuvre d'Afrique dans les collections du musée Dapper - Des pièces majeures sélectionnées uniquement à partir du fonds Dapper et qui sont présentées ensemble pour la première fois et qui puisent leurs significations dans les cultures de l'Afrique centrale ou dans celles de l'Afrique de l'Ouest. La collection du musée se caractérise par la diversité des provenances géographiques et par l'ancienneté. L'exposition, qui comprend quelque 130 pièces, présente des œuvres majeures. Certaines sont uniques et n'ont aucun équivalent dans le monde, telles des sculptures du Gabon ( Fang, Kota, Punu...) du Cameroun (Bangwa), du Bénin (Fon), ou encore du Mali (Dogon, Soninke) - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens. 01 45 02 16 02 - 01 45 00 07 48 comexpo@dapper.fr www.dapper.com.fr

jusqu'au 30 juin les jeudi de 19h à 21h : Cours de Kabyle : La population kabyle constitue une part importante de l’histoire de Paris et la langue kabyle résonne souvent dans les rues de la capitale. Que vous soyez d’origine kabyle ou pas, venez découvrir cette langue et cette culture et faites découvrir à vos enfants la richesse de ce patrimoine culturel et linguistique, qui est aujourd’hui une des composantes de l’identité de Paris. - Tarif annuel : 410€ ou 320 € pour 60h de cours réduit - Lieu : à demander à l'inscription - Rens 01 53 09 99 84 www.institut-cultures-islam.org

jusqu'au 30 juin les jeudi de 19h à 21h : Formation en wolof : Le Wolof, langue originaire de la vallée du Sénégal, est le principal moyen de communication utilisé au Sénégal et en Gambie. Elle traverse aussi la Mauritanie. Son apprentissage est une véritable ouverture sur l’Afrique de l’Ouest. Pour les personnes n’ayant jamais appris et pratiqué la langue pour leur permettre d’acquérir les structures linguistiques de base, de reconnaître et d’utiliser le vocabulaire et les expressions courantes, et de communiquer à l’oral dans les situations simples de la vie quotidienne. - Tarif annuel : 410€ ou 320 € pour 60h de cours réduit - Lieu : à demander à l'inscription - Rens 01 53 09 99 84 www.institut-cultures-islam.org

jusqu'au 29 mai 2016 du mardi au vendredi de 10h à 17h30, samedi et dimanche de 10h à 19h: Exposition "Frontières" pour comprendre le rôle et les enjeux contemporains des frontières dans le monde et retracer les histoires singulières de ceux qui les traversent aujourd’hui - L’exposition retrace trois aspects de cette histoire des frontières et pose un regard diachronique, politique, économique ou sociétal, sur les murs-frontières dans le monde, puis en Europe (zone Schengen et la Méditerranée) avant de traverser la France. Tarif : 6€ , libre pour le - de 26 ans, gratuite tous le premier dimanche de chaque mois et incluent le droit d’entrée à l’exposition permanente et à toutes les expositions temporaires du Musée. - Lieu : Musée national de l'histoire de l'immigration de la porte Dorée, 293 av Daumenil, paris 12è, M° et Tram Porte dorée - Rens. et Réservations pour les groupes : 01 53 59 64 30 - reservation@histoire-immigration.fr

jusqu’au vendredi 1er juillet les vendredis de 17h30 à 19h et les dimanches de 14h à 16h: Cours De Capoeira Angola d'expression culturelle afro-brésilienne - musique: jeu des instruments et chants de la Capoeira Angola; mouvements: activité physique avec mouvements d'attaques et de défense. - Lieu : Gymnase Marie Paradis, 5 rue Léon Schwartzenberg, Paris 10è - Rens. 06 66 56 13 90 cedanze.paris@hotmail.com https://cecariovermelho.wordpress.com

tous les mercredis de 15h à 20h30 : Meeting pour exiger la libération des prisonniers politiques en Côte d'Ivoire : Ambassade de Côte d'Ivoire, M° Victor Hugo - Rens. 06 65 71 95 68 chritzekou2@gmail.com

du jeudi 4 au 27 février du lundi au vendredi, de 9h à 17h : Exposition autour de l'ouvrage "La Burda du désert" avec la participation de l'artiste peintre Faiza Tidjani, de l'écrivaine Touria Ikbal et de Cheikh Muhammad Vâlsan : Par leurs dessins et leurs mots d’artistes, Faïza Tidjani et Touria Ikbal entraînent le visiteur du livre "La burda du désert" dans un univers fascinant où l’imaginaire s’avère réalité pure et où l’évocation devient invocation. Grâce à sa fine connaissance de la spiritualité islamique, Muhammad Vâlsan relève, quant à lui, quelques traces fugitives de leurs pas et donne un bel éclairage initiatique à leurs images subtiles. - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

tous les samedis de 10h à 13h : Permanences administratives de l'APIMIG association pour la promotion et l'intégration des migrants : accompagnement dans l'élaboration et la rédaction de CV, lettre de Motivation, conseils pour la préparation d'entretiens d'embauche, … . Gratuit et sans Rendez-vous - Lieu : la MdCA du 19ième au 20 rue Edouard Pailleron, Paris 19è, M° Bolivar - Rens. Rokhaya Ndiaye, 07 83 97 65 62 contact@apimag.com http://www.apimig.com

dimanches 7 et 14 février à 15h : Contes et musiques d'Afrique Avec Souleymane Mbodj (Durée : Environ 1h, à partir de : 4 ans) : La musique et le conte occupent une place centrale dans les sociétés africaines. Ayant grandi au Sénégal, immergé dans ce riche environnement culturel, Souleymane Mbodj eut la chance de comprendre très tôt leurs sens et leurs rôles dans la société. La transmission des contes est accompagnée par des mélodies, des chants et des rythmes. Un spectacle envoûtant. Souleymane Mbodj, conteur, auteur et musicien, nous fait voyager à travers les contes où hommes et animaux jouent pour nous une drôle de comédie humaine. Entre philosophie, humour et dérision, Souleymane fait revivre toute la magie de la tradition orale africaine. - Entrée : 7 € et 5€ - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Réservation souhaitée au 01 45 00 91 75 reservation[at]dapper.fr http://www.dapper.fr

du mercredi 10 au 20 février : troisième édition, le Festival Nio Far - Histoire coloniale, histoire commune, sur le thème cette année sur le Maghreb en particulier Algérie et Maroc en partenariat avec quatre lieux parisiens - Le Festival Nio Far, organisé par l’association « la Tribu » est un festival nomade et solidaire ouvert à tous. Depuis plus de 20 ans, la Tribu s’implique au quotidien en France et à l’étranger autour de la citoyenneté et du « vivre ensemble ». En fédérant autour de projets artistiques et pédagogiques, la TRIBU invite à s’interroger sur la place de l’immigration et ses apports, incitant chacun à s’interroger sur sa place et son rôle dans la société. Depuis 2013, cette réflexion est complétée par un débat public : le Festival Nio Far. Il a pour objectif de questionner la citoyenneté à travers l’histoire coloniale, pour déconstruire les préjugés tissés tout au long de l’histoire. En effet, la longue histoire de la colonisation a profondément affecté nos arts, notre vie sociale et culturelle et nos politiques. Aujourd’hui encore, les migrations, les philosophies, les économies, les politiques, les circulations d’idées, les cultures, font de la France un pays où les processus de « métissages culturels » s’accélèrent. -.Rens. 06 67 11 31 88 association.latribu@free.fr http://www.festivalniofar.com

mercredi 10 février à partir de 18h30 : présentation littéraire et Projection d'un fim : à 18h30 : Présentation par Mina Kaci, journaliste de son livre "J'ai été enlevée par Boko Haram". A 20h présentation du film "Virgin Margarida" de Licino Azevedo (2012) - Le Mozambique, 1975. Le gouvernement révolutionnaire tient à éliminer toutes traces du colonialisme au plus vite, y compris la prostitution. Toutes les prostituées des villes sont arrêtées et enfermées dans un camp isolé. Elles y sont ensuite rééduquées, changées en femmes nouvelles et surveillées par des femmes soldats. Margarida est l'une des cinq cents prostituées du camp. Jeune campagnarde de 14 ans, elle était en ville pour acheter son trousseau et, se trouvant sans papiers d'identité, elle s'est faite arrêtée. Une révélation inattendue va changer son sort: Margarida est vierge. Les prostituées non seulement l'adoptent et la protègent, et finissent même par la vénérer comme une sainte. Margarida est un long métrage, une fiction qui revient sur la période révolutionnaire au Mozambique en abordant des questions sociales, politiques ainsi que la situation de la femme pendant cette période. Margarida se veut aussi un projet réussi de coproduction entre des pays lusophones d'Afrique (Mozambique et Angola) et le Portugal. - Dans le cadre des mercredis de l'Afaspa - Paf 5€ - Lieu : Cinéma La Clef, 34 rue Daubenton, Paris 5e, M° Censier-Daubenton - Rens. 01 49 93 07 60 afaspa@wanadoo.fr www.afaspa.com

mercredi 10 février à 19h : Ouverture du festival Nio Faret et Vernissage de l'exposition (jusqu'au 20 février) « L’histoire des présences arabo-orientales en France » en présence de Naïma Yahi. réalisée par la groupe ACHAC (Pascal Blanchard) - Lieu : médiathèque Françoise Sagan, 8 rue Léon Schwartzenberg, Paris 10è; M° Gare de l'Est - Rens. 06 67 11 31 88 association.latribu@free.fr http://www.festivalniofar.com

jeudi 11 février de 14h à 18h : Le problème de la succession matrilinéaire dans les royaumes chrétiens de Nubie (VIIe-XVe siècles) avec Robin SEIGNOBOS et La question de la polygamie des souverains chrétiens d’Éthiopie (XIVe-XVIe siècles) avec Marie-Laure DERAT - Dans le cadre du séminaire Royautés. Pouvoir et savoir en monarchie jusqu'au 12 mai le 2è jeudi du mois - Lieu : Salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France, Paris 13 - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article964

jeudi 11 février de 14h à 17h : Présentation de l’ouvrage du Shaykh Bayy Al-Kuntî « corpus de droit jurisprudentiel de Shaykh Bayy al-Kuntî. Nord Mali » avec Houari Touati, EHESS - et - Vivre et penser le soufisme aujourd’hui avec Eric Geoffrey, Université de Strasbourg (sous réserve) - Dans le cadre du séminaire Islam(s) d’Afrique. Acteurs, cultures religieuses, espaces sacrés les 2e jeudi du mois jusqu'au au 9 juin - Lieu : IMAF / Site Raspail, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article923

jeudi 11 février de 17h à 19h et jusqu'au 26 mai, tous les 1er et 3e jeudis du mois : Anti-esclavagisme et autres sensibilités socio-raciales dans les indépendances hispano-américaines avec Alejandro Gomez (Université de Lille) - Dans le cadre du Séminaire Esclaves, affranchis et "nouveaux libres" dans l’espace public du monde atlantique : Race et citoyenneté. De l’agentivité aux réparations. - Lieu : EHESS, 105 blv Raspail, Paris 6è - Rens. http://www.esclavages.cnrs.fr/spip.php?article719

jeudi 11 février à 19h : Homage à René Vautier et projection de 2 films : le réalisateur Réné Vautier premier réalisateur anti-colonial français a été censuré pendant 50 ans - il a disparu en janvier 2015. Dans le cadre du festival Nio Far - Lieu : le Louxor, 170, boulevard Magenta; 75010 Paris 10è - Rens. 06 67 11 31 88 association.latribu@free.fr http://www.festivalniofar.com

vendredi 12 février de 10h à 13h : La guerre au-delà de l’Etat : Boko Haram avec Marc-Antoine Pérouse de Montclos (Institut de recherche sur le développement) et Elodie Apard (IFRA-Nigeria) - jusqu'au 10 juin 2016 les 2e vendredi du mois - Dans le cadre du séminaire Guerres, conflits et sociétés au XXIe siècle - Lieu : IMAF, Site Raspail, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article967

vendredi 12 février de 11h à 13h : Musique, religion et pouvoir en Ethiopie à l’époque moderne - A l’écoute des mondes sonores livrés par les textes missionnaires catholiques avec Anne Damon-Guillot (Université Jean Monnet-Saint-Etienne-CIEREC) - Dans le cadre du Séminaire Supports et circulation des savoirs et des arts en Afrique et au-delà - des 2e et 4e vendredis du mois jusqu'au 10 juin 2016 - Lieu : EHESS, salle 8, 105 bd Raspail, Paris 6è - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article942

vendredi 12 févrierà 19h : 3ème album "l’œil invisible" de Neega Mass et 30ème anniversaire de la disparition, du professeur Cheikh Anta Diop - Au programme : Allocution du Professeur Jean Charles Coovi Gomez au tour des thèmes suivants : " Les Enfants du Nil à la Reconquête de la Terre-Mère ( cf le Sénégal et l'Afrique ). ET " L’œil Invisible qui scrute l'Horizon ne saurait se dérober à l’œil d'Horus qui vise la Plume de Maât " - Puis réponses aux journalistes sur le concept de l'album et Show case" Panafricain dédié aux Étoiles noires" La Dior DIOP et Cheikh Anta DIOP - Dégustation sur Place: Jus de Bissap, Jus de Bouye, Fataya etc.… - L'entrée sera sur achat de l'album au tarif exceptionnel de 15€. Possibilité de vous le procurer à partir du 6 février 2016 sous forme de prévente, vous assisterez donc gratuitement à la conférence de presse sous la présentation du CD à l'entrée. - Lieu : Centre d'Animation Curial, Résidence Michelet - 16 rue Colette Magny, Paris 19 ème M° Corentin Cariou - Rens. 01 40 34 91 69 cacurial@laligue.orghttps://www.facebook.com/events/578054052352482/

vendredi 12 février à 19h : Rencontre avec l'écrivaine franco-algérienne Leïla Sebbar pour une soirée – regards croisés entre l'Algérie et la France, l'Orient et l'Occident – intitulée « Mes exils ». dans le cadre du festival Nio Far - Leïla Sebbar est née en Algérie pendant la colonisation, de père algérien et de mère française, tous deux instituteurs. Adolescente, et citoyenne française par sa mère, elle quitte l'Algérie indépendante pour la France. Ses textes ne cessent d'ausculter les liens entre Algérie et France, les relations passionnantes et difficiles entre ces deux cultures, entre ces deux langues, entre les enfants d'immigrés et les autres. - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Réservation souhaitée à 06 67 11 31 88 ou association.latribu@free.fr - Rens. Festival Nio Far sur www.festivalniofar.com http://www.dapper.fr

du samedi 13 à 9h30 au dimanche 14 février à 16h30 : Formation à l'accompagnement de Voyages Solidaires de jeunes - Le CCFD-Terre Solidaire, en partenariat avec différentes associations, organise régulièrement des week-ends de formation à l'accompagnement de voyages solidaires et interculturels, à destination de formateurs, accompagnateurs ou animateurs de séjours collectifs de jeunes. La formation reprend les cinq étapes du guide pédagogique «Visa pour un voyage» (Motivations au départ, Solidarité internationale, Rencontre interculturelle, Partenariat et préparation du retour). Le défi est de taille : de nombreux jeunes partent chaque année vers d’autres horizons dans le cadre d’un projet à composante solidaire qui peut se révéler, s’il se déroule bien, comme une excellente opportunité de changer les mentalités et de faire de l’éducation à la solidarité internationale.. - Tarif 70€ avec hébergement et 35€ sans - Lieux de la formation CCFD-Terre Solidaire, 4 rue Jean Lantier, Paris 1er, M° Châtelet - Rens et Inscription ; Alice Idrac 01 44 82 81 26 a.idrac@ccfd-terresolidaire.org www.visapourlevoyage.org

samedi 13 février à 10h30 : Visites guidées et gustatives de la Goutte d'Or : La Goutte d’Or recèle mille et un secrets de beauté. Avec Hélène Tavera, vous découvrirez l’esthétique du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne en parcourant le quartier et ses échoppes où abondent les produits cosmétiques. Des préparations naturelles et ancestrales aux crèmes éclaircissantes aux effets souvent risqués pour la santé, aller à la découverte des recettes de beauté de la Goutte d’Or, c’est aussi s’intéresser aux flux migratoires qui ont façonné le quartier, aux enjeux de l’esthétique et ses relativités culturelles. - Tarif : 12€ et 8€ - Lieu : ICI Goutte d'Or : 56 rue Stéphenson, Paris 18è, M° Château Rouge ou Max Dormoy - Rens : 01 53 09 99 84 http://www.institut-cultures-islam.org

samedi 13 février à 14h30 : Echanges avec Ta-Nehisi Coates à l'occasion de la parution d'Une colère noire : Un regard lucide et dérangeant sur la condition des Africains-Américains. Between the World and Me, le livre de chevet de Barack Obama, un livre que Toni Morrison a salué comme étant déjà un classique, paraît en français (Editions Autrement) sous le titre Une colère noire. Une colère noire, lettre de l'auteur à son fils de 15 ans, révèle un écrivain d'une grande puissance, et parle, au-delà du contexte américain, du racisme, de la violence des relations à l'autre et du poids des différences au sein de l'histoire et du présent d'une nation. Ta-Nehisi Coates s'inscrit dans la lignée des penseurs et poètes tels que Richard Wright et James Baldwin dont beaucoup ont passé une partie de leur vie à Paris, où Ta-Nehisi Coates est installé actuellement. Rencontre animée par Valérie Marin La Meslée, journaliste. La traduction sera assurée par Marguerite Capelle, interprète. La rencontre sera suivie d'une séance de dédicaces de l'ouvrage par l'auteur. - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Réservation souhaitée au 01 45 00 91 75 ou reservation[at]dapper.fr http://www.dapper.fr

lundi 15 février de 15 h à 18 h et tous 1er et 3e lundis du mois jusqu'au 30 mai : Séminaire : Les Afriques dans la longue durée : acteurs, savoirs, pratiques (XVe-XXe siècle) organisé par Elikia M’Bokolo, directeur d’études à l’EHESS / IMAF et Catarina Madeira Santos, maître de conférences à l’EHESS / IMAF - Lieu : IMAF / Site Raspail, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article945

lundi 15 février de 18h à 20h : Colloque : « La Sécurité de la France et de l'Europe se joue-t-elle réellement au sud du Sahara ? » à l'invitation de Emmanuel Dupuy, Secrétaire national Défense de l'UDI, et Vice-président des Bâtisseurs de l'UDI, Hervé Morin, Président du Nouveau Centre & des Bâtisseurs de l’UDI, Président de la Région Normandie, Louis Giscard d’Estaing, Maire de Chamalières, Président de Les-IDees.fr, Emmanuel Dupuy, Président de l'IPSE, Secrétaire national Défense de l'UDI, VP des Bâtisseurs de l’UDI chargé des questions internationales - Lieu : Assemblée nationale, salle Lamartine - 101 rue de l'Université, Paris 7è - Inscription obligatoire en ligne avant le mardi 9 février : https://docs.google.com/forms/d/1JvmzByvXhxsY7RR9JS13Xj0iawfkbKaqcyrWcL_6z8Q/viewform - Rens. quentin.2larue@gmail.com

du mardi 16 février 2016 au dimanche 15 mai, mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h, jeudi, vendredi et samedi de 11h à 21h : Exposition "Dakar 66 : Chroniques d’un festival panafricain" Plutôt qu’une approche documentaire, l’exposition s’intéresse aux traces et aux représentations visuelles produites pour saisir, voire instrumentaliser, une telle manifestation. Se dessinera une réflexion autour des enjeux culturels et politiques investis dans un événement qui a marqué les imaginaires du panafricanisme à l’époque de la guerre froide - Tarif 7€ et 9€ - Lieu : Atelier Martine Aublet du musée du quai Branly 37 Quai Branly, Paris 7è, M° Alma Marceau - Rens. 01 56 61 70 00 publics@info.quaibranly.fr www.quaibranly.fr

mercredi 17 février de 17h à 20h : Au dela de la COP21 : Quels enjeux et quelles attentes pour les Etats africains qui polluent le moins mais qui subissent les conséquences néfastes du changement climatique ? Quel Développement Pour l'Afrique - La conférence de Paris n’est pas la ligne d’arrivée mais un nouveau point de départ. - Avec Stéphane GOMPERTZ, Ambassadeur climat de la France, Ministère des Affaires étrangères. Pierre Papon, professeur émérite à l’Ecole supérieure de physique et chimie industrielles de Paris ancien Directeur général du CNRS et président-directeur général de l’IFREMER (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer. Alexandra Deprez, chercheure Climat et Négociations Internationales à l'Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI). - L’Institut Afrique Monde se consacre aux missions stratégiques de la promotion de l’émergence de l’Afrique et d’éclairer avec discernement les questions de gouvernance, économiques, sociales et culturelles, spirituelles, par l’intermédiaire de ses publications et de ses travaux. - lieu : Centre Sèvres, 35 Bis Rue de Sèvres, Paris 6è, M° Sèvre Babylone - Rens jbharelimana@institutafriquemonde.org - Inscription https://www.eventbrite.fr/e/billets-au-dela-de-la-cop21-defis-climatiques-et-solutions-africaines-21164798482?ref=enivte&invite=OTEwNzMzMC9qcC52YW5ob292ZUB3YW5hZG9vLmZyLzA%3D

mercredi 17 février à 18h30 : Conférence avec Sadek Sallem, historien de l’Islam contemporain, et l’écrivain Malek Bezouh autour du thème «Entre islamophobie et islamophilie» en France : Depuis deux décennies, les jeunes Français musulmans tentent de concilier leurs demandes d’intégration sociale, et même de participation à la vie politique, avec leurs tentatives d’enracinement dans l’Islam (...) Mais chez bon nombre de jeunes Français musulmans le désir d’intégration finit par être le plus fort. (Sadek Sallem). - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

mercredi 17 février de 19h à 20h : Regards posés. Hammams de de la Médina de Tunis - Espace de vie au service du bien-être corporel mais également lieu de rencontres, d’échanges et de sociabilité, le hammam fait aujourd’hui face à de nouveaux enjeux. Quels sont les défis auxquels font face aujourd’hui ces architectures souvent centenaires ? Comment penser leur sauvegarde et leur réhabilitation ? En quoi l’art peut-il être vecteur de visibilité et de protection patrimoniale ? Avec : Nada Al-Hassan, Cheffe de l’unité des Etats Arabes au sein de l’UNESCO, Marie-Françoise Boussac, professeure d’Histoire à l’Université Paris X-Nanterre, Sylvie Denoix, Directrice de recherche au CNRS, May Telmissany, universitaire - Rencontre modérée par Ahmed Zaouche, architecte, urbaniste et politologue tunisien, spécialiste du patrimoine matériel du Maghreb. - Lieu : ICI Goutte d'Or : 56 rue Stéphenson, Paris 18è, M° Châteu Rouge o Max Dormoy - Rens : 01 53 09 99 84 http://www.institut-cultures-islam.org

jeudi 18 février de 11h à 13h et tous 1er et 3e jeudis du mois jusqu'au 16 juin : Séminaire Anthropologie comparative du sahel occidental musulman (Sénégal, Mauritanie, Mali…) et de leurs diasporas, régionales et internationales suivant quatre thématiques : l’islam, les hiérarchies sociales de castes et d’esclavage, les solidarités politiques ainsi que les relations de genre. - Lieu : IMAF / Site Raspail, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article949

jeudi 18 février de 14h à 16h et tous les 3e jeudi du mois : Gildas Bregain, CERHIO : « Les politiques d’assistance aux aveugles dans l’Empire français. Analyse comparative des cas de l’Algérie et du Maroc (début XXe siècle-1962) » - Dans le cadre du séminaire Nouvelles perspectives sur l’histoire du Maghreb (XVIIIe-XXIe siècle) - Lieu : : Salle de réunion de l’IMAF, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article944

du jeudi 18 au samedi 20 février de 20h à 21h30 : Représentation de Maputo Mozambique - Mêlant jonglage, chants, percussions, le spectacle Maputo Mozambique alterne des séquences de rebonds sur percussions, jonglage de sacs plastiques, balles en l’air, balles roulées au sol, massues… dans une mise en scène épurée, habitée du chant profond des artistes, et ponctuée d’une malice communicative. - Tarif 20€ et 15€ - Lieu : Théâtre Claude Lévi-Strauss du musée du quai Branly, 37 Quai Branly, Paris 7è, M° Alma Marceau - Rens. 01 56 61 70 00 publics@info.quaibranly.fr www.quaibranly.fr

vendredi 19 février et chaque 3ème vendredi du mois de 18h30 à 19h30 : Rassemblement du Cercle de Resitance à Paris contre le traitement inhumain des sans papiers - Vous pouvez vous joindre au cercle à tout moment, même pour seulement quelques instants. Par notre participation au cercle de silence, nous voulons dénoncer les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle. Nous en appelons à la conscience de tous et vous invitons à rejoindre le cercle de silence place du Palais-Royal - Lieu : Place du Palais Royal, Paris 1er, M° Palais-Royal-Musée-du-Louvre http//www.cerclederesistance.fr

samedi 20 février : Balade de 2h30 de balade sur la Mode à La Goutte d'Or accompagné du Passeur de culture. Une Fashion Mix «hors les murs» dans un ancien quartier de Paris : à la rencontre des artisans, tailleurs, mécaniciens, «sapeurs» ou créateurs qui, un jour dépassèrent océan, montagne et désert pour venir à la capitale. Rendre visible la participation des immigrants à la couture et au prêt-à-porter français (confection) et mettre en évidence leurs apports à l’inventivité, la beauté et l’élégance hexagonales. Partagez passion, savoir et accent de vérité dans le quartier chamarré de La Goutte d’Or à Paris, capitale internationale de la mode ! (En écho à l'exposition Fashion Mix au Musée de l'Histoire de l'Immigration). Découvrez un quartier où l'atelier de confection côtoie la boutique de créateur, où le vendeur de bazins fréquente le styliste émérite, où les coiffeurs afro palabrent avec les esthètes de la "Sapologie".... Vivez la multitude des couleurs des wax africains, des caftans arabes et des costumes "ambianceurs". Touchez le travail de création de Xuly Bët, Sakina M'Sa, Mazalay ou du tailleur de quartier ! 1/2 j. à partir de 15 € à partir de 6 personnes - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

samedi 20 février à 14h30 : Projection de Johnny Mad Dog, de Jean-Stéphane Sauvaire : Un film coup-de-poing tourné au Liberia avec d'anciens enfants-soldats et adapté du grand roman de l'écrivain congolais Emmanuel Dongala - Afrique, en ce moment même. Johnny, 15 ans, enfant-soldat aux allures de rappeur, armé jusqu'aux dents, est habité par le chien méchant qu'il veut devenir. Avec son petit commando, No Good Advice, Small Devil et Young Major, il vole, pille et abat tout ce qui croise sa route. Des adolescents abreuvés d'imageries hollywoodiennes et d'information travestie qui jouent à la guerre… Laokolé, seize ans, poussant son père infirme dans une brouette branlante, tâchant de s'inventer l'avenir radieux que sa scolarité brillante lui promettait, s'efforce de fuir sa ville livrée aux milices d'enfants soldats, avec son petit frère Fofo, 8 ans. Tandis que Johnny avance, Laokolé fuit… Des enfances abrégées, une Afrique ravagée par des guerres absurdes, un peuple qui tente malgré tout de survivre et de sauvegarder sa part d'humanité. Film déconseillé aux moins de seize ans. Projection suivie d'une rencontre animée par Brice Ahounou, journaliste et anthropologue. - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Réservation souhaitée au 01 45 00 91 75 ou reservation@dapper.fr http://www.dapper.fr

samedi 20 février à 15h : Ciné-Gouter, Projections : Enfances des villes avec Kaouther Ben Hania et Anis Lassoued - L’ICI présente deux court-métrages de réalisateurs tunisiens, destinés au jeune public. Avec le premier film, les enfants partiront à la découverte d’Amira, 5 ans, qui, pour éviter l’école colle l’une de ses mains à un vieux fauteuil en bois à l’aide d’un tube de super glue ! Puis, ils pourront suivre les aventures du petit Nader qui court, grimpe et dévale les collines de son village pour ravitailler les habitants en feuilles de brick à l’occasion du Ramadan et qui se trouve alors ébloui par une paire de souliers… De Peau de colle (2013, 23’) de Kaouther Ben Hania à Sabbat el aïd (2012, 30’) d’Anis Lassoued, l’ICI propose une incartade du côté de l’enfance, entre rêves, jeux et bêtises…A l’issue des projections, les enfants sont invités à discuter des films autour d’un goûter proposé par le Café d’ICI. - Films en VOSTF • à partir de 6 ans • les enfants de moins de 10 ans doivent être accompagnés - durée : 1h30 - Lieu : ICI Goutte d'Or : 56 rue Stéphenson, Paris 18è, M° Châteu Rouge o Max Dormoy - Rens : 01 53 09 99 84 http://www.institut-cultures-islam.org

dimanches 21, 28 février et 6 mars, à 15h : Projection de L'Enfant lion de Patrick Grandperret rythmé par la musique de Salif Keita. Deux enfants africains, Oulé et son amie Léna, sont vendus comme esclaves à un puissant seigneur des hautes terres. Léna raconte... Au village de Pama, sur les terres des Baule (Côte d'Ivoire), hommes et lions vivaient en paix, les premiers sous la protection des seconds. Le même jour, naquirent Oulé, fils du chef Moko Kaouro, et Sirga, fille de Ouara la reine des lions. La brousse décida qu'ils seraient frère et soeur… - Durée : 86 min - A partir de : 4 ans - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Réservation souhaitée au 01 45 00 91 75 ou réservation@dapper.fr http://www.dapper.fr

jeudi 25 février de 17h à 19h et jusqu'au 26 mai, tous les 1er et 3e jeudis du mois : Usages contemporains des catégories raciales en Guadeloupe. Évolutions et continuités avec Ary Gordien (Université Paris Descartes) - Dans le cadre du Séminaire Esclaves, affranchis et "nouveaux libres" dans l’espace public du monde atlantique : Race et citoyenneté. De l’agentivité aux réparations. - Lieu : EHESS, 105 blv Raspail, Paris 6è - Rens. http://www.esclavages.cnrs.fr/spip.php?article719

jeudi 25 février de 18h30 à 19h30, tout les derniers jeudis du mois : Rv du Cercle de Résistance de Paris Sud : Nous manifesterons notre opposition à la politique migratoire de l'Europe qui provoque souffrances et tragédies à ses frontières, et au manque de solidarité de la France, vis à vis des réfugiés qui fuient, avec leurs enfants, leur pays en proie à la guerre ou aux catastrophes climatiques ( le plus souvent causés par des grandes puissances); aux garde à vues arbitraires, aux mises en rétention et aux expulsions d'étrangers « sans papiers » - Lieu : Place Denfert-Rochereau, parvis de la gare RER Denfert-Rochereau, M° RER-B Denfert-Rochereau - Rens. http://paris.demosphere.eu/rv/41167 http://cerclederesistance-parissud.jimdo.com/ http//www.cerclederesistance.fr

vendredi 26 février à 18h : Ouverture de la Semaine anticoloniale et antiraciste et débat à l'occasion des 40 ans d’occupation marocaine du Sahara Occidental : La lutte du peuple sahraoui pour l'indépendance de la RASD (République Arabe Sahraouie Démocratique) proclamée le 27 février 1976 - Avec Lydia Samarbakhsh relations internationales du PCF, Oubbi Bouchraya représentant du Front Polisario en France, Jean-Paul Lecoq, Maire PCF de Gonfreville l’Orcher (ville jumelée avec le camp de réfugiés de J’Réfia au Sahara Occidental), ancien député, Michèle Decaster, du mouvement de solidarité avec les Sahraouis et Henri Pouillot, président du Réseau Sortir du Colonialisme" - Dans le cadre de la semaine Anticoloniale du 5 au 21 mars 2016 - Lieu : Espace Oscar Niemeyer, 2 place du Colonel Fabien Paris 19è, M° Colonel Fabien - Rens. Gisèle Felhendler 07 86 10 95 30 jzl2805@gmail.com http://www.anticolonial.net/

samedi 27 février pendant 2h30 environ (horaires à demander) : Balade africaine dans le 18eme : Le Petit Mali à Château Rouge à Paris - Baština vous invite au voyage « Petit Mali » au marché africain de Château Rouge dans le 18eme à Paris. Le nombre et la qualité des produits vendus ici éveille vos papilles, éblouit votre regard, égaye vos sens… Le marché de Château Rouge égalise les meilleurs marchés de Bamako ou Dakar : partout ce ne sont que capitaines, tilapias, machoirons, ignames, patates douces, piments, gombos, sauce graine ou arachide…Ces lieux de vie demeurent emblématiques de la geste ouest-africaine à Paris Rendez-vous avec le passeur de culture malien au marché africain de Château Rouge dans le 18eme arrondissement de Paris. - Prix : A partir de 15 € par personne - Lieu de rendez-vous au Marché africain de Château Rouge au sortir du métro (angle Boulevard Barbès et Rue Poulet devant le kiosque) dans le 18ème à Paris - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

samedi 27 février à 20h30 : Concert du groupe TARGUIT : un groupe qui fusionne la musique traditionnelle berbère et la musique bretonne. Il a été fondé en 2012 par de jeunes étudiants de La Sorbonne en collaboration avec des étudiants de l’INSM (Institut National Supérieur de Musique d’Alger). TARGUIT signifie en berbère « rêve » - Entrée 13€ - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171 rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 contact@cca-paris.com http://www.cca-paris.com/

Actions situées dans les Yvelines (78)

jeudi 11 février de 18h à 19h et tous les 2 ème jeudi du mois : Cercle de silence à Versailles : Que votre participation soit d'une minute, d'une dizaine de minutes ou d'une heure complète, elle marque votre soutien. Vous pouvez aussi y venir en groupe. Organisé par RESF : RESF78 est un collectif d’associations et de militants des Yvelines (78) qui apportent un soutien actif aux élèves sans papiers et à leurs familles - Lieu : Place du marché aux fleurs, angle Avenue de Saint-Cloud - avenue de l’Europe à Versailles (78), RER-C Versailles - Rens : 01 34 92 50 94 cercledesilence.versailles@gmail.com https://sites.google.com/site/cercledesilenceversailles/

samedi 13 février de 14h30 à 17h30 : Rencontres "quelles perspectives de coopération pour la région de Tambounda?" projets de coopération décentralisée avec la région de Tambacounda au Sénégal sur la base du bilan de la mission de la délégation yvelinoise qui s’est tenue en novembre 2015 - Lieu : Agora (salle A), 254 boulevard du Maréchal Juin à Mantes la Jolie - Rens. Cédric Le Bris: 01 39 07 79 94 https://www.yvelines.fr

samedi 27 février à 11h et tous les quatrièmes samedis du mois : Cercle de Silence de Mantes - Le Cercle de Silence est une action non violente qui rassemble régulièrement, dans un espace public, des hommes et des femmes de divers horizons et de toutes convictions philosophiques, politiques et religieuses. Il s'agit d'alerter tous les citoyens sur le sort réservé aux personnes étrangères venues en France pour mieux vivre ou sauver leur vie. Avec ou sans papier, l'étranger est une personne. La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte. Notre silence le crie. - Lieu : Mantes-la-Jolie, Place Saint-Maclou à Mantes-la-Jolie (78) - Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/38201

Actions situées dans les Hauts de Seine (92)

jeudi 18 février de 12h15 à 13h15 et tous les 3ème jeudi de chaque mois : Cercle de Silence de la Défense : Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vasto, et- Par notre participation au Cercle de Silence, nous voulons attirer l’attention sur les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle. Nous refusons toute chasse aux étrangers qui inflige aussi des traumatismes profonds à ceux qui en sont les témoins, à la société toute entière, aux enfants particulièrement. Les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les hommes dans leur humanité. Nous voulons que la France redevienne un pays d’accueil, sans cesse enrichi et transformé par des êtres humains venus du monde entier. Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vast etc, ... - Lieu : Parvis de la Défense Entre le CNIT et les Quatre Temps, RER SNCF ou tram arrêt Grande Arche - Rens. guillot.anne@orange.fr ou 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr

Actions situées en Seine St Denis (93)

jusqu'au 26 février : Exposition Fleuve, Formes et couleurs des Arts de Denise Ndzakou - Lieu : Le Delly's Café 42 rue Molière à Montreuil, M°: Ligne 9 - Mairie de Montreuil et Croix de Chavaux - Rens. 01 42 87 65 49

mercredi 10 février de 15h 17h : Projection du documentaire « Kimbidalé » à Dugny : A l’occasion de la journée internationale de lutte contre l’excision et des mutilations sexuelles féminine, Femmes Solidaires de Dugny en partenariat avec l’atelier santé ville de Dugny ont le plaisir de vous inviter à la projection-débat du film Kimbidalé en présence de la réalisatrice Emmanuelle Labeau. Depuis 2005, Femmes Solidaires s’est engagée auprès des femmes Afar - Lieu : Salle Henri Salvador, place Edith Piaf à Dugny (93) - Contact Ntl 01 40 01 90 90 femmes.solidaires@wanadoo.fr http://femmes-solidaires.org/

jeudi 18 février de 15h à 18h : « L’égalité désavouée. Race et citoyenneté aux Antilles françaises après l’abolition de l’esclavage de 1848 » avec Silyane Larcher (CNRS, URMIS), - Dans le cadre du séminaire Les populations noires en France (2015-2016), Nouvelles dimensions historiques et historiographiques - Lieu : Univ Paris 8, salle D 143 - 2, rue de la Liberté à Saint-Denis, France (93) - Rens. : esibeud@univ-paris8.fr http://calenda.org/339654

vendredi 19 et février : Comprendre le commerce équitable : en partant de l'exemple concret de la coopérative des artisans de Ndem au Sénégal. Quels sont les enjeux à relever pour un village au Sahel : défi climatique, sécurité alimentaire, exode rural… et comment les villageois se sont rassemblés pour trouver des solutions durables ? Comment fonctionne une coopérative d’artisans ? Quelles sont les différentes étapes de la matière première à l’exportation ? En quoi le commerce équitable a permis d’impulser des projets sur l’éducation, la santé, l’agro-écologie, la sensibilisation ? Nous accueillerons à cette occasion deux représentants de Ndem : le responsable de l'atelier teinture et la présidente du groupe éco-jeunes solidaires. A toute personne qui souhaite découvrir et mieux comprendre le commerce équitable, mieux connaître l’ONG de Ndem au Sénégal, mener des animations pédagogiques ou de sensibilisation avec la mallette pédagogique « Artisanat, commerce équitable et développement durable » Tarifs pour les 2 jours: 40€, 20€ ou 250€ TTC (soit 200 € HT) en formation professionnelle - Lieu : Montreuil (93) adresse indiquée à l'inscription - Inscription Brigitte Bourbe, 01 83 62 83 93, b.bourbe@artisansdumonde.org http://www.artisansdumonde.org/images/formations/2016_FAdM_CatalogueFormations.pdf

Actions situées dans le Val de Marne (94)

vendredi 12 février de 19h à 22h Projection-débat de « KIMBIDALE » Femmes solidaires d’Arcueil-Gentilly vous convie à une projection du documentaire "Kimbidalé. Elle sera suivie d’un débat en présence de Sabine Salmon, présidente nationale de Femmes solidaires, et d’Emmanuelle Labeau, la réalisatrice du documentaire. Venez nombreux-ses ! Synopsis du film : Depuis 20 ans, Madina Aidahis et Halima Issé mènent une lutte acharnée pour y mettre fin - Lieu : Espace Jean Vilar, 1 rue Paul Signac à Arcueil (94) - Contact Ntl 01 40 01 90 90 femmes.solidaires@wanadoo.fr http://femmes-solidaires.org/

dimanche 14 février de 15h à 18h30 : Bal afro Bamako - Danses du Mali, avec Vieux DIARRA et Manu SISSOKO qui vous initieront au lien danse-musique avec pédagogie, énergie et finesse dans une ambiance digne des meilleures cérémonies bamakoises !" PAF : 35€ - Lieu : Salle Marcel Paul, 17 rue Raymond Lefèvre à Gentilly (94) - Rens. Inscription obligatoire : pazonote@yahoo.fr www.pazonote.com www.manusissoko.jimdo.com

Actions situées dans le Val d'Oise (95)

jeudi 18 février de 11h30 à 12h30 et tous les 3 ème jeudi du mois : Cercle de silence de Cergy - Le constat de la surdité des autorités publiques tant françaises que européennes, la fin de non- recevoir opposée par le Président de la République aux représentants de la société civile concernant l’ouverture d’un espace de dialogue constitue une raison impérative de poursuivre notre action de protestation silencieuse et à l’amplifier par votre présence. Plus que jamais il est nécessaire de combattre les préjugés concernant les étrangers et leurs droits à vivre dignement en France et en Europe. Pour mémoire il faut signaler qu’en 2013 46% des personnes placées en rétention ont été libérés et donc n’auraient jamais dû être arrêt - Lieu : place du général de Gaulle à Cergy, au-dessus de la gare RER de Cergy-Préfecture - Rens . cercle-de-silence.cergy@laposte.net

Ouvrages d'actualité

LA BATAILLE DE N'DJAMENA 2 FÉVRIER 2008 RÉCIT : Abderaman Koulamallah raconte ici la folle chevauchée motorisée de plus de 1000 kilomètres, qui a permis la prise de N'Djamena, le 2 février 2008, à laquelle il a participé au cœur d'une coalition rebelle déterminée à renverser Idriss Déby, ainsi que les événements qui ont suivi, et le repli de l'expédition. La victoire de N'Djamena, fait d'armes exceptionnel, a surpris tout le monde, mais l'expédition a fini en repli. Que s'est-il passé ? Comment expliquer ce gâchis ? (18 euros, 282 p., janvier 2015)

L'AFRIQUE VUE D'AFRIQUE Regards croisés de Kra N'Guessan : L'ambition de cet ouvrage vise à compléter et à éclaircir le débat autour de l'Art Nègre, tantôt objet ethnologique, tantôt objet esthétique. L'auteur rend ici hommage à deux grands défenseurs de la culture noire : Amadou Hampâté Bâ et Georges Niangoran-Bouah. Ce livre donne l'occasion de montrer une Afrique « vue d'Afrique » : là ou l'art, dans son sens le plus ouvert, est parole, fêtes et cérémonies commémoratives, là où poésie et dramaturgie se mêlent, s'entrelacent pour donner vie aux formes et aux couleurs. Quadrichromie Broché - Illustré en couleur - Illustré en noir et blanc - Quadrichromie (Coll. Les Arts d'ailleurs, 24,5 euros, 218 p., février 2016)

DIEU ET L'AFRIQUE Une approche prophétique, émancipatrice et pluridisciplinaire Sous la direction de Benoît Awazi Mbambi Kungua Afroscopie n°22016. Ce numéro est consacré à la question politique et théologique de Dieu dans les sociétés africaines postcoloniales, aux prises avec les logiques prédatrices de la mondialisation néolibérale et des tensions idéologiques qui en résultent partout dans le monde. Broché (Coll. Afroscopie, 54 euros, 666 p., février 2016)

POLITIQUES D'ÉDUCATION/FORMATION ET COOPÉRATION INTERNATIONALE DÉCENTRALISÉE AU BÉNIN de Salami Yacoubi Ibikounlé - Préface de Jacques Fialaire - La mise en oeuvre, durant les années 2000, de la décentralisation administrative, a contribué à l'amélioration du système éducatif béninois. Néanmoins, l'effet combiné de la coopération internationale décentralisée et des partenariats bilatéraux et multilatéraux a permis au Bénin d'accéder à 100% de scolarisation. Les centres de formation ainsi créées fournissent aux entreprises locales artisanales une main-d'oeuvre qualifiée. Il reste toutefois beaucoup à faire pour améliorer les politiques de l'éducation et de la formation eu Bénin. Broché (Coll. Études africaines, 52 euros, 660 p., janvier 2016)

EN FINIR AVEC LE MYTHE DE TARZAN : Les élites africaines face à leurs propres responsabilités historiques de Adama Wade : Voici est une moisson de réflexions stratégiques sur l'avenir de l'Afrique. L'auteur passe au peigne fin le complexe géopolitique africain face au reste du monde. Une fragilité psychologique de tout un continent, fossoyeur des énergies et de tout projet de développement. Cet état d'esprit affecte tous les secteurs économiques. C'est un livre riche en informations et en analyse qui rétablit la vraie hiérarchie dans les maux qui gangrènent l'Afrique. Broché (14,5 euros, 136 p., janvier 2016)

PROBLÉMATIQUE FONCIÈRE ET GESTION DES CONFLITS EN AFRIQUE NOIRE : Tome 1 Des indépendances à la faillite des dictatures - 1960-1990 de Chéibane Coulibaly : L'ouvrage dépeint l'évolution de la situation foncière en Afrique subsaharienne : la montée de la pression foncière liée à la croissance démographique, à la dégradation écologique et aux pratiques d'exploitation minières, ainsi que les comportements des acteurs (usagers, autorités locales, Etat). L'ouvrage analyse aussi l'impact de l'organisation sociale sur l'occupation des terres ainsi que les risques de conflits fonciers liés à la superposition de droits. Voici une contribution significative à la réflexion pour les réformes foncières en Afrique noire et aux Comores. Broché (Coll. Harmattan Mali, 22,5 euros, 220 p., janvier 2016)

Published by Gri-Gri International - dans Arts & culture Devoir d'histoire Politique
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 10:00
#Bouaké2004 / Le doc que #Bolloré censure en Afrique seulement... (#SoldatsFrançaisMorts #DevoirdHistoire #Vidéo)

SOURCE

Ce soir, lundi 8 février, l’émission de Canal + « Spécial Investigation », diffuse une enquête consacrée à la sombre affaire du bombardement d’une base de l’armée française à Bouaké dans le nord de la Côte d’Ivoire.

Cette attaque, attribuée à l’époque à l’aviation ivoirienne avait fait dix morts dont neuf soldats français en novembre 2004. Elle avait précédé une quasi guerre entre Paris et Abidjan (sous la présidence de Laurent Gbagbo) dont le point culminant a été le massacre de jeunes manifestants par la force Licorne sur l’esplanade de l’hôtel Ivoire.

Bizarrement, l’émission ne sera pas diffusée sur Canal + Afrique, l’un des derniers nés du groupe de Vincent Bolloré. Elle sera remplacée par un documentaire intitulé « Cocori… couac ! Quand la France torpille ses contrats ». Cette censure partielle n’est pas une première pour Canal+. Après les événements de 2004 en Côte d’Ivoire, la rediffusion d’une enquête de « Lundi Investigation » documentant notamment la fusillade de l’hôtel Ivoire, avait été annulée. Une enquête menée sur le terrain par Stéphane Haumant, aujourd’hui à la tête de Spécial Investigation.

A l’époque, cette censure avait été justifiée par les « menaces » que de trop âpres vérités pourraient faire peser sur les communautés françaises en Afrique. Plus de onze ans plus tard, la même logique semble prévaloir.

Gri-Gri TV