Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 07:09

 

Dans le livre que le grand Léandre Sahiri lui consacre, on apprend que pour l'état-civil elle est la fille de Zobo Yvonne et de feu Zadi Gnaoré Joseph ; l'aînée de huit enfants sur lesquels elle a veillé, suppléant une maman qui vendait des bijoux, dans les années 1980, au marché du Plateau, à Abidjan ; et qu'elle a pour nom Agnès Mélissa Zadi Gnaoré.

Pour nous, ce sera Melzza.

Mais pas tout simplement.

D'abord parce que rien n'est simple en art et que Melzza est un nom d'artiste, comme elle dit gracieusement. Assemblage sophistiqué de quelques-unes des lettres de ses noms et prénoms et de deux z, juste pour faire original et zoli. Plus élaboré qu'un classique anagramme, moins commun qu'un simplet pseudonyme, audacieux comme un néologisme ivoirien.

Melzza est ivoirienne. Chanteuse ivoirienne. Chanteuse bhété même, si l’on tient à préciser - native de Bezoma, dans le département d'Issia, non loin de Gagnoa, Vavoua et Daloa.

Mais pas seulement.

 

#Biographie / Melzza, chanteuse ivoirienne (#VersionTexte)

Melzza sait par exemple passer au français lorsque son message d'amour et de paix requiert l'universalité - Lampedusa, consacré aux migrants et réfugiés échoués en Occident, ouvre et titre son nouveau disque.

Mâtiner ce même français de savoureuses et fulgurantes expressions made in pays pour vous emmener danser et tout oublier sur Gninmi. Sur Maman, comme sur Belle journée, ou Unique, le temps de quelques intonations, de quelques choeurs discrets, elle se fait même gospelisante. Jamais moraliste ou sentencieuse, Melzza est indulgence, sagesse et émotion.

Mais pas exclusivement.

Femme, épouse, maman, soeur, amie, amoureuse, elle passe, avec souplesse, grâce et sensualité, d'un costume et d'une atmosphère à l'autre, variant les registres, les langues et les tempos au gré des nécessités musicales, harmoniques et thématiques.

Melzza trouve mélodies et textes seule, de jour comme de nuit, à Abidjan, Ibiza, Londres ou Paris. Elle attrape alors son dictaphone, puis sa guitare, et murmure, fredonne quelques mots-notes qui, plus tard, tamisés, raffinés, arrangés, deviendront ses chansons. Rien n'est plus essentiel à cet égard pour elle que le choix de l'arrangeur, le musical metteur en rythmes et en couleurs avec qui elle va travailler - pour ce deuxième album elle a confié ses sons aux bons soins combinés de Bamba Yang et L.Hikpo.

Melzza auteur-compositeur interprète.

Mais pas uniquement.

#Biographie / Melzza, chanteuse ivoirienne (#VersionTexte)

Femme de spectacle aussi. Magnétique sur scène en robe de gala chatoyante. Discrète rouleuse de hanches lorsqu’elle traverse la salle juste avant. Audace des couleurs, rigueur des lignes, science des motifs. Ses tenues, comme ses coiffures et sa musique, savent subtilement tisser tradition et modernité, Afrique et occident, lui permettant d’évoluer avec la même aisance d’un concert à une veillée ou à une fête communautaire – Melzza est une invitée d’honneur aussi précieuse que prisée.

A 8 ans, au sein du Zézé-Club de Bézoma, n’animait-elle pas déjà soirées et baptêmes. Il y a tant de femmes chanteuses dans son ascendance qu'on peut sans crainte émettre l'hypothèse que Melzza était dans la musique avant même que d'être. Des chanteuses, des danseuses. Un oncle, Koré Lago Antoine, qui jouait merveilleusement de l'arc musical à corde frappée. Des natifs de son village, comme Atho Gbra Zézé Baï, selon elle, le plus grand tapeur du Tamtam parleur de tous les temps.

En 1985, elle part vivre à Abidjan, auprès de sa mère. Etudes, apprentissages et découvertes. Guitare – fondamental instrument qui lui permettra de composer. Chanson. La formation de la mairie de Yopougon Selmer (l’Orchestre Inch'Allah), qui reprenait les tubes d'une "époque dominée par la musique des Kassav". Dans les années 1990, elle est supportrice de l’Africa sports d’Abidjan et gardienne de buts au handball. Reçoit deux ans durant, en chant, musique et solfège, l’enseignement de l’Institut national des Arts. Se produit en pianos bars. Se classe deuxième à Première gamme, le show musical de la Radio-télévision ivoirienne.

En 1999, l’amour l’emmène en France. D’abord pour les vacances. Puis pour la vie. Une France où, déjà, rien n’était simple. Où il fallut travailler. Trouver une place. Sa place.

#Biographie / Melzza, chanteuse ivoirienne (#VersionTexte)

(Parenthèse. Sans doute est-ce à la lumière de ces années d’adaptation qu’il conviendra d’appréhender l’engagement de Melzza, plus tard, auprès des sans-papiers, devenus aujourd’hui des migrants. Engagement qui la conduira, donc, à baptiser son deuxième album, en 2016, Lampedusa, mais aussi à multiplier les actions en leur faveur… Ainsi la verra-t-on en octobre 2016 venir à la rencontre des migrants (pas tous africains) de Stalingrad, dans le nord de Paris. Ecoute, réconfort, soutien, mise en relations, coordination, présence.)

Melzza l’indignée.

Mais sans ostentation et calmement.

(Parenthèse numéro 2. Ces dernières années, Melzza n’a pas fait que se marier, avoir un enfant, devenir assistante maternelle et produire son premier disque. Elle a aussi eu une intense activité associative et citoyenne, en atteste son rôle d’initiatrice et de principale animatrice d’AYOKA, ONG qui lutte, éduque et sensibilise contre le cancer du col de l’utérus en Afrique et donc en Côte d’Ivoire.)

#Biographie / Melzza, chanteuse ivoirienne (#VersionTexte)

Mettre durant quelques années son art de côté, en sourdine, le reléguer au second plan, ne fut sans doute pas le moindre des sacrifices auxquels Melzza consentit. Elle ne chantait plus que pour elle seulement, ou presque. Lors d’un mariage, nous dit l’histoire, elle donna une si vibrante version de l’hymne d’Edith Piaf La vie en rose qu’un tonnerre d’applaudissements retentit, bientôt suivi d’une foule d’encouragements à se (re)lancer dans la chanson. De messages, ensuite, les jours suivants, allant dans le même sens. Si bien qu’en mai 2012, Melzza accoucha d’un nouveau bébé : son premier disque : No na li. Citant Justin Kassy, qui voit dans Melzza « une nouvelle étoile de la musique ivoirienne », Léandre Sahiri qualifiera ce premier essai de « véritable chef d’œuvre ».

Le bien est fait.

Combinant vie de femme, vie de couple et vie d’artiste, et donc emploi du temps, contraintes et susceptibilités, Melzza l’autoproduite ira, chaque fois que ce sera possible, pendant près de trois ans, à la rencontre de son public pour lui présenter l’objet de tant de fierté, mais aussi d’efforts, de doutes. En Angleterre, à Paris, et même, pour finir, à Abidjan, au Palais de la culture de Treichville, en août 2015. Ses fans, lorsqu’ils sont dans l’impossibilité de venir la voir sur scène, peuvent également suivre sur Youtube et les réseaux sociaux, de clip en clip, de prestations en performances et apparitions, les déclinaisons savantes de son look… « J’adore les tissus africains. Nous avons tant de belles choses chez nous qu’il est temps de valoriser. J’en fais un point d’honneur. Je suis franco-ivoirienne. Je n’ai pas de mal à allier mes deux cultures. »

Quatre ans quasiment jour pour jour après No na li, c’est donc au tour de Lampedusa. Synthèse de quatre années passées dans une nouvelle peau : celle de vedette. Avec les détracteurs, les jaloux et les déceptions que cela suppose. En marge, bien sûr, des gratifications du public et de la reconnaissance de ses pairs. Melzza voit Lampedusa, aussi, comme un pied de nez à toutes les personnes qui n’ont jamais cru en elle et ses talents. Mais ce deuxième disque est bien plus que cela. Léandre Sahiri l’écrit d’ailleurs très bien : « (…) musique très variée, avec différentes sonorités et divers rythmes ; l’art traditionnel et la musique moderne se marient harmonieusement, ainsi que la culture bhêté et celle de l’universel. Encore et toujours, une musique sans frontière, pour adoucir nos mœurs, nous transporter, nous bercer, nous émerveiller, nous séduire. Encore et toujours, une mélodie entraînante, invitant à esquisser des pas de danse, à nous faire bouger, à nous faire réfléchir aux problèmes de notre monde. »

 

Texte : G.P.

PS : bientôt la version vidéo

Où acheter les disques de Melzza

Où acheter les disques de Melzza

Repost 0
Published by Gri-Gri International Grégory Protche - dans Francophonie Musique Gos et Gars du moment
commenter cet article
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 09:19

Via le lien sous la vidéo, retrouvez diverses photos historiques de Fidel Castro en compagnie de leaders africains indépendants.

ICI.

Repost 0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 12:07

SOURCE

PARIS (Reuters) - Le diplomate français Boris Boillon, actuellement en poste à New York, va être rappelé en France où il devrait être suspendu de ses fonctions, a annoncé mardi le ministère français des Affaires étrangères, au lendemain de l'annonce de son jugement prochain notamment pour blanchiment de fraude fiscale.

"Compte tenu des derniers développements de la procédure judiciaire, le ministère des Affaires étrangères a décidé d'interrompre immédiatement sa mission à New York et de procéder à son rappel en vue d'une mesure de suspension", peut-on lire dans un communiqué.

"Lors de sa réintégration, le ministère (...) n'avait aucune connaissance des suites qu'entendait donner la justice à l'enquête préliminaire qui avait été ouverte à son encontre, en 2013".

Ex-ambassadeur de France en Tunisie et en Irak, proche de Nicolas Sarkozy, Boris Boillon avait été interpellé le 31 juillet 2013 à la gare du Nord à Paris alors qu'il partait pour Bruxelles en possession de 350.000 euros et 40.000 dollars en liquide.

Le diplomate sera jugé le 23 mars prochain devant le tribunal correctionnel de Paris pour manquement aux obligations déclaratives de transfert de capitaux, faux et usage de faux, blanchiment de fraude fiscale et abus de biens sociaux, a-t-on appris de source judiciaire. C'est le parquet de Paris qui a décidé de le faire citer à comparaître.

Réintégré à la fin de l'été au Quai d'Orsay après un passage dans le privé, Boris Boillon a été affecté à New York sur une mission de renfort à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations Unies, pour une durée de quatre mois.

(Yves Clarisse)

Repost 0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 13:31

Denis Sassou N'Guesso par Mil'Pat Masioni

En plein délire narcissique, parlant de lui à la troisième personne ("Le Président"), le Cobra Suprême appelle les populations et les représentants politiques de la région du Pool à s'allier pour mettre Ntumi hors d'état de nuire...avant d'infliger une étrange sentence à son peuple : "Le pays est en marche, il va se construire." Qui amène légitimement à s'interroger sur les capacités intellectuelles du Black Milosevic...

Nos camarades de La Lettre du Congo Mfoa ont isolé le plus tragique de cette conférence, dont vous pourrez, ci-dessous, retrouver l'intégralité

La conférence de presse, donnée par le Son of the Beach, de retour d'Ethiopie, le 9 novembre 2016

Repost 0
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 12:47
#Agenda des actions africaines en Île de France (MAJ) - Juillet 2016 (#Arts #Histoire #Politique)

Merci au camarade inestimable Jean-Paul Vanhove

Anniversaire, commémoration, journées mondiales …


le 23 juillet : Fête nationale d'Egypte

le 26 juillet : Fête de l'indépendance du Libéria

le 30 juillet : Célébration Trône du Roi du Maroc

le 31 juillet : Journée Internationale de la Femme Africaine promulguée par l’ONU et l’OUA Le 31 juillet 1963

Actions situées à Paris (75)

jusqu'au 21 décembre de 11h à 19h (sauf mardi et jeudi) : Exposition Chefs-d'œuvre d'Afrique dans les collections du musée Dapper - Des pièces majeures sélectionnées uniquement à partir du fonds Dapper et qui sont présentées ensemble pour la première fois et qui puisent leurs significations dans les cultures de l'Afrique centrale ou dans celles de l'Afrique de l'Ouest. La collection du musée se caractérise par la diversité des provenances géographiques et par l'ancienneté. L'exposition, qui comprend quelque 130 pièces, présente des œuvres majeures. Certaines sont uniques et n'ont aucun équivalent dans le monde, telles des sculptures du Gabon ( Fang, Kota, Punu...) du Cameroun (Bangwa), du Bénin (Fon), ou encore du Mali (Dogon, Soninke) - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens. 01 45 02 16 02 - 01 45 00 07 48 comexpo@dapper.fr www.dapper.com.fr

jusqu'au 28 août, mardi - vendredi : 10h-18h, samedi, dimanche et jours fériés : 10h-19h : Exposition : Bijoux et parures du Maghreb. Les parures féminines du Maroc, d’Algérie, et de Tunisie se distinguent par un riche corpus : ornements de tête, temporaux, boucles d’oreille, colliers, fibules, bracelets et anneaux de chevilles qui revêtent une fonction utilitaire, ornementale mais aussi protectrice. La variété de leurs formes, de leurs décors et de leurs techniques témoigne de la diversité des peuples et de l’identité des régions qui constituent cette région. - tarif 4€ à 8€ - Lieu : Musée de l'IMA (Institut du monde arabe), 7e étage, 1, rue des Fossés-Saint-Bernard Place Mohammed-V, Paris 5è, M° Jussieu ou Cardinal Lemoine à 550m- Rens. 01 40 51 38 14 http://www.imarabe.org/

jusqu'au lundi 29 août, lundi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 11h à 19h, nocturne le jeudi de 11h à 21h : Exposition "Habiter le campement Architectures de nomades, de voyageurs, d'infortunés, d'exilés, de conquérants et de contestataires" L’exposition interroge le rapport entre la notion d’habitat, qui implique une pérennité, et celle du campement, qui suppose un état provisoire. Cela dans le but de montrer que des contextes politiques, économiques et environnementaux ont conduit des milliers de personnes à s’établir et à s’organiser de manière durable dans des campements, pour « habiter » les camps et « faire ville ». - Tarif : de gratuit à 8€ - Lieu : 1 Place du Trocadéro et du 11 novembre, Paris 16è - Rens. 01 58 51 52 00 dsi@citechaillot.fr http://www.citechaillot.fr

jusqu'au 29 juillet, du mardi au dimanche de 14h30 à 18h30 : Exposition « Hugo Pratt- Jean-Claude Guilbert, l’Amitié mystérieuse… sur les traces de Corto Maltese » A la découverte du parcours exceptionnel dʼun des plus grands créateurs de bandes dessinées et illustrateur du XXème siècle, le père de Corto Maltese; et de son ami explorateur et compère en Abyssinie. Plus de 150 documents, photographies, illustrations inédites, aquarelles, objets et films. Fermé les dimanches de juillet et le 14 juillet. PAF: 5 €; 4,5€ et 4€. - Lieu : Espace Reine de Saba, 30, rue Pradier 75019 Paris 19è, M° Pyrénées ou Buttes-Chaumont - Rens. 01 43 57 93 92 reinedesaba2@orange.fr www.espacereinedesaba.org

jusqu'au 14 août du mardi au jeudi de 13h à 20h, le vendredi de 16h à 20h, le samedi et dimanche de 10h à 20h : Exposition Effervescence, rassemble des œuvres d’artistes produites dans le contexte de mutation et de maturation que traverse actuellement la Tunisie. Entre dynamiques prometteuses, risques réels et tensions créatives, l’art y est un enjeu démocratique de premier plan. Les douze artistes sélectionnés par la commissaire d’exposition Michket Krifa explorent, à travers leurs œuvres, de nouvelles voies possibles vers une société plus démocratique. - Vernissage le 3 mai à 19h - Lieu : Institut des Cultures d’Islam, 19 rue Léon, Paris 18è, M° Château Rouge - Rens. 01 53 09 99 84 accueil@institut-cultures-islam.org http://www.institut-cultures-islam.org/

jusqu’au 23 juillet 2016 de 9h à 12h et de 15h à 18h30 du mardi au samedi : Exposition "Transhumance" par Design for Peace, c’est tout d’abord une résidence de création de deux mois, à Ouagadougou, réunissant 17 artisans réfugiés touaregs et 6 jeunes designers français. L’exposition Transhumance présente la première collection d’objets issus de cette collaboration, passerelle entre deux univers esthétiques: l’héritage artisanal touareg et la jeune création européenne. Seront donnés à voir de magnifiques objets mêlant cuir, bois, métal, fibres végétales mais aussi tout ce qui constitue le cheminement créatif (esquisses, dessins, essais de matières ou de tissage, etc.) comme autant de questionnements sensibles pour aboutir à un prototype. Destinée à un développement commercial, cette collection est le symbole pour les réfugiés touaregs d’une reconnaissance de leurs talents et de leur dignité. - Vernissage : samedi 4 juin à 18h - Lieu : Galerie Made in Town, 58 rue du Vertbois, Paris 3è - Rens 06 25 04 62 29 contact@designforpeace.org www.designforpeace.org et Mariette Chapel 06 74 32 29 96 mariette@afrikatiss.org www.afrikatiss.org

jusqu'au 27 août, du mardi au samedi à 21h : Représentation de "Africa Mandela" : Un homme est assis. Il est la mémoire de Mandela. Une femme surgit. Elle est journaliste reporter. Elle a rendez-vous avec l’Histoire. Cette pièce est un hommage à Nelson Mandela et à son combat contre l’apartheid. Dans une mise en scène inspirée par l’univers de la boxe, elle confronte le regard de l’Homme Noir, porteur de la mémoire de Mandela, avec celui de l’Homme Blanc. Texte de Jean-Jacques Abel Greneau, mise en scène de Katy Grandi - Contact presse Marie-Hélène Brian / 01 42 81 35 23 mhbrian@orange.fr - tarif de 26€ à 11€ - lieu 53, rue Notre-Dame-des-Champs, Paris 6è, M° Notre-Dame-des-Champs, Vavin ou Saint-Placide, ou Edgar Quinet - Rens. : 01 45 44 57 34 relations-publiques@lucernaire.fr www.lucernaire.fr

jusqu'au 31 août, activités gratuites dans le jardin du musée. Contes, lectures et ateliers en famille sont régulièrement organisés, gratuitement et sans réservation, dans le cadre de Jardin d’été. Si vous souhaitez venir avec un groupe durant les vacances d’été, il est possible de réserver une visite en autonomie (gratuite), une visite contée ou une visite guidée (35€) - Les visites de sensibilisation reprendront en octobre. - Lieu : Musée du Quai Branly - 37, Quai Branly, Paris 7ème. - Réservation uniquement au 01 56 61 71 72 publics@info.quaibranly.fr www.quaibranly.fr

jusqu'au 23 juillet ts les jours de 12h à 19h : Exposition "Migrations" : Encre sur papier de Didier Viodé, France-Bénin, Dessins de Julien Sinzogan, Bénin, Tableaux en 3 D de Ren Rong, Chine, Arbres de vie de Haïti, Pièces uniques et objets de décoration - Vernissage le jeudi 30 juin à partir de 19h - Cocktail jeudi 21 juillet à partir de 19h - Gallerie Mailletz, 17 rue du Petit Pont, Paris 5è, M° St Michel, Cité, Cluny-La Sorbonne. RER : B, C - Rens. 06 60 24 06 26 - 06 30 76 45 34 audeminart@hotmail.com, www.lagalerieafricaine.com, www.africanmodernart.com

mercredi 20, jeudi 21 et samedi 23 juillet de 15h à 18h et vendredi 22 juillet de 18h à 21h : Stage de danse africaine avec Olivier Serigba et Alphonse Tierou - Tarif de 60€ pour 1 journée à 150€ pour les 4 jours - Lieu : La Métisse 123, rue de Tocqueville 75017 Paris 17è, M° Villiers - Rens. Inscriptions : 01 44 73 42 01, 06 84 07 10 38 alphonse.tierou@worldonline.fr www.tierou-doople.com

jeudi 21 juillet à 19h : Projection de "Notre femme dans la société et la politique" de Anissa Daoud : en présence de la réalisatrice (Tunisie, 2015, 84’) 85 ans après la parution de l’ouvrage Notre femme dans la charia et la société du célèbre réformateur tunisien Tahar Haddad, Anissa Daoud pose la question de la participation politique des femmes au lendemain de la Révolution, notamment en suivant les actions de la LET (Ligue des Electrices Tunisiennes), association féministe fondée en avril 2011. Qu’elles soient magistrate et ex-candidate à la présidence de la république (Kalthoum Kennou) ou militantes anonymes, quel bilan peuvent faire ces femmes de leur participation à la vie sociopolitique de la Tunisie post-révolutionnaire ? Ni propagandiste ni institutionnel, ce film documentaire propose un état des lieux sur le rôle qu’occupent les femmes tunisiennes dans la sphère politique et tente de cerner leur degré d’engagement et leurs ambitions. Lieu : ICI Goutte d'Or : 56 sur Stéphenson, Paris 18è - Rens. Réservation : 01 53 09 99 84 accueil@institut-cultures-islam.org www.institut-cultures-islam.org

du vendredi 22 juillet au mardi 2 août : Soldes d'été Africouleur ou chaques pièce est unique et faite à la main par des artisans d’Afrique de l’Ouest - Boutique Africouleur, 108 Rue Saint-Maur, Paris 11è - Rens. 01 56 98 15 36 ferouz@africouleur.com http://www.africouleur.com/africouleur/

samedi 23 juillet : Balade de 2h30 de balade sur la Mode à La Goutte d'Or accompagné du Passeur de culture. Une Fashion Mix «hors les murs» dans un ancien quartier de Paris : à la rencontre des artisans, tailleurs, mécaniciens, «sapeurs» ou créateurs qui, un jour dépassèrent océan, montagne et désert pour venir à la capitale. Rendre visible la participation des immigrants à la couture et au prêt-à-porter français (confection) et mettre en évidence leurs apports à l’inventivité, la beauté et l’élégance hexagonales. Partagez passion, savoir et accent de vérité dans le quartier chamarré de La Goutte d’Or à Paris, capitale internationale de la mode ! (En écho à l'exposition Fashion Mix au Musée de l'Histoire de l'Immigration). Découvrez un quartier où l'atelier de confection côtoie la boutique de créateur, où le vendeur de bazins fréquente le styliste émérite, où les coiffeurs afro palabrent avec les esthètes de la "Sapologie".... Vivez la multitude des couleurs des wax africains, des caftans arabes et des costumes "ambianceurs". Touchez le travail de création de Xuly Bët, Sakina M'Sa, Mazalay ou du tailleur de quartier ! 1/2 j. à partir de 15 € à partir de 6 personnes - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

samedi 23 juillet à 20h30 : Représentation de "Ce que le dictateur n’a pas dit" de Meriem Bousselmi : Entouré de micros et d’écrans de télévision reflétant son image, son discours exprime un désir égoïste de pouvoir et dénonce les malversations politiques. Réquisitoire sans concession contre toute forme de manipulation, cette conversation du dictateur avec lui-même dévoile l’entreprise de mystification à laquelle se livrent certains hommes de pouvoir, les jeux d’autorité dont les peuples sont victimes mais aussi parfois coresponsables. Cet essai théâtral invite à une vigilance et réflexion universelle sur ceux qui nous dirigent et la façon dont chacun y participe. - Tarif : 15/12€ - Lieu : Théâtre la Reine Blanche, 2 bis passage Ruelle, M° La Chapelle - 01 40 05 06 96 reservation@reineblanche.com www.reineblanche.com

samedi 30 juillet pendant 2h30 environ (horaires à demander) : Balade africaine dans le 18eme : Le Petit Mali à Château Rouge à Paris - Baština vous invite au voyage « Petit Mali » au marché africain de Château Rouge dans le 18eme à Paris. SLe nombre et la qualité des produits vendus ici éveille vos papilles, éblouit votre regard, égaye vos sens… Le marché de Château Rouge égalise les meilleurs marchés de Bamako ou Dakar : partout ce ne sont que capitaines, tilapias, machoirons, ignames, patates douces, piments, gombos, sauce graine ou arachide…Ces lieux de vie demeurent emblématiques de la geste ouest-africaine à Paris Rendez-vous avec le passeur de culture malien au marché africain de Château Rouge dans le 18eme arrondissement de Paris. - Prix : A partir de 15 € par personne - Lieu de rendez-vous au Marché africain de Château Rouge au sortir du métro (angle Boulevard Barbès et Rue Poulet devant le kiosque) dans le 18ème à Paris - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

samedi 30 juillet à 14h30 Atelier jeune public : Carnet d'un explorateur en Afrique centrale, sur les traces de Pierre Savorgnan de Brazza (bilingue français/anglais) : Dans cet atelier, jeunes et moins jeunes vont découvrir, seuls ou en famille, certains peuples du Gabon à la manière des explorateurs de jadis. Avec le carnet d'explorateur, devenez à votre tour un grand voyageur. Vous découvrirez les modes de vie et les rites secrets des peuples de Gabon. Vous pourrez prendre des notes, répertorier des formes, observer des signes distinctifs et même réaliser des dessins aquarellés. Vous repartirez avec votre carnet de voyage, souvenir éternel, et vous pourrez même envoyer une carte postale pour raconter votre aventure ! Âge : en famille : 9-12 ans, en solo : 11-14 ans, Tarif : 12 euros (max. 20 pers), Durée : 1 h 45 (expo - atelier) - Lieu : Musée Dapper - 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Réservation au 01 45 00 91 75 reservation@dapper.fr - Rens. communication@dapper.fr

samedi 30 juillet à 15h : Visite guidée gratuite sur inscription de l’exposition Effervescence, un moment d’échange et de convivialité permettant de découvrir l’ICI et d’approfondir votre expérience des œuvres et vos connaissances de la scène artistique tunisienne contemporaine. Visites guidées pour les groupes sur inscription - Lieu : Institut des Cultures d’Islam, 19 rue Léon, Paris 18è, M° Château Rouge - Rens. 01 53 09 99 84 accueil@institut-cultures-islam.org http://www.institut-cultures-islam.org/

dimanche 31 juillet marche des femmes africaines contre les violences faites au femmes - Rens. Fatou Mahine

du jeudi 14 au 17 juillet Festival Citoyen du CCFD-Terre Solidaire pour défendre ses idées et débattre sur le politique et la citoyenneté aujourd'hui en France? 4 jours à la campagne ( à 1h de Gare de Lyon) pour : Rééchanter le politique à travers un vrai temps de construction collective et d'expérience démocratique. Révolutionnons nos manières de débattre. L'idée est de pouvoir partager et débattre sur nos problématiques en Ile de France, au regard des mêmes problématiques vécues par des initiatives des pays du Sud. - Programme : - Débat autour de thématiques : migrations, éducation, économie, presse et politique, vie politique... - Rencontre d'acteurs Franciliens : ressourceries, acteurs engagés, ONG, journalistes, élus locaux, conférenciers... - Des temps de vacances : camping, apéro, barbecue, hamac, fiestas… - Lieu : A 1de Paris, Gare de Lyon : Maison St Tarcisius, 25 rue des trembles, Varennes sur Seine (77), Possibilité de dormir en dur ou en camping. Repas cuisinés ensemble (bio et local) - Rens, Inscription : revolutioncitoyenne.ccfd@gmail.com


Actions situées dans les Hauts de Seine (92)

tous les week-ends jusqu'au 30 août les samedis et dimanche de 16h à 24h : guinguette Africaine de Suresnes : Ambiance festive à la sauce Africaine et Congolaise : Rumba, Salsa, Zouk, Soukousse, Ndombolo, Coupé décalé, Arzanto. La guinguette Africaine de Suresnes soutien les enfants de Brazzaville. Apporter votre contribution pour aider ces enfants - Entrée Gratuite, Parking Gratuit. - Lieu : centre aéré des Landes, 6 chemin de la Motte à Suresne (92), Esplanade du Mont Valérien, bus 360 à partir de la Défense - Rens. 06 80 52 31 66 / 06 07 66 16 43 cyriaquebassoka@hotmail.com http://www.suresnes.fr/Actualites/La-guinguette-africaine

Actions situées en Seine St Denis (93)

jeudi 11 août à 17h : Contes « Kwaku Ananse l homme araignée » Les histoires voyagent grâce aux bouches à oreilles. En Jamaïque, on raconte les histoires de Anancy the spiderman, des histoires sages et folles, drôles et grinçantes. Ces histoires viennent de la mémoire des africains du Ghana capturés et déportés en Jamaïque lors de l’esclavage. De leurs souvenirs sont venues les histoires de Kwaku Ananse l homme araignée et sont devenues Anancy the spiderman. Imaginez un homme avec 4 jambes et 4 bras qui aime jouer des tours aux autres, mais comme le dit le proverbe : tel est pris qui croyait prendre.... Un jour Ananse devait aider sa femme à ramasser des petits pois..... Esplanade Gare RER de Bondy - Rens. : 01 48 02 01 31 Caroline Castelli 06 81 83 90 55 carolinecastelli@orange.fr http://carolinecastelli.monsite-orange.fr


Petites annonces

A l’attention des chefs d’établissements scolaires : une conférence/exposition réalisée par Josseline Bruchet et portée par ADIFLOR est à la disposition des chefs d’établissements qui souhaitent 1/ collaborer à la diffusion du livre français dans les établissements scolaires principalement africains 2/ promouvoir l’exposition. Josseline Bruchet est vice présidente de l’Association Francophone d’Amitié et de Liaison (AFAL) présidée par Jacques Godfrain. Cette exposition portée par ADIFLOR, directrice Isabelle Le Camus de Lagrevol i.lecamusdelagrevol@adiflor.org

Aujourd’hui, l’unique bibliothèque municipale de la commune de de Sa’a au Cameroun ne dispose que de 2 000 livres tous genres confondus pour 58 000 habitants. C’est 60 fois moins que ce que recommande l'UNESCO ! Le renouvellement du stock de livres est quasi nul chaque année, quant aux écoles locales, elles sont pour la plupart dépourvues de bibliothèques… Et pourtant, l’accès à la culture est indispensable ! Au-delà de l’épanouissement personnel qu’elle peut apporter, la culture encourage la dynamisation des zones rurales, la création de lien social, la réduction des inégalités ainsi que les échanges intergénérationnels et interculturels. Votre aide est déterminante et accélérateur de changement. En participant à ce projet, vous nous aidez à développer le village de Sa’a bien plus qu’il n’y paraît ! Pour apporter votre aide à « La Caverne d’Ali Sa’a ! » ANI International en partenariat avec BSF : merci de vous adresser à Romuald Dzomo romuald.dzomo@ani-international.org

Ouvrage d'actualité

PRÉCARITÉ ET REPLIS IDENTITAIRES AU GABON de Jérôme Toung Nzue : Comment expliquer la persistance et l'aggravation de la précarité au Gabon ? Le patrimoine national est le monopole de la famille régnante et de ses alliés objectifs. En jouant sur les peurs et le ressentiment, le débat politique au Gabon risque de virer irrémédiablement vers l'instrumentalisation des identités et des apparences. Comment dans ces conditions amorcer une transition politique et générationnelle efficiente et apaisée ? Broché (Coll. Études africaines, 21,5 euros, 216 p., avril 2016)

L'AVENIR DES ÉCONOMIES DU MAGHREB Entre inertie structurelle et envie de rupture de Sonia Ben Slimane, Messaoud Zouikri : Marché et Organisations n°26 : La crise financière de 2008, conjuguée avec les récents bouleversements du printemps arabe, ont dévoilé la fragilité des systèmes politiques et économiques des pays du Maghreb. Ce numéro est consacré aux enjeux et défis auxquels font face ces pays dans leur mutation vers un nouveau modèle de développement basé sur l'innovation : quelles politiques publiques d'investissement et d'innovation ? Comment dynamiser les secteurs économiques clés ? La promotion de l'entrepreneuriat local est-elle capable de réveiller les forces productives ? (31 euros, 300 p., mai 2016)

MAURITANIE Chronique des sables mouvants Abdel Kader Ould Mohamed : Ces chroniques restituent, du point de vue personnel de l'auteur, les termes d'un débat politique portant, en Mauritanie, sur les trois récurrentes thématiques que sont l'Islam, l'Unité national et l'État de Droit. Elles se veulent, surtout, un témoignage d'une époque, retraçant l'évolution des idées politiques par rapport aux principales contradictions du débat mauritanien, ne serait-ce que pour rafraîchir la mémoire d'une élite dont la pensée à tendance à se noyer dans les sables mouvants. Broché (14 euros, 124 p., mai 2016)

MÉMOIRES D'UN HAUT FONCTIONNAIRE PRINCE DE BOSSÉA de Moustapha Kane : Cette biographie est celle de Moustapha Kane, qui, malgré une enfance difficile, a eu un parcours scolaire exceptionnel. Il nous fait le récit d'une carrière qui a traversé l'histoire du Sénégal de l'époque coloniale aux années d'indépendance. Au fil de ces longues années, il a été le témoin privilégié de certains évènements qui ont bouleversé la vie du Sénégal. Une carrière toute vouée au service du Sénégal, qui lui a valu les plus hautes distinctions de l'Etat pour services rendus à la nation. Broché : (Coll. Harmattan Sénégal, 19 euros, 162 p., mai 2016)

LES ACCORDS DE PARTENARIAT ÉCONOMIQUE ENTRE L'UNION EUROPÉENNE ET LES PAYS ACP (AFRIQUE, CARAÏBES, PACIFIQUE) : Les cas de l'Afrique Centrale et du Cameroun de Raymond Ebalé : En négociation depuis septembre 2002 entre l'UE et six groupes régionaux ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique), les Accords de Partenariat Économique apparaissent comme le sujet le plus controversé de l'histoire de ce partenariat depuis son établissement à la fin des années 1950. La controverse est d'autant plus vive qu'une grande partie de l'opinion reste totalement ignorante des tenants et aboutissants des APE et de leur processus de négociation. Ce livre ambitionne de combler ce vide intellectuel et historique en apportant un éclairage libre et documenté sur ce phénomène. Broché (Coll. Études africaines, 39 euros, 414 p., mai 2016)

LA GÉOPOLITIQUE DES PREMIÈRES MISSIONS DE L'UNION EUROPÉENNE EN AFRIQUE de András István Türke : Comment l'Union européenne peut-elle transformer sa puissance économique en une puissance politique dans le système international du XXIe siècle ? Comment concevoir la coopération entre les institutions de l'UE et celles de l'Union africaine (UA) et de l'OTAN ? Dans cette nouvelle édition améliorée et mise à jour, l'auteur étudie l'évolution des missions de la politique de sécurité et de défense commune en Afrique dans le concert de la diplomatie européenne et des organisations internationales. Broché : (Coll. Questions contemporaines, 27 euros, 260 p., mai 2016)

HISTOIRE ET ANTHROPOLOGIE DU PEUPLE BAMILÉKÉ (Nouvelle édition, revue et augmentée) de Dieudonné Toukam : D'où proviennent les Bamiléké, principal peuple des Grassfields camerounais ? Si les Bamiléké ne sont pas issus des Tikar, ils constituaient un peuple autour d'une seule langue et d'une seule civilisation, administrée par un souverain unique. Leur unité a volé en éclat au XIVe siècle, engendrant nombre d'autres groupes. L'ouvrage éclaire aussi la civilisation des Grassfields : chefferies, sociétés secrètes, rites initiatiques, cosmogonie et spiritualité, malédiction, médiumnité, perception de la famille, du mariage et de la mort… (Coll. Harmattan Cameroun, 35 euros, 338 p., mai 2016)

Parlons immigration en 30 questions de François Héran à la documentation française nouvelle édition 2016

L'ÉTHIQUE DE L'ENTREPRISE de Emmanuel Mboua, Préface de Sahou Any-Gbayere : Voici revisités les fondements et pratiques de l'entreprise moderne. La plupart des courants de pensée européens, américains et même les contributions africaines d'hier et d'aujourd'hui sont explorées. L'auteur postule pour une économie morale, se fondant sur une éthique centrée sur le respect de la personne humaine. L'influence de la culture est inclue dans les analyses des performances économiques. Broché (Coll. Harmattan Cameroun, 19 euros, 184 p., mai 2016)

NOUVEAUX DISCOURS DE LA FRANCOPHONIE À L'HEURE DES GRANDS DÉFIS MONDIAUX de Thierry Léger, Louis Hervé Ngafomo, Préface de Louis Hébert : Comment la francophonie, par ses nouveaux discours d'organisation géopolitique et d'actions sociales, est-elle analysable en tant que facteur de médiation interculturelle à partir des énoncés de la Secrétaire générale de la francophonie Michaëlle Jean ? Sous quel angle peut-on envisager l'efficacité des schémas tactiques et stratégiques de la défense dans l'éthos de Michaëlle Jean ? Répondant à ces questions, ce livre s'affirme comme un véritable outil de communication organisationnelle et éducationnelle sur la francophonie face aux nouveaux défis mondiaux. Broché (25 euros, 248 p., mai 2016)

FEMMES DE SÉBIKHOTANE DE 1900 À NOS JOURS, Histoire économique et sociale des générations africaines de Mamadou Kandji : Cette incursion dans l'univers de Sébikhotane par le biais des femmes permet de ne laisser de côté aucun aspect de la vie sociale dans l'évolution de cette localité sénégalaise. Dans cet ouvrage, véritable hymne à la centralité des femmes dans la société sénégalaise, le doyen Kandji a revêtu une toge d'historien. Broché - Illustré en noir et blanc (Coll. Études africaines, 27,5 euros, 266 p., juin 2016)

LES INTRIGUES POLITIQUES EN AFRIQUE de Souley Aboki - Préface de Moustapha Samb : L'auteur s'interroge avec passion sur l'avenir de l'Afrique, après avoir fait un diagnostic sévère et sans complaisance de la situation du continent. Il interpelle la responsabilité des Africains, surtout celles des élites dirigeantes néocoloniales et apatrides qu'il rend coupable d'une bonne partie des maux et drames qui secouent le continent. Il explique que les leaders africains doivent cesser de s'accrocher au pouvoir. Broché (15 euros, 146 p., juin 2016)

TRAPPES / ST-QUENTIN-EN-YVELINES : une exception artistique ? - Avec sa pléiade de stars : Jamel, Omar Sy, les Black Blanc Beur, Shy'm, Anelka… Bernard Delattre - Préface de Michel laugier, président de la Ville nouvelle, postface de Guy Malandain, maire de Trappes : La réussite des jeunes originaires de Saint-Quentin-en-Yvelines et de Trappes notamment est quelque chose d'extraordinaire. Une des plus spectaculaires est bien sûr celle de Jamel Debbouze. L'auteur, qui a été durant près de 40 ans journaliste sur le secteur, a sans doute fait la première interview de Jamel. Il a vu aussi les débuts d'Omar Sy, de Sophia Aram, des danseurs de la troupe de Black Blanc Beur, et de tant d'autres issus de Déclic Théâtre avec Papy, ou du Théâtre de l'Unité, avec Jacques Livchine et Hervée de Lafond. (25 euros, 246 p., juin 2016)

APPRENTISSAGE EN CONTEXTE CULTUREL PLURILINGUE ET NUMÉRIQUE Sous la direction Denis Legros, Afsata Paré-Kaboré, François Sawadogo Les recherches présentées mettent l'accent sur l'importance de la contextualisation dans la mise en œuvre et la qualité du processus d'enseignement / apprentissage. A l'heure de la mondialisation et de la généralisation de l'utilisation d'Internet et des réseaux sociaux, elles aident à mieux comprendre les rapports entre TICE, cognition, langue, culture et apprentissage. Broché (Coll. Savoir et formation, 32,5 euros, 332 p., juin 2016)

LE CAFÉ DU SAVOIR. RENDEZ-VOUS DU BON SENS ET DE LA CONNAISSANCE Brazzaville 2010-2014 de Serge Ikiemi : Humaniste et soucieux de la formation de l'Homme, Serges Ikiemi a créé le cercle de réflexion Le café du savoir, un espace de libres débats autour des thèmes d'actualité, un espace où les hommes se rencontrent pour dialoguer, échanger, partager leurs opinions et leurs convictions. Les débats et les rencontres sont présentés dans cet ouvrage. Broché (Coll. Harmattan Congo-Brazzaville, 22 euros, 210 p., juin 2016)

LA COLONISATION DE LA LIKOUALA 1885 - 1960 de Côme Kinata : La Likouala est l'une des régions du Moyen-Congo où l'exploitation coloniale fut la plus atroce. En effet, cette région située en pleine forêt équatoriale inondée, éloignée de tout contrôle administratif, était la destination des jeunes fonctionnaires imbus de la supériorité de la race blanche. Ces atrocités se firent avec la complicité des chefs indigènes choisis loin de tout critère imposé à cette fonction par la "Nuaka", école coutumière qui formait à la gestion des personnes et des biens. Broché (Coll. Harmattan Congo-Brazzaville, 19,5 euros, 194 p., juin 2016)

LA CONTROVERSE DANS L'APPROPRIATION DES OUTILS DE GESTION, Contes de connaissance de Aurélie Dudézert, Marine Portal : Cet ouvrage propose un recueil de réflexions sur le concept de controverse tel qu'il est mobilisé en sciences des organisations. La controverse est une situation de débat entre plusieurs acteurs à propos de connaissances qui ne sont pas encore assurées. Ici on s'interroge sur le rôle de la controverse dans l'appropriation des outils de gestion et dans le développement de nouvelles connaissances dans les organisations. L'ouvrage expérimente également une autre manière de construire un savoir scientifique. Broché (19,5 euros, 186 p., juin 2016)

DE LA DÉMOCRATURE À LA DÉMOCRATIE AU BURKINA, Rôle de l'Église et défis de Pascal Kolesnore : Si au Burkina le mouvement insurrectionnel a abouti à la fin de la « démocrature », a-t-il pour autant débouché sur un renouveau de la démocratie ? Pour répondre à cette question les auteurs se sont d'abord situé en amont de la rupture politique intervenue dans le pays pour juger de la part de l'Église catholique comme acteur clé de ce changement ; puis en aval, pour appréhender objectivement les défis et les enjeux du renouveau démocratique attendu. Broché (Coll. Églises d'Afrique, 15 euros, 146 p., juin 2016)

LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE LOCALE, L'institution du budget participatif de la ville de Paris de Cédric Gaydu - Préface de Jacques Chevallier : Le budget participatif est un procédé de gouvernance démocratique qui ne cesse d'essaimer dans le monde. Il consiste à associer le citoyen à la planification de l'utilisation des finances publiques locales. Cet ouvrage se propose d'analyser, dans un premier temps, les fondements du budget participatif avant d'en présenter le fonctionnement dans le cadre parisien. Censé remobiliser les citoyens en leur permettant de décider directement de l'affectation d'une partie des deniers publics, ce mécanisme doit œuvrer à retisser un lien de confiance vis-à-vis des gouvernants et réhabiliter le sens de l'intérêt général indispensable dans une démocratie moderne. Broché (Coll. Logiques Juridiques, 28 euros, 284 p., juin 2016)

FEMMES EN OTAGE étude clinique interculturelle sur la situation psychologique des femmes d'origine arabo-musulmane en France de Hakim Ben Romdhane : Que deviennent les femmes au temps de l'interculturel ? Sous l'emprise de la condition interculturelle, toute identité est soumise à des interférences normatives qui semblent la convertir en une identité encore interculturelle. En France, les femmes arabo-musulmanes sont contraintes à s'adapter à deux codes socioculturels dont les statuts assignés aux femmes sont différents. Cette étude se centre en particulier sur les implications psychologiques relatives au dédoublement socioculturel et au morcellement référentiel. Cliniquement, il s'agit d'une fragilité narcissique qui touche l'image du corps et qui empiète probablement sur la sexualité. Broché (Coll. Questions contemporaines, 28 euros, 280 p., juin 2016)

PASTORALISME(S) Sahel, Maghreb et Europe du sud de Khadija Ait-Alhayane : La pérennité des sociétés pastorales repose sur une forme exceptionnelle de partage et de gestion collective de l'espace. Ce n'est pas tant la menace de la disparition de ces sociétés qui inspire ce livre mais les vertus de leur modèle collectif. Ce modèle s'oppose au modèle dominant dont la rentabilité à court terme est l'objectif premier. Des formes nouvelles d'élevage pastoral apparaissent. Restent à les concilier avec les traditions qui changent. Broché (24,5 euros, 234 p., juin 2016)

POUR UNE VÉRITABLE INDEMNISATION DES VICTIMES, La sauvegarde de la dignité humaine de Amadou Thidiane Kaba, Préface de Mamadou Lamine Fofana : La réflexion développée ici porte sur l'indemnisation des victimes des violences successives depuis l'accession du pays à l'indépendance jusqu'à nos jours, ceci à travers l'identification et la classification des différentes catégories de victimes. Elle porte également sur la problématique de non-respect des normes nationales, engagements nationaux, internationaux, et sur le peu de respect des autorités politiques pour la loi. L'auteur estime judicieux de s'inspirer des solutions d'indemnisation ayant fait leurs preuves dans certains pays comme l'Afrique du Sud ou le Mali. Broché (Coll. Harmattan Guinée, 14,5 euros, 130 p., mai 2016)

SEXE, RACE ET PRATIQUE DU POUVOIR, L'idée de nature de Colette Guillaumin : "Femme nous sommes, ce n'est pas un qualificatif parmi d'autres, c'est notre définition sociale. Folles qui croyons que ce n'est qu'un trait physique, une “différence” – et qu'à partir de ce “donné” de multiples possibilités nous seraient ouvertes..." Rassemblant des essais et des articles écrits entre 1978 et 1993, ce livre précurseur analyse les rapports de domination en démontrant que leurs formes matérielles sont inextricablement liées à leurs formes idéelles – à la manière dont la pensée scientifique ou théorique, le "sens commun", l'idéologie les valident ou les justifient. Le servage, l'esclavage et ce que, la première, Colette Guillaumin a nommé sexage, reposent sur une appropriation rendue possible par l'établissement de catégories prétendument naturelles qui font des dominées "des choses dans la pensée elle-même". Broché (Editions IXE 18 euros, 240 p., mai 2016)

Les relations internationales en 80 fiches de Raimbaud Michel : L’histoire des relations internationales présentée dans ce livre commence en 1945. Soixante-dix ans après, elle inspire toujours la littérature, la presse, le cinéma, les médias, mais aussi la politique et la pensée géopolitique. Que l’histoire ait un sens ou qu’elle n’en ait pas, elle s’enchaîne selon une logique qui après coup paraît implacable : l’ordre chronologique met le mieux en évidence ce cheminement, qui n’est pas celui d’un long fleuve tranquille. Les soixante-dix dernières années témoignent en tout cas de cette accélération de l’Histoire qui rend si fiers nos contemporains, à défaut de les rendre plus sages. La structure générale de l’ouvrage, qui comporte une introduction historique et neuf sections, traduit ce souci de couvrir l’ensemble de notre village global et de ses problèmes. Dans cet univers de « puissances relatives », une place particulière a été réservée à la France. 26.50€ , Collection : Optimum des éditions ellipses 416 pages

L'EXPÉRIENCE INTERCULTURELLE DANS L'INTERVENTION SOCIALE Essai sur l'invisible des minorités visibles de Abdellatif Chaouite, Bahija Ferhat, Farid Righi - Préface de Bertrand Ravon. En ces temps, de nouveau sombres pour la coexistence des « uns » et des « autres », les langages du soupçon, de la défiance et de la déchéance, de la guerre et du terrorisme prennent le pas sur ceux des politiques apaisées de la relation. Le plus urgent est alors de penser. De repenser plus exactement, ou de penser autrement ce monde qui « est en marche » et à partir de cette marche-même. Et c'est « quelque chose d'autre » qui se profile ou un autre monde, qu'il nous faut tenter de comprendre en renouvelant nos approches. C'est la démarche qui a présidé à ce livre. Broché (Coll. Recherche et transformation sociale, 19 euros, 174 p., juin 2016)

FRANTZ FANON FIGURE EMBLÉMATIQUE DU XXE SIÈCLE À L'ÉPREUVE DU TEMPS Sous la direction de Maurice Amuri Mpala-Lutebele et Antoine Tshitungu Kongolo. Ce livre réunit des études et des textes signés par des chercheurs, des scientifiques et des intellectuels émanant de cinq continents; il invite à relire Fanon, à repenser, voire à découvrir, l'immense héritage de cet homme disparu si jeune. Broché (Coll. Comptes Rendus, 37,5 euros, 370 p., juin 2016)

LE PROCÈS DE LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE Sous la direction de Justine Bindedou-Yoman. Le propos de cet ouvrage est de porter un jugement sur les faits et le vécu des peuples soumis au jeu démocratique, surtout en Afrique. Les réflexions proposées ici auscultent la démocratie sous tous ses aspects, ses principes, son fonctionnement, ses avantages, ses obstacles, les conséquences de sa mauvaise application et, évidemment, elles proposent des solutions pour une démocratie plus humaniste en Afrique. Broché (Coll. Harmattan Côte-d'Ivoire, 23 euros, 226 p., juin 2016)

Repost 0
Published by Gri-Gri International Jean-Paul Vanhove - dans Arts & culture Politique Devoir d'histoire Gos et Gars du moment
commenter cet article
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 00:15
#17Janvier1942 / Mohamed Ali, l'homme le plus riche du monde (#Vidéo #LectureProtche)

Mohamed Ali, l'homme le plus riche du monde - Grégory Protche -

Mis en ligne le 17 janv 2013 à l'occasion de l'anniversaire de Mohamed Ali, et en hommage à M.Drummond.

Texte et lecture Grégory protche

www.legrigriinternational.com

Repost 0
Published by Gri-Gri International Grégory Protche - dans Sports Devoir d'histoire Gos et Gars du moment Politique
commenter cet article
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 04:32
#PremièresPages / Autobiographie Mohamed Ali (#LectureProtche)

Ajoutée le 13 oct. 2013

Le Plus grand #1 - Mohamed Ali lu par Grégory Protche / 13 oct2013
1er extrait de l'autobiographie de Mohamed Ali
www.legrigriinternational.com

D'autres lectures sur la chaîne youtube gri-griinternational :

http://www.youtube.com/playlist?list=...

Repost 1
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 18:00
Ce qu'a vraiment dit Zemmour sur Vichy : vidéo de son intervention le 1er juin à la grande synagogue de Paris

Hier, sur le blog qu'il tient sur Mediapart, Guillaume Weill Raynal, a évoqué, sous le titre "Eric Zemmour, le Grand Rabbin et la vidéo fantôme" des propos apparemment controversés qu'aurait tenu le journaliste et essayiste Eric Zemmour lors d'une conférence à la grande synagogue de Paris le 1er juin dernier.

Pour mémoire, vous pourrez lire ci-dessous le post de Guillaume Weill Raynal... puis voir l'intervention d'Eric Zemmour (interpellations du public comprises), dénichée par le Gri-Gri.

Les propos d’Eric Zemmour, la semaine dernière à la grande synagogue de Paris étaient-il à ce point inavouables ? Ou alors, peut-être, les réactions de l’auditoire… Toujours est-il que les organisateurs de la conférence-débat ont semble-t-il renoncé à mettre en ligne la vidéo.

Le 1er juin dernier, près de 1 300 personnes s’était déplacées à la très solennelle et très prestigieuse grande synagogue de la rue de la Victoire, à Paris, pour assister à une conférence-débat intitulée « Qu'est-ce qu’être Français et Juif aujourd'hui ? ». Animée par Yves Thréard du Figaro et avec pour participants-vedette, le Grand Rabbin Gilles Bernheim et…. le polémiste Eric Zemmour. « Une belle affiche » selon l’hebdomadaire Actualité Juivequi co-organisait l’évènement avec le consistoire, l’autorité centrale qui depuis Napoléon 1ergère les synagogues et institutions juives de France. Des esprits chagrins auraient pu éventuellement poser la question de savoir si un lieu de culte était l’endroit le plus approprié pour voir débattre d’un sujet aux inévitables prolongements politiques un pamphlétaire condamné à deux reprises pour incitation à la haine raciale et un rabbin dont le prestige intellectuel fut tout de même sérieusement écorné, il y a trois ans, pour avoir usurpé pendant plusieurs décennies le titre d’agrégé de philosophie, et avoir été également démasqué pour de nombreux plagiats commis tout au long de sa carrière d’auteur. Mais passons. Alors que la conférence démarrait dans une synagogue pleine à craquer, Gilles Bernheim, en temps réel sur son smartphone, annonçait triomphalement la mise en ligne sous huit jours d’une vidéo. La soirée s’annonçait exceptionnelle. Et d’une certaine manière, il semble qu'elle le fut…

La lecture du compte-rendu de la soirée faite par Actualité Juive [1] laisse une curieuse impression. La journaliste aurait-elle été victime d’un dédoublement de la personnalité ? Car l’article commence par les éloges - « Eric Zemmour a expliqué, force citations à l’appui et dans un style brillant que personne ne peut lui enlever… », «Avec érudition, il a rappelé… » -quand ce n’est pas carrément l’encensoir (si l’on peut dire), pour le Grand Rabbin : « Dans une intervention éblouissante, (…) convoquant des sources multiples relevant à la fois de la tradition juive et de la culture occidentale, argumenté par l’implacable logique des questionnements philosophiques, l’intellectuel juif a prouvé une nouvelle fois la maîtrise de son savoir à éclairer l’assistance des lumières d’un judaïsme ressourcé à la modernité ». Rien que ça.

« Les statuts des Juifs n’ont tué personne »

Mais soudain, il semble que tout dérape. Dans la seconde partie de la conférence, Zemmour aurait exprimé des idées qu’on ne se serait pas attendu à trouver dans la bouche d’un juif (fût-il situé politiquement à la droite de la droite), et qu’il n’avait semble-t-il jamais exprimé auparavant, notamment dans Le Suicide Français où il s’était seulement livré à une critique feutrée (et parfois pertinente) des excès du communautarisme et de la mémoire de la Shoah. Car la journaliste d’Actualité Juive poursuit : « Eric Zemmour a livré sa vision de l’histoire de Vichy selon sa grille idéologique qui heurte les consciences : Vichy a protégé les Juifs français car 90% d’entre eux ont survécu, les statuts des Juifs n’ont tué personne, Pétain comme De Gaulle sont dignes d’admiration, les Juifs d’Europe centrale sont responsables de l’antisémitisme dont ils étaient les victimes en prenant le travail des "Français" ». Et conclut« Des propos donnant la nausée ».

Seule incertitude, ces propos sont rapportés mais non « cités ». La journaliste a-t-elle fidèlement traduit la pensée Zemourienne ou l’a-t-elle « interprétée » ? Il a fallu parvenir au dernier tiers de l'article, pour découvrir, après les louanges, des paroles ahurissantes que ni le titre ni le chapeau de l'article n'annonçaient. Peu de chances de faire un scoop. L'audience d'Actualité Juive est tout de même assez confidentielle. Et comme par hasard, il n’est soudainement plus question de mettre en ligne une quelconque vidéo. Le rabbin Bernheim est subitement devenu muet à ce sujet et la journaliste reconnait sur son mur Facebook que« vu la teneur des propos », cette vidéo ne sera probablement pas diffusée. Quant à l’attitude du public de cette conférence, elle précise, toujours sur Facebook, que certains furent« scandalisés », que nombreux avaient « décroché », mais qu'il y eut tout de même « quelques applaudissements. »

Saura-t-on un jour ce qu’Eric Zemmour a réellement dit ce soir-là ? On peut toujours espérer que la vidéo finira par être mise en ligne. L’honnêteté intellectuelle le commande. Il n’y a pas de motif valable pour qu’une conférence filmée et tenue en public par une personnalité médiatique devant 1 300 personnes soit soudainement considérée comme privée, confidentielle et non susceptible d’intéresser le… public. A défaut, il n’est pas interdit d’imaginer que des captations privées via smartphones ou enregistreurs MP3 finiront bien par sortir.

Affaire à suivre, donc..

Repost 0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 20:52
#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse

En attendant qu'il ait trouvé un titre de rubrique aussi performant que 7 jours loin du monde, les lettres d'amour amères de Jérôme Reijasse, destinées à ce qu'il reste d'humain, d'innocent et de non dérisoire en chacun d'entre nous, seront classées dans 7 jours...

Il a violé tous les records, démonté toutes les statistiques, affolé tous les compteurs.

Avant lui, qui ?

Personne. Sauf peut-être Mickey.

Il venait d'un pays où les suicides sont fréquents et où les meubles se montent à domicile. Un pays à la langue atroce et aux neiges mordantes.

Son nez, son chignon, son regard presque louche, sa taille de géant et ses pieds péniches ont séduit les enfants, les familles, les médias, les puceaux, ceux de la dernière heure.

Un héros sans pouvoir, un super sans plomb.

Il a conquis un territoire qui était sans défense. Il a écrasé les faibles et les forts l'ont éteint.

La ligue des champions n'a encore pas voulu de lui.

La ligue 1 a aimé le haïr, elle l'a adoubé, oubliant qu'ici, les rois, on les préfère sans tête.

Ses mots étaient parfois drôles, jamais en français. Il roulait les R comme il pliait les défenses.

Il provoquait les instances et ses ennemis avec l'arrogance d'un grand frère qui aurait trop redoublé.

Il a marqué, beaucoup, certains buts resteront, oui.

Il va être difficile de le remplacer. Le Qatar aime l'efficacité plus que l'histoire et il est aujourd'hui bien embarrassé. Trouver un nouveau robot capable d'exciter les touristes nippons comme Philippe Doucet ne sera pas chose aisée. Ce n'est pas notre problème.

C'est un problème de riches.

Des amis m'accusent de mauvaise foi. Ils ont raison. Et la mauvaise foi reste une foi.

J'espère que les anciens, que tous ceux qui ne vont plus au Parc et qui aiment Paris depuis leur canapé ont accueilli la nouvelle de son départ avec une joie sauvage. Avec une lueur dans les yeux.

Il a dit tout ce qu'il ne fallait pas dire. Il a nié Susic, Rai, Pauleta, Kombouaré, Luis, Ronnie, Mendy, Diané, Boulogne, Auteuil et tous les autres. Il a ricané devant les tombes. Nos tombes. Il a cru qu'un mercenaire n'avait pas d'odeur.

J'avais écrit, à son arrivée, un texte terrible sur lui. Et tous les mots sont encore à leur place. Légitimes.

Samedi, à la dixième minute, le match s'est arrêté et ils t'ont applaudi. J'ai même aperçu les larmes de Marco. Les larmes de tous ces gens en tribunes. Ils ne te déclaraient pas leur amour, non, ils commençaient déjà à craindre l'après. À redouter la défaite, à entrevoir le passé, notre passé. Et ils n'en voulaient pas, pour rien au monde. Dans leurs petits coeurs mal irrigués, ils rêvaient de Ronaldo, de Neymar, de Messi. Lewandowski, trop banal! Ils veulent du lourd, du gras, du rentable. Ils en sont là. Les enfants gâtés, les flipettes, les endormis. Les groupies.

Tu ne me manqueras pas. Même si le Qatar foire son recrutement. Même si la Ligue 1 redevient quelque chose de plus âpre. Je pense à Pastore. Il va enfin pouvoir régner.

Je pense également à ta fin de carrière. Je prie pour que tu signes finalement de l'autre côté de l'Atlantique. Là-bas, tu seras enfin vraiment chez toi: la démesure, le pragmatisme, la sauvagerie, l'argent roi, Hollywood, le divertissement comme seul horizon. Tu pourras encore exhiber tes enfants blonds et quitter la pelouse comme si de rien n'était. On fera peut-être un film sur toi. Et une attraction à Disneyland. Et un sandwich chez MacDo. Et tout ce que tu voudras.

Le Qatar souhaite baptiser une tribune du Parc à ton nom. Pourquoi pas, tant qu'on y est, le Parc Ibra ?

Tu t'en fous de toute façon.

Tu es venu en roi, tu repars en légende, as-tu tweeté comme un homme de ton époque.

C'est quoi, une légende? Le dictionnaire dit: “Récit à caractère merveilleux où les faits historiques sont transformés par l'imagination populaire ou l'invention poétique”.

Tu as vulgarisé l'exploit, piétiné les racines, insulté la mémoire, banalisé le talent. Chimère ikea, propagande libérale, monstre pas gentil.

Si un jour, ta statue trône devant le Parc, il n'y aura pas que les pigeons pour la salir.

Tu incarnes celui qui a enfoncé le clou, celui qui a validé la mort du football populaire. Ton peuple n'en est pas un. Ton royaume non plus. Ta légende est un crédit à taux variable.

Casse-toi Ibra et sans te retourner.

Pas de chant pour toi. Pas de tifo.

Juste le silence.

Mon fils grandira loin de toi.

Le plus beau cadeau que tu pouvais lui faire.

Je vais lui raconter Safet, je vais lui apprendre les chants anciens, je vais l'initier à l'appartenance.

Il saura.

Et toi, tu n'auras jamais existé.

Texte : Jérôme Reijasse

#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse
#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse
#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse
#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse
#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse
#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse
#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse
#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse
#PSG Ibra, casse-toi ! / par Jérôme Reijasse
Repost 0
Published by Gri-Gri International Jérôme Reijasse - dans Jérôme Reijasse 7 jours loin du monde Sports Gos et Gars du moment
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 21:02
Le vrai héros du procès Gbagbo, c'est Simone ! (#Vidéo)

Ajoutée le 9 mai 2016

Elle comparaîtra le 31 mai prochain mais Simone Gbgabo ce matin était d'une incroyable bonne humeur.Elle a distribué aujourd'hui un bon paquet de bisous même aux avocats de la partie civile.Elle joue pourtant très gros. No Comment !
N'oubliez surtout pas de vous abonnez à notre chaîne YouTube
Suivez-nous sur www.ledebat.tv

Repost 0

Gri-Gri TV