Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Acheter les livres du Gri-Gri

EKIROK.jpg

Interdit aux bâtards - 10 euros

En ligne getbusy.bigcartel.com

Ou chez EKIROK

61 Rue Saint-Denis, 75001 Paris

Les Halles

Ou chez Anjuna

37 Rue Faidherbe, 75011 Paris

Métro Charonne/Faidherbe-Chaligny

www.anjunabijoux.com


couv-reijasse-cap.jpg 

En ligne : 10 euros + frais de port

www.nouveaucourrier.net

En vrai :

Le Monte en l'air

75, rue de Ménilmontant 75020 Paris

Lady Long Solo

38, rue Keller 75011 Paris

Le Libre-Ère

111 bd de Ménilmontant 75020 Paris

  

 cap-IBNI-couv-2.jpg 

En ligne : 10 euros + frais de port

www.nouveaucourrier.net

En vrai :

Présence Africaine

25bis, rue des écoles 75005 Paris

Lady Long Solo

38, rue Keller 75011 Paris

Le Libre-Ère

111 bd de Ménilmontant 75020 Paris

 

couv-ouattara-def.jpg

En ligne : 10 euros + frais de port

www.nouveaucourrier.net

En vrai :

Présence Africaine

25bis, rue des écoles 75005 Paris 

Le Libre-Ère 

111 bd de Ménilmontant 75020 Paris

 

 on-a-gagne-seul.jpg

En ligne : 10 euros + frais de port

www.nouveaucourrier.net

En vrai :

Présence Africaine

25bis, rue des écoles 75005 Paris

Le Libre-Ère

111 bd de Ménilmontant 75020 Paris

Compteur

medias
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 04:00
Melvin Bliss Synthetic substitution / Ministère AMER Damnés (#Beaucoupdegenssontsouspressionlesapaiserestmamission)

Comme Pelé, je continue ma lutte, /

Feinte à droite, feinte à gauche, tir et but.

Le texte ci-dessous est paru en 2013 chez un blogueur passionné, Lud le Scrobouillard, cultivé musicalement, judicieux, et qui sait rendre aux deux disques de Ministère AMER ce qu'il leur doit. Sur le même principe que les pages School of sampling de Get Busy, il part du morceau Damnés et découvre celui à partir duquel il a été musicalement conçu et produit. Tout en re-situant l'arrivée des deux missiles sarcellois dans le paysage rap gaulois des années 90.

J’ai choisi cette semaine le morceau Damnés du Ministère Amer, présent sur leur 1er album Pourquoi Tant De Haine ?, sorti en 1992 chez Musidisc, et qui contient un sample de Synthetic Substitution de Melvin Bliss (1977).

Kenzy, Stomy, Passi, Frédéric Bride habitent Sarcelles et font des excursions à Paname à la fin des années 1980 ; ils forment vite l’association loi 1901 A.M.E.R. (Action Musique Et Rap) avec d’autres, Mariano Beuve, Guetch, Moda, Hamed Daye, etc. Invités par Dee Nasty et Lionel D sur Nova, leur 1er maxi Traitres sort en 1991 sur un label indépendant. Puis viennent leur album en 1992, un reportage de l’émission Rapline présentée par Olivier Cachin en 1993, leur 2e album 95200 en 1994 : entre Brigitte Femme De Flic en 1992, leurs apparitions publiques (Ça ce discute), leur image hardcore et gangsta franchouille (le croisement de Huey P. Newton et de Darin « Doughboy » Baker), le fantasme déclenché par l’appellation « Secte Abdoulaï », et leur morceau Sacrifice de Poulet en 1995 (pour la compil de chansons inspirées par le film La Haine), le Ministère provoque la colère de la France bien-pensante. C’est oublier un peu vite l’aspect contestataire et conscient de leurs lyrics : racisme, brutalités policières, négritude, volonté affichée de faire un art français, indépendance, observation crue d’un quotidien banlieusard fantasmé. C’est oublier la qualité et l’énergie de leurs lyrics, de leur flow. C’est oublier l’esprit d’entreprise de Kenzy, tête pensante du groupe, stagiaire chez Musidisc, en BTS pub, prenant en main tout l’administratif, la logistique, le marketing, la distribution[1]. Le mec ira jusqu’à créer son label, le Secteur Ä, qui aura le succès que l’on connaît, entre le concert à l’Olympia pour les 150 ans de l’abolition de l’esclavage et la sortie des Neg, Arsenik, Janik, Pit Baccardi, Fdy Phenomen, etc.

Encore une fois, je suis entré par la fenêtre. Collégien, je mate les clips. Mes Forces Décuplent Quand On M’Inculpe de Stomy, Je Zappe Et Je Mate de Passi, Nirvana et Né Ici du Doc. J’achète beaucoup de singles et d’albums[2], mais je ne m’en contente pas longtemps : Vinz me copie dans la foulée L’Intégrale du Ministère sur une K7. Découverte d’un monde. Dorénavant, je ne jure que par le Ministère, le rap s’est arrêté en 1997 ! Le livret accompagnant L’Intégrale est très usé aujourd’hui, à force de lire, relire, décrypter et rapper les lyrics. Pour moi, le Ministère, c’est de nouvelles sonorités (rythmes irréguliers, samples acid-funky à souhait), c’est la découverte de Franz Fanon, de la colonisation et de la Françafrique, c’est Je Flirte Avec Le Meurtre, c’est les baskets blanches, c’est Un Eté A La Cité, c’est… une partie de ma culture.

Texte / Lud le Scribouillard

[1] Lire à ce propos le long entretien donné par Kenzy au dernier numéro de Snatch, n° 19, septembre-octobre 2013.

[2] Stomy Bugsy arrive à un moment crucial dans ma vie culturelle. Peu avant, ma chère grand-mère, qui m’offre souvent des livres depuis que je suis tout petit (ethnologie avec photos, les volcans, géographie avec dessins, histoire, etc.), me transmet un bouquin qu’elle avait reçu de France Loisirs avant ma naissance : Le Syndicat du Crime de J.M. Charlier et J. Marcilly, qui parle de la naissance du crime organisé moderne aux Etats-Unis du début du siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. En même temps que je dévore le bouquin, je reste un ado fasciné par les gangsters : je découvre les films qui deviendront cultes pour toute une génération, et les nombreuses références de Stomy aideront à m’y retrouver : Les Affranchis et Casino, Scarface, Le Parrain, Les Incorruptibles, Pulp Fiction, la série des Syndicat du crime, The Killer, Les Indomptés, Nos Funérailles, Usual Suspect, Heat, Premiers Pas dans la Mafia, Carlito’s Way, etc. Evidemment, je redécouvre ses films avec un autre regard à mesure que je deviens un adulte…

Source

Partager cet article

18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 01:00
Les damnés de la terre / Frantz Fanon lu par Protche (#PremièresPages)

Pour vous procurer le livre de Frantz Fanon : ICI.

Partager cet article

18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 00:00
#Gabon / Les Bongoliens inventent des journaux fictifs pour diffamer Jean Ping et désinformer !!!

Paru in ECHOS DU NORD N° 249 du Lundi 8 Septembre 2014

Sous le titre : La désinformation atteint les sommets

Un hebdomadaire national, La Loupe, totalement piraté. Un pseudo-magazine panafricain sorti de nulle part, bien qu’il affiche son 416e numéro, qui annonce « ses vérités » sur Jean Ping. Décidemment, le pouvoir n’hésite plus à multiplier les manœuvres de manipulation.

« Grogne d’Afrique ou Grogne de la présidence de la République ? »

C’est par cette interrogation que Jean Ping a révélé aux jeunes venus l’écouter lors de sa causerie tenue en fin de semaine dernière au quartier Cocotiers, à côté de l’immeuble de la Fonction publique, qu’un journal prétendument panafricain l’accusait d’avoir subtilisé 120 milliards de francs CFA au défunt président Mouammar Kadhafi. Mieux, le titre précise que les enfants Kadhafi auraient porté plainte contre lui, ainsi que l’Etat libyen. Interpol serait saisi pour arrêter Jean Ping partout où il se trouverait dans le monde.

La réalité est toute simple. Ce journal, qui se proclame panafricain, et serait à son 416e numéro, est tout simplement inconnu de la profession. Approché, le distributeur de toute la presse nationale, la société Sogapresse, dit ne pas avoir reçu ce titre pour le mettre en vente. Il suffit d’ailleurs de faire le tour de ses kiosques à Libreville ou à l’intérieur du pays pour s’apercevoir qu’il n’y a point de Grogne d’Afrique dans les rayons. Pour un hebdomadaire qui prétend être à sa 416e semaine de parution, c’est-à-dire près de 9 ans d’existence, il est surprenant que personne ne se souvienne d’avoir vu en kiosque les numéros précédents. Pire , lorsqu’on lit « l’ours » du « confrère » (le petit carré où tout journal doit donner des informations obligatoires régies par la loi, à savoir le nom du directeur de publication du titre, le nom du directeur de la rédaction, celui du rédacteur en chef, ceux des journalistes, le nom de l’imprimeur, celui du distributeur ainsi que le numéro du dépôt légal), on s’aperçoit que pour Grogne d’Afrique, ces informations sont inexistantes. « L’ours » se limite à des informations sommaires. Si ce « journal » n’avait pas l’appui du pouvoir, nul doute que le Conseil national de la communication aurait arrêté cette fantaisie.

Reste le fond du dossier. Pour un journal panafricain paru dans la semaine du 19 au 26 août 2014, il est étonnant que les sujets brûlants de l’actualité africaine en soient absents. Notamment les dégâts du virus Ebola qui ravage l’Afrique de l’Ouest. Mieux, le titre sert même du réchauffé, car l’affaire Ecobank est soldée depuis plusieurs mois. Thierry Thanon, son ancien directeur général, vient de donner une conférence au Gabon sur l’agriculture. La banque a déjà restructuré son management et vise d’autres objectifs. Grogne d’Afrique aurait pu saisir l’occasion de la présence de Thanon au Gabon pour actualiser son papier.

Quant au sujet principal, les « .... Troublantes révélations en Libye » sur Jean Ping, le confrère ne s’est pas aperçu que le fils Kadhafi est assigné en résidence surveillé au Niger. Que sa sœur est en exil et lutte pour sa survie. Pas vraiment la tête à porter plainte contre quelqu’un. Quant à l’Etat libyen, il est totalement déstructuré, en proie à une guerre de fractions entre islamistes et modérés. Dans ces conditions, Jean Ping peut-il constituer le sujet prioritaire des gouvernants libyens ? Absolument pas.

Enfin, le confrère panafricain, dont le siège est 418 rue Louis à Libreville, n’a pas trouvé mieux que de consacrer l’essentiel de son actualité au Gabon. Tout comme les illustrations du chef de l’Etat transgressent les us de la profession. Tout ceci porte à croire que ce "journal" est fabriqué par une "écurie" liée directement ou indirectement à la présidence de la République.

Au cours de sa causerie, Jean Ping a dit ne pas se reconnaître dans tout ce qui est dit. Mettant même au défi les rédacteurs du papier, qui annonçaient que l’ancien président de la Commission de l’Union africaine était recherché par Interpol. « Je pars à New York demain soir, si je suis recherché, eh bien Interpol m’arrêtera. » Désormais aux abois, le pouvoir fait la démonstration qu’il est prêt à tout pour s’accrocher. Cette grossière opération de désinformation au sommet est un signal que tous les démocrates doivent prendre au sérieux.

Texte / JMS

Partager cet article

Published by Gri-Gri International Echos du Nord - dans Gabon 2011
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 07:45
Ronnie devant une partie de sa collection de maillots
Ronnie devant une partie de sa collection de maillots

Quelques jours après son arrivée au Mexique, l'attaquant brésilien a été insulté sur Facebook par un responsable politique local.

Pas certain que Ronaldinho apprécie l'accueil au Mexique. A peine a-t-il mis les pieds dans son nouveau championnat, que l'ancien joueur brésilien du FC Barcelone est déjà l'objet d'une attaque raciste.

Alors qu'il vient de signer pour deux ans avec le club de Queretaro, l'ex-vedette du PSG a été traité de "singe" par un homme politique local. L'individu en question est Carlos Nunez Manuel Trevino, ex-secrétaire du développement social de la ville et membre du Partido Accion Nacional, l’un des principaux partis de droite du pays.

J’essaye vraiment d’être tolérant, mais JE DETESTE LE FOOTBALL et la stupidité que ça engendre. Je déteste le football parce que les gens envahissent et bloquent les rues, ce qui fait que je mets deux heures à rentrer chez moi… Et tout ça pour voir un SINGE… Un Brésilien, mais quand même un singe. Cela devient un cirque ridicule", a-t-il écrit sur son compte Facebook, avant de supprimer le message face au tollé qu'il a suscité.

Un porte-parole du gouvernement mexicain a dores et déjà annoncé de possibles poursuites judiciaires contre responsable politique.

Ce n'est malheureusement pas une première pour Ronaldinho, qui avait déjà été la cible d'insultes racistes dans certains stades en Espagne lors de son passage à Barcelone.

Source

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Gos et Gars du moment
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 07:30
#Ebola / Le mensonge généralisé

Article initialement paru le 27 août 2014

Alors que le journal Le Monde parle quotidiennement de « ravages » et de « catastrophe », la réalité est que l'épidémie de virus Ebola reste d'ampleur très modeste.

La presse parle de 1229 morts entre mars et août 2014 sur l'ensemble de l'Afrique, et encore ce chiffre n'est-il pas exact.

Si vous vous rendez sur la page du site de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) traitant du sujet, vous vous rendez compte qu'il y a en fait 788 décès formellement identifiés comme causés par le virus Ebola. Les autres sont des cas « suspects » ou « probables ». [1]

Ce sont bien sûr 788 morts de trop, mais il faut comparer aux 1,2 MILLION de morts causés annuellement par le paludisme [2], ou aux 2000 morts causés annuellement en France par la grippe saisonnière. [3]

Très peu de contagion

Les images de soignants portant des masques et des combinaisons intégrales pour s'approcher des malades suspectés sont insensées et dignes d'un mauvais film de science-fiction.

Car le virus Ebola ne se transmet absolument pas si facilement :

Autrement dit, le virus Ebola est comparable au SIDA pour son mode de propagation. Il faut vraiment être au contact du sang ou du liquide biologique du malade pour risquer soi-même d'être contaminé.

Cela veut dire, toujours selon le Pr Bruno Marchou, que le virus Ebola :

Ces mesures d'hygiène n'ont rien de sorcier : « Quand on s'occupe d'un patient, on se couvre les mains avec des gants. Si le patient vomit, il faut aussi se couvrir le visage. C'est le b.a-ba. On fait ça tous les jours. » continue-t-il.

« La mort dans 20 à 90 % des cas »

Sandrine Cabu, de Médecins Sans Frontières, interrogée par Le Monde, explique que le virus Ebola entraîne « la mort dans 20 à 90 % des cas ».

Pourquoi une fourchette aussi absurdement large ?

Parce que le virus Ebola est surtout dangereux quand il est mal soigné. Les personnes meurent de déshydratation ou d'hémorragies mais le traitement consiste alors simplement à hydrater ou à transfuser le patient, pas à lui donner un vaccin ni un hypothétique médicament. Il ne faut pas croire ce que prétend l'industrie pharmaceutique qui aimerait pouvoir vendre aux gouvernements une poudre de perlimpinpin comme elle l'avait fait pour le Tamiflu.

« Les nouveaux médicaments ne sont pas la solution contre Ebola », selon un expert en maladies infectieuses

La solution contre l'épidémie consiste à respecter des mesures simples et de bon sens : hygiène, bonne nutrition, vitamine D, vitamine C.

Selon Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses des Etats-Unis, l'outil le plus efficace contre Ebola est de prodiguer les soins de base aux malades.

Selon Thomas E. Levy, auteur d'un article récent sur les remèdes potentiels contre le virus Ebola [6] :

« Jusqu'à présent, il n'y a pas un seul virus testé qui n'ait pas été inactivé par une certaine dose de vitamine C. Un des moyens prioritaires pour détruire le virus, ou programmer sa destruction par le système immunitaire, est d'activer la “réaction de Fenton”. En un mot, cette réaction peut se produire à l'intérieur du virus, dans les cellules où les virus se répliquent et à la surface des virus eux-mêmes. »

Il n'y a donc aucune raison de suspecter le virus Ebola de se transformer brutalement en une pandémie à l'échelle de l'Afrique, et encore moins dans le reste du monde.

Mais il n'y aucun doute que cette psychose peut servir les intérêts financiers de quelques-uns. (la suite ci-dessous)

Semer la panique : un business très lucratif

La panique autour du virus Ebola rappelle évidemment la grippe aviaire de 2005 et la grippe porcine (H1N1) de 2009.

Ces deux « pandémies imminentes » ont été l'occasion de manipuler grossièrement les opinions publiques pour justifier la vaccination en masse des populations, qui s'est révélée entraîner de terribles effets secondaires, dont la narcolepsie, un très grave trouble du sommeil. [7]

En 2009, l'Organisation Mondiale de la Santé a prédit qu'un tiers de la population mondiale pourrait être touchée par la grippe H1N1, avec des effets incalculables. La ministre de la Santé Roselyne Bachelot n'avait alors pas hésité à commander 94 millions de vaccins ! Les Français n’ayant été que 6 millions à se faire vacciner, Mme Bachelot avait, dès le mois de janvier 2010, annulé auprès des laboratoires pharmaceutiques la livraison de 50 millions de doses et fait verser par l'Etat en dédommagement près de 48 millions d’euros aux laboratoires. [8]

Quant au fameux médicament antiviral « miracle », le Tamiflu, son effet réel n'est que de réduire la durée des symptômes de moins d'une journée, sans limiter d'aucune façon les hospitalisations. Une étude britannique a conclu que la distribution de Tamiflu contre la grippe H1N1 a eu pour seul effet de... gaspiller 500 millions de Livres sterling.

En effet, la saison de grippe 2009 se révéla finalement moins grave que d'habitude, malgré la présence de la souche H1N1. De plus, de nombreux prétendus cas de grippe H1N1 se révélèrent ne même pas être des grippes mais de simples rhumes, ce qui n'est pas sans rappeler ce cas de virus Ebola à Berlin qui s'est finalement révélé être... une gastro. [9]

Jouer avec le feu

Toutefois, les titres excessifs martelés par la presse sont à mon avis très dangereux :

Cette psychose est en train de semer la pagaille en Afrique, où des gouvernements sont ni plus ni moins en train de fermer les frontières, mobiliser les armées pour réprimer les populations, et même isoler sans raison des dizaines de milliers de malheureux, hommes, femmes, vieillards et enfants mis en quarantaine dans un bidonville du Libéria, sans nourriture ni eau. [14]

"Tirer à vue"

Dimanche 24 août, on apprenait que, au Sierra Leone :

Lundi 25 août, pire encore : le gouvernement du Libéria ordonne à ses soldats de "tirer à vue" sur les personnes qui chercheraient à passer la frontière, soit disant pour empêcher l'épidémie de se progager ! [16]

Ces réactions totalement excessives risquent de provoquer une vraie catastrophe humanitaire, bien plus grave que le virus Ebola lui-même.

Des mesures commencent également à être prises contre les Africains au niveau international :

En Corée, de véritables réactions racistes éclatent contre les Africains, interdits d'entrer dans certains magasins. [18]

Le mythe du passager infecté dans l'avion

À écouter les autorités et nos journalistes, on croirait qu'une épidémie de virus Ebola peut se déclencher à tout instant en Europe : il suffirait que débarque un Africain touché par la maladie arrivé par avion.

Cette hypothèse est parfaitement irréaliste. Elle ne traduit qu'une ignorance complète de ce qu'est réellement le virus Ebola.

Ne succombons ni à la psychose, ni à une forme de racisme qui ne dit pas son nom.

L'épidémie de virus Ebola ne sera correctement endiguée en Afrique que si toute violence et toute mesure répressive cesse. Qu'on laisse chaque patient être pris tranquillement en charge par un personnel ayant une formation médicale de base, et prenant les mesures d'hygiène évidentes.

N'envoyons ni cargaisons de vaccins en Afrique, ni médicaments. Cela ne servirait qu'à enrichir les laboratoires pharmaceutiques et à provoquer des dégâts bien plus graves par les effets secondaires de ces médicaments.

À votre santé !

Sources :

[1] Maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest – mise à jour

[2] La mortalité due au paludisme plus forte que prévu

[3] Nombre de décès dus à la grippe en France

[4] «Je n'ai pas peur du virus Ebola mais de la panique qu'il va provoquer».

[5] Fauci: New drugs not the best answer for Ebola

[6] Surprising solution for Ebola virus

[7] Des troubles neurologiques rares liés au vaccin anti-H1N1

[8] La grippe h1n1 finit en coûteuse fumée

[9] Alerte au virus Ebola: ce serait en fait une gastro

[10] Ebola: plus de 1.300 cas, 729 décès, 4 pays, une épidémie "sans précédent

[11] Ebola : le Sénégal ferme ses frontières avec la Guinée

[12] Le virus Ebola continue de dévaster l'Afrique de l'Ouest

[13] Ebola : l'OMS décrète une "urgence de santé publique de portée mondiale"

[14] Ebola : au Liberia, un bidonville coupé du monde

[15] Ebola: la Côte d'Ivoire ferme ses frontières ouest

[16] Shoot-on-sight order in Ebola-wary Liberia

[17] Ebola : ignorance, paranoïa et mise en quarantaine

[18] Ebola : ignorance, paranoïa et mise en quarantaine

Texte / Jean-Marc Dupuis

Source

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Santé Economie Politique
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 06:50
#SarkozyEtCarla / La mémoire de Clara, Patrick Besson s'auto-critique (#LivreDuMoment)

Vu le contenu de mon dernier roman (La Mémoire de Clara, Éditions du Rocher, 16,90 euros), on n'a trouvé, pour en parler dans Le Point, qu'une personne : moi. Les autres critiques ont décliné l'invitation, ayant reconnu, parmi mes personnages les plus maltraités, d'éminentes personnalités du monde politique et culturel, dont certains collaborateurs de notre journal. Dans un sens, ça tombe bien : La Mémoire de Clara est l'un des rares livres de la rentrée littéraire 14 que j'ai réussi à lire jusqu'au bout. En fait, je l'ai lu bien avant : quand je l'ai écrit, à l'été 13. J'aime bien rester à Paris en juillet et août pour écrire. Les magasins sont fermés, mais les amis sont ouverts. Qu'est-ce que j'ai ri, l'année dernière. Mais, chez l'éditeur qui avait commandé l'ouvrage et l'avait annoncé dans son programme, ils n'ont pas ri autant que moi. Ils n'ont même pas ri du tout. Alors, je suis allé chez un autre éditeur et, lui, il a ri. Du coup, l'ouvrage a paru le 28 août 14.

Comment dire du bien d'un livre qu'on a écrit soi-même, sans que ça paraisse de la complaisance, voire de la basse flatterie ? Il serait judicieux, me semble-t-il, de commencer par de menues réserves afin d'indiquer que le critique, partie prenante de l'oeuvre dont il traite puisqu'il en est l'auteur, a un vrai souci d'objectivité, une certaine distance envers lui-même. Que reprocher à La Mémoire de Clara ? Quand on demande à une fille quel est son plus grand défaut, elle dit souvent : "Je suis trop gentille." Avec la variante : "Je suis trop généreuse." Je serais tenté de donner le même type de réponse : La Mémoire de Clara est un livre trop drôle, trop vif, trop pétillant, trop percutant. On s'épuise à suivre l'auteur dans ce galop de bons mots, de scènes hilarantes, de personnages tordants. On a envie de lui dire : "Stop, ça suffit, arrête, laisse-nous respirer." Mais lui, n'écoutant que son ivresse de créer, n'en fait qu'à sa tête bien faite de mule.

Afin de résumer le roman, j'ai d'autant moins de scrupules à recopier la quatrième de couverture que j'en suis l'auteur : "En 2060, Clara Bruti, veuve du président Brancusi (1955-2035), a décidé d'écrire ses Mémoires. Âgée de 93 ans, elle est malheureusement atteinte de la maladie d'Alzheimer et a recours aux services d'un nègre : Aimé Boucicaut, jeune écrivain à succès pourchassé par le fisc. Ensemble, très ensemble même, ils revisitent le XXe et le XXIe siècle, au cours desquels tant de choses ont changé dans notre petit monde terrestre." Outre une anecdote ébouriffante et menée de main de maître par un moi au mieux de sa forme, il y a, dans La Mémoire de Clara, des pages sur le temps, le vieillissement, l'amour, la nostalgie, la mort, qui feront battre plus fort ce qu'il reste, dans notre société féroce, de coeurs sensibles.

Texte / Patrick Besson

Où vous procurer le livre : ICI.

Source

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Littérature Livre du moment
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 17:00
13 septembre 1958, Ruben Um Nyobé (#CrimesGaullistesAuCameroun)

Assassiné le 13 septembre 1958...

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Histoire Gos et Gars du moment
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 08:00

Aurore Bergé 2 (UMP) tweete rumeur victoire Ouattara le 29 11 2010 dr www.legrigriinternational.com

Aurore Bergé, ambitieuse candidate en 2008 à la direction des Jeunes populaires de l'UMP

 

Post initialement paru en février 2011 sous le titre :

Aurore Bergé, UMP, responsable sur tweeter du bluff de la victoire de Ouattara le 29 novembre 2010... et remis en ligne le 14/09/2014 suite au passage dans l'émission Le Supplément (Canal +) de la même Aurore Bergé, devenue figure de proue de "Génération Sarkozy"...sûrement le hasard.

 

Lundi 29 novembre 2010. La Côte d'Ivoire se réveille en comptant les bulletins de vote. La France, les Ivoiriens de France, les Africains de France sont dans l'expectative. Les votes de la diaspora française étant annulés, la question tient en une hypothèse : les bédiéistes historiques vont-ils vraiment aller voter pour Ouattara ? Les premiers taux de participation, à 70-71 %, donnent à penser que non... En-dessous des 80 % de participation, ceux du premier tour, chacun sait qu'ADO n'a à peu près aucune chance. Il a besoin d'un report complet et total des suffrages du PDCI.

Lundi 29 novembre 2010. Peu après 15H. Des observateurs particulièrement attentifs, français, 24presse.com, voient passer sur tweeter une annonce à cet instant extraordinaire... "Victoire de Ouattara en Côte d'Ivoire, avec 55 %". Il s'agit déjà d'une reprise de reprise de reprise... Patiemment, ils remontent le fil et finissent par tomber sur "la première occurrence d'un résultat en Côte d'Ivoire"... Et donc sur l'identité du responsable... Aurore Bergé. Quelques recherches plus tard, le portrait s'esquisse : jeune responsable ambitieuse de l'UMP en région parisienne. En 2008, elle s'est présentée à la direction des Jeunes populaires (battue par Benjamin Lancar). Ces derniers temps, elle s'est rapprochée de Valérie Pécresse. Mais d'où qu'on la considère, pas le début d'un lien, ni avec la Côte d'Ivoire, ni avec l'Afrique, la Coopération ou la Francophonie.

À peine contactée, elle bredouille, s'excuse, efface immédiatement le message coupable... comme accablée soudain par l'importance de l'acte qu'elle vient de commettre. Sa source ? Une connaissance en Côte d'Ivoire... Hasard merveilleux qui fait tomber une telle "information" sur une jeune responsable de l'UMP. Qui l'apprenant n'a rien de plus urgent à faire que de la répercuter. Et sur tweeter. Au lieu de simplement vérifier. Ou de demander à son parti quoi faire...

Lundi 29 novembre 2010. Soirée. Paris. Lors d'un gala humanitaire organisé par l'Amref, auquel prenaient part divers artistes et gens de médias, la rumeur se répandait, déjà (jusqu'à arriver au Gri-Gri), d'une victoire de... Ouattara ! 

Mardi 30 novembre 2010, dans les médias et les élites, la victoire de Ouattara a gagné la bataille.

Qu'importe, à partir de là, les (finalement) 71 % de participation qui rendent toujours arithmétiquement impossible la victoire de Ouattara. Qu'importe les incidents, passages à tabac et empêchements de voter au nord pour les gbagbistes. Un Coréen de l'ONU et une Française de l'UMP ont décidé que Ouattara a gagné...

 

Photo - dr    Texte - J.O.

 

Bonus : une petite vidéo de présentation "sympa" d'Aurore Bergé...

Bonus 2 : lien vers l'émission Le Supplément ICI.

 

Partager cet article

Published by J.O. dr www.legrigriinternational.com - dans Côte d'Ivoire - Élections 2010
commenter cet article
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 21:00
#MinistèreAmer / Beaucoup de gens sont sous pression, les apaiser est ma mission / Livre in progress #1

Beaucoup de gens sont sous pression, les apaiser est ma mission / Chp 1

Un livre in progress de Grégory Protche (éd Gri Gri)

Retour 20 ans après sur le plus grand disque de rap français :
95200 de Ministère AMER.

La France des années 80 finissantes - aka les années 90 -, son rap yéyé et bégayant, ses médias incultes, sa gauche morte, sa communautarisation en germes, ses élites culturelles corruptrices, sa banlieue sublimement cous-cultivée, les maisons de disques, radio Nova, les débuts de la presse spé...
Et tant d'autres choses...

Grégory Protche a assisté au procès opposant Ministère AMER à plusieurs syndicats de policiers et au ministère de l'Intérieur...
À l'époque, il préparait un article sur les deux groupes de rap français les plus scandaleux : NTM et Ministère AMER.

Membre actif de Get Busy à partir de 2000, il a aussi écrit (collaboré) dans l'Affiche, Radikal et 5Styles.

Il livrera sur www.legrigriinternational.com, sur facebook et twitter les chapitres suivants, si tout va bien, chaque semaine.

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Beaucoup de gens sont sous pression
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 08:00
#CongoSassou / À Brazzaville, on viole les soeurs de journalistes étrangers

Publié le jeudi 11 septembre 2014.

Dans la nuit du 9 au 10 septembre, le journaliste Elie Smith de MNTV a été victime d'une agression à son domicile, au cours de laquelle sa sœur a été violée. Le scénario du braquage cacherait en réalité une expédition punitive.

La nuit du 9 au 10 septembre, il est 1 heure du matin quand Elie Smith, journaliste camerounais travaillant à MNTV, rentre à son domicile de Brazzaville où l'attend sa sœur. Peu après, quatre hommes lourdement armés, habillés en civil mais portant des rangers de la police, font irruption dans la maison. Les agresseurs prennent le journaliste d'assaut, lui arrachent son alliance et sa montre et le menacent de mort, avant de se mettre en quête d'objets de valeur.

Une fois la maison entièrement pillée, la sœur d'Elie Smith est emmenée dans une chambre et violée. Finalement, les braqueurs décident de laisser la vie sauve au journaliste, avant de prendre la fuite. Sa sœur est pour le moment toujours hospitalisée.

Pour les confrères du journaliste, ce cambriolage n'est qu'un simulacre. L'agression aurait été commanditée par des éléments de la police proches du pouvoir. D'après les informations de Reporters sans frontières, la liberté de ton employée par Elie Smith dans son émission phare, « La Grande Interview », dérangerait le pouvoir. Il aurait été sous surveillance depuis quelques semaines.

Le 7 septembre, le journaliste avait publié en ligne des photos de militants blessés par des hommes en civils à la sortie du meeting du Collectif des partis de l'opposition. Aurait-il alors dépassé les bornes aux yeux des autorités ? Selon des internautes, ces images auraient provoqué la colère du porte-parole de la police.

« La violence de l'agression subie par Elie Smith et sa sœur est profondément choquante, déclare Virginie Dangles, adjointe à la directrice de la Recherche de Reporters sans frontières. Nous exhortons les autorités à agir dans les plus brefs délais afin d'arrêter les agresseurs et d'identifier leurs commanditaires ».

La nouvelle de l'agression subie par le journaliste et sa sœur n'a pas tardé à se répandre. Le 10 septembre, la journaliste et blogueuse Sadio Kante donne l'alerte sur son blog. Le 11 septembre à la mi-journée, elle est convoquée à la direction générale de la police. Ses proches sont sans nouvelles d'elle depuis.

La République du Congo occupe la 82e place, sur 180 pays, dans le Classement mondial 2014 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

Source

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Congo Sassou
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:45
#CPI / Me Altit peut se réjouir : son appel a été rejeté : il y aura bien un procès Gbagbo...dans 1, 2, 3 ou 4 ans


La Haye - La Cour pénale internationale a confirmé jeudi de manière "définitive" qu’elle jugera l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo pour crimes contre l’humanité, un appel de la défense ayant été rejeté.

"La Chambre préliminaire I a rejeté la demande de la défense d’interjeter
appel de la décision relative à la confirmation des charges", a indiqué dans un communiqué la CPI, qui siège à La Haye. Une date d’ouverture du procès devra être déterminée.

Après avoir d’abord douté de la solidité du dossier dressé par l’accusation
contre M. Gbagbo, la CPI avait finalement confirmé en juin quatre charges de crimes contre l’humanité contre l’ancien président.

Il est accusé d’avoir, avec son entourage, "ordonné, sollicité, encouragé ou contribué de toute autre manière" à commettre des meurtres, viols, actes inhumains et persécutions.
La défense de M. Gbagbo avait demandé à la CPI l’autorisation d’interjeter appel, assurant notamment que la Cour avait "refusé d’examiner les conséquences du fait que le procureur n’avait pas enquêté à décharge" et n’avait pas correctement évalué les preuves du procureur.

"Cependant, la défense n’a pas identifié de question concrète (...) qui aurait pu avoir un impact essentiel", sur la décision de confirmer les charges, a soutenu la CPI dans sa décision.

Premier ex-chef d’Etat poursuivi par la CPI, Laurent Gbagbo, 69 ans, est accusé d’avoir fomenté une campagne de violences dans le but de conserver, en vain, le pouvoir à l’issue de la présidentielle de novembre 2010. Plus de 3.000 personnes avaient été tuées en cinq mois de violences.

M. Gbagbo assure de son côté avoir été évincé en faveur de son rival Alassane Ouattara à la suite d’un complot mis sur pied par la France, ancienne puissance coloniale en Côte d’Ivoire.

Les partisans de M. Gbagbo, encore nombreux en Côte d’Ivoire, ainsi que des organisations de la société civile dénoncent une "justice des vainqueurs".

"La décision confirmant les charges étant désormais définitive", la CPI va constituer une chambre de première instance qui "sera en charge de la conduite du procès dans cette affaire", a précisé la Cour.

Arrêté en avril 2011 par les forces pro-Ouattara appuyées par la France et l’ONU, Laurent Gbagbo avait été transféré à La Haye en novembre 2011.

La CPI détient également Charles Blé Goudé, un homme-clé du régime Gbagbo. Lui aussi est soupçonné de crimes contre l’humanité, comme l’ancienne Première dame Simone Gbagbo, que le régime ivoirien a refusé de livrer à La Haye.

Texte / AFP

Partager cet article

11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 16:00
#Platini / «L'Europe du foot de papa, mâle, machiste et blanche, c'est fini et ça ne reviendra pas.»

Michel Platini a eu une formule choc pour ouvrir mercredi (10/09/14, ndlr), en Italie, secouée cet été par une nouvelle affaire de racisme, une conférence sur le respect de la diversité.

«L'Europe du foot de papa, mâle, machiste et blanche, c'est fini et ça ne reviendra pas.» C'est par ces mots que Michel Platini a lancé mercredi la Conférence sur le respect de la diversité, la quatrième du genre en onze ans pour l'UEFA, l'instance qu'il dirige. Quelques jours après avoir abandonné la course à la présidence de la FIFA, l'ancien numéro 10 des Bleus a eu cette formule choc pour dénoncer les problèmes de racisme et plus largement d'acceptation de l'autre rencontrées aujourd'hui par le football européen.

«Cette répétition est plutôt, soyons honnêtes, le constat d'un échec. Le racisme et la discrimination appartiennent toujours à notre société et donc à notre football», a déclaré Platini, estimant de fait que l'UEFA n'avait «pas à s'enorgueillir» d'organiser encore une telle conférence. D'autant moins que, hasard du calendrier et de la géographie, que cette conférence, programmée sur deux jours, se tient à Rome, quelques semaines seulement après un dérapage verbal fâcheux du nouveau président de la Fédération italienne, Carlo Tavecchio.

Ce dernier avait déclaré le 25 juillet dernier lors d'une réunion publique: «Opti Poba» est arrivé ici et avant il mangeait des bananes, aujourd'hui, il joue titulaire à la Lazio de Rome.» Des propos qui ne visaient aucun joueur en particulier, même si certains y ont vu une ressemblance avec le nom de l'international français de la Juventus Turin Paul Pogba, mais qui ciblaient en revanche clairement les joueurs étrangers, voire africains, de Serie A. La classe politique italienne s'était émue d'une telle sortie.

«Les mots de Tavecchio sont la photographie de ce que nous ne pouvons plus nous permettre», avait ainsi déclaré Debora Serracchiani, vice-secrétaire du Parti démocrate, dans les colonnes de La Repubblica. Tavecchio avait évidemment nié tout racisme - «J'accepte toutes les critiques mais pas l'accusation de raciste parce que toute ma vie témoigne du contraire» - et cette affaire ne l'avait pas empêché d'être élu à la présidence de la Fédération le 11 août. Mais Michel Platini a rappelé ce mercredi que l'instance disciplinaire de l'UEFA «prendra une décision» à son encontre.

Au-delà de cette nouvelle affaire de racisme dans le football italien, déjà marqué ces derniers mois par des jets de banane à l'encontre de Kevin Constant et Nigel De Jong, alors joueurs de l'AC Milan, le président de l'UEFA a profité de cette conférence pour rappeler devant deux cents délégués des fédérations, ligues, clubs, ONG et représentants des minorités que «l'extraordinaire popularité» du football «entraîne une grande responsabilité, et notre sport doit véhiculer des valeurs qui puissent contribuer à rendre la société plus tolérante.»

Les divers ateliers proposés durant ces deux jours, et auxquels d'anciens joueurs comme le Néerlandais Clarence Seedorf, doivent participer, viseront donc à «renforcer la prise de conscience du racisme et de la discrimination dans la famille du football» et à «proposer et partager des solutions pratiques.» L'UEFA «ne tolère aucune forme de discrimination, raciale, culturelle, religieuse, sexuelle ou homophobe» a conclu Platini, conscient cependant que «le chemin est long, parsemé d'embûches et d'oppositions sourdes.»

Source

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Gos et Gars du moment Ordre (du jour)
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 09:24
#AdministrationFrançaise / Jusqu'à quand Hollande soutiendra-t-il le sous-préfet Soro et le fonctionnaire Lobognon ? (#ObjectifDirect #EmployéesMaltraitées))

Ce n'est qu'un combat, continuons le début...

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Côte d'Ivoire - Élections 2010
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 09:00
Victimes et bourreaux oubliés du procès Habré (#Tchad) / Justine Okimi lue par Protche

Victimes et bourreaux oubliés du procès Habré (#Tchad)

Une enquête réalisée par Justine Okimi
Parue pour partie en décembre 2013

dans Le Nouveau courrier à Abidjan

Lecture Grégory Protche

www.nouveaucourrier.net

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Tchad Sénégal 2011 Politique
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 08:45
#Économie / Les pays ACP signant des APE seront les dindons de la farce une fois le TAFTA ratifié

La Commission européenne ment en affirmant que les APE renforceront la compétitivité des pays ACP ayant signé des APE régionaux.

Selon une source des institutions européennes, pas encore dans le domaine public, l'offre de réductions tarifaires de l'UE sur ses importations venant des États-Unis (EU) dans le TAFTA annihilerait largement les préférences commerciales des pays ACP sur le marché de l'UE, supposées découler de la signature des APE régionaux.

En effet l'offre tarifaire de l'UE aux EU supprimerait tous les droits de douane (DD) à l'exception de quelques produits agricoles "sensibles" – pour lesquels aucune offre n'a été faite mais qui donneraient probablement lieu à des quotas tarifaires avant sans doute d'être totalement supprimés à plus long terme – mais que les pays ACP exportent très peu vers l'UE et où ils sont au contraire fortement déficitaires vis-à-vis de l'UE : une bonne partie des viandes et préparations, produits laitiers et céréales. Le sucre aussi est un produit sensible pour l'UE malgré son excédent sur les pays ACP de 107 379 tonnes pour 1,063 milliard d'€ en 2013, mais l'AO et la CEMAC (Afrique centrale) ont eu un léger excédent sur l'UE, de respectivement 51 348 tonnes pour 28,5 millions d'€ et 25 613 tonnes pour 14,4 million d'€.

Ainsi l'UE éliminerait ses DD vis-à-vis des EU sur presque tous les produits agricoles exportés par les pays ACP non PMA (pays moins avancés), notamment d'Afrique de l'Ouest (AO : Côte d'Ivoire, Ghana et Nigéria) et d'Afrique de l'Est (East African Community : à l'exception du Kenya, le Burundi, le Rwanda, la Tanzanie et l'Ouganda sont des PMA) et cette élimination se ferait pratiquement en totalité dès la mise en œuvre du TAFTA (après 3 ans pour les légumes ci-dessous et les ananas) : pour l'AO ce sont les produits transformés du cacao et du café, les poissons et préparations, les ananas et jus d'ananas et, pour l'EAC (Kenya), ce sont aussi les poissons et préparations, les fleurs coupées, les légumes frais (pois, haricots, aubergines, piments), les avocats, le jus d'ananas, les préparations de thé et café, le tabac, les cuirs et peaux. Tous les produits non agricoles seraient libéralisés, dont les textiles et vêtements tout de suite, que le Kenya exporte vers l'UE en quantité non négligeable et un peu aussi le Nigéria.

Autrement dit les EU bénéficieraient des mêmes avantages que les pays ACP s'ils ratifiaient les APE alors que leurs exportations agricoles concurrentes sont subventionnées, de plus en plus par des aides massives aux assurances agricoles. Le scandale est que, si les pays ACP ne ratifient pas les APE régionaux, les pays non PMA devront payer les DD du SPG (système de préférences généralisées) sur toutes leurs exportations – soit 150 millions d'€ pour les 3 non PMA d'AO et 61,8 millions d'€ pour le Kenya sur la base de leurs exportations de 2013 – et ceci indéfiniment dans le temps alors que celles des EU seraient totalement détaxées! Dans les deux cas, qu'ils ratifient ou pas les APE régionaux, les pays ACP seraient les dindons de la farce, mais les PMA le seraient infiniment plus si les APE régionaux étaient ratifiés.


Texte / Jacques Berthelot (jacques.berthelot4@wanadoo.fr), 4 septembre 2014

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Economie Politique
commenter cet article

Pages Spéciales

Éditions du Gri-Gri / 10 euros

on-a-gagne-seul.jpg  Kouamouo couv 2  cap IBNI couv 2

couv reijasse cap Couv-livre-seul.jpg

Gri-Gri TV

Les vidéos de legrigriinternational sur Dailymotion

Auteurs du Gri-Gri

Théophile Kouamouo

 


 Guy Labertit 

 

 

Jérôme Reijasse

 

 

Grégory Protche

 

 

 

Sear / Get Busy

 

  
Pour acheter Interdit aux bâtards cliqez ICI.

 

Films in progress

Où étiez-vous le 11 avril 2011 ?

 


Des débuts de livres

 


Patrice dispense de l'impayable

mais très achetable Jeune Afrique

 


 

Les lectures du Gri-Gri

 

 


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog