Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 08:15
Adama Toungara est-il plus coupable que Ouattara ? / Ben Soumahoro


UNE REFLEXION DE MAMADOU BEN SOUMAHORO ANCIEN DEPUTE A L’ASSEMBLEE NATIONALE EN EXIL AU GHANA


Le numéro 1135 de l’excellent journal Le Nouveau Courrier de Théophile Kouamouo s’est fait l’écho d’une "devinette de la Lettre du Continent" ce mardi 21 Octobre 2014 stigmatisant avec force détails la gabegie du régime Alassane Ouattara. Ce journal indépendant a livré pour l’exemple dans ce numéro des détails gravement révélateurs en pages 1 et 6 sur le comportement du sémillant Ministre du Pétrole de la République Adama Toungara sous le titre : "Sonnés par les révélations sur la gabegie du régime… des Adorateurs s’en prennent à leur Chef". Ce journal toujours fortement documenté met sur la place publique tous les gaspillages de l’incorrigible Adama Toungara qui n’en est pas à son premier forfait. L’homme avait même, après des initiatives similaires à ceux que décrit le journal, perdu une partie de son précieux portefeuille Ministériel. J’avais à cette époque (02 Aout 2013) écrit un article pour alerter et l’opinion et Mr Alassane Dramane Ouattara et Mr Adama Toungara lui-même qui m’avait donné en ce moment-là le sentiment qu’il était devenu indécrottable et qu’on ne pouvait en aucun cas espérer un changement dans son comportement. J’écrivais aussi à cette époque qu’il était déjà coutumier du fait sous la direction du grand Félix Houphouët Boigny. Des internautes optus et tribalistes qui voulaient le défendre sans comprendre ou qui voulaient m’agresser gratuitement m’avait chargé de tous les péchés d’Israël. Malgré le fait que l’attitude du délinquant a fini par me donner raison voici une affaire somme toute embarrassante parce que personne ne peut se réjouir du malheur d’un autre. Mais personne ne peut non plus cacher la vérité sur cette terre des hommes. Alors pardonnez-moi un court instant parce que je ne vais pas bouder mon plaisir en vous proposant de nouveau cet article du 02 Aout 2013 en assumant totalement ce que j’ai écrit.
Bonne lecture.

EXTRAIT DE L’ARTICLE DU 02 AOUT 2013 :

ALASSANE DRAMANE OUATTARA… AU COMMENCEMENT ÉTAIT L’ARROGANCE.

ADAMA TOUNGARA :

De tous ces ministres corrompus et incompétents, le pire n’est pas Adama Toungara qui est placé aujourd’hui sous les feux de la rampe pour avoir perdu le tiers de son ministère et la totalité de son honneur. Parce qu’en fait, comment supporter la présence de ses collègues qui le regarderont désormais avec des yeux de merlans frits tous les mercredi matin, sans écoper d’une poussée d’hypertension artérielle ? Pourtant Adama Toungara est le seul à qui une telle mésaventure n’aurait jamais dû arriver aujourd’hui. Directeur Général de PETROCI dans les années 1970 et éminence grise du même Ministère des mines, il avait réussi à se faire « virer » par Félix Houphouët-Boigny qui pourtant lui portait une réelle affection. L’homme a été brutalement remplacé alors par Daouda Thiam Ministre des mines du Général Robert Guéi après le coup d’Etat de 1999 et actuel conseiller spécial de Alassane Dramane Ouattara pour les mines. Chaque Ivoirien sait maintenant que c’est Adama Toungara qui a conduit à la découverte du pétrole au large de Grand-Bassam ce qui a emmené Félix Houphouët-Boigny à boire le premier verre de champagne de sa vie. L’histoire ne dit pas si le champagne était du « Trouillard ». Personne ne peut m’expliquer comment Adama Toungara peut encore avoir commis les mêmes fautes au même endroit. Les détracteurs de l’ingénieur du pétrole diplômé de l’université de Californie disent de lui qu’il est atteint d’une propension congénitale et maladive au gaspillage, à la luxure et à la concussion. Ses amis eux, sont profondément choqués et déçus.

MAMADOU BEN SOUMAHORO
Ancien Député Indépendant à
l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire.
22 Octobr
e 2014

Repost 0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 06:00
Allez écouter Ykson ce soir à la péniche ANAKO / Recommandation de Guy Labertit

Aussitôt reçu, aussitôt transmis à qui de droit.

Ajoutée le 22 nov. 2013

YKSON originaire du pays kanak nöje Drehu avec un rythme de ragga , pop , rap ... une voix de rockeur et un répertoire traditionnel. isatréij Luelolo

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Arts & culture
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 07:18
Caroline Fourest, la fausse sceptique vraiment islamophobe...?

6000 euros : Fourest condamnée pour diffamation

Camouflet. Caroline Fourest a été condamnée aujourd'hui pour avoir diffamé la victime -présentée comme une éventuelle affabulatrice- d'une agression islamophobe.

Le 23.10.2014 à 15h24

Ce jeudi 23 octobre, vers midi, l'avocat Hosni Maati a fait connaître sa joie via Facebook :

C'est avec le plus grand des plaisirs que je vous annonce que Caroline Fourest a été condamnée pour diffamation dans le dossier l'opposant à la jeune Rabia agressée parce que musulmane à Argenteuil ! La bataille fut longue, la plaidoirie épique, la collaboration avec mon Confrère Christine-Aubert Maguéro efficace !

Montant de la condamnation prononcée par la 17ème chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris: 6000 euros (dont 3000 de dommages et intérêts versés à la victime).

Rappel des faits: dans une chronique radiophonique diffusée le 25 juin 2013 sur le service public de France Culture, Caroline Fourest avait laissé entendre que l'agression subie par Rabia Bentot -le 20 mai 2013, à Argenteuil- pouvait éventuellement avoir été "bidonnée" en raison d'un "règlement de comptes familial".

La suite ICI.

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Gos et Gars du moment Politique Gaule
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 10:30
Blaise Compaoré vient de déclarer la guerre à son peuple / Bruno Jaffré

SOURCE

23 octobre 2014 | Par Bruno Jaffré

Tel est le titre de la réaction d’un internaute burkinabé sur sa page facebook dès que la nouvelle est tombée : le conseil des ministres a adopté un projet de loi portant révision de la Constitution. Il a été transmis à l’assemblée nationale pour être soumis au vote des députés, le jeudi 30 octobre prochain. C’est dire que le pouvoir est désormais pressé.

Deux modifications constitutionnelles sont proposées :

« Au lieu de:

Art.37. Le Président du Faso est élu pour cinq ans au suffrage universel direct, égal et secret. Il est rééligible une fois.

Désormais :

« Le Président du Faso est élu pour cinq ans au suffrage universel direct, égal et secret. Il est rééligible DEUX fois. »

Pour le second article concerné par la modification, le projet de loi propose:

Au lieu de:

Art. 165. Aucun projet ou proposition de révision de la Constitution n’est recevable lorsqu’il remet en cause :
– la nature et la forme républicaine de l’Etat ;
– le système multipartis
te ;

- l’intégrité du territoire national. Aucune procédure de révision ne peut être engagée ni poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire.

Désormais:

Art. 165. Après la promulgation de la présente loi, aucun projet ou proposition de révision de la Constitution n’est recevable lorsqu’il remet en cause :

- la nature et la forme républicaine de l’Etat ;
– le système multipartiste
;

- la durée et/ou le nombre de renouvellement du mandat

- l’intégrité du territoire national. Aucune procédure de révision ne peut être engagée ni poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire. »

Toutes les manœuvres ont échoué

Bien, qu’ayant exercé le pouvoir depuis 27ans, cette modification permettrait donc à Blaise Compaoré de faire un nouveau mandat de 5 ans, mais impose à l’avenir l’impossibilité pour un autre président de dépasser 3 mandats. Une modification constitutionnelle, taillée sur mesure pour sa propre personne !

Ainsi donc après 3 ans de manœuvres en tout genre, médiations diverses, commissions de réforme des réformes politiques, tentative de dialogue vite avortée, le consensus n’a jamais pu être obtenu sur cette modification de l’article 37. Durant toute cette période, cette question avec celle de la mise en place du sénat ont paru être les seules préoccupations du monde politique. Mais elle cachait la vraie question qui préoccupe le pays, Blaise Compaoré va-t-il accepter de laisser le pouvoir ? La réponse est aujourd’hui clairement non.

Un pouvoir qui s’effiloche

Cet entêtement s’est inévitablement retourné contre lui. Car depuis, le monde politique et le monde associatif ont considérablement évolué. A tel point que l’assise du pouvoir s’est petit à petit rétrécie. De très nombreux anciens dirigeants du CDP, le Congrès pour la démocratie et le Progrès, le parti au pouvoir, suivis par de nombreux militants ont créé un nouveau parti, le MPP, le Mouvement du peuple pour le progrès. Et non des moindres, puisque parmi eux se trouvent Roch Marc Christian Kaboré, ancien président de l’assemblée nationale, secrétaire exécutif du CDP, et ex premier ministre, Simon Compaoré, ancien maire de Ouagadougou, et Salif Diallo, ancien ministre proche parmi les proches de Blaise Compaoré qualifié « l’homme de toutes les missions discrètes, sinon secrètes » par Jeune Afrique (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2550p032-034.xml1/).

Certes un Front républicain a été constitué par quelques partis pour soutenir le référendum, mais leurs dirigeants ont eu jusqu’ici un itinéraire tellement sinueux qu’ils sont souvent déconsidérés.

La suite et la fin ICI

Dessin / Mil'Pat

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 10:00
Zemmour est comme Sarkozy : un inculte faux fan de foot !

SOURCE

La titraille est de la rédaction

16 octobre 2014, par Jérôme Latta

Le football, objet du délire d’Éric Zemmour

Il n'est pas démontré que, mieux que tout autre, Éric Zemmour incarnerait l'immixtion des éditorialistes, des intellectuels médiatiques et autres penseurs consacrés par l'époque dans les affaires du football. Mais il fait peu de doutes qu'il a illustré avec une certaine constance l'instrumentalisation de ce dernier à des fins extérieures, l'hystérisation des débats au moindre incident et l'alimentation des nombreux psychodrames nationaux dont il aura été le prétexte depuis une petite vingtaine d'années. Pour lui comme pour la plupart de ses pairs, le football est devenu une obsession, à la fois symptôme de la décadence du pays et moyen de stigmatisation d'une partie de sa population.

LE PARADIS PERDU DES VERTS

Aussi n'y a-t-il pas grande surprise à constater que le football est un des fils rouges de son essai Le Suicide français, faisant l'objet de cinq passages substantiels. Comme annoncé dans l'introduction, l'auteur entend narrer "les quarante années qui ont défait la France", non seulement "président après président, loi après loi, élection après élection, intellectuel après intellectuel, (…)", mais aussi "match de football après match de football".

Dès "1976" (on aura vite compris qu'il s'agit d'évoquer l'épopée de l'AS Saint-Étienne), on est frappé par la récitation des clichés et l'accumulation des approximations. La "région ouvrière qui connaissait encore la valeur du travail bien fait", la "morale ancestrale" partagée par les joueurs, leur "esprit d'abnégation, de sacrifice". Zemmour dénigre le mépris des intellectuels pour le football, mais moque la "chanson ridicule" qu'il rebaptise pour l'occasion "Qui c'est les plus forts, les plus forts, c'est les Verts" (sic). À l'évocation des "torses frêles de gamins poussés trop vite", on a subitement l'image de Christian Lopez infligeant un tampon à l'auteur du Bûcher des vaniteux.

Mais la véracité importe peu: il s'agit déjà de faire rentrer l'histoire, vite secondaire, dans les cases zemmouriennes d'une simplification qui se soucie moins des anachronismes que de prendre des raccourcis (c'est l'époque de Jean-Luc Lagardère, lit-on). Conclusion entre contre-vérités et métaphores appuyées: les "marchands du temple" sonnèrent le glas "lorsque les Verts redevinrent l'obscure ASSE courant vainement après un ballon dans un stade à moitié vide" [1], quand "les anges verts furent chassés du paradis comme de vulgaires humains".

ALLEMAGNE 82 : VIEUX CLICHÉS, VIEILLE GUERRE

S'agissant d'aborder l'inévitable France-Allemagne de 1982, le second passage sur le football porte le niveau des stéréotypes à un niveau difficile à retranscrire. Contentons-nous, pour en donner une idée, de lister les noms propres jetés au lecteur: Verdun, Panzerdivisionen, Jules César, Frédéric II, Guillaume d'Orange (nda: l'arbitre était hollandais), Waterloo, Blücher, Bismarck, Heidelberg. L'Allemagne est "l'ennemi héréditaire" qui inspire une "peur séculaire" [2].

La lourdeur des métaphores est de nouveau en phase avec la grossièreté des parallèles. Avec cette charrue, Éric Zemmour peut tracer sans peine son sillon sur la pelouse de Séville. "Nos joueurs incarnaient l'ultime génération du XXe siècle français, ils furent les derniers enfants qui apprirent le roman national tel qu'on l'enseignait depuis Michelet." Et la défaite a rien moins que "sonné le glas des illusions françaises dans le siècle". Ainsi Pierre Mauroy venait-il de dévaluer le franc, et la France "ravalait sa superbe de nation indocile et rebelle et s'alignait tout honte bue sur le modèle allemand".

À la manière de bien des journalistes sportifs, Éric Zemmour commente le score pour lui trouver toutes sortes d'explications rétrospectives. Si la frappe de Manuel Amoros à la 90e était arrivée dix centimètres plus bas, on doute que l'histoire de l'Europe aurait changé de cours, mais on est sûr que cette demi-finale de Coupe du monde n'aurait pas figuré dans Le Suicide français.

LA PATRIE, CE "GROS CLOCHER"

Le troisième passage "footballistique" du livre ne l'est pas complètement puisqu'il porte sur "la chute du Berlusconi français", alias Bernard Tapie. Rendons cette justice à l'auteur: le propos se tient, les éléments liés à l'Olympique de Marseille et à l'affaire VA-OM ne servant d'ailleurs que de toile de fond – et le cas Tapie étant de toute façon suffisamment limpide pour ne laisser que peu de marge aux interprétations.

Le même constat pourrait prévaloir à propos de la partie consacrée au "voyage triste du football après Bosman". En effectuant quelques coupes judicieuses, le texte pourrait presque prétendre à une critique assez pertinente de la marchandisation du football s'il ne versait pas, une nouvelle fois, dans une nostalgie simpliste qui pare un passé mythologique de toutes les vertus (celle évidemment, de l'identification des "foules au club de leur cité, de leur région, de leur nation", dans un football "articulé autour de querelles pacifiques de clochers – jusqu'au plus gros clocher qui était la patrie") [3].

Surtout, la dérégulation du marché des joueurs est réduite à la disparition des quotas d'étrangers, dont on ne se souvient pourtant pas qu'ils furent "célébrés par les médias français comme une grande victoire de la 'Liberté'". Ni que "les associations d'extrême gauche et antiracistes se réjouirent d'un refus de la xénophobie et du racisme". Encore moins que l'on fit "taire" "les voix [qui s'élevaient] pour protester contre cette élimination radicale des autochtones (sic) en les traitant de xénophobes et de racistes". On comprend bien que c'est le cosmopolitisme des équipes que déplore avant tout Zemmour, alors qu'il n'est qu'un symptôme de la libéralisation du football professionnel.

1998-2010 : UN DÉLICIEUX CALVAIRE

Cela semble un principe de la pensée zemmourienne: mêler des observations justes, des lieux communs contestables, des approximations ou des erreurs complètes (voilà que les socios sont "les supporters qui suivent les équipes italiennes anglaises ou espagnoles"), des affabulations et des outrances ridicules (les agents de joueurs, "fournisseurs de came et de filles"). Son opportunisme transparaît aussi quand il s'approprie sans vergogne Marx ou des intellectuels de gauche comme, en l'occurrence, Eduardo Galeano.

Elle ne va pas sans schizophrénie, quand Zemmour oublie qu'il alimente ce qu'il dénonce, quand il évoque la crispation identitaire autour de l'équipe de France ou quand il déplore que l'on "sorte du jeu pour entrer dans la morale", fustige la "foire aux origines", "l'art de la récupération" et "l'utilisation du football à des fins de propagande idéologique, nationaliste et politique". Toutes citations extraites de sa dernière excursion sur les terrains de football, qui constitue un véritable feu d'artifice, comme l'on pouvait s'y attendre puisqu'il s'agit de parcourir le chemin entre les Coupes du monde 1998 et 2010. Du pain bénit.

Si la célébration de la France "black-blanc-beur" mériterait une analyse critique raisonnée, ce n'est pas l'objectif de l'auteur, à qui elle sert d'épanchement contre le multiculturalisme et l'antiracisme, sur lesquels la "punition céleste" ne tarde pas à s'abattre, de l'affaire du France-Algérie 2001 jusqu'à la grève de Knysna. La punition céleste, c'est évidemment celle infligée par les éditorialistes comme Éric Zemmour, durant cette période qui les voit s'emparer du football.

L'ÉQUIPE DE FRANCE DES CAÏDS MUSULMANS DE BANLIEUE

Le discours, déjà caricatural, devient complètement performatif, collant bout-à-bout les généralisations, les amalgames, les inventions, les rumeurs – tous si nombreux qu'il serait aussi fastidieux que désespérant de les énumérer. La thèse est bien entendu celle de l'invasion du football par les jeunes des cités – de banlieue – musulmans, "caïds" aux "mœurs violentes", à l'image de Franck Ribéry "quasi-illettré", "incarnation flamboyante de ce lumpenprolétariat français du 21e siècle". Le mépris et la haine sont cette fois parfaitement perceptibles dans cet acte d'accusation, même si celui qui s'épanche ainsi va encore chercher des cautions à gauche et à droite: chez le sociologue Stéphane Beaud ou chez le journaliste Daniel Riolo [4].

Trouvant du grain à moudre où bon lui semble, sans le moindre souci de recul ni de pondération, Zemmour semble ne pas voir qu'il est lui-même le principal pourvoyeur d'eau de son moulin, à l'intérieur de la roue duquel il court comme un hamster, saisi de son propre vertige. "La classe moyenne blanche française retrouvait dans le football, source de divertissement, ses angoisses sécuritaires et identitaires", écrit-il, parlant finalement de lui-même, diagnostiquant une pathologie qui est la sienne.

Le "roman national" d'Éric Zemmour est une fiction paranoïaque, son livre une mise en scène d'obsessions personnelles qu'il partage et a fait partager, grâce à la complaisance de nombreux médias, à une large frange de l'opinion française. La façon qu'il a d'y aborder le football est particulièrement symptomatique de cette France qui pratique la haine de soi. Jusqu'au suicide, effectivement.

TEXTE / JÉRÔME LATTA

BONUS : un reportage dans le livre des Cahiers du football (maison mère de Jérôme Latta) à l'occasion de la soirée de son lancement, il y a déjà...quelques temps.

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Sports Politique Ordre (du jour)
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:18
L'origine ethnique du jury du procès "politique" de Simone Gbagbo

Voici ce qu'en dit (sur son site le 23/10/14) l'impayable mais très achetable hebdomadaire franco-tunisien Jeune Afrique :

"Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.

(Mis à jour le 22 octobre à 19h48)

Le procès de l'ex-Première dame ivoirienne Simone Gbagbo et de ses 82 co-accusés, anciens cadres du Front populaire ivoirien (FPI), qui devait s'ouvrir mercredi 22 octobre à Abidjan, a été reporté sine die, a annoncé le gouvernement.

"Le procès aura bel et bien lieu" même s'il connaît un "report", a déclaré Affoussiata Bamba-Lamine, porte-parole adjointe du gouvernement, lors d'une conférence de presse, sans s'avancer sur une date."

Bon. D'accord. C'est noté.

"Mercredi matin, des dizaines de journalistes ont arpenté en vain le hall du palais de justice d'Abidjan-Plateau, en l'attente d'une cérémonie d'ouverture qui n'a finalement jamais eu lieu. Les identités des 24 accusés bénéficiant de la liberté provisoire avaient pourtant été vérifiées mardi, ouvrant théoriquement la porte à de premières procédures techniques. "Les débats en tant que tel ne doivent débuter que dans deux semaines", avait estimé lundi Mathurin Dirabou, doyen des avocats d'Abidjan, qui défend Gilbert Aké N'Gbo, ex-Premier ministre du président Laurent Gbagbo.

Celle-là, pardon, elle est merveilleuse, inattendue, éminemment imprévisible... J.A. aurait voulu nous faire infarctousser qu'il ne s'y serait pas pris autrement !

Mazette et love !

Ainsi donc, en octobre 2014, pour la clique à Béchir Ben Yahmed, autant dire pour la Françafrique, pour le quai d'Orsay, pour l'ONU, l'OTAN, l'UE et l'ONUCI, pour la...on n'ose plus prononcer son nom... pour la...communauté internationale (cette machine infernale) : en décembre 2010 Laurent Gbagbo a bel et bien gagné les élections !!! Avant de se faire déposer, médiatico-politico-militairement par un coup d'état franco-onusien orchestré par Nicolas Sarkozy en vue d'installer son proche Ouattara...

Pas tant parce que JA donne du "président" à Gbagbo que parce qu'il reconnaît, entres autres qualités, à Gilbert Aké N'Gbo, celle d'avoir été Premier ministre... or le professeur Aké N'Gbo a été désigné Premier ministre par Laurent Gbagbo suite à l'élection de 2010.

Pour ce faire, il fallait bien qu'il ait gagné, non ? Que sa victoire ait été reconnue, validée et prononcée par la seule institution à même de le faire en Côte d'Ivoire comme en France, le Conseil constitutionnel.

JA nous dit ensuite :

Un procès politique

Ça allait sans dire, mais sûrement mieux en l'avouant.

Le retard pris serait également lié à une recomposition nécessaire du jury, dont l'origine ethnique des membres, proche de celle du président Alassane Ouattara, pourrait causer des suspicions à l'heure du verdict, selon plusieurs sources judiciaires.

ÉNORME ! ÉNORMISSIMME MÊME ! JA admet ce qu'il n'a jamais osé dénoncer auparavant, qui n'est pourtant pas l'un des moindres traits du régime ultra autoritaire de Ouattara : la pratique par ce pouvoir de la discrimination ethnique ! On l'avait observé (et dénoncé ici à maintes reprises) à l'occasion de ce que ce gouvernement, à peine plus alphabétisé que les rebelles qui le légitiment, avait osé sans rire appeler "le rattrapage ethnique", qui permet aux gens, non pas du Nord, mais de la même ethnie que le président donc (quand ce n'est même pas de la même famille), d'être objectivement favorisés dans les attributions de postes (pour ne parler que de ça).

Preuve de la bêtise profonde d'une régime débraillé et décomplexé comme une décadente dictature : ne même pas avoir pensé à préserver les apparences.

L'aveu qui suit est lui aussi historique. Même si Bruno Koné, à mots couverts d'abord, l'a déjà admis...

"Il faut tenir compte de l'environnement politique, il s'agit d'un procès politique", a jugé la porte-parole adjointe, par ailleurs ministre de la Communication.

Ondikoi.

Texte / J.A. & G.P.

SOURCE

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 07:00
Des femmes réclament la libération de Simone Gbagbo

Playlist youtube initiée par l'association Halte au génocide mémoire et justice.

Faites circuler, tant que rien n'a changé.

Repost 0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 08:27
#Ministeramer / Le HuffingtonPost salue les 20 ans du 95200...

Capture d'écran réalisée le 22 octobre 2014 à 10h25.

L'occasion de vous présenter

Beaucoup de gens sont sous pression, les apaiser est ma mission

Le livre in progress (en progrès) du dictateur-adjoint du Gri Gri International, Grégory Protche, consacré aux 20 ans du plus grand album de rap français de tous les temps : 95200 de Ministère Amer.

Écrit puis enregistré et illustré, chaque semaine un nouvel épisode est mis en ligne.

Une playlist youtube est constituée, qui permet à ceux qui le souhaiteraient d'écouter l'intégralité des épisodes.

Repost 0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 07:00
#PublicEnemy / It takes a nation of millions to hold us back réédité !

RÉÉDITION DE L'ALBUM MYTHIQUE
"IT TAKES A NATION OF MILLIONS TO HOLD US BACK"

SORTIE LE 1er DECEMBRE en 2CD + DVD

It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back est le second album de
Public Enemy. À sa sortie il est unanimement reconnu comme une révolution
musicale. Pour le New Musical Express « c’est le plus grand album de hip-hop de
tous les temps, une œuvre monumentale, un classique ».
Cette Édition Deluxe contient 2CD et 1DVD.

Le CD1 reprend l’album original. Le CD2 propose 13 mixes rares, dont No Noise,
la version originale de Bring the Noise, les versions instrumentales de Rebel Without a Pause, Night of the Living Baseheads, Black Steel in the Hour of Chaos, et Fight the Power, titre extrait du film Do the Right Thing de Spike Lee.

Le DVD contient le concert Fight the Power… Live de 1989, les clips
Fight the Power, Black Steel in the Hour of Chaos, Night of the Living Baseheads et d’autres prestations live.

Disc 1

  1. Countdown To Armageddon
  2. Bring The Noise
  3. Don't Believe The Hype
  4. Cold Lampin' With Flavor
  5. Terminator X To The Edge Of Panic
  6. Mind Terrorist
  7. Louder Than A Bomb
  8. Caught, Can We Get A Witness?
  9. Show 'Em Whatcha Got
  10. She Watch Channel Zero?!
  11. Night Of The Living Baseheads
  12. Black Steel In The Hour Of Chaos
  13. Security Of The First World
  14. Rebel Without A Pause
  15. Prophets Of Rage
  16. Party For Your Right To Fight

Disc 2

  1. Bring The Noise - No Noise Version
  2. Bring The Noise - No Noise Instrumental
  3. Bring The Noise - No Noise A Cappella
  4. Rebel Without A Pause – Instrumental
  5. Night Of The Living Baseheads - Anti-High Blood Pressure Encounter Mix
  6. Night Of The Living Baseheads - Terminator X Meets DST And Chuck Chill Out Instrumental Mix
  7. The Edge Of Panic
  8. The Rhythm, The Rebel - A Cappella
  9. Prophets Of Rage - Power Version
  10. Caught, Can We Get A Witness? - Pre Black Steel Ballistic Felony Dub
  11. B Side Wins Again
  12. Black Steel In The Hour Of Chaos - Instrumental
  13. Fight The Power - Do The Right Thing/Soundtrack Version

Disc 3 (DVD - Fight The Power Live!)

  1. Countdown To Armageddon
  2. Public Enemy #1
  3. Miuzi Weighs A Ton
  4. Night Of The Living Baseheads
  5. Fight The Power
  6. Bring The Noise
  7. Don't Believe The Hype
  8. Black Steel In The Hour Of Chaos
  9. Rebel Without A Pause
  10. Terminator X To The Edge Of Panic
  11. Night Of The Living Baseheads
  12. Prophets Of Rage
Repost 0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 17:30
Lettre d'amour amère aux supporters du Standard / Vidéo

Ajoutée le 21 oct. 2014

Lettre d'amour amère aux supporters du Standard

Jérôme Reijasse lu par Grégory Protche

16/10/14

Rock critic et écrivain (Parc, 7 Jours loin du monde), Jérôme Reijasse se console de la disparition du public parisien en pleurant devant un documentaire consacré au Standard de Liège...

Repost 0

Gri-Gri TV