Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 11:00

Un article de Fanny Pigeaud, initialement paru sous le titre :

La «saga Claudine» indigne les Malgaches

A Madagascar, le parti au pouvoir est empêtré dans une affaire qui défraie le chronique depuis des semaines : une conseillère spéciale du président, Claudine Razaimamonjy, doit être placée en détention pour corruption, mais a jusqu’ici réussi à échapper à la prison grâce à une succession de manœuvres étonnantes.

 

On pourrait l’appeler « la saga Claudine » : depuis début avril, les Malgaches sont les spectateurs stupéfaits d’une histoire rocambolesque, qui pourrait faire penser au scénario d’une mauvaise série télévisée et qui, surtout, éclaire sur le niveau élevé de corruption et d’impunité régnant au plus haut sommet de l’État.

Le premier épisode de ce feuilleton à rebondissements s’est joué le 3 avril à Antananarivo, la capitale. À la sortie d’une compétition sportive, des agents du Bureau indépendant anticorruption (Bianco) et des gendarmes sont entrés en scène : ils ont arrêté l'une des spectatrices, Claudine Razaimamonjy, une riche femme d’affaires et conseillère spéciale du président Hery Rajaonarimampianina, élu fin 2013.

« Madame Claudine », « dame Claudine » ou tout simplement « Claudine », comme on l'appelle à Antananarivo, a été aussitôt placée en garde à vue et interrogée sur plusieurs gros dossiers de corruption : elle est, entre autres, soupçonnée par le Bianco de favoritisme dans l’attribution de marchés publics, de détournement de deniers publics, de blanchiment de capitaux. On parle de dizaines de milliards d’ariary (un milliard d’ariary vaut environ 290 000 euros) détournés dans le cadre de six affaires différentes.

À Antananarivo, la nouvelle de l’arrestation de Claudine Razaimamonjy, que l’on dit « milliardaire », a créé la stupeur : très en vue depuis le début de la présidence de Rajaonarimampianina, la femme d'affaires, propriétaire notamment d'un complexe hôtelier, paraissait jusqu'ici intouchable. Ces dernières années, elle était régulièrement présentée comme l’un des principaux bailleurs de fonds du parti présidentiel Hery Vavao Hoan’i Madagasikara (HVM). Elle aurait aussi beaucoup contribué au financement de la campagne électorale de Rajaonarimampianina pour l'élection présidentielle de 2013. Elle s’est souvent affichée aux côtés du couple présidentiel lors de cérémonies publiques. Si la surprise créée par son interpellation a été grande, c’est aussi parce que les personnalités membres ou proches du pouvoir en place et impliquées dans des opérations financières frauduleuses sont toujours passées entre les mailles des filets de la justice. Et elles sont nombreuses : Madagascar, dont la population est l’une des plus pauvres du monde malgré de nombreuses richesses naturelles, est placée à la 145e place sur 175 États dans l’indice de perception de la corruption établi par Transparency International en 2016.

Pour illustrer l’impunité dont jouissent les tenants du pouvoir, « l’affaire Bekasy », du nom d’un important trafiquant de bois de rose et conseiller technique du ministre de la sécurité publique, est souvent citée en exemple : arrêté en 2015 après une enquête du Bianco, Bekasy Johonfrince avait rapidement pu échapper à justice. Ces derniers mois, Claudine Razaimamonjy avait reçu pour sa part deux convocations du Bianco, auxquelles elle n'avait pas répondu.

Après son placement en garde à vue, des analystes en ont déduit que le locataire du palais présidentiel d’Iavoloha avait lâché sa conseillère. D’autres étaient plus prudents : « Il ne faut pas jubiler trop vite, a par exemple écrit le directeur de L’Express de Madagascar, Sylvain Ranjalahy. Ce n’est pas à un an de la présidentielle qu’on se sépare de celle qui a été surtout l’artisan du triomphe en 2013 et dont la puissance financière s’est considérablement accrue depuis. Un allié de taille, à l’image d’autres conseillers du président qui forment un véritable bunker financier autour de lui. »

La suite lui a donné raison. Deux jours après la médiatique arrestation, le ministre de la justice Charles Andriamiseza a manifesté son mécontentement : il a critiqué le Bianco, affirmant que la détention de la milliardaire était arbitraire, et demandé sa libération. Ses propos ont à leur tour créé l’indignation. Dès le lendemain, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) s’est insurgé contre toute « interférence et pression ». Fin du premier épisode.

Le deuxième volet de la « saga Claudine » a commencé à la fin de la garde à vue de la conseillère du président : le 7 avril, elle s’est vu notifier son placement sous mandat de dépôt par la Chaîne pénale anticorruption. Direction la maison d’arrêt d’Antanimora ? Pas exactement. L’accusée se serait évanouie lorsqu’elle a appris sa mise en détention provisoire et… a été transportée en ambulance jusqu’à un hôpital. Elle y est restée plusieurs jours, sous une importante escorte : il y avait autour d’elle « quatre gardes pénitenciers, quatre policiers, quatre gendarmes, quatre gardes du corps personnels, plus un grand nombre de visiteurs qui n’ont cessé de faire des va-et-vient », rapporte un témoin à Mediapart.

À ce moment-là, les organisations de la société civile se réjouissaient tout de même toujours de l’indépendance du Bianco et des juges qui avaient eu le courage d’inculper Claudine Razaimamonjy. Elles espéraient que cette affaire marquerait la restauration de l’État de droit et du système judiciaire, particulièrement malmenés depuis la crise politique de 2009.

L’hospitalisation de Claudine Razaimamonjy s’est terminée au bout de trois jours. C’est à ce moment-là que le troisième épisode de la série a débuté, avec un nouveau rebondissement : la femme d’affaires n’a pas, comme elle l'aurait dû, rejoint une cellule de prison. Elle s’est plutôt rendue, au petit matin du 10 avril, sur le tarmac de l’aéroport international d’Ivato. D'où elle s’est envolée, à bord d’un avion d’une petite compagnie privée, en direction de l’île Maurice. C’est accompagnée par son beau-frère, sénateur du HVM, et d’une gardienne de prison qu’elle a ainsi quitté son pays. Après coup, la version officielle a expliqué qu’il s’agissait d’une « évacuation sanitaire » : Claudine Razaimamonjy devait subir un examen médical ne pouvant s’effectuer à Madagascar. Une fois arrivée à Port-Louis, elle a été hospitalisée dans une clinique privée.

Son départ a provoqué désillusion et exaspération à Antananarivo. ROHY, un important mouvement de la société civile, a dénoncé une « évasion organisée » et réclamé, avec le syndicat des avocats et Transparency International, la démission des responsables ayant permis « la sortie illégale de l’inculpée ». Cette dernière faisait en effet l’objet de deux interdictions de sortie du territoire.

« Claudine Razaimamonjy a ridiculisé tout le monde, depuis son refus d’obtempérer aux convocations du Bianco jusqu’à sa maladie diplomatique, jusqu’à son évasion sanitaire », a estimé l’éditorialiste Ndimby A. dans Madagascar Tribune. Sylvain Ranjalahy a pour sa part vu un aspect positif à l’affaire, malgré tout : elle « a révélé que, malgré la déliquescence de la société, malgré la perte des valeurs, malgré l’anarchie généralisée, malgré le règne de la corruption, on peut encore compter sur quelques bonnes âmes. Le DG du Bianco s’est montré intraitable dans cette affaire en dépit des pressions et des menaces […]. Maintes fois humilié et réduit aux conférences de presse, il a, cette fois, résisté jusqu’au bout prouvant que la mauvaise volonté n’est pas de son côté dans la lutte contre la corruption ». D’autres attendaient que le Bianco s’intéresse aussi aux complices de « la fugitive », dont certains occuperaient de très hauts postes de responsabilité.

Comme pour faire oublier l’échappée de Claudine Razaimamonjy, un ancien directeur de cabinet du ministère de la communication, accusé de détournement de deniers publics et de faux et usage de faux, a été condamné le 12 avril à cinq ans de travaux forcés, une peine jugée sévère. Le même jour, à Maurice, la conseillère sortait de la clinique de Port-Louis.

Le quatrième épisode aurait pu mettre en scène le président Rajaonarimampianina sanctionnant ceux qui ont aidé sa conseillère à prendre la tangente. C’est en tout cas ce qu’a demandé l'ancien premier ministre et candidat à la prochaine présidentielle Jean Omer Beriziky : Rajaonarimampianina devrait « laisser de côté les liens familiaux et le népotisme » et « limoger tous les responsables impliqués de près ou de loin dans cette affaire, ainsi que les complices de cette corruption à grande échelle », a-t-il déclaré. Le chef de l’État, qui ne s’est jusqu’ici pas exprimé au sujet de sa conseillère spéciale, a choisi un tout autre scénario. Certes, il a fait procéder, le 20 avril, à un léger remaniement ministériel. Mais les responsables impliqués dans « l’affaire Claudine » sont tous restés en place. Il a en revanche limogé le secrétaire d’État chargé de la gendarmerie, le général Paza Didier Gérard. « Bon nombre d’analystes pensent » que le général a été sanctionné à cause de « l’arrestation de Claudine Razaimamonjy par les éléments de la gendarmerie. Le fait qu’aucun ministre réputé proche de la femme d’affaires n’ait fait les frais du mini-remaniement semble corroborer cette analyse », a commenté Midi Madagascar.

Nombreux étaient alors ceux qui avaient perdu tout espoir de voir Claudine Razaimamonjy revenir un jour à Madagascar pour se défendre face à la justice. Mais le 22 avril, nouveau coup de théâtre et donc, nouvel épisode : la femme d’affaires, dont le droit de séjourner à Maurice était sur le point d'arriver à son terme, a regagné Antananarivo. À nouveau, elle a été amenée à l’hôpital, où elle se trouverait toujours. Avant d’être hospitalisée, elle aurait dû être conduite à la prison pour que son retour soit constaté, a déploré la présidente du SMM, qui espère néanmoins que les procédures la concernant allaient pouvoir être relancées. Cela pourrait être effectivement le cas, les autorités étant depuis plusieurs jours sous forte pression diplomatique. Les ambassadeurs des États-Unis et de France ont en effet plusieurs fois manifesté publiquement leur soutien au Bianco, auquel ils donnent des financements, et dit espérer le retour de la femme d’affaires alors qu’elle se trouvait encore à Maurice.

En attendant la suite de l’histoire, certains se posent des questions sur la ligne de conduite qu'adoptera le parti au pouvoir lorsque sera venu le moment de la présidentielle, prévue en 2018. « Quand on voit ce que le parti HVM est capable de faire pour soustraire un des siens aux griffes de la justice, […] on ne peut que s’inquiéter », a souligné l’éditorialiste Ndimby A.

 

Texte : Fanny Pigeaud

 

Repost 0
Published by Gri-Gri International Fanny Pigeaud - dans Madagascar Francophonie Françafrique Politique
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 06:51

 

Pourriez-vous nous résumer en quelques lignes votre parcours, vos origines, votre formation…

Tout d’abord, j’aimerais vous remercier pour l’opportunité que vous m’accordez de pouvoir parler de moi, de ce que je fais. Merci infiniment pour l’intérêt que vous portez à ma personne.

Alors comme vous le savez, je m’appelle Mimick OSSIALI, je suis originaire du Gabon où j’ai passé toute mon enfance. Lorsqu’il s’agit de me présenter, j’ai l’habitude de dire que je suis tout simplement un passionné de Dieu qui a choisi de Le servir au travers de la louange. En ce qui concerne mon parcours, en quelques lignes, je dirais que j’aime énormément la louange et l’adoration depuis mon plus jeune âge. Je me suis toujours vu en train de rassembler des foules pour la gloire de Dieu ! Très tôt, mes parents m’emmenaient avec eux à l’église et c’est là que tout a commencé. J’étais à l’école du dimanche où j’ai eu l’opportunité pour la première fois de chanter une de mes compositions. J’avais 9 ans, je m’en rappelle comme si c’était hier... Beaucoup sont ceux qui ont été touchés et qui m’ont encouragé à croire en moi.

A mon arrivée en France, j’ai rencontré mon père spirituel, l’apôtre Alain Patrick TSENGUE, fondateur du ministère ACER où je sers le Seigneur depuis 2007.


Vous avez mûrement réfléchi avant de vous lancer dans une carrière de chanteur. Vous vous êtes même interrogé métaphysiquement, spirituellement sur ce que cela représente. Pouvez-nous en dire davantage sur ces questionnements, et aussi ce qui vous a, au final, convaincu de vous lancer ?

Je crois que lorsque Dieu met une vision dans notre cœur, il y’a aussi un temps fixé pour l’accomplissement de cette vision. Souvent, on parle de croire en la vision, de persévérer quelques soient les obstacles (ce qui est vrai), mais on oublie de parler de l’étape de la préparation. Cette étape est fondamentale dans la vie de tout serviteur de Dieu et il faut l’accepter. C’est ce que j’ai fait ! Certes, cela n’a pas toujours été évident car parfois la vision nous presse mais le Seigneur nous place dans un cadre où il met des pères au-devant de nous. A l’ACER, j’ai été façonné, j’ai pu éprouver la vision et surtout me lancer au bon moment. Ce qui m’a convaincu de me lancer ? C’est ce que je ressentais au plus profond de moi, ce témoignage intérieur positif, mais surtout le fait d’avoir le feu vert et le soutien de mon père spirituel. Le soutien de mon épouse Elisa OSSIALI et de mes proches a été aussi une source de motivation. J’aurais pu commettre certaines erreurs, je me suis posé beaucoup de questions : est-ce que c’est le moment ? Comment dois-je faire pratiquement ? Avec qui dois-je m’associer ? La question des finances n’a évidemment pas échappé à cette liste...

Au temps convenable, le Seigneur a tout disposé et a attiré des personnes autour de la vision. Il a touché les coeurs au-delà de ce que je pouvais imaginer. Après avoir longuement réfléchi, j’ai choisi d’embarquer avec le Saint Esprit pour ce merveilleux voyage... C’est mon premier partenaire, mon meilleur allié, je reconnais que c’est par Sa grâce et je Lui suis reconnaissant...

 

Vous allez le 13 mai prochain vous produire au Trabendo, à Paris. Dans quel état d’esprit abordez-vous ce concert ? A quoi assisteront les veinards qui auront acheté leur billet à temps ? Avez-vous une idée du public que vous allez attirer ?

Oui, effectivement, le 13 mai, ce sera mon premier concert au Trabendo. J’y serai avec plusieurs autres artistes qui ont accepté de partager la scène avec moi.

Je me sens plutôt détendu et confiant car je suis très bien entouré. J’ai la grâce d’avoir des personnes très motivées, qui croient en cette vision, qui me soutiennent tant spirituellement que pratiquement. En fait, pour tout vous dire, je sais que par mes propres forces, je ne pourrais pas y arriver alors j’ai choisi de faire confiance au Seigneur.

A quoi assisteront ceux qui ont acheté leurs billets ? Ils rencontreront le Seigneur Jésus Christ ! J’aime le dire et je le répète régulièrement : Au-delà du canal que je suis, attendez-vous véritablement à Dieu ! Tout ce que je sais, c’est que Son nom sera glorifié dans cet endroit. Nous allons tous ensemble vivre des temps exceptionnels dans Sa présence. Je crois que ceux qui comme moi s’attendent à Lui repartiront avec quelque chose de plus.

Concernant le public qui sera là, je sais que ma famille des différentes églises viendront se joindre à moi, mes amis, les personnes qui aiment ce que je fais seront là, des personnes viendront des quatre coins de la France pour louer avec nous. Nous continuons de maximiser la communication afin de toucher le plus grand nombre. Pour le reste encore une fois, je m’attends à Dieu.

Je profite pour lancer une invitation à tous les passionnés de Dieu, à toutes les personnes qui veulent vivre un moment inoubliable de louange et d’adoration. Je vous attends, on vous attend… le 13 mai prochain au Trabendo à partir de 19h.

Ne tardez plus, prenez votre place : https://www.billetweb.fr/concert-mimick-ossiali

 

La page Facebook de Mimick Ossiali

Ci-dessous un extrait du Showcase de Mimick Ossiali en novembre dernier.

Propos recueillis par Philémon Mamba

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Gabon 2011 Arts & culture Musique
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 13:52

 

 

Chaque jour, ou à peu près, nous vous proposerons dorénavant une lecture.

Pour être sûr de tenir le rythme au début, nous avons choisi d'inaugurer la rubrique avec celle d'un classique de la littérature française et mondiale, dans son intégralité, découpé - en respectant la forme fragmentaire du texte, un journal intime - en 36 épisodes + 1 épisode de making of, dans lequel on pourra découvrir dans quelles conditions sont enregistrées ces lectures.

Journal d'un curé de campagne, roman de Georges Bernanos, est paru en 1936.

Le cinéaste Robert Bresson en a tiré un chef d'oeuvre en 1951.

Le texte est lu par Grégory Protche (Gri-Gri International)

Le mix est réalisé par la Cave du 18

 

PS : s'il vous est insupportable de devoir attendre la seconde partie de mai pour atteindre le dénouement... vous pouvez vous rendre sur le compte Youtube Grigriinternaional. Une playlist spéciale est consacrée au roman de Bernanos :

ICI.

Repost 0
Published by Gri-Gri International Georges Bernanos - dans Littérature Francophonie
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 11:47

 

Familier de l'espace subsaharien, Samuel Maréchal a initié très tôt sa fille, Marion, députée FN du Vaucluse, aux mystères du continent noir.

Deux ruptures, un héritage, un legs. Directeur général du Front national de la jeunesse de 1992 à 1999, Samuel Maréchal quitte le parti à l'orée du millénaire puis divorce en 2007 de Yann, la deuxième fille de Jean-Marie Le Pen. Avant d'épouser Cécile, l'aînée des petites-filles de Félix Houphouët- Boigny, député et ministre de la IVe République puis patriarche de la Côte d'Ivoire indépendante.

Le tropisme africain du papa de Marion Maréchal-Le Pen remonte à l'enfance: un père pasteur pentecôtiste un temps établi au Tchad; une mère engagée dans son sillage sur le terrain caritatif; et une grand-mère fondatrice de deux des premiers orphelinats de la Haute-Volta, futur Burkina Faso...

Concepteur sous Laurent Gbagbo du site Web de la présidence ivoirienne, l'ex-gendre du "Menhir" dirige aujourd'hui Maréchal & Associés, un cabinet de conseil bancaire et d'intermédiation financière actif en Afrique francophone, en Asie et en Europe de l'Est.

L'étoile subsaharienne de Marion

Marion lui doit-elle son initiation aux charmes et aux pièges du continent noir? "C'est ma fille, répond-il. Elle a eu la chance de rencontrer à la maison des Africains de tous horizons." A l'en croire, Samuel Maréchal n'est d'ailleurs pas étranger au plaidoyer adressé en juin 2015 par la députée du Vaucluse à Laurent Fabius, alors patron du Quai d'Orsay, en faveur d'un retour à l'aide bilatérale et ce au profit exclusif de l'aire francophone.

Le sort, il est vrai, a voulu que la nièce de Marine voie le jour sous une étoile subsaharienne: terrassé en septembre 2014 par une tumeur au cerveau, son père biologique, Roger Auque, termina sa tumultueuse carrière - journaliste, agent de renseignement puis diplomate - comme ambassadeur de France à Asmara (Erythrée).

 

SOURCE (on ne voudrait pas que vous pensiez que "Les mystères du continent noir" c'est de nous)

Repost 0
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 10:24

En plus de très vite nous-vous mettre à jour de ses parutions récentes sur le site de supporters du PSG Virages, nous vous livrons encore chaude la colère désabusée et cruelle de Jérôme Reijasse, rock-critic, bioman et auteur lyrique au lendemain du premier tour de la présidentielle française. Que ses lecteurs africains se réjouissent : Jérôme Reijasse veille ! 

 

LETTRE À LA FRANCE

 

J’aurai pu intituler cette lettre à la France “J’en ai plein le cul” mais cela aurait été déplacé…

2017 est une année terrible. Paco, un ami cher, est parti, avec sa petite famille, vivre à Lyon. Il semblerait pour toujours. Le PSG a sombré en Catalogne. Macron a de grandes chances d’être élu Président de la République. Voilà. Qui dit pire?

Je n’attendais pas grand chose de cette campagne électorale. Je ne vote plus depuis que j’ai gagné contre l’Europe et que nos élites ont décidé de passer outre la décision du peuple. La démocratie hexagonale n’est pas malade, elle a crevé il y a bien longtemps. Dans ma télé, la grande valse du ridicule, des mensonges en boucles, de la peur qu’on entretient, et comme un goût de vomi qui ne me quitte plus. Oui, la gerbe.

Macron vs Le Pen. Le vieux refrain, l’éternelle rengaine. Le piège total.

Hier, l’ex banquier, l’ex ministre aux lois économiquement scélérates, se promenait du côté d’Oradour sur Glane. Village limousin martyr que des SS mauvais perdants avaient massacré en 1944. Je sais de quoi je parle. Mon grand-père, ex prisonnier de guerre, ex résistant, ex vivant, avait participé aux premiers secours, un jour d’été et d’horreur. Et il est là, lui, avec son sourire de vendeur d’encyclopédies, son costume sur mesure et sa garde rapprochée de communicants. Que dit-il? Pourquoi est-il là? “Remember, souviens toi” peut-on lire à l’entrée (gratuite) de la bourgade suppliciée. Macron n’exprime pas autre chose. Voter pour lui, c’est barrer la route aux hordes barbares, à la peste brune, à Hitler en personne! Car le petit peintre génocidaire moustachu n’est pas mort, non, il rampe, il attend son heure. Il ricane dans l’ombre. Hier encore, les époux Klarsfeld ont dévoilé une affiche avec Marine Le Pen et des barbelés, une affiche du passé pour éviter le pire à l’avenir. On en est là. Malheureusement pour Macron, Auschwitz est en Pologne. Comme l’usine Whirlpool bientôt… Sinon, il y serait allé aussi. Il se pavane là où les morts hurlent encore. Il me fait honte.

Quand la communication commence à piétiner les cadavres, à insulter l’Histoire, à jouer avec l’indicible, simplement pour assurer à son candidat (et à son armée d’hommes de l’ombre: Berger, Attali, Minc, Valls, Drahi, Bayrou, Hue, Hollande, la liste est longue et connue de tous) une place au soleil pendant cinq ans, il est possible de penser que ce pays ne mérite rien d’autre. Que la France est foutue et qu’il ne sert à rien de pleurer. Trop tard, bien fait pour nous, on n’avait qu’à être moins cons, moins naïfs, moins égoïstes, moins peureux. Plus français.

Quand j’étais enfant, mes parents votaient RPR. Avant, ils soutenaient de Gaulle. Dans les années 70, Jean Marie Le Pen était un cyclope fort en gueule et minoritaire. On n’en parlait quasiment jamais. Son parti riquiqui rassemblait des anciens collabos, des anciens OAS, des anciens Waffen SS, des anciens résistants, des patriotes également qui sentaient que l’ancien monde était sur le point de tirer sa révérence. Les médias s’en moquaient. Le peuple l’ignorait. Ma mémoire vacille mais je crois qu’il ne dépassait jamais les 3% de votes. Voilà. Ce n’était rien. Absolument rien. et puis, Mitterrand, second président maurrassien après le Grand Charles, décida d’en faire son Golem. Sa chose, sa marionnette. Il y réussit avec un talent évident. Le Pen, Breton fier et en colère, caricatural et marié à une belle blonde, future soubrette pour branlettes solitaires, devint ce tribun dangereux, fasciste, raciste et surtout antisémite, que les vrais hommes assoiffés de liberté, d’égalité et de fraternité, allaient devoir combattre, quitte à sacrifier leurs mandats, leurs privilèges, leurs vies pourquoi pas… Foutaises bien sûr et commencement du jeu de massacre. Le Front National allait permettre aux élites d’assurer cette alternance libérale maudite, qui a conduit le pays à la ruine et à la mélancolie, ce qui est peut-être encore plus grave. Le Pen a accepté le rôle du bouffon anti démocrate et c’est en cela que, lui aussi, a trahi ce pays qu’il semble tant chérir. Il a fait le jeu des énarques, des riches, des cyniques, des corrompus, comme Tapie de l’autre côté. Et puis, messieurs les faux-culs, si le Front National est cette chose dangereuse, nationale-socialiste, monstrueuse, pourquoi ne l’interdisez-vous pas? C’est bien là la preuve de votre hypocrisie intéressée, de votre calcul nauséabond. Et aujourd’hui, il faudrait donc encore monter au front avec sa carte d’électeur pour faire barrage? Mais à qui, à quoi? Marine le Pen n’a pas de moustache ou alors, elle s’épile comme il faut, elle n’est ni nazie, ni fasciste. C’est une libérale comme vous, Monsieur Macron, qui a mis du social dans ses idées pour dessiner un autre possible, pour éventuellement convaincre ceux qui triment et qui ne s’en sortent pas. Mais si elle devait être élue, comme Trump, elle obéirait aux ordres, elle s’exécuterait. Oui, j’entends déjà les cris d’hystérie des derniers militants anti racistes, encore poussés par Julien Dray et sa bande, il y a bien au Front National des encartés racistes, nostalgiques, anti républicains. Qui vénèrent toujours des Papon, des Bousquet, des… Oups… Plus globalement, les Français ne sont pas ceux que l’on nous vend sur BFM ou ailleurs. Historiquement, ils ont souvent accueilli, assimilé, accepté. Ils ont même caché des Juifs (ne sommes-nous pas le pays occupé comptant le plus de Justes? Je dis ça, je ne dis rien…), ils sont tombés, nombreux, pour que la France respire encore. Il y a eu des collabos, des miliciens, etc, etc… Certes. Etaient-ils majoritaires? Est-il sain de mettre systématiquement en avant ceux qui ont choisi le mauvais camp? Encore aujourd’hui ? À qui profite le crime pourrait-on même se demander. Je refuse de voir mon pays pour ce qu’il n’a jamais été non plus. Qui a creusé le fossé entre les ethnies, les classes sociales, qui a entretenu les différences, qui a soufflé sur les braises? Qui a été décoré de la francisque (rires)? Les skinheads des années 80, les terroristes musulmans des années 2010? Rires. Les mêmes qui crient au loup depuis quarante ans. Dégoût.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que cette fois-ci, pas de grandes manifestations antifascistes, pas de rassemblements populaires et spontanés (rires encore) pour stopper la bête après les résultats du premier tour. Non. Quelques antifas, idiots même plus utiles d’un système qui les retourne depuis si longtemps, ont bien défilé à Rennes, Paris mais à part quelques poubelles renversées et quelques slogans que même les Bérus n’auraient pas voulu pour une chanson, rien à signaler. Les Français ont compris. Ils se sont faits mettre bien profond et, oui, il est trop tard. 1945 n’est plus. C’est fini. Hitler comme le CNR. Kaputt. 2017, ce sont d’autres exterminations, d’autres politiques mortifères, d’autres bombes à fragmentations sur d’autres pays lointains, d’autres uniformes, qui ne doivent plus rien à Hugo Boss. Ces gens qui veulent le pouvoir pour poursuivre leurs existences de pachas à nos frais, qui nous font la morale à longueur de temps, qui jonglent avec la trouille pour mieux diviser et donc régner, qui se satisfont de dix millions de précaires, qui préfèrent, aux leurs, les autres, tous les autres, surtout à partir du moment où ils représentent une main d’oeuvre encore moins chère, encore plus soumise, ces gens adeptes d’une comptabilité morbide et indigne, ont-il un jour, une fois, essayé de calculer ce que le capitalisme sauvage avait coûté en vies humaines? S’il n’est question que de ça, de chiffres, de nombres, de colonnes arithmétiques. Qui a du sang sur les mains? Qui a ouvert la boîte de Pandore? Vous? Moi?

Hahahahahahah.

Alors, allez voter Macron. Continuez à chier dans votre froc, à croire que les panzers de Guderian sont aux portes du pays. Ou ceux de Poutine, presque pareil. Donnez votre voix à celui qui va terminer le travail, qui va transformer notre pays, notre si beau pays, en état détaché américain, en paradis de la précarité et des services. France Uber alles, si j’osais. L’uberisation, certains en parlent comme d’une chance, les enculés. J’ai discuté avec plusieurs de ces chauffeurs indépendants. Ils en chient, ils sont les nouveaux esclaves, les futurs modèles. Ils n’ont pas le choix. Allez voter Macron, pour moins de services publics, plus de compétitivité, plus de devoir de mémoire, plus d’enfumage et moins de justice. Faîtes votre travail de citoyen. Coupez la tête à Marine le Pen. Elle repoussera en 2022. En en 2027. Faites du vélib, votez à gauche (oui, c’est au fond, à droite), soyez les nouveaux Jean Moulin (sans la torture), sacrifiez vos mômes sur l’autel de la bêtise et de la trahison. Pas de problème. Je suis qui, moi, pour m’énerver ainsi? Personne! Un Français qui ne vote pas, le salaud. Alors qu’il y en a qui sont morts pour le droit d’aller se branler dans l’isoloir! Hahahahahahah. Vous ne vouliez plus de Hollande et de sa politique libérale? Vous allez élire son fils, son clone, sa créature. Génial. Bravo. Encore!

Hier, Macron a déclaré que c’était lui, le patriote. La finance est-elle donc une Patrie?

Seule bonne nouvelle dans ce merdier (inter)national (et ce sont les écolos qui vont être aux anges): à force de faire la toupie dans son cercueil, Charles de Gaulle aurait de quoi remplacer deux centrales nucléaires à lui tout seul.

On me fait remarquer que je n’ai à aucun moment évoquer la prétendue homosexualité du candidat révolutionnaire Macron. C’est parce qu’ici, en France, la sexualité appartient au privé. Elle ne dit rien. Elle ne compte pas.

Je peux donc finalement terminer cette lettre à mon pays par cette phrase lapidaire: “J’EN AI PLEIN LE CUL”, sans risquer de procès en homophobie.

Je me sens déjà un peu mieux…

Texte : Jérôme Reijasse

Sa page facebook

PS : ci-dessous, en cadeau pour nous faire pardonner, un document exclusif : Jérôme Reijasse, avec des cheveux (si, si, encore un peu), le jour des 35 ans du Dictateur-adjoint du Gri-Gri International, Grégory Protche, par ailleurs son plus fidèle lecteur...

Jérôme Reijasse le 13/09/2005

PS 2 : Ce texte nous semblant parfaitement s'intégrer dans l'aléatoire, hypothétique et imprévisible futur recueil de textes de Jérôme Reijasse, Un Français, il nous paraît important de remettre en ligne le premier extrait de ce livre.

Repost 0
Published by Jérôme Reijasse Gri-Gri International - dans Jérôme Reijasse 7 jours loin du monde Littérature Politique Histoire
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 13:48

 

 

 

Chaque jour, ou à peu près, nous vous proposerons dorénavant une lecture.

Pour être sûr de tenir le rythme au début, nous avons choisi d'inaugurer la rubrique avec celle d'un classique de la littérature française et mondiale, dans son intégralité, découpé - en respectant la forme fragmentaire du texte, un journal intime - en 36 épisodes + 1 épisode de making of, dans lequel on pourra découvrir dans quelles conditions sont enregistrées ces lectures.

Journal d'un curé de campagne, roman de Georges Bernanos, est paru en 1936.

Le cinéaste Robert Bresson en a tiré un chef d'oeuvre en 1951.

Le texte est lu par Grégory Protche (Gri-Gri International)

Le mix est réalisé par la Cave du 18

 

PS : s'il vous est insupportable de devoir attendre la seconde partie de mai pour atteindre le dénouement... vous pouvez vous rendre sur le compte Youtube Grigriinternaional. Une playlist spéciale est consacrée au roman de Bernanos :

ICI.

Repost 0
Published by Gri-Gri International Georges Bernanos - dans Littérature Francophonie
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 10:56

Recueil de statuts sur la page Facebook du Dictateur-adjoint du Gri-Gri International

7 mai 2017 

20:04 · #JeVeuxPasFaireMonMalinMais
Comme je vous l'ai annoncé dès 2012, et sans surprise : François Hollande est réélu.

PS : on attend le roman à clés de Brigitte pour la deuxième quinzaine de septembre.

20:05 · #LesTrouillardsVousPouvezRetrouverFigureHumaine
Le fascisme n'est pas passé.

20:07 · #JeVeuxDeLaJoie
Vous nous avez tellement cassé les bonbons, faut être heureux maintenant, joyeux et tout ! Pas un bruit dans ma rue. Comme dit l'ex-little Neymarien : "Y'avait vachement plus d'émotion pour la finale de l'Euro."

20:09 · #Pour2022
Je pense qu'une série de tirs au but, pour départager les deux finalistes, ce sera plus divertissant.

20:10 · #SiJétaisComplotiste
Je préparerais mes vidéos sur le choix de la pyramide du Louvre par Emmanuel Macron pour son sacre...

20:12 · #BrigitteUneChanson
Donc, maintenant, notre couple présidentiel, c'est Ken junior et Belphégor.

20:14 · #Gossips
Si ça se trouve, E.M., c'est le fils de F.H. et B.T.

20:15 · #UnSeulEtreVousManque
Et Charles Berling, il s'exprime quand ? L'heure est grave !

20:19 · #FrançoisHollande
Merci pour ce moment.

20:23 · #Prophètes
Hommage au Ministère AMER, capable (ou coupable), avec respectivement 25 et 23 ans d'avance, de deux morceaux restés dans les mémoires dédiés à une certaine "Brigitte"...

20:26 · #DupontAignan
Il ressemble à un mec qui va essayer de prendre le FN...

20:28 · #EnMarche
Bon, alors, gouvernement d'union nationale, avec quelques ministres lepénistes ? Faut réussir ce que Chirac a raté lol.

20:28 · #Collomb
Pour le maire de Lyon, Macron, c'est Mao... il a fait une grande marche !

20:29 · #CollombBis
Faut le ranger Collomb. Il est liquide intellectuellement.

20:33 · #VousAvezBienVoté
C'est compris ou pas ? On a barré la route au fascisme et eu les couilles d'élire un mec de 39 ans ! On n'est pas des pédés, nous les Français ! (Ségolène Royal, en substance)

20:35 · #EtPuisEnsuite
La presse pourrie du monde entier va nous envahir, pour venir voir le peuple qui a osé élire un président de 39 ans (à la colle avec une ancienne milf, en plus).
Ca va être marrant d'être français.

20:36 · #Masturbation
François Hollande appelant Emmanuel Macron pour le féliciter.

20:38 ·  #PasMieux

Didier Gallet
Je discutais récemment avec un ami polonais qui me disait qu'il y avait dans son pays toujours un antisémitisme profond alors qu'il n'y a plus de juifs. Nous en France nous réalisons l'exploit d'avoir des millions d'antifascistes sans fascisme.

20:44 · #Louvre
Qu'est-ce qu'il va chanter, finalement, Philippe Besson ?

20:45 · #BrunoMaire
D'après lui, il y a des nuances entre le projet des Républicains et celui de Macron.

20:49 · #DommageCollatéral
Estrosi a pas fini de motodidacter.

20:53 · #PasNous
"Je voudrais entendre François Baroin." (Léa Salamé)

20:55 · #EnMarche
Bon, alors, les ajustements structurels, ça commence quand ?

20:57 · #LesMacroniensDuWeb
Faut sortir là, faut aller au Louvre ! Y'a quoi là, dix mille personnes ? Le monde nous regarde...

21:03 · #CaFaitMoinsFacho
le drapeau tricolore et la Marseillaise, de nos jours... quand j'étais mouflet, c'étaient les deux mamelles du méchant droitier...

21:12 · #Prompteur
Notre nouveau président a réussi durant son premier discours à être encore plus irréel, plus absent et moins incarné que pendant sa campagne. C'est lui l'hologramme. Il existe pas.

21:15 · #PunchlineDuSoir
"Ce soir s'achève la présidence la plus lamentable de la cinquième république."
J-L.Mélenchon

21:20 · #OnAuraVuCa
Pécresse donnant des leçons de vertu politique à Dupont-Aignan.

21:23 · #LeFilmDeTF1
qui sera diffusé demain soir, sur les coulisse de la victoire,on dirait du Pialat ! Ciné-vérité ! Varda enfoncée ! Depardon ringardisé !

21:24 · #VousAuriezMieuxFaitDeVoterMélenchon
Ne serait-ce que pour les discours.

22:05 · #CharlieMacron
Comme Charlie Hebdo a plus d'abonnés que de lecteurs, Macron draine plus de photographes et de caméras que d'électeurs heureux dans les rues.

22:07 · #Louvre
Je pense que Biolay va venir nous chanter La Superbe.

22:08 · #Louvre
Kassowitz, tu viens chanter ou pas ?

22:12 · #Attention
Macron va faire un nouveau discours plus "festif" et plus "émotionnel". Y'aura Magic System en accompagnement ?

22:14 · #Orsenna
En voilà un qui sait se placer...

22:17 · #Estrosi
C'est la langue française qui te parle : TA GUEULE ! Tu nous humilies trop. Dix fautes par intervention, c'est plus tenable.

22:18 · #PierreLaurent
Aka le reste du mauvais temps.

22:20 · #Louvre
La nana que TF1 a envoyée semble tout droit sortie de la manif pour tous...

22:22 · #Louvre
Le PS a prêté aussi des militants pour ce soir... pas que pour les premiers meetings de Macron.

22:23 · #JulienDray
Le vrai héros de toute cette histoire.

22:31 · #Louvre
Macron va arriver, ils sont en train de le recharger.

22:37 · #Louvre
Il a des trop petites jambes, Macron, ça dure sa traversée de la cour carrée...

22:39 · #Louvre
"La France l'a emporté !" On jouait contre qui ?

22:40 · #Louvre
"Tout le monde nous disait que c'était impossible." Non, Macron, on te disait tous que tu étais prévisible. Prévu même.

22:44 · #Louvre
Encore un qui croit que le monde attend après la France...

22:46 · #Louvre
"Vous avez choisi l'audace." Non, ils ont juste pas voulu de Marine Le Pen, t'excite pas.

22:47 · #Louvre
"Notre tâche est immense." Estrosi, Macron parle de toi.

22:47 · #Louvre
Il est pas élu qu'il a déjà besoin de nous.

22:49 · #Louvre
La foule en liesse réclame sa première vieille dame... Brigitte ! Brigitte !

22:50 · #Louvre
"Je vous servirai." A quoi, grands dieux ?

22:51 · #Louvre
Macron dit "Je vous servirai" comme Jean-Pierre François chantait "Je te survivrai".

22:52 · #Louvre
Seins refaits ou pas, Brigitte ?

23:17 · #Louvre
Sur BFM, ils coupent Copé pour qu'on puisse voir la voiture de Macron grâce à une caméra sur une moto.

23:22 · #Hamon
Une réaction, Benoît ?

8 mai 2017

Tambou Tchagain à 01:09 ·

La France est devenu un pays africain. Un ancien baron du régime quitte le gouvernement avant les élections, se paie une virginité d'opposant et se fait élire parce qu'il a des soutiens nantis, souvent proches du régime finissant, et parce que les peuples sont amnésiques. (Macky Sall et Patrice Talon ont inspiré le Manu ou quoi ?).
Dès qu'il gagne ou qu'on sent qu'il va gagner, les "transhumants" venus des anciennes boutiques politiciennes accourent vers lui et hurlent de rire quand on leur parle d'ancrages idéologiques.

12:44 ·

#EternelRecommencement
Et allez, comme chaque fois qu'Hollande se fait élire : il pleut. Posez-vous les bonnes questions.

12:45 · #Tendresse
J'aime bien quand Mélenchon dit "Allez les gens".

12:48 · #VariableDajustement
Quand Pen La a compris qu'elle ne servait qu'à faire gagner Macron.

12:49 · #AlaPoutine
Macron devrait prendre François "Poutine" Hollande comme Premier ministre, le temps de son mandat de Medvedev.

22:24 ·#LeChangementCestToujoursPasMaintenantMédiatiquement
Les médias français, toujours originaux dans la narration, trouvaient que Sarkozy n'avait pas de surmoi. Macron, "plus à l'américaine", n'aurait pas "les pudeurs françaises."

22:30 · #Prophétie
Je viens de voir Brigitte gourmander Emmanuel, en lui interdisant les chocolateries après le débat... "Je ne veux pas que tu manges des saloperies." A mon avis, à la Chirac, il va plus tarder à l'appeler maman.

22:36 · #BléEnHerbe
Macron, à la cantine, réclame des cordons bleus... mais c'est dans le menu enfants seulement, lui répond la dame.

22:44 · #MauvaiseFoi
Ils sont bien écrits, j'avoue, les dialogues du film sur l'ascension du banquier parachuté en politique. La scène où il découvre que Pen La est avec les ouvriers de whirlpool pendant que lui est en ville, étonnante de vérité.

22:49 · #GrandDébat
L'entourage Macron a trouvé le débat très bien.

 

Texte : Grégory Protche (feat. Friends)

Repost 0
Published by Gri-Gri International
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 21:34

 

 

Chaque jour, ou à peu près, nous vous proposerons dorénavant une lecture.

Pour être sûr de tenir le rythme au début, nous avons choisi d'inaugurer la rubrique avec celle d'un classique de la littérature française et mondiale, dans son intégralité, découpé - en respectant la forme fragmentaire du texte, un journal intime - en 36 épisodes + 1 épisode de making of, dans lequel on pourra découvrir dans quelles conditions sont enregistrées ces lectures.

Journal d'un curé de campagne, roman de Georges Bernanos, est paru en 1936.

Le cinéaste Robert Bresson en a tiré un chef d'oeuvre en 1951.

Le texte est lu par Grégory Protche (Gri-Gri International)

Le mix est réalisé par la Cave du 18

 

PS : s'il vous est insupportable de devoir attendre la seconde partie de mai pour atteindre le dénouement... vous pouvez vous rendre sur le compte Youtube Grigriinternaional. Une playlist spéciale est consacrée au roman de Bernanos :

ICI.

 

Repost 0
Published by Gri-Gri International Georges Bernanos - dans Littérature Francophonie
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 20:22

Il sera l’homme clé du nouveau parti présidentiel. Ce chiraquien est membre du conseil consultatif de la Fondation Brazzaville de Jean-Yves Ollivier.

C’est par lui que Sassou Nguesso a atteint le cœur du nouveau pouvoir et espère se maintenir.

La Fondation Brazzaville est l’organe principal du lobbying et de la rémunération des relais occidentaux du régime sanguinaire de Brazzaville.

Durant la campagne, Jean-Paul Delevoye avait ses habitudes au bistrot du 15e Le Brazza… il est évident pour nous que l’ombre de Sassou Nguesso plane sur le berceau du parti présidentielle en cours de création pour lui inoculer son venin fait de pétrole et de sang.

Nous avions prévenu que notre vigilance sera sans faille nous invitons dès à présent à la transparence complète sur les contributeurs d’En Marche Pour la République.

Mafia & Republique, #Sassoufit

Par Andréa Ngombet

Coordination du Collectif Sassoufit

Diffusé le 8 mai 2017, par www.congo-liberty.com

Repost 0
Published by Gri-Gri International Congo Liberty - dans Congo Sassou Francophonie Françafrique Economie
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 17:29

 

 

Chaque jour, ou à peu près, nous vous proposerons dorénavant une lecture.

Pour être sûr de tenir le rythme au début, nous avons choisi d'inaugurer la rubrique avec celle d'un classique de la littérature française et mondiale, dans son intégralité, découpé - en respectant la forme fragmentaire du texte, un journal intime - en 36 épisodes + 1 épisode de making of, dans lequel on pourra découvrir dans quelles conditions sont enregistrées ces lectures.

Journal d'un curé de campagne, roman de Georges Bernanos, est paru en 1936.

Le cinéaste Robert Bresson en a tiré un chef d'oeuvre en 1951.

Le texte est lu par Grégory Protche (Gri-Gri International)

Le mix est réalisé par la Cave du 18

 

PS : s'il vous est insupportable de devoir attendre la seconde partie de mai pour atteindre le dénouement... vous pouvez vous rendre sur le compte Youtube Grigriinternaional. Une playlist spéciale est consacrée au roman de Bernanos :

ICI.

Repost 0
Published by Gri-Gri International Georges Bernanos - dans Littérature
commenter cet article

Gri-Gri TV