Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 09:47

 

Quand un garçon survit grâce à son maigre salaire de «prentikê» sur une Sotrama, quand un garçon ne supporte pas de voir sa sœur se prostituer pour pouvoir acheter les condiments qui manquent, quand un garçon s’attend à devenir le chauffeur d’une Sotrama, et que le fils du patron lui vole la place, le désespoir l’envahit. Il ne veut pas passer le reste de sa vie accroché à la porte d’un des minibus verts qui sillonnent la capitale malienne, d’un quartier à l’autre, en quête de passagers. Il a les mêmes ambitions que tous les jeunes du monde, il veut s’en sortir, il veut réussir.

Il ne voit qu’une solution à sa misère financière et morale, aller frapper à la porte de la belle maison que tout le monde connaît pour offrir ses services aux trafiquants de drogue qui y habitent. Peu importent le risque, la peur, l’illégalité, au bout, il y aura de l’argent, beaucoup d’argent, énormément d’argent. Fini, l’humiliation, fini, la galère, fini, la prostitution de sa sœur. Il est un chien au bas de l’échelle sociale, il sera un chien dans ce milieu sans foi ni loi. 

C’est l’histoire de Ladji dans Wùlu, le film réalisé par le jeune franco-malien Daouda Coulibaly. Projeté en avant-première au Forum des Images, à Paris, le jeudi 24 novembre, Wùlu a impressionné le public. Le fourmillement de la gare routière de Rail Da à Bamako, les échoppes sombres où on encaisse les injustices les dents serrées, les ruelles défoncées, les portes closes derrière lesquelles chacun cherche une solution à la pauvreté. Le silence qui vaut mieux que les paroles qui ne serviraient de toute façon à rien. La puissance de celui qui possède sur celui qui n’a rien. La corruption et le trafic illicite en filigrane, à tous les niveaux. 

La peur de Ladji qui transporte la drogue entre Bamako et Conakry quand les contrôles policiers ou militaires se font trop insistants. La violence du trafic subie dans le septentrion. C’est le choix déterminé et silencieux de Ladji, car au bout de tout, il y a l’argent. Quoiqu’il soit contraint de faire, Ladji va réussir. L’argent remplacera la misère, les produits de luxe remplaceront la prostitution de sa sœur. L’ascension sera fulgurante pour eux deux. 

Après la projection du film, le public a pu échanger avec l’équipe du film. Daouda Coulibaly a expliqué qu’il travaillait déjà au scénario de Wùlu lorsqu’en 2009, un avion cargo, rempli de cocaïne, atterrissait dans le Nord du Mali. Il a donc inscrit son film dans le contexte nébuleux de ce qu’on appelle l’affaire Air Cocaïne. Il avait prévu de tourner Wùlu au Mali, mais l’insécurité qui y règne depuis début 2012 l’a amené à changer ses plans. Mises à part quelques scènes à Bamako, la majeure partie du film a été tournée au Sénégal. 

Conseiller en stratégie sur l’Afrique, ex- sous-directeur du service Afrique occidentale, chargé du Mali au sein du ministère français des Affaires étrangères, Laurent Bigot avait été invité à la projection. Selon lui, «Wùlu est un film courageux, car il aborde un sujet pratiquement tabou. Un sujet dont personne ne parle, ni les Maliens, ni le gouvernement malien, ni la communauté internationale, alors que le fond de la crise malienne repose sur le trafic de drogues, de cocaïne en particulier. Les vrais sujets de la crise malienne sont les trafics. Les réseaux terroristes sont avant tout des réseaux narcotrafiquants. Tout le monde le sait. Tout le monde y est mêlé, le Mali, les pays de la sous-région, les groupes armés, l’Occident, donc personne n’aborde la question.» 

Le parcours de Ladji est un parcours individuel, mais il est le reflet d’une tendance lourde de la société. Les jeunes ne se voient pas d’avenir, ils ne voient pas comment sortir de leur misère socio-énonomique. Certains subissent passivement, d’autres partent «à l’aventure vers l’Eldorado européen», une poignée de ces jeunes désespérés prend la même décision que Ladji. Dans un pays où la moitié de la population a moins de 16 ans, les décideurs nationaux et internationaux devraient agir, et vite, car il y va de l’avenir de tout un pays, il y va de la dignité d’un peuple.  

Dans Wùlu, l’atmosphère est pesante, oppressante, les images sont belles et dures à la fois. C’est un thriller. Un «polar» à l’odeur de désespoir, à l’odeur de trafic, à l’odeur d’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), à l’odeur de sacs de drogue et de billets de banque qui passent d’une main à l’autre. Après avoir été présenté aux festivals internationaux de films de Toronto (Canada), Londres (Royaume Uni), Angoulême (France), Namur (France), et Hambourg (Allemagne), Wùlu vient de remporter le Prix du Public au 36ème Festival International du Film d'Amiens (France). Quand il sera projeté au Mali, Wùlu, que Laurent Bigot a qualifié de film engagé, recevra peut-être un accueil mitigé, car il met le doigt là où ça fait mal. 

Texte : Françoise WASSERVOGEL

SourceLe Reporter

Published by Gri-Gri International - dans Mali Francophonie Françafrique Arts & culture
commenter cet article
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 09:19

Via le lien sous la vidéo, retrouvez diverses photos historiques de Fidel Castro en compagnie de leaders africains indépendants.

ICI.

30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 12:00

 

Initialement paru sur VIRAGE.

Le 07/11/2016 sous le titre :

Alléluia ! C’est enfin revenu ! Mais quoi ?

 

Cette boule au ventre avant chaque rencontre. Ce manque atroce quand les Bleus imposent une trêve internationale. Ce doute vertigineux quand l’arbitre lance les hostilités. Ce ricanement de possédé quand Lucas dribble nos dernières illusions, cette tristesse insondable quand Javier ne figure toujours pas sur la feuille de match, cette prière démente quand Cavani s’approche de la surface, ce tourbillon philosophique quand j’essaye de comprendre la stratégie d’Emery, cette rage quand je vois Angel refuser tout contact avec l’ennemi, lâcheté intolérable…

Mon PSG ressuscité, celui de la victoire pas acquise, celui des passes ratées, des actions avortées, des replis défensifs poussifs, celui qui attise la haine des commentateurs, qui entend les bouchons de champagne péter les soirs de défaite un peu partout dans les chaumières de France.

Et je réapprends à haïr en toute liberté

À Toulouse, quand nous humilions le football, quand Thiago Motta passe à l’ennemi, quand Canal+ explose de joie sur le deuxième but, j’ai les poings serrés, l’insulte généreuse, je martyrise mon canapé qui pleure sur ses accoudoirs désormais en miettes. Je revis !

Et je réapprends à haïr en toute liberté. Suis-je le seul à constater l’acharnement médiatique, la valse incessante de critiques faciles, subjectives qui s’abattent sur les miens à chaque nouvelle rencontre ? De L’Équipe (journal + chaîne télé) à la cryptée, c’est du flingage en règle, de la mauvaise foi totale, de la vengeance à peine déguisée.

Cavani a les meilleures stats d’Europe en ce début d’année ? On remarque surtout ses ratés ! On reparle sans cesse de sa prestation frustrante contre Arsenal. De son incapacité à marquer quand il lui faut d’abord contrôler. Je revois ces quelques idiots à la sortie du Parc réclamant son départ au micro des journalistes. Exigeant plus, exigeant mieux ! Petits bourgeois sans histoire, sans passé…

Eux qui ne sauront JAMAIS remporter
trois Ligues Europa de suite

Emery tente des choses, brouillonne, tatônne, placardise Hatem, s’entête. Il est nul, pas à sa place, et il parle français comme une vache espagnole. Non stop, on ricane, on se moque, on montre du doigt cet accent impossible, ces phrases sans fin et incompréhensibles (Jardim, même combat !). Voilà où on en est. Emery, en trois mois, est déjà condamné. Paris est à six points de Nice, Paris est qualifié pour les huitièmes en LDC et Paris a déjà tout foiré.

Les entraîneurs français grognent, gloussent même pas sous cape, eux qui ne sauront JAMAIS remporter trois Ligues Europa de suite. Le Guen s’acharne, ils s’acharnent tous. Emery a quand même servi à une chose : Il a démontré à quel point Blanc, ce n’était que de l’auto-gestion. Et que, sans Ibra, notre équipe de salariés surévalués se dévoile capricieuse, ingérable, moyenne.

Quand Paris joue sur Canal, on entend les deux commentateurs et l’inutile en bord de pelouse passer leur match à trouver des solutions pour l’équipe adverse. De témoins privilégiés, ils glissent vers autre chose, ils deviennent presque des supporters, des entraîneurs adjoints, des partiaux, des convaincus. C’est irritant et c’est évidemment jouissif.

Un ultra, c’est un fidèle,
un disciple, un apôtre

Quand on parle du retour des ultras au Parc, les mêmes qui hurlaient au loup il y a des années, à l’aube du plan Leproux, se déclarent ravis de cette initiative. Le bal des faux-culs, le défilé des girouettes ! C’est quoi un ultra ? Un chanteur ? Un G.O. ? C’est quoi ? Un ultra, c’est un fidèle, un disciple, un apôtre. Il veut pouvoir se déchirer les cordes vocales chaque week-end, il veut pouvoir élaborer ses propres tifos, dénoncer les choses qui le dérangent sans qu’un stadier lui prie de rentrer chez lui pour toujours. Avec humour, décalage, parfois violence. Là, quoi ? C’est la parade chez Disney, des figurants déjà soumis. On nous parle de 150 mecs. Les Choristes en somme.

Des ultras qui ne pourront pas brailler contre le prix des abonnements, la mocheté des maillots (on en parle de notre logo qui est presque devenu invisible ???), la politique du Club. Le Parc n’est pas une MJC. C’était autrefois, malgré les débordements, malgré la mort même, le lieu de la liberté dans toute sa furie. On peut ne pas être d’accord, bien sûr. Mais qu’on ne vienne pas me vendre ce petit cheptel de chanteurs amateurs comme les ambassadeurs de notre foi ! La blague !

Comme une fenêtre ouverte sur la légende

Contre Lille, l’autre soir, j’ai eu peur. Peur de la défaite, peur de voir Nice s’envoler, peur qu’Antonetti sauve sa peau. Que ce fut long, tendu, désagréable, stressant. Que ce fut bon ! Contre Bâle, le pion de Meunier, sublime, inespéré, improbable, valait bien le miracle de Coridon face à Porto, le pointard de Leroy (Laurent) contre le Bayern, la tête d’Antoine… C’était mon Paris, agaçant, décevant, en réaction, capable de tout et même du meilleur. C’était comme une fenêtre ouverte sur la légende.

Hier soir, j’entends ça: “De toutes façons, le PSG, même médiocre, va remporter tranquille le championnat…” Alors, c’est ça ? On est bon, on est nul mais on gagne à la fin ? Je n’en suis pas persuadé. Ce n’est pas le problème. Si les Aiglons vont jusqu’au bout, ils l’auront mérité. Et si l’om et lyon restent à la porte de l’Europe, cela suffira à mon bonheur. Comme avant, quand la chute des autres était notre seul trophée possible.
Le temps décidera.

Détestez-nous, moquez-vous, croisez les doigts pour que tous les Dupraz de l’hexagone parviennent à nous plier. Continuez à vous prosterner devant Rudi Garcia et son match à ZÉRO tir au Parc. Lui et sa bande ont été héroïques, nous simplement pathétiques. Ok.
Pendant ce temps-là, l’Angleterre se charge d’apprendre à Ibra, chaque jour un peu plus, le sens du mot: “humilité”.

Pendant ce temps-là, ma foi se réactive.
Pas de doute, je revis.

 

Texte : Jérôme Reijasse

PS : La Page Facebook de Jérôme Reijasse (pas lui qui la tient, mais bon)

PS 2 : ci-dessous la playlist Youtube des interventions de Jérôme Reijasse ou de ses textes lus.

Published by Gri-Gri International Jérôme Reijasse - dans Jérôme Reijasse 7 jours loin du monde Sports
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 07:48

PS : merci à JCM.

Le 8 novembre 2011, marquait l’ouverture des offres pour la réalisation du nouveau siège du Port Autonome de Pointe-Noire. Le bâtiment ultra moderne, à la fière allure inspirée du Burj al Arab de Dubai, nous était présenté comme la « Condition sine qua non pour la re-dynamisation de son activité [du PAPN ndlr], afin de lui permettre de faire face à l’évolution croissante de son trafic. »

On nous précisait : « Financé par le budget d’investissement exercices 2011-2012, le siège administratif du port autonome de Pointe-Noire sera un bâtiment de 16 niveaux d’une hauteur de 64,7m, avec un sous sol. Il couvrira une surface bâtie totale de 16 201 m2. »

Cinq entreprises ont soumissionné à l’avis d’appel d’offres lancé le 17 octobre 2011.

Moins disante, l’entreprise CGC (China Geo Engineering Corporation International LTD) a emporté le marché et les travaux ont commencé rapidement, après déguerpissement du village des artisans et des établissements de restauration qui occupaient depuis fort longtemps les locaux de l’ex-plage mondaine.

Au cours du second semestre de 2014, les travaux de gros œuvre étaient en phase finale et on commençait à voir la pose des murs rideaux (vitrages).  Le chantier avait pris du retard, mais c’est une vicissitude à laquelle nous sommes coutumiers.

Et puis… plus rien.

L’entreprise a déserté les lieux et on assiste au pitoyable spectacle de la détérioration progressive de ce qui a été réalisé.

Comme d’habitude en pareil cas, une omerta frappe ce chantier :

- Pourquoi est-il interrompu ?

Ce ne peut être en raison de la crise puisque il a été financé, sur les budgets 2011/2012, avant qu’elle n’arrive.

- Doit-il reprendre ?

- Quand ?

- Quid des quelques 20 milliards approvisionnés ?

Mystère disions nous. 

 

Texte : L.S.

28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 20:17

Information mise en ligne par Théophile Kouamouo

Coup de théâtre. La Cour africaine des droits de l'homme et des peuples a déclaré, aujourd'hui (18/11/2016), la Commission électorale indépendante (CEI) ivoirienne non conforme au droit international.

En votant la loi qui fonde cette institution, considérée comme "discriminatoire" envers l'opposition et les candidats indépendants, l'Etat de Côte d'Ivoire a "violé son obligation de créer un organe électoral indépendant et impartial, prévu par l'article 17 de la Charte africaine sur la démocratie et l'article 3 du protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, et qu'il a également par voie de conséquence violé le droit des citoyens de participer librement à la direction des Affaires publiques de leur pays garanti par l'article 13 (...) de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples".

La Cour africaine des droits de l'homme et des peuples lui "ordonne" de modifier la loi sur la CEI pour la rendre conforme aux chartes et conventions auxquels il est partie. C'est une victoire de taille pour l'APDH, association de défense des droits de l'Homme locale, et pour son avocat, Maître Bernard Guizot Takoré, qui a pensé et monté cette procédure assez novatrice sous nos cieux.

La lecture de la décision en vidéo.

Published by Gri-Gri International Théophile Kouamouo - dans Côte d'Ivoire - Élections 2010 Francophonie Françafrique Politique
commenter cet article
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 09:00

 

Le 17 octobre dernier, Noisey mettait en ligne un portrait-interview de Mehdi Pinson, par notre ami Jérôme Reijasse. En voici la version aussi intégrale qu'originale.

Les historiens de la musique n'ont rien vu venir. Soixante piges qu'ils nous bassinent avec Memphis, Nashville, New York, Los Angeles, Chicago, Détroit, Londres, Berlin. Soixante piges sans être capables de mettre à jour la carte des centres névralgiques. 77. Pas une date, non. Un code postal. Seine-et-Marne. Là, une ville. Meaux. Les moins renseignés citeront peut-être un fromage, un homme politique en pleine traversée du désert, un comique Canal +. Meaux mérite mieux.

 

Meaux est le centre du monde, pour détourner Dali. Car c'est à Meaux qu'ont vu le jour Thomas Parent et Mehdi Pinson. Qui ??? Thomas Parent, alias (DJ) Pone, qui s'apprête à sortir son premier album solo, Radiant, un disque formidable, autoproduit, incandescent, où le hip hop et l'électro acceptent de sonder l'âme des hommes. Un disque fier, qui sait que c'est dans l'obscurité que se dessinent les destins. Mehdi Pinson, lui, est un Arabe oiseau, un Français Goonies, un MC karaté, un DJ princier (il mixe pour les VIP les soirs de Ligue des Champions au Parc), un entertainer romantique, un mélancolique uplifting. Il tenait le micro dans Heb Frueman, groupe punk hardcore éphémère, anecdotique et génial, qui a embrasé les clubs hexagonaux de 1996 à 1998 et qui s'offre ces jours-ci une rétrospective sous la forme d'un vinyle, A Year and a Half of High Altitude Velocity (Poch Records), c'était lui encore qui chantait dans Scenario Rock, duo burné et inclassable coincé entre deux siècles, responsable de deux albums honteusement oubliés, c'est toujours lui qui ondule, avec ou sans Justice, sous le pseudo de DVNO, en attendant de sortir son premier véritable disque en solitaire (les plus optimistes en rêvent pour 2017).

 

Dans la vie, il faut oser. Oser se tromper et mieux, oser avoir raison. Mehdi Pinson a tout pour lui : la gueule, le look, le talent, l'arrogance, la lumière, le romantisme, le savoir, la lucidité, la voix (contre-ténor, comme Michael ou Stevie). Il aime les films de John Hugues, l'instant présent, les planches à roulettes (qu'il chevauche encore avec une grâce totale à quarante piges passées), les restaurants savoureux, les vannes assassines, son fils. Il aurait pu devenir illustrateur mais la vie en a décidé autrement. La musique est presque chez lui un choix par défaut. La vie fait donc (très) bien les choses. Il parle de Youth Of Today comme de Frank Ocean. A multiplié les boulots : agent de mannequins (“les années les plus tristes de ma vie” confesse-t-il), trublion chez Surface To Air : “Comme il y a un truc hyper romantique dans la musique, et vu qu'on peut vite commencer à croire ce que les gens racontent de nous, je pense que c'est bien de garder un pied dans la réalité. S'il n'y a pas d'école, pas de récréation... Et puis, si tu taffes et que tu gagnes ta vie, ça te permet de ne pas faire de compromis dans ta musique, tu peux faire ce que tu as vraiment envie de faire” précise-t-il. Ses détracteurs, et ils existent, voilà ce qu'il en fait : “J'ai l'impression que je n'ai pas envie d'être copain avec eux et c'est ça qui les touche. Ils ont plus besoin que je leur fasse un câlin qu'autre chose... Je n'ai ni le temps ni l'énergie de mettre des claques à tous mes détracteurs. Je l'ai beaucoup fait. C'est fini. C'est un truc de complexé en fait...”. Sur une autre planète, à une autre époque, un mécène l'aurait depuis longtemps adopté, accepté ses exigences, toutes, et il serait devenu une star. Oui. Le temps est venu d'écrire sa légende. Avant que l'Histoire n'ait tout écrasé. “Je suis juste un pauvre mec qui voudrait que le bien triomphe du mal avec poésie comme dans une bonne VHS”, dit-il par texto après l'entretien. On n'est pas dupe. Malgré les rires en coin, les blagues protectrices, les clins d'oeil, Mehdi Pinson a ce qu'il faut pour s'accaparer le trône. Et ainsi faire de Meaux la Capitale du Royaume de France. Enfin !

 

Il fait froid et Mehdi, tel un père Noël qui se moquerait des calendriers, arrive, une chemise Dickies aux carreaux verts du meilleur effet, le cheveux court, rare et plaqué, et les poches chargées de cadeaux : son fanzine, The Gamberge Folder chez Headbangers Publishing, dirigées par Pedro Winter, partenaire de longue date, ainsi que deux disques sans code-barre de DVNO, Dvnolandia et Moonlighting, avant de s'allumer une cigarette. Avant de se raconter.

 

Tu penses qu'il ne fallait pas faire ce vinyle rétrospectif de Heb Frueman. Pourquoi ? Tu pourrais penser aux millions d'enfants qui n'ont pas pu vous voir à l'époque...

 

Déjà, je pense que les millions d'enfants, ils s'en branlent. Moi, je suis pour faire des trucs, là, maintenant. Non mais je suis content, c'est cool mais moi, je ne l'aurais pas fait. Rien que la joie que ça a l'air de procurer aux mecs que je connais qui ont récupéré le vinyle, c'est cool, ça fait plaisir. Les deux fails du truc, c'est juste qu'il n'y a pas la reprise de Fugazi et que dans les chroniques qu'ils ont reproduites dans le booklet, il n'y a pas celle de Maximum Rock&Roll, qui était quand même l'aboutissement du truc. C'est un peu dommage...

 

Je ne suis pas sûr d'avoir bien compris. Tu penses que plutôt que de sortir ce disque qui retrace votre parcours, tu aurais préféré faire quelque chose aujourd'hui avec Heb Frueman?

 

Je pense que tant que tu as du jus et que tu peux être créatif, il faut le faire. Après, le côté madeleine de Proust, c'est cool mais on aura tout le loisir de le faire quand on sera vraiment rincé. Je pense que de sortir ces disques-là, c'est comme d'écrire sa propre bio. C'est un peu tôt. Je pense qu'avec cet argent et cette énergie, on peut faire des trucs, des trucs maintenant ! Des trucs cool. On pourrait donner une suite à ça, même sous une autre forme. Et puis, je trouve qu'il y a un petit truc prétentieux là-dedans... Tu vois, par exemple, il y a des morceaux d'Heb Frueman qui n'ont jamais été enregistrés mais qui existent, sous forme de démos. Ça aurait été plus cool de sortir ces morceaux-là, ou au moins qu'ils soient sur le vinyle. Tu vois ce que je veux dire? Qu'il y ait une valeur ajoutée. Notre 45 tours, on l'a enregistré en une journée à l'époque. Je me dis que ça ne nous demanderait pas beaucoup d'efforts de retourner une journée en studio.

 

N'empêche que pour ceux qui ont vécu l'aventure Heb Frueman à l'époque, ce disque est comme une carte postale du passé qui fait chaud au coeur, qui ravive des émotions fortes... Ok, Heb Frueman n'a rien inventé, Heb Frueman est une anecdote à l'échelle de l'histoire mais encore une fois, ceux qui vous ont vus en gardent un souvenir fort. Vous aviez tout : l'énergie, la sincérité, l'arrogance, les chansons... ça compte ça, quand même, dans la vie d'un homme, non?

 

Nous, on n'avait rien à vendre. Et donc on n'avait rien à perdre. On s'en foutait. On s'amusait. Dans l'absolu, pour nous, c'était une récréation en fait. C'était la colonie de vacances. Et heureusement que Stef (guitariste) avait un peu plus la tête sur les épaules, que quelques personnes nous ont donné les moyens de graver tout ça sinon, on ne l'aurait jamais fait...”

 

Tu sous-entends que sans les efforts de Stef et, par exemple, de Rico (du label Pakalolo), Heb Frueman aurait pu se contenter des concerts et de ne jamais enregistrer le moindre titre?

 

Peut-être. Après, tout ça, ce sont des accidents malheureux, des cassettes qui arrivent dans certaines mains et puis les trucs se font. Ça s'est passé plutôt comme ça. Il n'y avait rien de prémédité. Jamais de projection, jamais de futur. Et c'est pour ça qu'on a arrêté. C'était un circuit hyper fermé, même plus une niche. Et une fois qu'on avait joué deux fois ici, trois fois là-bas... On a vécu un truc hyper cool, on a eu une ascension hyper rapide, tout en restant bien sûr dans un truc confidentiel. Au bout d'un moment, on s'est dit : “C'est marrant mais c'est marrant si on va dans d'autres choses. Mais de refaire dix fois la même soirée avec les mêmes gueules en refaisant dix fois les mêmes blagues... Moi, je ne voulais pas faire du café-théâtre. Ou sinon, faut aller jouer au Point Virgule (rires). Mais moi, je n'ai pas envie de faire ça...

 

Donc, la fin d'Heb Frueman ne devait rien à des tensions internes ?

 

Au sein d'Heb Frueman, il n'y a jamais eu de tension. Jamais. Tu vois, Tit (le batteur), au départ, il nous a rejoints comme un dépannage. C'était la récréation, vraiment. Avant, on avait avec Stef pondu plusieurs morceaux, il y avait Ludo (basse) qui traînait de plus en plus avec nous, on skatait ensemble. Ça s'est fait comme ça. On avait un pote qui avait repris un bar à Meaux. Et en fait, il s'était fait carotté, on lui devait de la thune. Bref. On a décidé d'organiser un concert là-bas, pour qu'il se barre avec la caisse, que cette histoire soit derrière lui. Il y avait une petite scène à Meaux, avec les skaters, des mecs... Des mecs qui suivaient déjà le groupe qu'on avait avant, Hariza. Un truc hyper Beastie Boys, des morceaux plus hip hop, des morceaux punk hardcore. Je faisais ça avec Stef et d'autres mecs. Mais tout ça, c'était de la déconne! Au départ, on habitait tous à Meaux mais on ne se connaissait pas, mais on s'est rendu compte qu'on allait aux mêmes concerts. Stef, je l'ai croisé au concert des Beastie Boys, de Cypress Hill et je le croisais aussi à 59 Times The Pain. Et donc, tu finis par te parler...

 

Et le Mehdi d'avant tout ça ? Il vient d'où ?

 

Tu veux savoir quoi exactement ?

 

Tout, absolument tout.

 

Je suis né le 26 mai 1975 à Meaux. Je ne sais pas, je ne sais pas...

 

Ton vrai nom de famille, c'est Pinson ?

 

Ouais. En fait, mon nom de famille, c'est Pinson. Mais mon vrai nom devrait être Karim. C'est le nom de famille de mon père. Mon père est marocain et ma mère française. Je ne sais pas... J'ai grandi à Meaux et... En fait, mon père avait la nationalité marocaine, mes parents étaient pas mariés à l'époque, ils se sont mariés, là, maintenant qu'ils sont à la retraite. Donc maintenant, je suis le seul à m'appeler Pinson. Parce que ma mère s'appelle désormais Karim...

 

Pinson, c'était pour faciliter ce que nos penseurs contemporains nomment “l'assimilation”?

 

Je ne sais pas. On croyait encore à la vibration Harlem Désir (sourire). On va s'intégrer et machin...

 

Parce que dans les années 70, il ne faisait pas bon être maghrébin en France. Il y avait eu tous ces meurtres dans le Sud et tous ces assassins finalement relaxés par la justice...

 

Quand mon père est arrivé en France, ouais, c'était plus cette vibration-là... Mon père, au départ, est venu en France pour jouer au foot. Je n'y connais rien mais je crois qu'il a failli aller en D2... Mais il a fini par bosser en usine. Je suis né, fallait faire bouillir la marmite. Famille d'ouvriers mec !

 

Tu en retires une fierté ou pas ? Parce que moi, ce que j'ai aimé tout de suite chez vous, avec Heb Frueman, c'était que vous n'étiez pas dans les drapeaux, les slogans, la revendication post adolescente un peu idiote, qui était quand même omniprésente à l'époque, vous n'aviez pas besoin de ça...

 

Tu me demandes si j'en retire une fierté... Je suis fier de mes parents. Est-ce que je suis fier d'eux parce qu'ils étaient ouvriers, je n'en sais rien. Je m'en branle en fait. Ce n'est pas la question. Je pense que tu peux être un ouvrier et un gros connard, et ne pas avoir les bonnes valeurs. Et c'était pareil quand on faisait de la musique. On n'avait pas de drapeau et on était hyper fier de ce que l'on faisait. Moi, je ne venais pas du punk au départ. Je n'avais pas ce truc revendicatif. Je déboulais dans des salles que je ne fréquentais pas et je faisais mon truc. Je voulais prendre du plaisir. On n'a jamais essayé de s'adapter avec Heb Frueman, on venait, on jouait et voilà.

 

Le petit Mehdi a-t-il un coup de foudre musical ? Un artiste qui lui souffle que la musique, ça peut-être quelque chose de crucial dans une existence ?

 

Mon père écoutait beaucoup de zik. Beaucoup de black music, soul, funk tout confondu. Il voit que je m'intéresse et donc, il me fait écouter. Mais pas de manière religieuse tu vois. Mais il partage. Mon père était alors ouvrier dans une imprimerie. Je récupérais donc les Photo Magazine que je lisais en secret pour l'érotisme (rires) mais surtout, mon père me ramenait Hard Rock Magazine, avant qu'il ne sorte en kiosques. C'était l'époque des jeux concours pour gagner des places de concerts. Il fallait appeler les premiers. Vu que j'avais les infos en amont, j'avais mis en place toute une arnaque dans le quartier avec les potes métalleux de mon frère. Un des premiers concerts que j'ai vus, c'était Bad Brains. Puis Suicidal Tendencies. Gratos ! J'échangeais aussi certaines places contre des pièces de BMX à un Thrasher qui me les volait. Bref, tout ça m'a ouvert à une autre culture... Pour en revenir à ta question et remonter le temps, comme tous les gamins de cette époque, c'est Michael Jackson. Et puis, c'est aussi tout le début avec Bambaataa, machin, etc... J'ai grandi dans une cité. T'es là, il y a toujours plusieurs générations de mecs, t'as tes potes, les grands frères de tes potes, les grandes soeurs... Toi, t'as huit ans mais les mecs qui sont ado, ils sont déjà plus dans leur époque et donc, ça transpire. Et tu te fais ton éducation musicale aussi comme ça. Moi, j'ai toujours été dans la danse ! Même avant l'arrivée du hip hop. C'est toujours un truc qui m'a passionné. Je matais James Brown, Michael... J'ai essayé le moonwalk dans mon salon, bien sûr ! Je suis vraiment un très bon danseur ! Et quand le hip hop arrive, je tombe à fond là-dedans. Ce qui était génial, c'est qu'on ne savait pas ce que c'était. Et nous, on avait la chance d'avoir à Meaux un disquaire mortel, Blue Night Music. Tu pouvais acheter des disques de rare groove, de rap, du Run DMC, du Erik B. & Rakim, à Meaux ! Tu voyais les dégaines des keums... Le rap, c'était l'énergie, l'attitude... Le premier truc de rap que j'ai aimé et acheté, c'est la BO de Beat Street. Je l'avais trouvé dans le videoclub que je fréquentais religieusement. Il y avait aussi une émission de radio locale de hip hop, celle de DJ Damage, Rap Slam... Et oui, je regardais à la télé H.I.P H.O.P. Et mon père dansait devant ! Il dansait avec ouam. Plus tard, j'ai évidemment acheté Fight For Your Right, voilà quoi... Je me souviens aussi que j'allais me faire coiffer tous les samedis chez Jacky, à Simplon. Où les rockab et les Zulus se téléscopaient... Moi, j'étais encore un bébé et donc, je passais au travers des mailles mais c'était vraiment super chaud !

 

Une scolarité normale ?

 

Un élève très très doué (rires). Je me retrouve dans un collège catho quelques années pour essayer d'éviter le collège de mon quartier. Mes parents ont peur que je finisse mal (sourire). C'est un nouveau monde ! Je rencontre des petits bourges qui font du skate et qui écoutent du punk, du hardcore... À l'époque, je suis un peu le seul mec à faire du skate dans ma cité. J'ai commencé le skate quand c'était encore les petits skates post seventies. Je me souviens qu'une année, je suis parti en vacances à Biarritz et là, dix milliards de skaters, des Allemands, des Espagnols! J'ai eu ma première board, que je devais partager avec mon grand-frère. C'était une Variflex...

 

Il y a une chose chez toi qui me semble primordiale, c'est ton apparence. Tu as toujours eu un look d'avance. On devinait chez toi que le décorum comptait beaucoup. Tu as très tôt compris qu'il s'agissait aussi de se démarquer par le look ?

 

C'est un truc qui m'a toujours passionné. Je ne sais pas pourquoi. Ce que je peux te dire, c'est un petit dossier que tu apprécieras sans doute, c'est que quand j'étais en primaire, je taxais des fringues unisexe à ma mère. Des vestes de costard, des trucs comme ça. Non, je ne me travestissais pas (rires). Et je me lookais pour aller à l'école. Je travaillais déjà mon look. Il y avait un truc dandy dans la zik à l'époque, avec les Cure, Spandau Ballet et toutes ces conneries et je pense que ça devait me séduire. Peut-être juste que je regardais trop la télé... Je ne sais pas. Mon grand-frère écoutais du DRI, du Maiden, je fréquentais plein de gens qui avaient des goûts différents et je cultivais tout ça dans mon look... Ca cultivait un paradoxe que mes potes ne comprenaient pas. Quand tu te rends compte que Public Enemy portent des T-shirts Minor Threat, tu te dis que ce n'est pas complètement con... En fait, j'habite dans un village et les gens ne comprennent pas mais c'est ça le futur (rires) ! Je trouvais ça normal de prendre le meilleur de chaque chose.

 

Ca démontre déjà une personnalité affirmée, une volonté de n'être que toi-même. Alors qu'un adolescent, par définition, se cherche sans se trouver parfois... Tu as très vite fait des choix.

 

En fait, moi, j'étais hyper à l'aise dans tous les recoins et dans tous les microcosmes de mon environnement. Que ce soit avec les thrashers, les keupons, les cailleras, sans être un caméléon. Après, je ne me suis jamais laissé marcher sur les pieds non plus (Mehdi nous apprendra après l'interview qu'il a été, pré-adolescent, champion de karaté île de France, ndlr).

 

Tu as aussi une certaine réputation. Celle d'un mec qui peut parfois se comporter comme un connard, comme quelqu'un qui n'en fait toujours qu'à sa tête, voire ingérable ? J'ai croisé des gens qui semblent t'en vouloir, qui reconnaissent ton potentiel mais qui ne veulent pas tenter leur chance avec toi...

 

Je vais prendre l'exemple du connard universel pour tous ces gens dont on parle : Kanye West. Il dit : “Un mec qui n'est pas prêt à décrocher son téléphone à trois heures du matin pour bosser avec moi, je n'ai pas envie de bosser avec lui.” Et bien je pense qu'il a raison. Et si c'est ça être un gros connard, ben ok, je suis un connard. Mais moi, je pense que la vie est courte et j'essaye de bien faire. Et ceux qu'ont pas envie de bien faire avec moi, c'est qu'on n'a pas les mêmes objectifs. Et point.

 

Si tu pouvais mettre ta profession sur ta carte d'identité, tu choisirais quoi ?

 

Je ne sais pas. Je ne sais toujours pas. À chaque fois que je dois remplir le formulaire de la douane, je mets “auteur-compositeur”. Mais c'est débile.

 

Si je te traite d'artiste, tu réagis comment ? Par une boutade ?

 

Je pense que ce n'est pas à toi de dire: “Je fais de l'art”... Moi, j'ai l'impression de faire de l'entertainment et j'ai l'impression que c'est le truc qui me définit le mieux... Que ce soit en faisant de la zik, des claquettes, des grimaces, des fanzines, en étant illustrateur... J'essaye juste de ne pas être un clown triste !

 

Parlons maintenant de l'énigme Scenario Rock. Heb Frueman s'arrête et Scenario Rock voit le jour, au départ avec toi, Ludo et Pone. Suivront un titre sur la compilation Source Rocks et deux albums signés chez BMG, des chansons énormes, des refrains magiques, des couilles gigantesques mais rien. Il ne se passe absolument rien. Comment tu l'expliques ?

 

Pour qu'il se passe des choses, il faut faire des choses ! Quand il n'y a pas de promo sur un skeud, pas de distribution, ça devient difficile... Moi, je pense qu'avec un groupe comme Scenario Rock, si tu fais un concert sold out à la Boule Noire à Paris, tu peux faire une Boule Noire à Lisbonne, à Moscou, etc... On n'aurait jamais été Beyoncé mais ça aurait pu trouver son public de manière internationale. Ça aurait mérité plus de taf et c'est en ça que c'est quand même un peu désolant. Avec Scenario Rock, on essayait vraiment d'inventer quelque chose, en tout cas de faire quelque chose de différent. De l'amertume (il réfléchit de longues secondes) ? Oui et non. Mais dans l'absolu, j'essaye de ne pas vivre dans le passé. Ce qui est relou, c'est quand tu mets beaucoup de coeur à faire un truc et que c'est un coup d'épée dans l'eau, ce qui est relou, c'est quand le problème n'est pas la qualité du travail fourni. Mais ça te touche forcément quand tout le monde s'en bat les couilles d'un projet dans lequel tu as mis beaucoup de toi... 

 

Après, tu deviens DVNO, tu chantes sur, selon moi, le meilleur titre de Justice, tu fais le DJ, tu sors des fanzines, tu deviens papa. Et ce disque “en solo”, il arrive quand ? On a écouté quelques chansons et c'est très engageant. Sous quel nom tu penses le sortir ?

 

Mehdi Pinson peut-être... Ouais, probablement. Là, je pense qu'il faut juste revenir à un truc où je suis frontman, chanteur, accompagné. Je prends mon temps. Et je vais abattre mes cartes tranquillement. Au moment où je sentirai que c'est cool.

 

LIEN NOISEY: https://noisey.vice.com/fr/article/qui-es-tu-mehdi-pinson

 

 

Bonus offert par Noisey

Le Top Ten des meilleurs albums de tous les temps selon Mehdi :

1. Michael Jackson - Off The Wall & Thriller
2. Beastie Boys - Check Your Head & Ill Communication
3. Nick Drake - Pink Moon
4. Buckingham Nicks -  Buckingham Nicks (album éponyme de 1973)
5. Gorilla Biscuits - Start Today
6. Public Enemy - Yo! Bum Rush The Show & It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back
7. Ritchie Havens - Mixed Bags
8. The Police - Regatta De Blanc
9. Vigon - Greatest Hits
10.  Pixies - Doolittle & Surfer Rosa

A Year And A Half Of High Altitude Velocity est disponible chez Poch Records.

Mehdi est sur Instagram. Jérôme Reijasse est intouchable.

 

Published by Gri-Gri International Jérôme Reijasse - dans Jérôme Reijasse 7 jours loin du monde Musique Rap Music
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 14:09

 

Dans le livre que le grand Léandre Sahiri lui consacre, on apprend que pour l'état-civil elle est la fille de Zobo Yvonne et de feu Zadi Gnaoré Joseph ; l'aînée de huit enfants sur lesquels elle a veillé, suppléant une maman qui vendait des bijoux, dans les années 1980, au marché du Plateau, à Abidjan ; et qu'elle a pour nom Agnès Mélissa Zadi Gnaoré.

Pour nous, ce sera Melzza.

Mais pas tout simplement.

D'abord parce que rien n'est simple en art et que Melzza est un nom d'artiste, comme elle dit gracieusement. Assemblage sophistiqué de quelques-unes des lettres de ses noms et prénoms et de deux z, juste pour faire original et zoli. Plus élaboré qu'un classique anagramme, moins commun qu'un simplet pseudonyme, audacieux comme un néologisme ivoirien.

Melzza est ivoirienne. Chanteuse ivoirienne. Chanteuse bhété même, si l’on tient à préciser - native de Bezoma, dans le département d'Issia, non loin de Gagnoa, Vavoua et Daloa.

Mais pas seulement.

 

#Biographie / Melzza, chanteuse ivoirienne (#VersionTexte)

Melzza sait par exemple passer au français lorsque son message d'amour et de paix requiert l'universalité - Lampedusa, consacré aux migrants et réfugiés échoués en Occident, ouvre et titre son nouveau disque.

Mâtiner ce même français de savoureuses et fulgurantes expressions made in pays pour vous emmener danser et tout oublier sur Gninmi. Sur Maman, comme sur Belle journée, ou Unique, le temps de quelques intonations, de quelques choeurs discrets, elle se fait même gospelisante. Jamais moraliste ou sentencieuse, Melzza est indulgence, sagesse et émotion.

Mais pas exclusivement.

Femme, épouse, maman, soeur, amie, amoureuse, elle passe, avec souplesse, grâce et sensualité, d'un costume et d'une atmosphère à l'autre, variant les registres, les langues et les tempos au gré des nécessités musicales, harmoniques et thématiques.

Melzza trouve mélodies et textes seule, de jour comme de nuit, à Abidjan, Ibiza, Londres ou Paris. Elle attrape alors son dictaphone, puis sa guitare, et murmure, fredonne quelques mots-notes qui, plus tard, tamisés, raffinés, arrangés, deviendront ses chansons. Rien n'est plus essentiel à cet égard pour elle que le choix de l'arrangeur, le musical metteur en rythmes et en couleurs avec qui elle va travailler - pour ce deuxième album elle a confié ses sons aux bons soins combinés de Bamba Yang et L.Hikpo.

Melzza auteur-compositeur interprète.

Mais pas uniquement.

#Biographie / Melzza, chanteuse ivoirienne (#VersionTexte)

Femme de spectacle aussi. Magnétique sur scène en robe de gala chatoyante. Discrète rouleuse de hanches lorsqu’elle traverse la salle juste avant. Audace des couleurs, rigueur des lignes, science des motifs. Ses tenues, comme ses coiffures et sa musique, savent subtilement tisser tradition et modernité, Afrique et occident, lui permettant d’évoluer avec la même aisance d’un concert à une veillée ou à une fête communautaire – Melzza est une invitée d’honneur aussi précieuse que prisée.

A 8 ans, au sein du Zézé-Club de Bézoma, n’animait-elle pas déjà soirées et baptêmes. Il y a tant de femmes chanteuses dans son ascendance qu'on peut sans crainte émettre l'hypothèse que Melzza était dans la musique avant même que d'être. Des chanteuses, des danseuses. Un oncle, Koré Lago Antoine, qui jouait merveilleusement de l'arc musical à corde frappée. Des natifs de son village, comme Atho Gbra Zézé Baï, selon elle, le plus grand tapeur du Tamtam parleur de tous les temps.

En 1985, elle part vivre à Abidjan, auprès de sa mère. Etudes, apprentissages et découvertes. Guitare – fondamental instrument qui lui permettra de composer. Chanson. La formation de la mairie de Yopougon Selmer (l’Orchestre Inch'Allah), qui reprenait les tubes d'une "époque dominée par la musique des Kassav". Dans les années 1990, elle est supportrice de l’Africa sports d’Abidjan et gardienne de buts au handball. Reçoit deux ans durant, en chant, musique et solfège, l’enseignement de l’Institut national des Arts. Se produit en pianos bars. Se classe deuxième à Première gamme, le show musical de la Radio-télévision ivoirienne.

En 1999, l’amour l’emmène en France. D’abord pour les vacances. Puis pour la vie. Une France où, déjà, rien n’était simple. Où il fallut travailler. Trouver une place. Sa place.

#Biographie / Melzza, chanteuse ivoirienne (#VersionTexte)

(Parenthèse. Sans doute est-ce à la lumière de ces années d’adaptation qu’il conviendra d’appréhender l’engagement de Melzza, plus tard, auprès des sans-papiers, devenus aujourd’hui des migrants. Engagement qui la conduira, donc, à baptiser son deuxième album, en 2016, Lampedusa, mais aussi à multiplier les actions en leur faveur… Ainsi la verra-t-on en octobre 2016 venir à la rencontre des migrants (pas tous africains) de Stalingrad, dans le nord de Paris. Ecoute, réconfort, soutien, mise en relations, coordination, présence.)

Melzza l’indignée.

Mais sans ostentation et calmement.

(Parenthèse numéro 2. Ces dernières années, Melzza n’a pas fait que se marier, avoir un enfant, devenir assistante maternelle et produire son premier disque. Elle a aussi eu une intense activité associative et citoyenne, en atteste son rôle d’initiatrice et de principale animatrice d’AYOKA, ONG qui lutte, éduque et sensibilise contre le cancer du col de l’utérus en Afrique et donc en Côte d’Ivoire.)

#Biographie / Melzza, chanteuse ivoirienne (#VersionTexte)

Mettre durant quelques années son art de côté, en sourdine, le reléguer au second plan, ne fut sans doute pas le moindre des sacrifices auxquels Melzza consentit. Elle ne chantait plus que pour elle seulement, ou presque. Lors d’un mariage, nous dit l’histoire, elle donna une si vibrante version de l’hymne d’Edith Piaf La vie en rose qu’un tonnerre d’applaudissements retentit, bientôt suivi d’une foule d’encouragements à se (re)lancer dans la chanson. De messages, ensuite, les jours suivants, allant dans le même sens. Si bien qu’en mai 2012, Melzza accoucha d’un nouveau bébé : son premier disque : No na li. Citant Justin Kassy, qui voit dans Melzza « une nouvelle étoile de la musique ivoirienne », Léandre Sahiri qualifiera ce premier essai de « véritable chef d’œuvre ».

Le bien est fait.

Combinant vie de femme, vie de couple et vie d’artiste, et donc emploi du temps, contraintes et susceptibilités, Melzza l’autoproduite ira, chaque fois que ce sera possible, pendant près de trois ans, à la rencontre de son public pour lui présenter l’objet de tant de fierté, mais aussi d’efforts, de doutes. En Angleterre, à Paris, et même, pour finir, à Abidjan, au Palais de la culture de Treichville, en août 2015. Ses fans, lorsqu’ils sont dans l’impossibilité de venir la voir sur scène, peuvent également suivre sur Youtube et les réseaux sociaux, de clip en clip, de prestations en performances et apparitions, les déclinaisons savantes de son look… « J’adore les tissus africains. Nous avons tant de belles choses chez nous qu’il est temps de valoriser. J’en fais un point d’honneur. Je suis franco-ivoirienne. Je n’ai pas de mal à allier mes deux cultures. »

Quatre ans quasiment jour pour jour après No na li, c’est donc au tour de Lampedusa. Synthèse de quatre années passées dans une nouvelle peau : celle de vedette. Avec les détracteurs, les jaloux et les déceptions que cela suppose. En marge, bien sûr, des gratifications du public et de la reconnaissance de ses pairs. Melzza voit Lampedusa, aussi, comme un pied de nez à toutes les personnes qui n’ont jamais cru en elle et ses talents. Mais ce deuxième disque est bien plus que cela. Léandre Sahiri l’écrit d’ailleurs très bien : « (…) musique très variée, avec différentes sonorités et divers rythmes ; l’art traditionnel et la musique moderne se marient harmonieusement, ainsi que la culture bhêté et celle de l’universel. Encore et toujours, une musique sans frontière, pour adoucir nos mœurs, nous transporter, nous bercer, nous émerveiller, nous séduire. Encore et toujours, une mélodie entraînante, invitant à esquisser des pas de danse, à nous faire bouger, à nous faire réfléchir aux problèmes de notre monde. »

 

Texte : G.P.

PS : bientôt la version vidéo

Où acheter les disques de Melzza

Où acheter les disques de Melzza

Published by Gri-Gri International Grégory Protche - dans Francophonie Musique Gos et Gars du moment
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 13:00
Published by Gri-Gri International
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 07:25

Passant en revue un très informé site relatif aux questions militaires, à l’armée et aux soldats français en particulier, Opex 360, en date du 11 novembre dernier, on pouvait lire le solide et circonstancié récit du parcours de Camille Mortenol.

Creusant le sujet, on tombe vite sur le portrait que fait de Camille Mortenol l’essayiste Claude Ribbe, sur le site Une autre histoire, dont il est l’initiateur.

Eclairages, focus et conclusions différentes, logique.

Il nous a néanmoins semblé profitable de vous proposer ces deux présentations sans autre forme de commentaire.

 

Sur Opex 360

Camille Mortenol, un fils d’esclave devenu officier de marine et défenseur de Paris

Sous l’impusion de Victor Schoelcher, la IIe République adopta, le 27 avril 1848, un décret abolissant l’esclavage. Et, ainsi, près de 250.000 esclaves antillais, guyanais et réunionais, devinrent des citoyens à part entière.

En Guadeloupe, un dénommé « André » n’avait pas eu à attendre l’application de ce décret puisqu’il avait été « affranchi » un an plus tôt par un arrêté du gouverneur de l’île et adopta « Mortenol » comme patronyme. Et, en novembre 1859, son épouse, Julienne, lui donna un fils, qu’il baptisa Sosthène Héliodore Camille.

Élève de l’école communale tenue par les Frères de Ploërmel, le jeune garçon montra très tôt de grandes facilités intellectuelles, en particulier dans le domaine des mathématiques. Et il fut ainsi remarqué par Victor Schoelcher, qui fit jouer de ses relations pour lui obtenir une bourse pour lui permettre de continuer ses études au lycée Montaigne à Bordeaux. Là, Camille Mortenol obtint son baccalauréat ès Sciences et prépara le concours d’entrée à l’École Polytechnique, où il fut reçu en 1880. Il y fut en effet accueilli par ses camarades avec cette cote :

« Si tu es nègre, nous sommes blancs ; à chacun sa couleur et qui pourrait dire quelle est la meilleure? Si même la tienne valait moins, tu n’en aurais que plus de mérite à entrer dans la première École du monde, à ce qu’on dit. Tu peux être assuré d’avoir toutes les sympathies de tes ans. Nous t’avons coté parce que l’admission d’un noir à l’X ne s’était jamais vue ; mais nous ne songeons pas à te tourner en ridicule ; nous ne voyons en toi qu’un bon camarade auquel nous sommes heureux de serrer la main. »

Premier élève de couleur noire de Polytechnique, Camille Mortenol se distingua par ses résultats : il en sortit classé 18e sur 205. Sa scolarité à l’X terminée, il choisit de faire carrière dans la Marine, pourtant très élitiste et aristocratique à cette époque. Ce choix s’explique probablement par le métier de son père, qui était maître voilier.

Devenu officier de marine, Camille Mortenol participa à « pacification » de Madgascar, où il fut repéré par le général Galliéni. En 1895, grâce à ses faits d’armes, il fut fait chevalier de la Légion d’Honneur. Par la suite, il prit part à de nombreuses autres campagnes militaires, dont à l’expédition de l’Ogowé, au Gabon, en 1901. Puis, entre deux missions, il obtint son brevet de torpilleur, domaine dans lequel il distinguera particulièrement.

Mais si la République française ne regardait pas les origines et la couleur de ceux qui la servaient, il n’en allait pas forcément ainsi dans d’autres pays à l’époque. Lors d’une escale, dans un port étranger, du navire sur lequel il était commandant en second, il ne fut pas invité à une réception par les autorités locales… Le « pacha » du vaisseau français prétexta alors un malaise pour permettre à Camille Mortenol de prendre la tête de la délégation française…

À partir de 1904, promu capitaine de frégate, Camille Mortenol servit plusieurs fois en Extrême-Orient. Il prit même le commandement, trois ans plus tard, de la 2e flottille des torpilleurs des mers de Chine méridionale et orientale.

Puis vint la Première Guerre Mondiale. En 1915, le capitaine de vaisseau Mortenol compte alors 34 années de service, dont 26 passées en mer. En poste à Brest, il fut alors appelé par le général Galliéni, gouverneur militaire de Paris, pour organiser la défense contre aéronefs (DCA) de la capitale. Mission qu’il accomplira avec succès.

Le dispositif qu’il mit en place s’appuya notamment sur l’installation de projecteurs de grande puissance afin de pouvoir déceler la présence d’aeronefs ennemis, ainsi que sur des unités de « tireurs d’infanterie » et d’artilleurs, mettant en oeuvre des canons de 47 et de 75. L’idée maîtresse était alors d’assurer une surveillance relativement éloignée du camp retranché de Paris afin de prendre au plus vite les mesures nécessaires pour neutraliser les dirigeables Zeppelin et autres avions allemands dès leur signalement.

Le 21 mars 1915, ces moyens permirent de déjouer une tentative de raid allemand sur Paris. Le général Galliéni écrivit : « L’attaque a permis de constater le bon fonctionnement de la défense contre aéronefs… Le système des postes de guet, transmissions téléphoniques,…a donné son plein rendement. Les projecteurs ont constamment tenu sous leurs feux les objectifs aériens… L’artillerie a ouvert le feu sitôt l’ennemi en vue mais les difficultés de réglage n’ont pas permis de donner au tir toute l’efficacité désirable. Les escadrilles, volant de nuit, on fait preuve de hardiesse… Le Général de division, GMP, adresse ses félicitations à tout le personnel de la DCA et du Service de l‘Aéronautique… et appelle l’attention sur la nécessité de perfectionner et d’améliorer le tir et d’obtenir plus de rapidité dans la manœuvre. »

En 1917, atteint par la limite d’âge de son grade, le capitaine de vaisseau Mortenol est maintenu dans ses fonctions, mais avec les galons de colonel d’artillerie de réserve. La guerre terminée, il prit sa retraite définitive en 1919 et fut fait commandeur de la Légion d’Honneur un an plus tard, avec cette citation : « Officier supérieur du plus grand mérite, à son poste jour et nuit pour veiller sur Paris, assure ses fonctions avec un rare dévouement et une compétence éclairée. »

L’on pourrait déplorer que Camille Mortenol n’ait pas pu terminer sa longue et riche carrière avec les étoiles d’amiral. Mais cette perspective ne pouvait pas être envisagée à l’époque, étant donné qu’il n’avait jamais pris le commandement d’un navire dit de premier rang. Viscéralement attaché aux valeurs de la République, il eut la tentation, pendant un temps, d’avoir des activités politiques. Il s’éteindra le 22 décembre 1930, à Paris.

Sur Une autre histoire

 

Le futur commandant Mortenol est né à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) en 1859 dans une famille pauvre. Son père, esclave né en Afrique, n’avait été affranchi que onze ans plus tôt.

Brillant élève au séminaire-collège diocésain de Basse-Terre,  Camille Mortenol est remarqué par Victor Schoelcher qui lui obtient une bourse afin de poursuivre des études secondaires à Bordeaux, au lycée Montaigne.

En 1880, Camille Mortenol est facilement reçu à l’École polytechnique. C’est l’un des premiers Antillais (après Perrinon) à entrer dans cette école.

Une légende veut que le président Mac-Mahon, connu pour ses gaffes, ait visité l’école. Ayant demandé à voir le « nègre » (ainsi nomme-t-on le meilleur élève de la promotion), on lui aurait désigné Mortenol. Et Mac-Mahon, embarrassé, aurait lancé : « Ah, c’est vous le nègre ? Eh bien continuez ! »

Si l’anecdote est vraie – ce qui reste à démontrer- il serait difficile que cette visite ait pu avoir lieu alors que Mac Mahon était président de la République puisque, ayant démissionné en 1879, il avait été remplacé par Jules Grévy au moment où Mortenol était élève à Polytechnique.

Sorti de Polytechnique en 1882, Mortenol choisit de faire carrière comme officier de Marine.

De ce fait, dans un contexte d’expansion coloniale,  Mortenol, en 1894, sous les ordres de Galliéni, participe à la conquête de Madagascar où il se heurte à une résistance inattendue de l’armée malgache. Il intervient également au Gabon et en Extrême-Orient.

Au moment où la Grande guerre se déclenche, Mortenol, malgré sa qualité de polytechnicien et plus de 30 ans de services, est toujours capitaine de vaisseau (un grade équivalent à celui de colonel dans l’armée de Terre). Polytechnicien et toujours colonel à l’âge de 54 ans, alors qu’il aurait dû être amiral depuis longtemps.

Comment expliquer cet avancement médiocre : le préjugé de couleur ou un comportement trop favorable aux indigènes qu’aurait pu avoir Mortenol à l’occasion de ses campagnes coloniales ? Peut-être les deux.

En 1915, Galliéni, gouverneur militaire de Paris, fait appel à Mortenol, qu’il avait eu sous ses ordres à Madagascar, et lui confie la défense antiaérienne de Paris.

Dans ces fonctions, installant des projecteurs de forte puissance, Mortenol joua un rôle essentiel pour contenir les raids de bombardement aérien allemands qui avaient commencé sur la capitale dès l’été 1914 et qui auraient pu se développer dangereusement avec les progrès de l’aéronautique.

Mortenol prit sa retraite à la fin de la guerre avec le grade de colonel d’artillerie de réserve.

La dernière partie de sa vie, moins connue, n’est pas sans intérêt, car il semble que Mortenol, jusqu’à sa mort, en 1930, ait profité des loisirs que lui procurait sa retraite pour s’impliquer très activement dans les mouvements antiracistes, voire anticolonialistes, qui se développèrent à Paris pendant l’entre-deux-guerres, notamment autour de Lamine Senghor.

On peut expliquer ce revirement ou cette radicalisation, même si Mortenol resta toujours assimilationniste, par une prise de conscience tardive du rôle qu’il avait joué dans l’expansion coloniale de la Troisième république et peut-être aussi par le constat que sa carrière avait certainement été freinée par les préjugés racistes d’une hiérarchie qui ne lui a pas permis d’accéder au grade d’amiral auquel il pouvait légitimement prétendre.

Il repose au cimetière de Vaugirard, division 5, au n°320 de la rue Lecourbe à Paris. 

Published by Gri-Gri International Opex 360 Claude Ribbe - dans Dom-Tom - Caraïbes & Amériques Francophonie Devoir d'histoire
commenter cet article
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 13:33

Mesdames, Messieurs, bonjour.

Je voudrais vous souhaiter la bienvenue et vous saluer très chaleureusement, d’être présents à cette conférence débat « Dictature et Economie au Congo Brazza », et bien sûr pour la promotion du livre de Modeste Boukadia. 

Plus de 20 ans en quelques lignes

Dans les années 90, je découvre le Congo,celui de l'après Conférence Nationale Souveraine avec Modeste Boukadia plein d'espoir de revivre "Brazza la verte".  

Je découvre les spécialités de la gastronomie locale :  poissons, gibiers comme le cibici, le phacochère. Ces mets succulents sont dégustés au restaurant "le sergent recruteur". Nous sommes servis par un monsieur, qui pour l'occasion a enfilé une redingote malgré la chaleur. Mais avec le coup d'état, ce monsieur est assassiné et son restaurant brûlé. D'autres à titre d'exemple,le journaliste sportif Clément Massengo connu sous l'appellation "Docteur Fu Manchu", le restaurateur de "l'île du père Feignant" sont pourchassés et tués

1996,

Nous sillonnons le pays. Modeste Boukadia commence à se faire connaître dans l'arrière-pays et notamment parmi les Anciens. Il règle les droits d'inscription (5 millions de FCFA soit plus de 7600€) et se déclare candidat à l'élection présidentielle en sa qualité de Président du CDRC, Cercle des Démocrates et Républicains du Congo, c’est le 2ème parti enregistré.

Dans ce pays, ce ne sont pas des mains que l'on sert au marché pour la campagne. Ce sont,des vivres que l'on apporte au village visité en offrandes au Chef pour les villageois. Pour 300km, ce n'est pas 3h d'autoroute ou de nationale, mais 6h de routes pas entretenues, des chemins ravinés et de ponts peu rassurants même en 4X4 

Mais le 5 juin 1997, des canons déchirent ce calme. Un conflit fratricide éclate. La population fuit les villes, l'arrivée des milices. Cobras, Ninjas, Cocoyes sont les plus importantes

 Modeste Boukadia se déclare en 2009 candidat à l'élection présidentielle. L'inscription coûte 9 millions de FCFA. Nous reprenons le chemin de battre campagne et de recevoir beaucoup de personnes à la maison. Ces visites arrivent à n'importe quelle heure y compris celle du repas. La table s'allonge naturellement

Cette élection ressemble à un jeu pipé. Aucun candidat n'a accès aux communications médiatiques. Ceux qui acceptent voient leurs rédactions fermées/diffusion de bloquées. Pour pouvoir s'inscrire, le président sortant impose aux candidats 3 consultations médicales.  Modeste Boukadia refuse cette tactique et suspecte des diagnostics pouvant être télécommandés. Sa réponse est que sa femme est médecin. Il se retire et appelle au boycott de ces élections qui ne sont pas si claires et transparentes. La chasse à l'homme commence. Juin 2009 Modeste Boukadia est recherché et retourne en France. 

Il revient au Congo début 2010

Mars et juin 2013, année de ces 2 grands rassemblements, avec autorisations demandées et accordées + les contributions pour les dits dérangements. 

Une foule importante répond à l'appel et est présente par conviction. 

21 Août 2013, des gendarmes ou policiers arrêtent sans présentation de mandat 28 membres du parti à Pointe Noire. Modeste Boukadia arrive à leur échapper et rejoint la France en septembre. Par les voies diplomatiques et le respect du droit, il informe médias, gouvernements et organismes internationaux. L'ONU lui répondra en 2015 que ce sont des arrestations arbitraires et abusives. 

2014, l'association FVCB organise une manifestation devant l'ambassade du Congo. 

La raison : ils avaient arrêté un bébé de 8 mois avec sa mère. 

Le prétexte : l'enfant s'appelle Modeste Boukadia et pour eux, ils ont arrêté le président du CDRC. 

De 2013-fin 2015, Les associations Union Congo et AFSPP-CB ainsi que tous les amis fidèles et la famille, nous nous mobilisons pour communiquer et informer médias, politiques et organismes nationaux et internationaux de ce kidnapping avec un procès cousu de fil blanc qui se déroule à Pointe Noire, téléphoniquement télécommandé par Brazzaville. 

Sur les 28 détenus, 14 sont libérés, 2 avec 2 ans de détention toujours emprisonnés, cela fait déjà 3 ans. 

2016 

 Pour présenter ses vœux à la presse locale, comme chaque année, retrouver MaLoutaya, la maman du Président du CDRC, nous prenons l'avion le 15/01/2016 pour 3 semaines. À Maya Maya, nous attendent 4000 sympathisants, membres du parti et la famille. Face à eux 2000 militaires, gendarmes, policiers garde républicaine et 4 blindés accompagnés d'un hélicoptère.

Une vingtaine d'hommes en uniforme remontent le flux de passagers qui sortent de l'avion et arrêtent Modeste Boukadia au début de la passerelle. Je m'impose et suis mon mari. A un moment, je fouille dans mon sac à main, et un militaire/policier me somme en aboyant de ne sortir ni de téléphone ni appareil photo. 

Dans les bureaux de l'aéroport, ce même homme en chemise noire lui demande s'il reconnaît les faits. Il tend à Modeste Boukadia une feuille de papier tamponnée sans rien d'autre d'officiel, sur laquelle est inscrit la condamnation par contumace à 30 ans de travaux forcés. Modeste Boukadia ne répond rien. Je regarde la feuille posée et lui répond :" nous n'avons rien reçu ni du gouvernement de la République du Congo ni de son ambassade à Paris, nous ne pouvons reconnaître ce que nous ignorons". 

Après avoir ouvert sa mallette, il sort le mémorandum imprimé. Il s'écrit :"ça y est j'ai la preuve". Suite à sa découverte, je lui rétorque :" c'est non seulement sur le net, envoyé aux chefs d'état, aux organismes internationaux. S'il n'y avait pas tant de coupure d'électricité, ce document ne serait pas imprimé". Frustré, il sort le drapeau. Un gradé s'approche et énonce :"il y a du rouge, du jaune, y-a-t-il du vert ?". Leur mauvaise foi évidente me fait lui répondre :" mon mari n'est pas un officiel de la République du Congo." 

Il interpelle un soldat qui sort le drapeau, le pose au sol et s'apprête à le mesurer. De peur qu'il marche dessus, j'énonce :"ce drapeau est enregistré à l'ONU et possède les mesures requises". Le supérieur donne l'ordre de le ramasser. Là encore j'interviens :" ce n'est pas du linge sale, vous l'avez trouvé plier et ranger dans son plastique, je souhaite qu'il retrouve sa situation initiale". 

Nos valises sont ensuite apportées. "Quelle est la valise de monsieur Boukadia ? Ma réponse :"J'imagine monsieur, que vous n'êtes pas marié, car une femme cherche à gagner de la place et ne fait pas une valise par personne". 

Le plus gradé m'annonce que Modeste Boukadia va partir à la maison d'arrêt de Pointe Noire. Pour que j'accompagne mon mari il me faut acheter un billet.

À mon retour, Modeste a été emmené menotté. La foule réagit en le voyant sur la terrasse. Les hommes armés chassent les sympathisants. 

Le lendemain, à Pointe Noire, j'achète le droit de visite pour une semaine. Je retrouve mon mari, fatigué. 

1ère action lui apporter un nécessaire de toilette et du linge de rechange. 

La 2ème étape mettre en place son alimentation et eau de l'extérieure. 

3ème temps, rendre visite au Consul et lui expliquer l'arrestation abusive de ce Français Congolais. 

Le consul m'explique que pour les binationaux sont français en France et congolais au Congo. L'exemple de la franco-colombienne, Ingrid de Betancourt, me revient en tête et la France a largement contribué à sa libération. Le consul me dit que Modeste Boukadia a fait un meeting sans autorisation.  Son bras droit présent à mes côtés, lui tend les photocopies prouvant non seulement que le président du CDRC a fait une demande mais que celle-ci lui fut accordée et payée.  

Le consul général, le consul et le consul adjoint vont rendre visites Modeste Boukadia, en janvier, mars et juin. 

De retour sur Brazzaville, j'effectue la tournée de toutes les ambassades y compris la nôtre. A cette dernière, j'entends des inepties dans la bouche de l'ambassadeur.

Le rythme du séjour : visites à Modeste matin et après-midi, courses, administrations, occupent largement la journée sans parler des embouteillages liés à la dégradation extrême de la chaussée au niveau du marché Tsié Tsié. 

Autre élément important :  trouver un avocat capable de plaider ce type de dossier. 

Suite au rendez-vous avec monsieur Brice Makosso, direction à la commission : justice et paix. Bref descriptif de chacun des 3 avocats proposés. Le parcours de l'un retient mon attention. Syndicaliste ayant fait de la prison puis en sortant devient avocat. Je prends RDV avec cet homme qui accepte de plaider la cause. 

Février – Mars 2016 : les frais d’inscriptions pour être candidats s’élèvent 25 millions de FCFA soit 32 800€ sans compter les frais de campagne et meeting. Mais un candidat potentiel est retiré d’office des prétendants, à l’insu de son plein gré. Il végète dans une cellule de la maison d’arrêt de Pointe Noire parce qu’il veut un Congo Libre. 

4 Avril 2016. Il y a des tirs dans Brazza. L'avion décolle de Roissy avec 4h de retard. A l’arrivée, impossible de sortir du périmètre. Militaires cagoulés sillonnent sur des voitures portant un fusil mitrailleur. A certains carrefours, c'est purement du racket, faisant sortir tout le monde du véhicule, présentation des pièces d'identité. Les passeports étrangers ont du mal à revenir à leurs propriétaires. Le soir, c'est pire encore. Fouille des voitures pour chercher des armes, certains hommes ont même eu le plaisir de se faire palper. 

Même rythme qu'en janvier. Les visites à Modeste ne se déroulent plus au parloir chaud puant et truffé d'insectes mais dans l'espace entre l'enceinte et le bâtiment. C'est beaucoup moins de bruit et mieux ventilé par une brise agréable. 

Brazzaville, un court séjour pour enterrer dignement Marianne Loutaya et représente Modeste qui n'a pas eu l'autorisation de sortir accompagner sa mère à sa dernier demeure. Un greffier a inscrit "devant la caducité de l'événement, la demande de liberté provisoire est rejetée". 

Octobre 2016. Changement de directeur de la maison d'arrêt de Pointe Noire. Les promenades sont interdites. Il n'y a plus de privilèges pour personnes. Pas pour tous ! 

"Je suis nommé par le ministre de la justice" m'annonce ce personnage qui confond RDV et audiences. Rassurez-vous, il n'est ni président, ni pape encore moins têtes couronnées puisqu'il n'est que l'exécutant d'un ministre.

Moins de militaires visibles dans les véhicules, mais des blindés toutes sirènes hurlantes traversent la ville pour aller.... à la pompe à essence. Oui, rupture de carburant au pays du pétrole. La longueur de queue peut atteindre 1 km. Les militaires qui montent la garde sont maintenant armés, différence notoire. C'est vrai que l'on est fort avec des armes contre en face, rien que leur malnutrition, leur confiance perdue, mais pas encore l'abnégation. 

Novembre 2016. Pour faire sentir que ce régime présidentiel tient la population, on menotte les portes de communications entre parloir et cour des prisonniers, le soir et partant avec la clé. Fait intéressant lorsque les archives s'enflamment spontanément, sans électricité ni mégots ni essence.

Pour fêter son 11ème mois de détention arbitraire et abusive, le directeur de la maison d'arrêt accompagné de 4 gendarmes ont offert à Modeste Boukadia, de beaux bracelets ... au sein même de cet espace carcéral. Non pas pour sortir voir le juge qui ne veut pas le recevoir, pas encore, attendons demain disent-ils. Qui sait peut-être la prochaine étape sera le quartier disciplinaire pour bientôt ? Un homme qui aime et respecte la vie, pour avoir sauvé celle de Denis Sassou, respecté par tous les prisonniers actuellement, n’est-ce pas une provocation pour une insurrection ? Toutes les conditions sont requises.

Pendant ce temps, pour soutenir sa libération, je me suis rendue à un rassemblement de la diaspora congolaise, témoigner sur les prisonniers qui ne mangent qu'un jour sur deux et une cuisse de poulet pour 3 détenus, tellement la trésorerie de cette administration est sur la paille. Ils établissent des listes après d'autres listes de détenus ou prisonniers susceptibles de verser 100000 FCFA soit 153€, le quart d'un salaire d'enseignant. Cette aspiration à construire la société civile qui manque tant au Congo, ne peut être qu’un acte positif avec de jeunes pousses, et pour une fois, que les aînés cèdent leur place pour instruire et construire l’avenir de cette Nation. 

Conclusions

Un Sage a dit : "Ma liberté et la vôtre ne peuvent pas être séparées". 

Modeste Boukadia est un unificateur, qui aime son pays et pense " le Ensemble " pour que le Congo puisse se redresser. Que nous le voulions ou non, tous les Congolais sont responsables de ce qui les uniront demain. Modeste Boukadia a créé le CDRC, il l'a implanté et l'a fait grandir. Un parti autonome, conciliant économie, respect, dignité, santé, scolarité, communications et l'honneur d'être l'Union pour Une Nation.

C'est un leader à l'esprit libre. On ne l'emprisonne pas. Ni les barreaux qui retiennent son corps, ni les manipulations ou récupérations de son travail, de son image ou de ses idées en prenant des mégaphones ou outils informatiques.

Il n'y a pas de réconciliation possible sans une pleine acceptation du passé, que chacun endosse ses torts, les explique et s'apaisera les visions du futur grâce à la compréhension et la place exacte de l'Histoire. Le passé doit être d'abord compris non retouché pour être des leçons édifiantes. 

Il n'y a, face au passé, qu'une attitude qui vaille : la lucidité. C'est dans cet état d'esprit que cet ouvrage a été rédigé tout en proposant des possibilités concrètes pour un Congo du XXIème siècle et sa mondialisation. Modeste Boukadia y aborde la monnaie, le travail, les relations nationales et internationales et les richesses dont la plus importante est la population. Un pays sans jeunesse, sans mémoire des anciens, sans culture ni instruction n'est plus qu'un fantôme.

Je conclus par ce proverbe africain : Tant que les lions n’auront pas leur propre histoire, on glorifiera toujours le chasseur.

Merci de votre attention.

 

PS : ci-dessous un entretien accordé par Mme Boukadia au Gri-Gri International

PS 2 : pour vous procurer le livre ICI.

 

19/11/2016 Mme Nadine Boukadia

19/11/2016 Mme Nadine Boukadia

Published by Gri-Gri International Mme Modeste Boukadia - dans Congo Sassou Francophonie Françafrique Livre du moment
commenter cet article

Gri-Gri TV