Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 11:30
#Terrorisme / Quels impacts sur l'économie africaine ? Samuel Mathey, économiste (#Diasporoom)

Ajoutée le 7 janv. 2016

L’attaque du musée du Bardos à Tunis, celle de l’hôtel Radisson de Bamako, l’université de Garissa au Kenya…Les groupes terroristes enchaînent les conquêtes territoriales et sèment le chaos en Afrique.

Une situation qui pèse sur le développement des pays africains. En Afrique de l'ouest, malgré une croissance évaluée entre 5 et 8 % pour l'année 2015, les risques d’un ralentissement ne sont pas à écarter. Pour contrer la menace terroriste, le président en exercice de la CEDEAO (la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest), prévoit de durcir la politique de libre circulation des biens et des personnes pour mieux contrôler les allées et venues des terroristes dans la sous-région.

"Mais il ne faut pas que le terrorisme amène les états à s'enfermer sur eux-même (...)en remettant en cause les leviers nécessaires au développement des économies africaines" souligne l'économiste Samuel Mathey. Dans cette vidéo, Samuel Mathey milite pour une restauration des services militaires et civiques dans les programmes des écoles africaines. Il prône également le soutien à l'entreprenariat dans les secteurs des societés de protection , de l'innovation et des nouvelles technologies de l'information et des télécommunications.

Rappelons qu'en 2015, environ 300 attentas on été commis à l'échelle planétaire, dont près du tiers sur le continent africain.

FLORE ONISSAH

DIASPOROOM

Published by Gri-Gri International Diasporoom - dans Economie Burkina Faso Tunisie Libye 2011 Mali
commenter cet article
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 01:00
#BabetteDeRozières : l'art de gagner avec #Pécresse sans perdre le soutien d'Anne #Hidalgo (#LesQuestionsDuGriGri (#Texte #Gastronomie #MairieDeParis #SaintValentin)

‪#‎LesQuestionsDuGriGri‬

07/01/2016

La conférence de presse de Babette de Rozières pour la deuxième édition du Salon de la gastronomie des Outre-mer... Ou le secret de Babette pour gagner avec Valérie sans perdre le soutien d'Anne

- Le jeudi 7 janvier 2016, à 11h et à l'Hôtel de ville de Paris, Babette de Rozières recevait la presse, les partenaires et les élus pour la deuxième édition du Salon de la Gastronomie des Outre-mer, qui se déroulera au Paris Event Center, porte de la Vilette, les 12-13-14 et 15 février prochains... avec, en marraine, la seule cheffe française triplement étoilée : Anne-Sophie Pic.

- J'aimerais bien savoir qui, dans le staff de Babette, a eu l'idée, martingalante à souhait, de sélectionner précisément ces quatre jours de février...qui contiennent en leur sein le préféré des dames : Saint-Valentin ?

- En vérité, de vous à moi, même pour moins costaud médiatiquement que Babette et ses festins, j'aurais ramené le Gri-Gri là-bas faire son malin... quand celle qui invite et convie se nomme Grand-Bonheur, prénom Keyza (et donc initiales KGB), le satirique échotier y va.

- Un livre, un film, un évènement drivé, ou soutenu in extremis seulement, par KGB, c'est la certitude pour le chroniqueur qu'il y aura à boire et à manger, à voir et à mater, de futures stars à filmer.

- Le genre d'occurrences que ne ratent pas les vieux briscard et les briscardes...aussi ne fus-je guère étonné, moi qui sors si peu, d'y retrouver ma vieille potesse, Fatou Biramah la Négresse, qui tient colonne dans Stylist et enchante, en duo avec Aïssa Thiam, les matins d'Africa N°1...

- La dernière fois qu'on s'est croisé, je lui ai présenté Patrick Besson. Y'a trois ans. Cette fois, désireux de lui prouver combien Babette était fortiche et entregentée aussi intelligemment que conséquemment, je lui désigne l'ancien prix Goncourt et toujours auteur de best-sellers, Yann Quéffelec. Les bons romanciers ne se trompent pas de cocktails à honorer et d'amie chère à qui témoigner de leur fidélité.

- Profitant des speeches - peu nombreux et jamais trop longs, c'est assez rare pour être relevé -, je me suis rincé les yeux... Adieu actualité. Des assiettes bonnes rien qu'à les regarder. Des tablées longues et bien dressées. Un personnel chic et agréablement luné.

- Dommage que les raouts et pince-fesses antillais, dom-tomiens, pour être complet, soient pas mieux relayés dans les médias. Un reportage dans un tel décor, avec une ambiance aussi douce que cossue, du violon live tout du long, ces murs, ces fenêtres et ces dorures, avec des bataillons de nanas aussi bonnes à regarder que les tablées susnommées, et tout ce qu'il y avait à lamper et succuler, au JT de France télé à 20H, ça déclenche au minimum... une flopée de sujets dans les autres JT ! C'est cousu. Tous les journaleux voudront en croquer de l'antillaise gastronomie.

- Dans l'assemblée, je repère Elisabeth Tchoungui, longue et en cuir. La comédienne Grace de Capitani, avec son compagnon, le chef Jean-Pierre Jacquin, sa consoeur Ghislaine Arabian, la chanteuse Sandy Valentino et son confrère Grégory Bakian. Puis j'aperçois le petit Bournazel, conseiller municipal Les Républicains. Je reconnais ses joues, rouges comme la robe de Nathalie Fanfant, elle aussi élue des Républicains. On s'est frité une fois, lui et moi, sur Beur FM. Avec Nathalie Fanfan aussi, remarque, on s'est frité. Le soir de la défaite de Sarkozy en 2012, sur Télésud... Va savoir pourquoi, aujourd'hui, c'est plus avec elle qu'avec lui que j'ai envie de parler.

- Je rêve de l'entendre m'avouer le plaisir pervers qu'elle doit éprouver à se faire inviter par la municipalité de gauche à célébrer le Salon de Babette de Rozières...qui vient de contribuer à faire élire Valérie Pécresse. Mais non, échec. Ambiance jour de concorde à l'Hôtel de ville et bravo à Madame Hidalgo.

- C'est quand même pas le moindre des tours de force, coups de maîtresse ou exploits, choisissez le terme qui conviendra, réalisés par Babette de Rozières : ouvrir des restaurants (11), écrire encore plus de livres (14), animer des émissions de télévision (8), recevoir des distinctions (10), monter un Salon culinaire, avoir été la scripte de Marithie & Gilbert Carpentier - la classe -, voler dans les plumes de la pas forcément si sympa que ça Mimie Mathy - la classe, again -, faire en même temps gagner la droite à la région et la fierté de la gauche à la Mairie de Paris... cette femme a un secret, non ?

- Je vais y réfléchir dehors en fumant une clope. Pile au moment où Anne Hidalgo arrive. Je la regarde de loin sortir d'une voiture et entrer dans un bâtiment. Elle fait moins cotonneuse, bien plus vive, rapide et sèche en vrai, même de loin, qu'à la télé. Ai-je vraiment entendu ses talons résonner comme si elle trottinait vivement ?

- Une autre qui est forte, c'est la Fanfant. Cette maestria. Elle sait très bien qu'au désormais rituel photocall, les people et les partenaires (Renault, Corsair, France Télévisions) sont plus prisés que les politiques. Hors de question pour autant de se faire attachéedepresser comme une groupie qui a devant elle toute sa vie : elle aussi, elle est busy. Profitant d'un temps mort dans le défilé des photographié(e)s avec la vedette, elle se glisse près de Babette et dégaine son appareil à selfie. Aucun des photographes présents ne rate ça. Clic-clac. Un s'approche et demande aux deux belles de bien vouloir poser ensemble ensuite, lorsqu'elles auront fini. Nathalie range de bon coeur son smartphone et se prête diligemment à l'exercice qu'elle a si subtilement orchestré. Bilan : un selfie d'elle avec Babette, des photos d'elles en train de faire le selfie, leur portrait ensemble par les photographes présents... et maintenant mon récit... Rien à dire : je suis fan de Nathalie Fanfant.

- Avec Fatou, assez vite, on s'est posé la même question : puisque aussi bien derrière un grand homme il y a toujours, dit-on, une dame... qui, parmi les convives, est l'homme admirable qui se cache derrière la grande Babette de Rozières ?

- Un qu'on identifierait grâce à sa stature, son attitude discrètement attentive et la confiance qui se dégagerait de lui. Faut le permis pour conduire une femme de ce gabarit ! Bizarre, non, Fatou la fûtée et moi on penche vers le même imposant monsieur en costard sur mesure, pas très loin de l'entrée et donc aussi de la sortie. KGB intercesse en douceur. L'homme est charmant, subtil et spirituel. En deux phrases, il vous installe, sans vous forcer, à son niveau d'expression. Il est magistrat et on le surnomme "le Président", ce qui va très bien au teint et à l'allure de ce personnage simenonien. Mille dollars qu'il n'a jamais été en retard de sa vie. Fatou minaude juste assez pour pouvoir, quelques instants plus tard, incidemment passer par lui pour entrer en contact avec Quéffelec.

- Je suis pas jaloux, je m'en fous. Le Président m'a confié le secret de la réussite de sa femme : au moment des élections, Babette de Rozières ne se trompe jamais dans ses pronostics politiques.

TEXTE : G.P.

PS : vidéo à venir.

22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 18:45
Soro le PAN et Soumaila Bakayoko, chef d'état-major ivoirien
Soro le PAN et Soumaila Bakayoko, chef d'état-major ivoirien

Ajoutée le 22 janv. 2016

RFI a pu entendre une écoute téléphonique entre le général et un homme présenté comme étant le général Bakayoko. Il conseille à Diendéré de provoquer un clash pour renverser le rapport de force afin d’être en mesure de sortir de l’impasse dans laquelle il se trouve alors.
« Parce que si tu ne fais pas ça et que tu restes coincé comme ça… Tôt ou tard, l’issue va se resserrer, se resserrer, se resserrer et tu n’auras plus aucune marge de manœuvre. Et là, d’abord, ils vont tout mettre sur toi. Ça il faut le savoir. Politiquement ils vont te dire "tu es le plus gradé, tu es un général". Ils vont estimer que c’est toi qui as mis les gens dans cette situation-là. Et si tu ne fais pas attention, tes propres petits vont se retourner contre toi. Et après c’est vous et vos familles qui vont payer. »

Il poursuit. « Donc s’il y a des garçons là-bas, vraiment c’est des choses qui… parce que dans ce cas, je dis, il n’y a pas deux solutions. Tu comprends ? Si tu laisses faire calmement pour te dire, "bon, Dieu le veut", une fois que tu arrives chez eux là-bas, c’est pour finir avec toi, ça c’est clair ! Je suis au regret de le dire… Si ce n’est pas eux, ce sont tes propres petits qui vont se dire, "bon ben vraiment pourquoi ils t’ont suivi jusqu’à présent". Conclusion, tu es condamné à mener l’action. Donc monte un truc bien. Quoi que ce soit, je ne sais pas. Mais dès que les gens disent "non c’est très simple, c’est parce que ce garçon peut plus déposer (les armes NDLR). C’est que les garçons n’ont qu’à venir nous prendre ici et puis on n’en parle plus". Nous on dit, "tout ça, on ne peut concevoir ça", et là, le grand chef là, Mogho Naba, va appeler les gens, ainsi de suite… »

22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 09:00
#AffaireMahé / C'est avec beaucoup de peine que nous vous annonçons le décès de Jacques Dahou... (#Licorne #DevoirdHistoire)

Depuis le compte facebook de notre camarade...

Après plusieurs années de lutte acharnée pour obtenir la stabilité sociale qui devait lui permettre d’être opéré, le statut de réfugié politique lui a été péniblement accordé fin 2014, mais toutes ses demandes de transfert sur PARIS et de prise en charge thérapeutique adaptées ont été rejetées.
Sachez également que compte tenu de la situation sociale de Jacques et Basile, de leur précarité soigneusement entretenue par les autorités françaises, l’Hôpital a annoncé que Jacques serait enterré dans une fosse commune à partir du lundi 25 janvier. Basile son neveu fait lui-même l’objet d’une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) qui deviendra exécutoire à compter du 29 janvier 2016 même si un recours a été déposé contre cette dernière.
Ce matin, Basile GNINION nous annonçait la disparition de son oncle en ces termes : « Mes camarades résistants et résistantes, la représentation FPI France et toute la diaspora ivoirienne et africaine, tous les Wê, j'ai le regret de vous annoncer le décès de mon oncle jacques Koulaï DAHOU à l'hôpital de Pontoise aujourd'hui jeudi 21 janvier 2016. Après avoir parcouru tous les hôpitaux en vain sans soins, leur stratégie a fini par payer. Voilà la triste nouvelle que voulais vous annoncer.»
Ceux qui le souhaitent peuvent se recueillir sur sa dépouille à la chambre mortuaire du centre René DUBOS de PONTOISE de 8h30 à 18h30. A noter que les 4 premiers jours en chambre mortuaire sont gratuits, mais qu’à partir de lundi il faudrait acquitter 100€ par jour supplémentaire.
Les personnes souhaitant se rapprocher de la famille de Jacques et lui apporter toute forme de soutien peuvent appeler Basile au numéro suivant : 06 25 64 69 72.
Nos condoléances les plus attristées à sa famille biologique d'abord, à ses amis mais aussi à ses compagnons de lutte ainsi qu'à toutes celles et ceux qui lui étaient attachés.

21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 07:00
#Tchad / Acheikh ibn OUMAR : Exil, condamnations et collectif d'opposants (#Panafricanisme)

Acheikh ibn OUMAR , Ex-Ministre des Affaires Étrangères et ancien Haut représentant du Tchad aux Nations-Unies est l'invité de l'Entretien du Jour.

Diffusé sur Télésud le 20/01/2016

Published by Gri-Gri International - dans Tchad RCA Politique
commenter cet article
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 01:00
#Centrafrique / Bureau par bureau, les preuves d'un scandale électoral ! (#AntibalakaMonAmour)





Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC)
REQUETE DEVANT LA COUR CONSTITUTIONNELLE
EXPOSE
DETAILLE DE LA REQUETE

I/ L’EMPRISE TRES NEFASTE DES ANTIBALAKA SUR LA CAMPAGNE ELECTORALE DE MARTIN ZIGUELE ET DU MLPC AUX LEGISLATIVES
Le droit de vote constitutionnellement garanti aux citoyens centrafricains implique la liberté des électeurs dans leur choix. A rebours de cela, et à l’occasion du double scrutin du 30 décembre 2015, beaucoup de citoyens ont été intimidés, menacés, violentés, frappés, et ont été empêchés de battre campagne pour tel ou tel candidat, ont été interdits d’aller voter, ont été contraints de voter pour tel ou tel candidat, ou de ne pas voter pour tel ou tel candidat ; d’autres citoyens ont été tellement menacés et intimidés qu’ils ont dû abandonner leurs villages ou quartiers, et par conséquent ont été empêchés de voter tranquillement dans les bureaux de vote où ils étaient inscrits, et n’ont pas pu non plus voter dans d’autres bureaux de vote faute d’inscription préalable ou faute de disposer de certificat de radiation.
Dans plusieurs circonscriptions électorales, Martin Ziguélé, candidat MLPC à la présidentielle, plusieurs candidats MLPC aux législatives, et les représentants MLPC dans les bureaux de vote ont été particulièrement visés par divers actes très nuisibles commis par des éléments et chefs Antibalaka.
En général, les agissements des éléments et chefs Antibalaka ont consisté en des intimidations et menaces, d’abord pendant la campagne électorale, et enfin le jour du vote.

A. Circonscription de Bossembélé :
Pendant la campagne électorale (12 décembre-27 décembre 2015, Jean NGOKET, candidat N°8 et candidat du MLPC ainsi que les membres de son équipe ont plusieurs fois été pris à partie, retenus, insultés, traités de « complices de la Séléka ». Le candidat Martin Ziguélé et son parti le MLPC ont été ouvertement accusés d’avoir fait venir la Séléka qui a commis de nombreuses exactions dans le pays.
Le jour du double scrutin (30 décembre 2015), des éléments et chefs Antibalaka, postés dans les bureaux de vote ou à leurs abords, ont intimidé et menacé des électeurs de la circonscription de Bossembélé, et les ont contraints à voter pour le candidat Faustin Archange Touadéra et son candidat aux législatives, Jean-Paul TEZAWA, candidat N°4. Dans un bureau de vote à Ndjoh, le candidat Moïse Kouloungou s’est pointé avec des éléments Antibalaka pour intimider et menacer les électeurs pour les contraindre à ne pas voter pour Martin Ziguélé et Jean Ngoket, candidats MLPC à la présidentielle pour le premier, et aux législatives pour le second.
Dans le bureau de vote N° 1 à Bossembélé (Ecole sous-préfectorale), des représentants du MLPC ont tout simplement été empêchés par des Antibalaka d’entrer dans le bureau de vote. Ainsi, ils n’ont pas pu assister au déroulement du scrutin et même au dépouillement des résultats à la fin du vote. Par conséquent, l’établissement et la signature des procès verbaux ont été accomplis sans les représentants du MLPC, ce qui, par exemple, ouvre la porte au bourrage des urnes en faveur d’un ou de plusieurs candidats rivaux du MLPC, à la signature des procès verbaux en lieu et place des représentants dûment mandatés du MLPC.
Jean NGOKET
Tél. : 75 02 35 20 / 72 19 29 70

B. Préfecture de la Nana-Gribizi (Kaga-Bandoro I, Kaga-Bandoro II, KagaBandoro III, Mbrés)
Dans les quatre circonscriptions électorales de la préfecture de la Nana-Grébizi et de façon systématique, les éléments et chefs Antibalaka ont mené une campagne de diabolisation de Martin Ziguélé et des candidats MLPC aux législatives, les accusant à tout va d’avoir créé, soutenu, et accompagné l’ex- coalition rebelle Séléka qui a pris le pouvoir par la force le 24 mars 2013 et qui s’est par la suite rendue coupable d’exactions multiples à l’endroit des populations centrafricaines. Martin Ziguélé a été présenté aux populations par les Antibalaka comme le candidat de la Séléka.
Quant à Anne-Marie Ngouyombo, candidate MLPC aux législatives à Kaga-Bandoro II, les Antibalaka l’ont qualifiée de candidate des Séléka, financée par la Séléka, et dotée en véhicule par la Séléka. Elle a même été accusée d’avoir distribué des corans à la population.
Les représentants MLPC dans les bureaux de vote ont été malmenés par les Antibalaka. Certains d’entre eux ont été chassés des bureaux de vote et n’ont pas pu signer les procès verbaux.
A Kaga-Bandoro I, les représentants MLPC ont été chassés des bureaux de vote par des Antibalaka. Dans la file des électeurs, des enfants ont été instrumentalisés par les Antibalaka pour indiquer aux électeurs le nom et l’effigie du candidat Faustin Archange Touadéra. Le candidat Michel Seté a été insulté et menacé durant la campagne par les Antibalaka. Le candidat Martin Ziguélé a été accusé d’avoir fait venir la Séléka.
A Kaga-Bandoro II, le candidat N° 10, Jacques Bambari est un chef Antibalaka. Dans cette circonscription, le candidat du RDC et sa suppléante ont été empêchés par des éléments Antibalaka de voter.
A Kaga-Bandoro III, un candidat indépendant est chef Antibalaka : Dieudonné MOHOENA. Ce dernier, son suppléant Olivier NGAISSET et son Directeur de campagne Pierre Finourou ont usé d’intimidations et de menaces à l’endroit des électeurs pendant la campagne, et le jour du vote. Les représentants du MLPC ont été insultés, traités de Séléka, et chassés des bureaux de vote. Le dépouillement des bulletins s’est effectué sans les représentants du MLPC, tard le soir (0h26).
Dans les circonscriptions précitées, les Antibalaka ont influencé l’établissement des procès verbaux soit en faveur du candidat Faustin Archange Touadéra, soit en faveur du candidat Anicet Georges Dologuélé.

C. Quatrième arrondissement de Bangui
Les Antibalaka ont sillonné la circonscription pour arracher et décrocher les effigies du candidat MLPC aux législatives, candidat N° 7 Marcellin Pansé Malo, et du candidat MLPC à la présidentielle Martin Ziguélé. Ils ont proféré des menaces à l’endroit de l’équipe de campagne du MLPC.

D. Bimbo II
Les membres de l’ANE locale et des électeurs ont été intimidés et menacés par des hommes en arme pour favoriser le candidat Jean-Serge Bokassa.
D. Bozoum II
En date du 23 Décembre 2015 lors du meeting du Président Candidat du MLPC à Bozoum Le candidat Ambroise ZAWA de MDD a commandité des Antibalaka pour empêcher l’aéronef du président d’atterrir à l’aérodrome de Bozoum. Il a intimé l’ordre aux éléments Antibalaka pour empêcher la population d’élire pour les candidatures du Parti MLPC. Notre candidat BELEGOE André a subi des tirs à balle réelle lors de sa campagne par ces mêmes éléments Antibalaka. Les éléments ont été recrutés Antibalaka par Ambroise ZAWA dans le but d’intimider les électeurs le jour du scrutin. Ils sont des représentants du candidat dans tous les bureaux de vote.
E. Batangafo I
Mme Rachel MBAIKANDJI candidate N °7 de l’URCA a distribué des matelas aux Antibalaka et leur a confié la mission d’intimider la population en leur interdisant de voter pour les candidats du MLPC.
Le véhicule du candidat du MLPC aux législatives, Armand Sama, a été attaqué par les éléments Antibalaka. Les téléphones et l’argent ont tété emportés entre les mains du chauffeur et des passagers abords du véhicule.
F. Sibut
Les Antibalaka ont violenté les membres de l’équipe de campagne du MLPC. Martin Ziguélé et Jean-Jacques Sanzé ont été indexés comme étant de connivence avec l’ex-coalition rebelle Séléka qui a semé la mort et la désolation dans le pays après le 24 mars 2013.
Les camarades arrêtés ont été humiliés et traités de fraudeur. Le camarade chargé d’apporter de nourriture a subi des menaces de mort et une arme a été braquée aux tempes par un gendarme qui était de la garde. Le gendarme a prétexté que c’est Monsieur ZIGUELE Martin qui a tué son père en amenant les milices Séléka. Le lendemain des élections le candidat aux législatives a été menacé de mort. Il lui ai fait interdiction de quitter la zone de Sibut.
Jean-Jacques Sanzé, candidat MLPC aux législatives. Rodrigue Lébéna tél : 75 16 76 70.
Farid Ngoamini tél : 75 12 04 53.
G. Bossangoa 1, Bossangoa 2, Bossangoa 3, Bossangoa 4, Bouca I et Bouca II
Durant toute la campagne, les électeurs ont vécu sous des pressions terribles des Antibalaka. Il s’agit des éléments du commandant de zone prénommé Charlie, qui gouverne littéralement tout Bossangoa. Ce Charlie est vénéré et craint dans tout Bossangoa.
A Bossangoa I, Viviane Mboy, candidate MLPC aux législatives, a été adressée par des Antibalaka le 23 décembre 2015 et lui ont soutiré les fonds qui devaient servir pour sa campagne (1000000 F CFA). Son suppléant a été visité la nuit, et l’argent reçu de Martin Ziguélé a été emporté. Ils ont obligé la candidate Viviane Mboy à quitter la ville de Bossangoa sous peine d’être tuée. La candidate MLPC s’exécuta, et a donc été absente dans sa circonscription le jour du vote.
A Bossangoa 4, et avant même la campagne, le candidat MLPC aux législatives, Edgard Namféi Oueingo Koisset, a été attaqué par des Antibalaka et blessé par balle au pk 26 sur l’axe Boali, alors qu’il se rendait avec son équipe dans sa circonscription pour battre campagne. Pendant la campagne, les membres de l’équipe de campagne MLPC ont été bloqués à 12 km de Ben-zambé, violentés, menacés de mort par les Antibalaka. Les vrais mandats MLPC ont été refusés par les présidents des bureaux de vote. Et des faux mandats MLPC ont été délivrés et remis à des personnes non désignées par le MLPC pour le représenter.
Les Antibalaka ont dit ouvertement qu’ils projettent d’assassiner les candidats MLPC aux législatives. C’est alors dans la précipitation que les candidats MLPC de BOUCA 1 (Alfred Ndokomandji) et Bouca 2 (Daniel Seremandji). Le Sous-préfet a été délogé par les Antibalaka, sa moto a été emportée. Avant et pendant le déroulement du scrutin, il y a eu des intimidations et menaces à l’endroit des électeurs pour les contraindre à voter pour le candidat Faustin Archange Touadéra.
Les électeurs ont vécu sous des pressions terribles des Antibalaka engagés eux aussi dans la course aux législatives. Il s’agit des éléments d’un chef Antibalaka dénommé « colonel » José, l’adjoint de sieur Andilo qui contrôle littéralement tout Bouca. Ce Colonel est vénéré et craint dans tout Bouca. Il est le suppléant du candidat indépendant WEDANE Arnaud, faux monnayeur connu à Bangui. Les miliciens ont pris d’assaut les bureaux de vote le jour des opérations. Les électeurs ont été contraints de faire la volonté d’Arnaud et José sous peine de représailles. D’ailleurs, les Antibalaka accompagnaient eux-mêmes les électeurs jusqu’à l’isoloir. Les Antibalaka ont violenté Alfred Ndokomandji, candidat MLPC aux législatives à Bouca I et ont emporté des instruments de sonorisation appartenant a la chorale les séraphins de Gbafio. Ces instruments devaient pourtant servir pour l’animation d’une veillée, ensuite pour un grand meeting à la SOCADA, et enfin pour un carnaval. Le candidat MLPC a été braqué et tout ce matériel de sonorisation a été emporté par les Antibalaka. 1. Console 8 sorties ; 2. Amplificateur de puissance 2000watts ; 3. Baffle basse 1500 watts 4. Baffle façade 1000 watts 5. Régulation de puissance 5000 watts 6. Fiche de connexion microphone (8) 7. Microphone (2) 8. Lance voix (2) 9. Rallonge 9métres (3) 10. Groupe électrogène marque Max King (1)
Matériels appartenant à moi-même
1. Moto neuve (1) ; 2. Crique (1) 3. Trousseau de clé mécanique (1) ; 4. 3 rétroviseurs dont 2 latérales et un principal; 5. Rame de papier (4) ; 6. Lunette solaire ; 7. Clé USB de 8 Giga (2) ; 8. Ordinateur portable HP Professionnel (1) ; 9. Lecteur DIVIX (1) ; 10. Rallonge électrique
Dans les bureaux de vote et de façon systématique à Bogangolo, ce sont les membres de l’ANE qui demandent à chaque électeur pour qui il veut voter ? C’est l’influence du vote, et la violation du secret de vote.
A Bouca I et Bouca II, plusieurs tirs d’armes le jour du vote. On a noté une présence des Antibalaka, ce qui a intimidé les électeurs. En effet, les candidats Dologuélé et Faustin Archange Touadéra, ainsi que leurs candidats aux législatives sont soutenus par les Antibalaka.
A Batangafo I, dans les bureaux de vote, quand l’électeur arrive, on demande à l’électeur de voter le candidat N°1 pour la présidentielle, et la candidate N° 7 Rachel Ninga-Wong (URCA).
A Batangafo II, dans la commune de Bédé, les Antibalaka ont influencé les électeurs pour ne pas voter Ziguélé.
Contacts : Président Fédéral DOUMSOU Gustave tel : 72 20 62 46/75 81 67 58. Le rapporteur de la DRC REGION III tél : 72 02 91 86/75 04 12 41 Les candidats aux législatives : NDOKOMANDJI Alfred Tél : 72 34 53 88 SEREMANDJI Daniel tél : 72613445

H. Nola II
A Nola III, Serge Djaye le représentant du MLPC dans le bureau de vote 1796 à Nola III s’est vu empêcher de vérifier si les urnes disposées dans le bureau étaient vides au départ. Le candidat de l’URCA, Eric Pogola est entré dans le bureau de vote, armé d’un pistolet. Il a ensuite menacé de mort le représentant du MLPC avant même l’ouverture du bureau de vote. Eric Pogola est reparti ramener trois (3) FACA basés à Bilolo. Deux des trois FACA ont violenté le représentant MLPC, avant de le chasser manu militari du bureau de vote. Il n’a pas assisté au déroulement du vote. Pendant le vote, des électeurs ont été forcés de voter pour le candidat Dologuélé et le candidat aux législatives de l’URCA. Après le dépouillement, le représentant du MLPC a été recherché, ramené et forcé de signer le procès verbal.
A Nola I et Nola II, les représentants des ANE locales se sont illustrés par le détournement des voix au profit des candidats Dologuélé et Touadéra. Les représentants MLPC du MLPC étaient tenus à l’écart et intimidés et ne pouvaient pas voir de près ce qui se passait lors du dépouillement des résultats.

I. Damara et Sibut
Le candidat MLPC aux législatives, Jean Olona, a été braqué à 21h 04 mn à Banina, à 10 Km de Damara sur l’axe Bongangolo, alors qu’il rentrait d’une mission de remise des mandats aux représentants MLPC dans les bureaux de vote. L’équipe de campagne a été retenue et menacée par les éléments Antibalaka. Ces éléments Antibalaka ont été engagés par le sieur Etienne Sélékon pour le compte du candidat à la présidentielle Faustin Archange Touadéra.
Les chefs de villages et de quartiers ont influencé le vote au profit du candidat Présidentiel Touadéra Archange. Les élections se sont déroulées dans un climat d’intimidation de la population en vue d’élire pour les candidats Touadéra.
A Sibut, Zao, chef Antibalaka a intimidé les électeurs pour les contraindre à ne pas voter Ziguélé. Plusieurs colis contenant des fausses cartes d’électeurs et des bulletins de vote ont été saisis par la gendarmerie de Sibut. Les témoignages recueillis font état de ce que ce matériel électoral devait profiter au candidat Faustin Archange Touadéra.

J. Obo
Dans la sous-préfecture d’Obo, des intimidations et menaces ont été proférées à l’endroit des électeurs pour qu’ils votent pour le candidat à la présidentielle Charles Armel Doubane.

K. Markounda
Dans le bureau de vote de Bolgué à Markounda, un chef Antibalaka du prénom de Patrick a sévi, arme à la main, en intimidant et menaçant les électeurs de voter le candidat Anicet Georges Dologuélé et la candidate indépendante Béatrice Epaye. Une fois que les électeurs présentaient leurs cartes pour voter, c’est ce chef Antibalaka qui votait systématiquement à leur place. Cyrille Ndombaye, le représentant du candidat MLPC aux législatives à Markounda, a refusé de signer les procès verbaux du vote, mais il y a été contraint arme sous la tempe par le chef Antibalaka qui était présent dans le bureau de vote. Evra Ndoumkere, candidat MLPC aux législatives à Markounda tél. : 72 70 76 13. Cyrille Ndombaye : 75 78 18 88

L. Mbaïki II, Mbaïki III
A Mbaïki II, Ngandi Perrandin, candidat MLPC aux législatives a été inscrit sur la liste des candidats avec le numéro 16, mais le jour du scrutin, mais sur le bulletin de vote, c’est le numéro 15 qui lui a été affecté, ce qui a fortement troublé les électeurs, notamment ceux qui avaient l’intention de voter pour le candidat MLPC.
Appuyés par des éléments Antibalaka, les différents candidats aux législatives Silas Founga, Valentin Kobadoudou, Jean-Firmin Matecretian ont convoqué les Maires pour leur demander de dire aux électeurs de ne pas voter pour Martin Ziguélé et ses députés, « car ce sont les personnes qui ont amené la Séléka en Centrafrique, qui ont tué et massacré les gens ».
A Berengo, le Maire de la ville de Pissa, deux jours avant le vote, a convoqué les 60 chefs de village pour leur demander de voter pour le candidat indépendant Faustin Archange Touadéra.
A Boda, les membres des ANE locales ont malmené les représentants MLPC dans les bureaux de vote. Beaucoup n’ont pas signé les procès verbaux.

M. Paoua V
Le jour du scrutin, le chef Antibalaka, ex-APRD s’est présenté devant les bureaux de vote de Bowé 1 et Bondja 3 pour intimer l’ordre aux électeurs de voter en faveur du candidat à la présidentielle Anicet Georges Dologuélé.

N. Bouar, Baoro, Abba et Baboua
Dans plusieurs bureaux de vote à Bouar, Baoro, Abba et Baboua, des électeurs ont été intimidés et menacés si jamais ils votaient pour le candidat Martin Ziguélé et les candidats MLPC aux législatives. Selon les témoignages recueillis, les auteurs étaient commandités par les candidats Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra. Des individus se revendiquant de ces deux derniers ont agressé des militants MLPC, ont déchiré des tee-shirts à l’effigie du candidat Martin Ziguélé.
Des procès verbaux ont été tripatouillés en faveur des concurrents de Martin Ziguélé à Bouar III, Abba et Baboua I.
Des bulletins de vote en faveur de Martin Ziguélé ont tout simplement été artbitrairement déclarés nuls dans certains bureaux de vote lors des décomptes des voix.
Dans les huit circonscriptions électorales de la Nana-Mambéré, les Feuilles des Résultats n’ont pas été signées par les représentants du MLPC.
Témoignage de William Tolbert (75 72 35 09 / 72 37 35 77).

O. Berbérati I, Berbérati II, Berbérati III, et Berbérati IV
Les Antibalaka ont été instrumentalisés au profit des candidats Dologuélé et Touadéra. Les membres des bureaux de vote sont pour la plupart des militants KNK. Ils menaçaient des électeurs et leur indiquaient les noms des candidats Dologuélé et Touadéra.

II/ LA CIRCULATION DES FAUSSES CARTES D’ELECTEUR DANS PLUSIEURS CIRCONSCRIPTIONS
Le droit de vote garanti aux citoyens centrafricains doit se caractériser par le principe constitutionnel de la sincérité du vote. La sincérité du vote, c’est la réalité du choix définitif des électeurs, de la volonté des électeurs exprimée à travers chaque bulletin déposé dans l’urne. Durant le double scrutin du 30 décembre 2015, des manœuvres ont consisté à bourrer les urnes avant et pendant le vote, à changer les urnes après le vote, à voter avec des fausses cartes d’électeurs, à échanger des enveloppes contenant plusieurs dizaines voire centaines de bulletins de vote.
Ainsi que l’attestent les procès verbaux établis par les huissiers et joints à la présente requête, un très grand nombre de cartes d’électeurs a circulé avant et pendant le double scrutin du 30 décembre 2015.
Les chefs de village, et chefs de quartier ont joué un grand rôle dans la distribution des fausses cartes d’électeurs.
Cela a été observé dans le quatrième arrondissement (plus de 300 cartes) et le huitième arrondissement de Bangui, et dans les circonscriptions de Bimbo (120 cartes). Dans le 6ème arrondissement de Bangui, à Carnot, à Bambari les cartes d’électeurs ont beaucoup circulé avant le vote, avec la connivence de l’ANE.

III/ L’ACHAT DE CONSCIENCE DES ELECTEURS
L’un des principes constitutionnels du droit de vote, c’est la liberté absolue et effective des électeurs dans leur choix : avant le vote, le jour du vote et pendant le vote dans l’isoloir.
Or, dans plusieurs circonscriptions électorales, les candidats Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra auraient remis des enveloppes aux préfets, sous-préfets, maires, chefs de quartier, et aux chefs de village. Ensuite, ce sont ces derniers, qui à leur tour, s’en sont servis pour approcher et corrompre leur entourage politique, familial et ethnique, afin d’accorder leurs suffrages à ces deux candidats. Ce fut le cas dans Bocaranga, Nana-Gribizi, le 4ème, 8ème arrondissements de Bangui et à Bimbo.
A Mbaiki III par exemple, Silas Founga, proche d’Abdou Karim Meckassoua, s’est illustré dans l’achat de conscience des électeurs en distribuant à ceux-ci des billets de 1000 F CFA.
Le 28 décembre à 15h00, le Maire de la ville de Pissa (Lobaye) a convoqué en réunion les 60 chefs de village pour leur remettre des enveloppes tout en leur donnant une consigne de vote en faveur du candidat Faustin Archange Touadéra.
Enfin, de source bien informée, le candidat Faustin Archange Touadéra aurait fait parvenir une enveloppe de 5.000 000 de F CFA à l’Abbé Jonas, Président de l’ANE de Bambari pour lui demander d’arranger les procès verbaux des bureaux de vote en sa faveur (source sieur HABIB tél. 75 03 56 08).
Selon plusieurs témoignages, le 30 décembre, jour du double scrutin, et dans plusieurs bureaux de vote de Berbérati I, II, III, Bouar I, II, III, Bossangoa I, II, III, IV, Damara, Sibut, Bouca I et II, Bambari, Batangafo I et II, Nana-Bakassa, Ngaoundaye III, Bozoum I et II, des enveloppes auraient été apprêtées et distribuées à des électeurs par des gens engagés par les candidats Dologuélé et Touadéra.
Nous demandons à la Cour de bien vouloir tenir compte de ce comportement des candidats en cause, comportement qui a fort probablement influencé le vote des citoyens, corrompu certains membres de l’ANE et de ses démembrements, et joué en défaveur des candidats n’ayant pas versé dans l’achat de conscience.

IV/ LE FORT TAUX DE VOTE PAR DEROGATION
Le 30 décembre 2015, jour du vote, beaucoup de gens ont pu voter grâce à des dérogations qui leur ont été accordées dans les bureaux de vote. Le 4ème, 5ème, 8ème, 6ème, 7ème de Bangui, et Bimbo ont été les circonscriptions les plus touchées.
A Bimbo V, plus précisément à Sandimba, il y a eu des fraudes massives en faveur des candidats Jean-Serge Bokassa et Désiré Kolingba avec les électeurs étrangers en provenance de la République Démocratique du Congo.
Nous demandons à la Cour de constater ce nombre élevé de votants par dérogation, en se référant aux procès verbaux des bureaux de vote ou feuilles de résultats. En effet, le vote par dérogation contribue à la fraude massive.


V/ LA VIOLATION DE L’ARTICLE 124 NOUVEAU DU CODE ELECTORAL QUI EXIGE LA PUBLICATION DES RESULTATS CIRCONSCRIPTION PAR CIRCONSCRIPTION, BUREAU DE VOTE PAR BUREAU DE VOTE
La méthodologie adoptée dans la publication des résultats des élections générales du 30 décembre 2015 est totalement illégale parce qu’elle viole l’article 124 du Code Electoral du 15 août 2015 : « L’ANE procède au recensement général des votes en présence des représentants des candidats dûment mandatés et des observateurs. Elle les rend publics, au fur et à mesure, circonscription par circonscription et bureau de vote par bureau de vote, dans les six (6) jours suivant la date du scrutin ».
Après la fin du double scrutin du 30 décembre, et au lieu de procéder circonscription par circonscription et bureau de vote par bureau de vote comme l’exige l’article 124 précité du Code Electoral, l’ANE a décidé de son propre chef de publier les résultats partiels et provisoires en procédant « préfecture par préfecture et pourcentage des suffrages exprimés par pourcentage des suffrages exprimés ». Tout le monde se perd dans les chiffres annoncés par l’ANE. Dans ses publications quotidiennes des résultats partiels et provisoires, l’ANE prenait par exemple 6 préfectures, et choisissait arbitrairement un pourcentage quelconque de résultats par préfecture, et annonçait de façon globale les résultats de chacun des candidats. Cette publication souffre de clarté, de lisibilité, de transparence, et n’a pas manqué de soulever des inquiétudes légitimes chez les citoyens centrafricains, les électeurs et les candidats.
Nous demandons à la Cour de constater cette violation de la loi électorale et d’en tirer toutes les conséquences qui s’imposent, notamment le redressement des résultats provisoires publiés par l’ANE.
Comme l’a souligné l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition (AFDT), de l’examen des données chiffrées fournies par l’ANE elle- même, il ressort que :
le taux de participation publié par l’ANE est de 79% le 07.01.2016. Ce taux est erroné. Au regard des données de l'ANE du 07.01.2016, avec un total d'électeurs inscrits (1. 954. 433) et le nombre des votants (1. 281. 053), le taux de participation réel est finalement de 65,546%, au lieu de 79%.
Les statistiques sur les votes blancs et nuls n’étaient pas communiquées jusqu’au 6.1.2016, alors que 402. 127 bulletins non traités le 06.01.2016 représentant la différence entre les Electeurs Inscrits PV consolidés et les suffrages valablement exprimés soit (1. 509. 565 – 1. 107. 438 = 402.127) devrait être traitée le 07.01.2016. Ce chiffre correspond à la somme du total des suffrages des 30 candidats valablement exprimés plus le nombre de votes blancs et nuls. Au regard des statistiques du 07.01. 2016 de l’ANE, le total des suffrages des 30 candidats valablement exprimés est de 73. 677, le nombre des votes blancs est de 42. 790 et celui des votes nuls 57. 748. Or, le total de ces trois rubriques selon l’ANE ne fait que 173. 615, nombre très inférieur à 402. 127.
La différence entre 402.127 et 173. 615 est de 228. 512, et représente des voix volatilisées.
Cette différence correspond curieusement à 15% des Electeurs Inscrits PV déjà consolidés le 06.01.2016, soit 228. 512 :1. 509. 565 x 100=15%, un taux élevé de nature à remettre en cause la sincérité du scrutin.
Une chute brutale et non justifiée du nombre des Electeurs Inscrits PV consolidés de 1. 509. 565 le 6.1.2016 à 1. 281. 053 le 07.1.2016 soit une différence de 228.512 représentant les voix volatilisées.

On a aussi noté au niveau de l’ANE :
Les ouvertures tardives des bureaux de vote ; L’insuffisance des bulletins de vote dans plusieurs bureaux de vote ; L’absence de garantie de transparence dans le ramassage et l’acheminement des résultats électoraux au Centre de Traitement des Données(CTD) de l’ANE privant les candidats de la sincérité et de la fiabilité des résultats ; La transcription des résultats sur des feuilles vierges par les Agents de l’ANE au niveau du Centre de Traitement des Données sans les signatures des Représentants des candidats ; Le refus catégorique par l’ANE du test de fiabilité exigé par certains représentants des candidats à l’élection présidentielle, alors qu’elle l’a accordé à l’URCA sans la moindre justification de cette discrimination.

VII/ Les candidats Dologuélé et Touadéra favorisés par la présence massive des militants KNK dans les démembrements de l’ANE
Les scores surréalistes réalisés par les candidats Dologuélé et Touadéra sont dus à la présence massive des militants KNK dans les démembrements de l’ANE dans le pays, principalement à Berbérati, Nola, Bossangoa, Damara, Sibut, Bouar, Bambari et la Lobaye. Les démembrements de l’ANE sont composés à 80 % des militants KNK, comme le fait remarquer le journal Médias Plus du 11 janvier 2015. Ce sont les Maires KNK nommés par François Bozizé qui avaient choisi les membres des démembrements locaux de l’ANE. Ils ont choisi en majorité les militants et cadres du KNK, à dessein.
Par exemple, « le Président sous-préfectoral de l’ANE de Damara est le Président sousfédéral KNK et parent direct du candidat Faustin Archange Touadéra, membre fondateur et ancien 2ème Vice-président du parti KNK, et dont il est par ailleurs le candidat de précaution ». C’est ainsi qu’à Damara, « des bureaux de vote fictifs ont été créés et fixés au domicile même des chefs de quartier et de villages, et contrôlés par les Antibalaka et autres militants du KNK ».
Nous demandons à la Cour de considérer que les scores des candidats Dologuélé et Touadéra ont été partiellement favorisés par cette variable. Le KNK est le parti de l’ex-Président Bozizé qui soutient aujourd’hui Faustin Archange Touadéra, candidat de précaution, et le candidat Dologuélé du fait de son accord électoral et politique avec Bozizé et le KNK.

VIII/ PROCES VERBAUX DES BUREAUX DE VOTE, FEUILLES DES RESULTATS NON SIGNES, INCORRECTEMENT REMPLIS, NON SIGNES, NON REMIS AUX REPRESENTANTS DES CANDIDATS, ET MEME DES PROCES VERBAUX FALSIFIES
Nous demandons de constater qu’un très grand nombre de procès verbaux et de feuilles des résultats n’ont pas été établis en bonne et due forme, incorrectement remplis, n’ont pas été signés, n’ont pas été remis à qui de droit, et ont parfois été falsifiés après la fermeture des bureaux de vote, et parfois trafiqués par le personnel électoral.


IX/ LA NON-SAISIE EFFECTIVE DES DONNEES CORRESPONDANT A UN TRES GRAND NOMBRE DE NUMEROS DE CENTRES ET BUREAUX DE VOTE
La volonté souveraine du peuple ne peut être connue à l’occasion d’une élection que si cette élection est évaluée à 100 % des suffrages exprimés. Or, pour la comptabilisation des résultats de l’élection présidentielle du 30 décembre 2015, et grâce à nos investigations, plus d’une centaine de numéros de centres et de bureaux de vote ont simplement été enregistrés dans la base des données (Centre de Traitement des Données de l’ANE). En revanche, il n’y a pas eu de saisie effective des suffrages exprimés ou des résultats du vote dans ces différents centres et bureaux de vote. Il s’agit d’un très grand nombre de voix des citoyens qui n’ont pas été comptabilisées.
Une élection démocratique exige la prise en compte effective de chacun des suffrages exprimés. La responsabilité de l’Autorité Nationale des Elections est donc clairement en cause, et elle doit être sommée par la Cour de s’en expliquer clairement auprès des citoyens centrafricains.
Nous avons raison de penser que cette omission ou abstention fautive a dû jouer en défaveur du candidat Martin Ziguélé, ou que cet agissement incompréhensible de l’ANE explique en grande partie le nombre de voix récoltées par Martin Ziguélé, candidat du MLPC. Si cette seconde crainte venait à être vérifiée, la Cour est priée de bien vouloir considérer que le principe d’égalité des candidats devant l’ANE a été méconnu, violé intuitu personae en ce qui concerne la candidat du MLPC.
Nous demandons à la Cour de bien vouloir :
- ordonner et diligenter un audit du système informatique du Centre de Traitement des Données (CTD) de l’Autorité Nationale des Elections aux fins de vérification ;
- Comptabiliser dans les résultats globaux les données des centres et bureaux de vote ci-après et éventuellement de tous autres centres et bureaux de vote non saisis qui viendraient à être découverts après l’audit du système informatique de l’ANE :
Dans l’Ouham-Pendé :
2354-1 2354-2
2354-3 2354-4 2512-1 2621-2 2622-2 2630-1 2730-1 2370-2 2387-1 2585-1 2587-1 2591-1 2600-1 2604-1 2605-1 2610-1 2710-1 2735-1 2498-2 2632-1 2520-2 2523-1 2524-2 2461-1 2462-1 2465-1 2466-1 2468-1 2470-2 2471-1 2472-1 2474-1 2476-1 2476-2 2476-3 2987-1 2452-1 2455-1 2456-2 2641-1 2403-2 2404-2 2405-1 2422-1 2427-1 2677-2 2686-2 2570-1 2519-1…….
Dans la Ouaka :
3713-1 3470-2 4748-1 3517-1 4751-1 4777-1 4810-1 4811-1 4822-1 3507-1 3598-1 3584-2 3712-1 3713-1 3470-1 3470-2 3509-2 3509-3 3517-1 4748-1 3517-1 4751-1 4777-1 4810-1 4811-1 4822-1 3507-1 3598-1 3584-2 3712-1 3713-1 4770-1 3509-2 3509-3 3517-1
Dans l’Ouham :
4704-1 4708-1 4709-1 4711-1 4714-1 4715-1 4715-2 4715-3
4717-1 4735-1 4735-2 2581-1 2581-2 2586-1 2582-2 4726-1 4736-1 4724-1 4724-2
Dans la Nana-Gribizi, certains bureaux de vote non pris en compte.
Dans la Mambéré-Kadéï, les bureaux d’Amadagaza :
Amada-Gaza Haute -Boumbe 1677 HANGAR DU CHEF DE VILLAGE 1677 - 1 311 Ama da-Gaza Haute -Boumbe 1680 HANGAR DU CHEF MBOUSSOKO 1 1680 - 1 176 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1681 HANGAR DU CHEF BOYAPELE 1681 - 1 120 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1682 HANGAR DU CHEF NGAMBI 1682 - 1 331 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1683 ECOLE MIXTE DE GBAMBIA 1683 - 1 409 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1684 ESPACE MATHIEU BENOIT 1684 - 1 340 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1685 HANGAR DU CHEF DE VILLAGE 1685 - 1 118 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1686 ECOLE SOUS PREFECTORAL MIXT 1686 - 1 391 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1686 ECOLE SOUS PREFECTORAL MIXT 1686 - 2 391 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1687 CENTRE DE SANTE DE GBAMBIA 1687 - 1 319 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1688 MAISON SAMSU 1688 - 1 398 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1688 MAISON SAMSU 1688 - 2 397 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1689 HANGAR CHEF GABONGO 1689 - 1 402 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1692 CENTRE DE SANTE PRIVEE EEB 1692 - 1 306 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1692 CENTRE DE SANTE PRIVEE EEB 1692 - 2 306 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1693 MAIRIE DE AMADA GAZA 1693 - 1 265 Amada -Gaza Haute -Boumbe 1693 MAIRIE DE AMADA GAZA 1693 - 2 265 Amada -Gaza Haute -Boumbe 4366 HANGAR CHEF DATE 4366 - 1 63 Amada -Gaza Haute -Boumbe 4490 HANGAR CHEF GOLAPA 4490 - 1 134 Amada -Gaza Haute -Boumbe 4492 HANGAR CHEF DOZAMA 4492 - 1 261 Amada -Gaza Haute -Boumbe 4492 HANGAR CHEF DOZAMA 4492 - 2 260
Dans la Mambéré-Kadeï, les bureaux de la Haute-Batouri :
Berberati Haute-Batouri 1502 HANGAR CHEF QUART. NANDOBO2 1502 - 1 254 Berberati Haute-Batouri 1502 HANGAR CHEF QUART. NANDOBO2 1502 - 2 254 Berberati Haute-Batouri 1504 HANGAR DU CHEF GBAORO 1504 - 1 197 Berberati Haute-Batouri 1505 HANGAR DU CHEF BAZOUM 1505 - 1 246 Berberati Haute-Batouri 1506 CHEF DE VILLAGE DE BOLE 1506 - 1 292
Berberati Haute-Batouri 1507 ECOLE FONDAMENTAL1 DE GOFFI 1507 - 1 336 Berberati Haute-Batouri 1507 ECOLE FONDAMENTAL1 DE GOFFI 1507 - 2 335 Berberati Haute-Batouri 1508 ANCIEN BATIMENT CROIX ROUGE 1508 - 1 466 Berberati Haute-Batouri 1510 HANGAR DU CHEF YABEDOKO 1510 - 1 126 Berberati Haute-Batouri 1511 ECOLE MATERNELLE DE NADOMBO 1511 - 1 364 Berberati Haute-Batouri 1511 ECOLE MATERNELLE DE NADOMBO 1511 - 2 363 Berberati Haute-Batouri 1512 HANGAR CHEF VILLAGE NGBAFIO 1512 - 1 293 Berberati Haute-Batouri 1514 HANGAR CHEF VILLAGE SCIERA 1514 - 1 314 Berberati Haute-Batouri 1515 HANGAR DU CGEF YONG NEGUENE 1515 - 1 460 Berberati Haute-Batouri 1516 ECOLE FOND. 1 DE NAMDOBO 1516 - 1 388 Berberati Haute-Batouri 1516 ECOLE FOND. 1 DE NAMDOBO 1516 - 2 388 Berberati Haute-Batouri 1516 ECOLE FOND. 1 DE NAMDOBO 1516 - 3 388 Berberati Haute-Batouri 1518 HANGAR DU BAO-BATO 1518 - 1 251 Berberati Haute-Batouri 1518 HANGAR DU BAO-BATO 1518 - 2 251 Berberati Haute-Batouri 1519 HANGAR CHEF VILLAGE DABERE 1519 - 1 288 Berberati Haute-Batouri 1521 HANGAR CHEF BEYA BASSORBO 1521 - 1 214 Berberati Haute-Batouri 2718 HANGAR DU CHEF BAMBA 2718 - 1 264 Berberati Haute-Batouri 2719 ECOLE GBAKO FONDAMENTALE1 2719 - 1 324 Berberati Haute-Batouri 2719 ECOLE GBAKO FONDAMENTALE1 2719 - 2 324 Berberati Haute-Batouri 2720 HANGAR DU CHEFDE VILLAGE 2720 - 1 92 Berberati Haute-Batouri 2721 HANGAR CHEF NGOMBOU,CARRIER 2721 - 1 391 Berberati Haute-Batouri 2722 HANGAR CHEF VILLAGE BEKOMBO 2722 - 1 417 Berberati Haute-Batouri 2726 HANGAR CHEF BAMBA 2726 - 1 108 Berberati Haute-Batouri 2728 HANGAR CHEF VILLAGE BEKOMBO 2728 - 1 208 Berberati Haute-Batouri 2729 HANGAR CHEF VILLAGE YANGA 2729 - 1 157 Berberati Haute-Batouri 4373 HANGAR CHEF TAYO 1 4373 - 1 170 Berberati Haute-Batouri 4374 HANGAR CHEF SAKAMANZE 4374 - 1 211 Berberati Haute-Batouri 4376 HANGAR CHEF GOH 4376 - 1 146 Berberati Haute-Batouri 4377 HANGAR CHEF TAYO 4377 - 1 255 Berberati Haute-Batouri 4378 HANGAR CHEF MABE 4378 - 1 115 Berberati Haute-Batouri 4379 ECOLE WOTORO 4379 - 1 113
Dans la Maméré-Kadeï, à Dede Mokouba : 1609-1 1618-2 1627-1
Dans la Mambéré-Kadeï, à Gadzi : 4351-1 4955-1 4355-1 1646-1 1650-2 1654-1 1660-1 1662-2
Dans la Mambéré-Kadeï, à Gamboula : 1546-2 1552-2 1554-2 1559-1 1560-1 1561-2 1565-2 4368-1 4452-1 4455-1
Dans la Mambéré-Kadeï, à Carnot : 1707-1 1708-1 1711-1 1709-1 1720-1 1720-3 1721-4 1725-2 1726-4 1726-5 1726-6 1726-7 1726-8 1726-9 1727-1 1730-1 1731-1
2548-1…… 2520-….. 2523 2543 2524


X/ PROCESSUS ELECTORAL BIAISE PAR LE REPRESENTANT RESIDENT DU PNUD
En effet, le lundi 11 janvier 2015 sur les ondes de la Radio Ndeke Luka, on a appris par le candidat indépendant Jean-Serge Bokassa que Monsieur Aurélien AGBENONCI, Représentant Résident du Programme des Nations-Unies à Bangui, s’est rendu nuitamment au domicile du candidat Anicet Georges Dologuélé à Bangui. Le principe de neutralité qui doit caractériser tout fonctionnaire international par rapport à la politique intérieure des Etats a été violé par Monsieur Aurélien AGBENONCI.
Cette rencontre prouve à suffisance qu’Anicet Georges Dologuélé est le candidat soutenu par la communauté internationale. Il convient de rappeler que c’est le PNUD qui gère le Basket Fund destiné au financement des élections groupées du 30 décembre 2015, et est même impliqué dans les opérations électorales en cours. A ce titre, Aurélien AGBENONCI peut valablement être soupçonné de manœuvrer, et de contribuer à tout ce qui peut favoriser la victoire du candidat Anicet Georges Dologuélé.
En tant que juge de la régularité du scrutin, la Cour dispose d’un large éventail de pouvoirs notamment de recourir à une expertise, à un audit du système informatique, mais aussi d’un pouvoir vérification. C’est pourquoi, nous lui demandons de bien vouloir se rapprocher des observateurs de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, de l’EISA afin si faire se peut accéder aux résultats que ces derniers tiennent automatiquement à la sortie des bureaux de vote, après les opérations de dépouillement du vote.

Published by Gri-Gri International - dans RCA Politique Françafrique Francophonie
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 05:00
#Ouaga / 8 jours après le mandat contre Soro, la situation bascule au Faso... (#Compaoré #Mujao #MNLA #Maliweb)

SOURCE

En octobre 2014, au lendemain de la chute de Blaise Compaoré, certains Burkinabè redoutaient que l’ancien président du Faso ne continue à tirer les ficelles. Ils connaissaient toutes les facettes de celui qui avait régné en maître absolu sur leur pays depuis octobre 1987. Blaise était le bon élève du FMI et de la Banque mondiale. Il hébergeait une base militaire française et savait s’imposer dans la sous-région, car il connaissait les secrets de tous ses homologues. Son rôle dans les guerres au Libéria, en Sierra Leone et en Côte d’Ivoire ou vis-à-vis du Guinéen Dadis Camara, était connu de tous sur le continent et en Occident.

Personne n’ignorait que Blaise connaissait tous les trafiquants, ceux au Nord du Mali et ailleurs. D’une manière ou d’une autre, rien ne pouvait se faire sans passer par le Faso. En juin 2012, lorsque le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) chasse le Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla) de Gao (Mali), le Secrétaire général du groupe indépendantiste, Bilal Ag Achérif, blessé lors des affrontements, est évacué vers la capitale du Burkina.

C’est à l’Hôtel Laïco, à Ouagadougou, que s’installent les leaders du Mnla. Des gens du Mujao viennent y séjourner de temps en temps. C’était un peu comme si Blaise s’était entendu avec eux : «On se connaît bien, je vous héberge, vous ne touchez pas à mon pays». À Ouaga, personne n’y prêtait vraiment attention. Personne ne s’en offusquait, ni le Mali, ni l’armée française, ni les «Communautés internationales». Personne !

Médiateur de la Cédéao dans le dossier malien et épaulé par Djbril Bassolé, son ministre des Affaires étrangères, Blaise Compaoré héberge les négociations qui amènent les protagonistes et l’Etat malien à signer «l’accord préliminaire de Ouagadougou», le 18 juin 2013. Au pays des Hommes intègres, on ne se sentait pas menacé par l’insécurité qui prévalait chez les voisins. Nul ne peut occulter que dans la sous-région, tout s’entremêle.

Alors que Blaise Compaoré est hébergé en Côte d’Ivoire, les membres du Conseil national de transition burkinabè votent, en juillet 2015, la mise en accusation pour haute trahison de l’ancien président du Faso et de plusieurs de ses ministres. En novembre 2015, deux enregistrements sont publiés par la presse, comme étant ceux d’une conversation entre Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne et Djibril Bassolé. On entend deux hommes évoquer un soutien, notamment financier, au putsch que le général Gilbert Diendéré a tenté le 17 septembre au Burkina.

En octobre 2015, le général Diendéré et Djibril Bassolé sont inculpés pour attentat à la sûreté de l’Etat. Le 8 janvier 2016, une semaine après l’investiture de Roch Marc Kaboré, le nouveau président burkinabè, un mandat d’arrêt international est émis contre Guillaume Soro. Huit jours plus tard, la situation bascule au Faso.

Au petit matin du 15 janvier 2016, des individus non identifiés attaquent à la roquette une patrouille de la gendarmerie de Tinakof, dans le Nord du Burkina. Au même moment, un couple d’Australiens, un médecin et son épouse, sont enlevés dans le Nord du Faso où ils vivaient depuis plus de 40 ans. Dans la soirée, à Ouaga, des hommes armés attaquent l’Hôtel Splendid et le restaurant Capuccino. Un responsable d’Ansar Dine, le groupe jihadiste d’Iyad Ag Ghaly, a affirmé que le couple d’Australiens est retenu par «l’Emirat du Sahara», une branche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). C’est le groupe Al Mourabitoune, lié à Aqmi et à des éléments du Mujao, et dirigé par l’Algérien Mokhtar Belmokhtar dit le Borgne, qui revendique l’attaque meurtrière contre le Splendid et le Capuccino.

Al Mourabitoune, c’est le groupe qui a aussi revendiqué les attentats contre l’Hôtel Radisson Blu de Bamako, en novembre 2015 ; l’Hôtel Byblos à Sévaré (Bamako) en août 2015 ; le Restaurant «La Terrasse» à Bamako, en mars 2015 et le site «In Amenas» (Algérie) en janvier 2013.

Le 16 janvier 2016, au lendemain de l’attaque terroriste à Ouagadougou, qui a provoqué la mort de 29 personnes et blessé des dizaines d’autres, Mossa Ag Attaher, porte-parole du Mnla, est arrêté par les services de sécurité du Burkina Faso. Les raisons de son arrestation sont inconnues et il semble, à l’heure où nous écrivons, qu’il ait été libéré. Iyad Ag Ghaly, Mokhtar Belmokhtar, Ansar Dine, Aqmi, Al Mourabitoune, Mujao, Mnla… les acteurs de la bande sahélo-saharienne n’ont jamais cessé d’agir, mais cette fois-ci, ils surgissent au pays des Hommes intègres. Certains Burkinabè craignaient qu’après la chute de Blaise, des ficelles ne soient actionnées de loin et que des terroristes ne fassent qu’une bouchée du Faso. Ils ne souhaitaient pas être des oiseaux de mauvais augure.

TEXTE : Françoise WASSERVOGEL

Published by Gri-Gri International Françoise Wasservogel - dans Burkina Faso Mali Côte d'Ivoire - Élections 2010
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 01:00
#ErreursDarbitrage / Messieurs les vidéomanes, allez vous faire... (#PlatiniOnAComprisQuiTuGênais #Rabiot #Aulas #PSG)

Juste pour taquiner : à part les enjeux financiers qu'est-ce qui rend les erreurs d'arbitrage dans le football (professionnel) si insupportables depuis quelques années ? Or les enjeux financiers concernent les... financiers. Ni les joueurs, ni le public. Juste les financiers et leurs amis médias, comme eux intéressés aux bénéfices.

L'erreur est par essence la dimension humaine du sport, comme le mauvais geste, comme les poteaux et le corps de l'arbitre, elle fait partie intégrante du jeu. Arbitre dont les erreurs correspondent aux erreurs tactiques des entraîneurs et techniques des joueurs : irremplaçables par la vidéo, ceux-ci commettent d'ailleurs bien plus de fautes, de tricheries et d'agressions que les arbitres - pour des salaires incomparables.

Le courroux financiaro-médiatique s'abat sur le plus économiquement faible du game : l'arbitre.

Et la meute embrigadée crache à la gueule de son semblable économique au profit exclusif des argentiers du foot et de la télé.

Alors comme ça, en 2016, au lendemain de PSG-Lyon, on accepterait l'injustice sociale, économique, politique mais une erreur d'appréciation de l'arbitre (dont les seules conséquences irréparables sont les pertes financières - éventuelles - d'Aulas) serait une injustice intolérable dans le football...

Et pour la vidéo dans le ski de fond, on se mobilise quand ?

On va faire comment pour trancher les litiges le dimanche matin pour mon petit Neymarien, parce que pour lui, y'aura pas de vidéo...football à combien de vitesses ?

Morale, éthique et philosophie du sport, écartez bien vos fesses, vlà la vidéo réparatrice !!!

Désolé, au lendemain de PSG-Lyon - et d'avance pour tous les PSG-Lyon des 2 000 prochaines années -, je ne vois TOUJOURS aucune raison de céder à des gens dont l'unique objectif en instaurant la vidéo n'est pas d'en finir avec l'arnaque ou l'injustice, d'améliorer, de fluidifier - la fin de la passe au goal a mille fois plus fait pour le jeu que la gold line.

Mais bien de pouvoir, sous prétexte de vérifier, saucissonner et encore plus sponsoriser le foot.

Chaque séquence de "vérification" (le beau terme soviétisant à souhait) sera dûment lardée de commercials, de produits placés, de marques tatouées un peu partout.

En finir avec la temporalité sacrée du football : nos 90 minutes deviendront les 6 heures du Superbowl...c'est tout. Avec une radasse le cul à l'air qui a capellera La Marseillaise comme Mariah Carey et des pom pom girls : y'a déjà du pop corn au Parc et on ne peut plus y fumer.

Cette rigolade : même la gold line met pas d'accord en 1 mn les commentateurs de Bein !!!

Les Cahiers du foot, qui étaient moins stals qu'on l'a dit, ajoutaient jadis un argument aussi fonctionnel que moral et éditorial : si la vidéo était instaurée, QUI filmerait ?

Si sur 7 angles différents, un contredit les six autres, qui va vérifier qu'on a bien vérifié ?

Que les journaleux développent (jusqu'à la propagande permanente) les arguments de leurs employeurs, je le comprends, mais que le public se laisse berner comme ça et obéisse, grogne où on lui dit de grogner.

Comme si dans sa chair il souffrait qu'un président de club perde (un peu de) son fric.

Faut voir l'air important, docte et pénétré que te prend monsieur tout le monde, le dimanche au stade à l'apéro ou sur les réseaux sociaux, quand il se met à jacter de ça. Pour te servir, au mot près et systématiquement, le discours rance, nauséabond des loufiats du Spectacle sportif. C'est plus possible, à notre époque, patati patata.

Clap clap.

Si j'étais complotiste - j'ai d'autres qualités -, je ne m'étonnerais guère de la récente tornade anti-Platini dans les instances dirigeants du football international. Loin de moi l'idée de le disculper, de rompre avec le dogme médiatique de sa présomption de culpabilité, mais la hâte avec laquelle le Board a profité de la chute de Saint Platoche, ultime adversaire absolu de la vidéo, pour accélérer le processus d'installation de celle-ci devrait faire réfléchir.

Le football n'était pas mieux avant. Mais demain, il sera vulgaire, dégueulasse et inhumain : américain.

TEXTE : GREGORY PROTCHE

Published by Gri-Gri International Grégory Protche - dans Sports
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 00:02
#MAJ #Agenda africain Île de France janvier 2016 (#Arts #Histoire #Politique)

Anniversaire, commémoration, journées mondiales …

le 24 janvier : Anniversaire de la mort d'un jeune malien suite à son passage au commissariat de police de Courbevoie (92)!. Il ne s'agit pas pour l'association Vérité et Justice pour Abou Bakari Tandia de simplement commémorer ce drame, ni d'accuser à priori la police soumise à la pression de la politique des quotas, mais d'aider à éviter, qu'à l'avenir, d'autre Tandia ou Dupond ne soient à leur tour victime. Rens. abtandia@free.fr

Actions situées à Paris (75)

jusqu'au 31 janvier 2016, mardi à jeudi 10h-19h, vendredi 10h-21h30, samedi et dimanche 10h-20h : Exposition "Osiris, mystères engloutis d'Égypte" En hiéroglyphes, Osiris s'écrit avec un siège et un œil. Maître des ressuscités, Osiris est l'un des socles de la civilisation pharaonique et l'incarnation du regard du créateur qui anime toutes les formes de vie affirmant la victoire de l'amour sur la mort. Cette exposition révèlera les dernières découvertes sous-marines de Franck Goddio et de ses équipes, et notamment les vestiges de la cérémonie des Mystères d’Osiris qui étaient célébrés dans les villes de Thônis- Héracléion et Canope. Tarif 15,50€ et 10,50€ - Lieu : Salle du Haut Conseil, 9ème étage, Institut du monde arabe (IMA), 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, Place Mohammed-V, Paris 5è, M° Jussieu, ligne 7 - Rens. 01 40 51 38 38 http://www.imarabe.org

jusqu'au 17 juillet de 11h à 19h (sauf mardi et jeudi): Exposition Chefs-d'œuvre d'Afrique dans les collections du musée Dapper - Des pièces majeures sélectionnées uniquement à partir du fonds Dapper et qui sont présentées ensemble pour la première fois et qui puisent leurs significations dans les cultures de l'Afrique centrale ou dans celles de l'Afrique de l'Ouest. La collection du musée se caractérise par la diversité des provenances géographiques et par l'ancienneté. L'exposition, qui comprend quelque 130 pièces, présente des œuvres majeures. Certaines sont uniques et n'ont aucun équivalent dans le monde, telles des sculptures du Gabon ( Fang, Kota, Punu...) du Cameroun (Bangwa), du Bénin (Fon), ou encore du Mali (Dogon, Soninke) - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens. 01 45 02 16 02 - 01 45 00 07 48 comexpo@dapper.frwww.dapper.com.fr

jusqu'au 31 janvier 2016 du mardi au dimanche de 10h à 18h: Exposition « Soutenir CO WORKERS x89 plus » avec deux artistes sudafricains, Bogosi Sekhukhuni et Tabita Rezaire - cette exposition fait émerger un langage inédit inspiré des ressources d’Internet. - Tarif 5€ et 7€ - Lieu : Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 11 av. du Président Wilson, Paris 16è - Rens. 01 53 67 40 00

jusqu'au 29 mai 2016 du mardi au vendredi de 10h à 17h30, samedi et dimanche de 10h à 19h: Exposition "Frontières" pour comprendre le rôle et les enjeux contemporains des frontières dans le monde et retracer les histoires singulières de ceux qui les traversent aujourd’hui - L’exposition retrace trois aspects de cette histoire des frontières et pose un regard diachronique, politique, économique ou sociétal, sur les murs-frontières dans le monde, puis en Europe (zone Schengen et la Méditerranée) avant de traverser la France. Tarif : 6€ , libre pour le - de 26 ans, gratuite tous le premier dimanche de chaque mois et incluent le droit d’entrée à l’exposition permanente et à toutes les expositions temporaires du Musée. - Lieu : Musée national de l'histoire de l'immigration de la porte Dorée, 293 av Daumenil, paris 12è, M° et Tram Porte dorée - Rens. et Réservations pour les groupes : 01 53 59 64 30 - reservation@histoire-immigration.fr

jusqu'au 31 janvier, lundi, mardi, jeudi vendredi de 16h30 à 19h, mercredi et samedi de 10h à 12h et de 14h à 19h : Exposition "#100 foulards" - l’artiste peintre Carole Onambélé Kvasnevski puise son inspiration dans ses souvenirs d’enfance au village d'Ebang Megong au Cameroun et en tant que femme joue du mot foulard qui par la magie de la couleur devienne une marque de la liberté. - Lieu : Galerie Carole Kvasnevski, 39 rue dautancourt, Paris 17è, M° La Fourche - Rens. 06 50 58 94 96 conambele(alt)yahoo.comhttp://www.artcok.com/

jeudi 21 janvier de 11h à 13h et tous 1er et 3e jeudis du mois jusqu'au 16 juin : Séminaire Anthropologie comparative du sahel occidental musulman (Sénégal, Mauritanie, Mali…) et de leurs diasporas, régionales et internationales suivant quatre thématiques : l’islam, les hiérarchies sociales de castes et d’esclavage, les solidarités politiques ainsi que les relations de genre. - Lieu : IMAF / Site Raspail, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article949

jeudi 21 janvier de 14h à 16h et tous les 3e jeudi du mois : Ali Guenoun, Paris 1/IMAF, « Une conflictualité interne au nationalisme algérien : la question berbère-kabyle" de la crise de 1949 à la lutte pour le pouvoir en 1962 ». - Dans le cadre du séminaire Nouvelles perspectives sur l’histoire du Maghreb (XVIIIe-XXIe siècle) - Lieu : : Salle de réunion de l’IMAF, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article944

vendredi 22 janvier de 11h à 13h : Le cinéma africain : d’une histoire coloniale à un militantisme contemporain ? avec Odile Goerg (Université Paris 7) et Pascale Obolo (cinéaste indépendante) - Dans le cadre du Séminaire Supports et circulation des savoirs et des arts en Afrique et au-delà - Lieu : EHESS, salle 8, 105 bd Raspail, Paris 6è - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article942

vendredi 22 janvier de 14h à 17h : Sexualité, reproduction et épidémies : - Les récits causaux des épidémies du VIH en Afrique sub-Saharienne continuent largement à puiser dans des explications liées aux comportements sexuels – supposés différents – des Africains. Cette intervention présente brièvement un vaste corpus d’études soulignant le rôle déterminant de variables biologiques non-comportementales (les coïnfections et maladies parasitaires, et le risque iatrogène) dans la propagation exceptionnelle du virus sur le continent. À partir de ce petit détour par l’épidémiologie, elle explore les facteurs sociaux, politiques et institutionnels pouvant expliquer la dominance continue, malgré son invalidation empirique, d’une étiologie comportementale des épidémies africaines du VIH/sida. avec Shane DOYLE, Moritz HUNSMANN et Violaine TISSEAU, - Dans le cadre du Séminaire Histoire sociale de l’Afrique Orientale, de la Mer Rouge et de l’Océan indien, XIXe-XXe siècles : - Lieu : Bâtiment Le France, salle du conseil B, R-1, 190-198 av de France, Paris 13è - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article927

samedi 23 janvier à 12h : Repas des Voeux de l'Association France-Togo sous le haut patronage du Président du Groupe d'Amitié France-Togo à l'Assemblée Nationale Française, Monsieur Jean-Yves le Bouillonnec, Député - Maire de Cachan. Un moment de convivialité et de retrouvailles, pour les français amis du Togo et les togolais amis de la France - Outre les surprises qui vous attendent avec les plats typiquement togolais, nous vous présenterons les grandes lignes des opérations en cours et à venir, comme le Prix Littéraire France-Togo, la journée France-Togo à l’Assemblée Nationale, l’exposition France-Togo « Une Nature et des Hommes », le voyage au Togo, les Distinctions « France-Togo » et une tombola - Inscription 45€ par persone chèque à l’ordre : Association France-Togo, à retourner avant le 12 janvier à Etienne Ihler, 11 rue Visconti 75006 Paris - Lieu : Restaurant du Stade Français, 2 rue du Commandant Guilbaud, Paris 6è, M° Porte de Saint Cloud (sortie Parc des Princes) - Rens. Eric FABRE, 07.50.41.54.20 francetogocontact@gmail.co

samedi 23 janvier : Balade de 2h30 de balade sur la Mode à La Goutte d'Or accompagné du Passeur de culture. Une Fashion Mix «hors les murs» dans un ancien quartier de Paris : à la rencontre des artisans, tailleurs, mécaniciens, «sapeurs» ou créateurs qui, un jour dépassèrent océan, montagne et désert pour venir à la capitale. Rendre visible la participation des immigrants à la couture et au prêt-à-porter français (confection) et mettre en évidence leurs apports à l’inventivité, la beauté et l’élégance hexagonales. Partagez passion, savoir et accent de vérité dans le quartier chamarré de La Goutte d’Or à Paris, capitale internationale de la mode ! (En écho à l'exposition Fashion Mix au Musée de l'Histoire de l'Immigration). Découvrez un quartier où l'atelier de confection côtoie la boutique de créateur, où le vendeur de bazins fréquente le styliste émérite, où les coiffeurs afro palabrent avec les esthètes de la "Sapologie".... Vivez la multitude des couleurs des wax africains, des caftans arabes et des costumes "ambianceurs". Touchez le travail de création de Xuly Bët, Sakina M'Sa, Mazalay ou du tailleur de quartier ! 1/2 j. à partir de 15 € à partir de 6 personnes - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

samedi 23 janvier de 14h30 à 15h50: Ciné-rencontre : L'Œil du cyclone, de Sékou Traoré : Deux acteurs excellents, un rythme palpitant, des enjeux contemporains : tout concourt à faire de L'Œil du cyclone une réussite, qui lui valut plusieurs distinctions au dernier Festival panafricain de Ouagadougou : meilleure interprétation pour les deux principaux acteurs, et Étalon de bronze - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens, Reservation . 01 45 02 16 02 - 01 45 00 07 48reservation@dapper.fr www.dapper.com.fr

jeudi 28 et vendredi 29 janvier 2016 de 9h à 17h30 : Formation sur Le droit d’asile - Le contexte mondial; Cadre juridique; Une protection collective inutilisée : la « protection temporaire »: Quelques principes relatifs à la protection individuelle: L’admission en territoire français: Procédures « normale » et « prioritaire » : règles et conséquences; La procédure de demande d’asile devant l’OFPRA; L’aide au récit; Droits respectifs et droits sociaux et Contentieux - Coût : 380 € - Les sessions de formation du Gisti s’inscrivent dans le cadre de la formation permanente. Elle peut être prise en charge en partie par le FIF-PL. Autres cas à voir avec le Gisti. . . - Rens. Inscription : au 01 43 14 84 82 ou 83 formation@gisti.org www.gisti.org

jeudi 28 janvier 2016 et jusqu'au 26 mai, tous les 1er et 3e jeudis du mois de 17h à 19h : De l’Atlantique à la Méditerranée, de la Méditerranée à l’Atlantique. L’esclavage colonial en question dans les contextes culturels et politiques italiens aux XVIIIe-XIXe siècles par Alessandro Tuccillo (Université de Naples L’Orientale-CRBC/EHESS) - Dans le cadre du Séminaire Esclaves, affranchis et "nouveaux libres" dans l’espace public du monde atlantique : Race et citoyenneté. De l’agentivité aux réparations. - Lieu : EHESS, 105 blv Raspail, Paris 6è - Rens. http://www.esclavages.cnrs.fr/spip.php?article719

jeudi 28 janvier de 18h30 à 19h30, tout les derniers jeudis du mois : Rv du Cercle de Résistance de Paris Sud : Nous manifesterons notre opposition à la politique migratoire de l'Europe qui provoque souffrances et tragédies à ses frontières, et au manque de solidarité de la France, vis à vis des réfugiés qui fuient, avec leurs enfants, leur pays en proie à la guerre ou aux catastrophes climatiques ( le plus souvent causés par des grandes puissances); aux garde à vues arbitraires, aux mises en rétention et aux expulsions d'étrangers « sans papiers » - Lieu : Place Denfert-Rochereau, parvis de la gare RER Denfert-Rochereau, M° RER-B Denfert-Rochereau - Rens. http://paris.demosphere.eu/rv/41167 http://cerclederesistance-parissud.jimdo.com/ http//www.cerclederesistance.fr

vendredi 29 janvier de 18h à 20h30 : Soirée débat du Collectif des associations citoyennes "La financiarisation des associations sur le secteur social" autour du livre de Boris Martin « Adieu à l'humanitaire » et des Social Impact Bonds (SIB) - Aujourd'hui le modèle social, économique et politique de la solidarité internationale développéd epuis 50 ans par les ONG françaises est en danger. Ce modèle participant d'une société civile parlante, agissante et indépendante est de plus en plus courtisé par les entreprises. - Cette soirée sera animée par Boris Martin (rédacteur en chef de la revue Humanitaire) et Jean-Claude Boual (président du Collectif des associations citoyennes) - Lieu : Centre social le Pari's des faubourgs - 12 Rue Léon Schwartzenberg, 75010 Paris 10è, M° Gare de l'Est - Inscription sur https://docs.google.com/forms/d/1zox-2NGvlZQlIQdnaJbBm3p5rw-AWbEdKJ2UXZk6avI/viewform avant mercredi 27 jan 14h. Rens. 07 70 98 78 56contac@associations-citoyennes.net

samedi 30 janvier pendant 2h30 environ (horaires à demander) : Balade africaine dans le 18eme : Le Petit Mali à Château Rouge à Paris - Baština vous invite au voyage « Petit Mali » au marché africain de Château Rouge dans le 18eme à Paris. SLe nombre et la qualité des produits vendus ici éveille vos papilles, éblouit votre regard, égaye vos sens… Le marché de Château Rouge égalise les meilleurs marchés de Bamako ou Dakar : partout ce ne sont que capitaines, tilapias, machoirons, ignames, patates douces, piments, gombos, sauce graine ou arachide…Ces lieux de vie demeurent emblématiques de la geste ouest-africaine à Paris Rendez-vous avec le passeur de culture malien au marché africain de Château Rouge dans le 18eme arrondissement de Paris. - Prix : A partir de 15 € par personne - Lieu de rendez-vous au Marché africain de Château Rouge au sortir du métro (angle Boulevard Barbès et Rue Poulet devant le kiosque) dans le 18ème à Paris - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

dimanche 31 janvier de 15h à 16h : Contes et musiques d'Afrique avec Souleymane Mbodj (à partir de 4 ans) : Souleymane Mbodj, conteur, auteur et musicien originaire du Sénégal, fait voyager jeunes et moins jeunes à travers des contes où hommes et animaux jouent une drôle de comédie humaine. Entre philosophie, humour et dérision, Souleymane fait vivre en musique toute la magie de la tradition orale africaine. - Tarif : de 5 à 7€ - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens, Reservation . 01 45 02 16 02 - 01 45 00 07 48 reservation@dapper.fr www.dapper.com.fr

Actions situées dans les Yvelines (78)

samedi 23 janvier à 11h et tous les quatrièmes samedis du mois : Cercle de Silence de Mantes - Le Cercle de Silence est une action non violente qui rassemble régulièrement, dans un espace public, des hommes et des femmes de divers horizons et de toutes convictions philosophiques, politiques et religieuses. Il s'agit d'alerter tous les citoyens sur le sort réservé aux personnes étrangères venues en France pour mieux vivre ou sauver leur vie. Avec ou sans papier, l'étranger est une personne. La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte. Notre silence le crie. - Lieu : Mantes-la-Jolie, Place Saint-Maclou à Mantes-la-Jolie (78) - Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/38201

du lundi 25 au samedi 30 janvier : Parcours de formation aux mureaux “Déposer un dossier de solidarité internationale”réservé aux acteurs yvelinois qui souhaitent déposer à court ou moyen terme une demande de financement auprès d’YCID, ou qui souhaitent approfondir leurs compétences en matière de montage de projets. Les participants s’engagent à assister personnellement à chacune des 4 sessions composant le parcours. Cette formation porte sur les différents aspects de la préparation d’un projet et la recherche de financement (auprès d’YCID notamment, mais pas exclusivement). Programme : lundi et mercredi de 18h30 à 21h30 : Concevoir son projet , samedi de 9h30 à 12h30 : Déposer un dossier auprès d’YCID et de 14h à 17h : Rédiger son dossier de demande de subvention - Lieu : Pôle Molière (Plot 3), 101 rue Molière aux Mureaux - Rens. 01 39 07 79 94 alefreche@yvelines.fr https://www.yvelines.fr/agenda/parcours-de-formation-deposer-un-dossier-versailles/

Actions situées en Essonne (91)

jusqu'au 23 janvier : Exposition photographique "Noir ivoire, de l'eau pour Kahanlo" de jean-François Monod - L'eau de là (ici ou ailleurs), qui reste, depuis la nuit des temps, notre milieu originel et l'un de nos éléments vitaux, n'est pourtant pas répartie et consommée avec la même abondance pour tout le monde. (...) - Mon histoire familiale m'a conduit en Côte d'Ivoire dans le village de Kahanlo où j'ai pu vivre des moments d'une exceptionnelle qualité. Dans ce village isolé, ou l'on partage joie de vivre et tranquillité, il y a une pompe à eau (manuelle) pour 650 habitants ! Gageons que cette expo permette des contacts utiles pour espérer la programmation d'une deuxième pompe à eau pour Kahanlo ! - Lieu : MJC Fernand Léger, 45 allée Aristid-Priand à Corbeil (91), RER D Corbeil-Essonnes - Rens. 01 64 96 27 69 contact@mjccorbeil.com jeanfrancois.monod@free.frhttp://www.mjccorbeil.com/

lundi 28 janvier à 19h : Rencontre-débat sur "L'éducation aux droits humains au Maroc", avec Rachid Alaoui, sociologue, professeur à l'université de Reims, mais il est aussi associé à la mise en place d'un institut de formation sur l'éducation aux droits humains au Maroc soutenu par la coopération allemande et l'Union Européenne. Organisé par le Collectif Méditerranée de la Maison du Monde - Lieu : Maison des Syndicats à Evry - Rens. 01 60 77 21 56 contact@maisondumonde.org

Actions situées dans les Hauts de Seine (92)

jeudi 21 janvier de 12h15 à 13h15 et tous les 3ème jeudi de chaque mois : Invitation à participer au Cercle de Silence de la Défense : Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vasto, et- Par notre participation au Cercle de Silence, nous voulons attirer l’attention sur les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle.Nous refusons toute chasse aux étrangers qui inflige aussi des traumatismes profonds à ceux qui en sont les témoins, à la société toute entière, aux enfants particulièrement. Les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les hommes dans leur humanité. Nous voulons que la France redevienne un pays d’accueil, sans cesse enrichi et transformé par des êtres humains venus du mondentie Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vast etc... - Lieu : Parvis de la Défense Entre le CNIT et les Quatre Temps, RER SNCF ou tram arrêt Grande Arche - Rens. guillot.anne@orange.fr ou 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr

Actions situées dans le Val d'Oise (95)

jeudi 21 janvier de 11h30 à 12h30 et tous les 3 ème jeudi du mois : Cercle de silence de Cergy - Le constat de la surdité des autorités publiques tant françaises qu’européennes, la fin de non- recevoir opposée par le Président de la République aux représentants de la société civile concernant l’ouverture d’un espace de dialogue constitue une raison impérative de poursuivre notre action de protestation silencieuse et à l’amplifier par votre présence.Plus que jamais il est nécessaire de combattre les préjugés concernant les étrangers et leurs droits à vivre dignement en France et en Europe. Pour mémoire il faut signaler qu’en 2013 46% des personnes placées en rétention ont été libérés et donc n’auraient jamais dû être arrêt - Lieu : place du général de Gaulle à Cerg, au-dessus de la gare RER de Cergy-Préfecture - Rens . cercle-de-silence.cergy@laposte.net

Petites annonces

Wolof – adultes wax tissu Le Wolof, langue originaire de la vallée du Sénégal, est le principal moyen de communication utilisé au Sénégal et en Gambie. Elle traverse aussi la Mauritanie. Son apprentissage est une véritable ouverture sur l’Afrique de l’Ouest. - Cours adultes : Formation de 60 heures à l’année pour adultes • jusque 15 personnes par cours • Tarif annuel : 410 € tarif plein / 320 € réduit -- Cours débutant I, le jeudi de 19h à 21h Cette formation correspond aux objectifs pédagogiques et linguistiques du niveau A1 du CECRL. Elle est destinée aux personnes n’ayant jamais appris et pratiqué la langue pour leur permettre d’acquérir les structures linguistiques de base, de reconnaître et d’utiliser le vocabulaire et les expressions courantes, et de communiquer à l’oral dans les situations simples de la vie quotidienne. -- Cours débutant II, le mardi de 19h à 21h : Cette formation correspond aux objectifs pédagogiques et linguistiques du niveau A2 du CECRL. Elle est destinée aux personnes ayant déjà les connaissances pour communiquer sur des sujets familiers et habituels ainsi que la capacité de décrire sa formation, son environnement et évoquer des sujets qui correspondent à des besoins immédiats. - Remplissez le et envoyez le par voie postale accompagné de votre règlement à : Institut des Cultures d’Islam • Service enseignement / 56 rue Stéphenson • 75018 Paris - Tarif réduit est accessible, sur présentation d’un justificatif, pour les étudiants, familles nombreuses, demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minima sociaux ou les plus de 65 ans. Possibilité de déposer 2 règlements à l’inscription pour échelonnement des encaissements. Contactez-nous au 01 53 09 99 84 (du mardi au dimanche de 10h00 à 19h00)

langue Kabyle - adultes & enfants Institut des Cultures d'Islam - La population kabyle constitue une part importante de l’histoire de Paris et la langue kabyle résonne souvent dans les rues de la capitale. Que vous soyez d’origine kabyle ou pas, venez découvrir cette langue et cette culture et faites découvrir à vos enfants la richesse de ce patrimoine culturel et linguistique, qui est aujourd’hui une des composantes de l’identité de Paris. Cours enfants : Niveau (7-10 ans) : le mercredi de 14h à 15h30. Un cours pour apprendre la culture kabyle, les traditions, des poèmes, des contes,... et permettre à l’enfant de s’exprimer librement dans une langue étrangère, grâce à des activités de compréhension orale et d’expression écrite. Formation de 45 heures à l’année pour enfants • jusque 12 enfants • Tarif annuel : 200 € tarif plein / 140 € réduit - Cours adultes : Débutants I, le vendredi de 19h à 21h. Cette formation correspond aux objectifs pédagogiques et linguistiques du niveau A1 du CECRL. Un cours pour apprendre la culture kabyle, communiquer avec des phrases simples sur des sujets familiers et comprendre un interlocuteur qui parle lentement et clairement. Formation de 60 heures à l’année pour adultes • jusque 15 personnes par cours • Tarif annuel : 410 € tarif plein / 320 € réduit

Ecole régionale des projets Entrepreneurs migrants : La formation gratuite se déroulera du 2 février au 31 juillet 2016, les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 janvier. Cette initiative propose 12 modules thématiques, un module d’écriture de projet et une formation de linguistique appliquée sur une durée de 6 mois pour la formation complète. Des entrepreneurs et des professionnels spécialisés mettrons à disposition des outils et des compétences pour : - Structurer un projet d’activité - Développer un plan de marketing et de communication, - Reconnaître et maîtriser les opportunités de votre territoire, - Etablir des budgets prévisionnels, - Connaître les normes juridiques transnationales - Inscrire son projet dans l’ESS et l’économie collaborative - POUR CANDIDATER par mail : erp@grdr.org, soit par courrier (Grdr 66-72 rue marceau 93558 Montreuil), soit en ligne https://docs.google.com/forms/d/1jy7Ul-CYDH5fSXfhdlY5xZpPfSh9GLvJYM398e9bR1A/viewform - rens. 01.48.57.57.74

L’appel à candidature 2016 du Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) est paru sur l'internet de la DRJSCS Ile-de-France à l'adresse : http://ile-de-france.drjscs.gouv.fr/ ouvert jusqu'au vendredi 5 février 2016. Pour information, le FDVA a pour objet de contribuer au développement des associations par l’attribution de subventions pour la formation de bénévoles. Cette aide vise donc à améliorer la compétence des bénévoles associatifs, à augmenter le bénévolat de longue durée et la prise de responsabilités au sein des associations.

Published by Gri-Gri International - dans Arts & culture Politique Devoir d'histoire
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 15:00
#Burkina / Jean-Pascal Kinda, maître en arts martiaux et ancien président du Comité olympique burkinabé tué dans l'attaque du Cappuccino

ATTAQUE TERRORISTE / BURKINA : Un président de fédération tué dans l'attaque du Cappuccino.

L’ancien président du Comité national olympique des sports burkinabè (CNOSB) Jean-Pascal Kinda a été tué dans l’attaque terroriste du 16 janvier contre le restaurant ‘’Le Cappuccino’’ à Ouagadougou.

Agé de 72, M. Kinda qui passait pour être le père fondateur du Vovinam-viet-vo-dao au Burkina Faso, était marié et père de 4 enfants. Il avait été élu membre dirigeant du Conseil mondial des maîtres de la fédération mondiale de Vovinam-viet-vo-dao en 2012 à Paris.

Il a débuté cet art martial en 1982 avec maître Tran Nguyen Dao et a obtenu son 4eme dan en 2001 et le 5eme en 2012.

Il fut de 1978 à 1987, président du mouvement vovinam-viet-vo-dao au Burkina Faso et président de la fédération burkinabè de Vovinam-viet-vo-dao de 1988 à 2013. Jean-Pascal Kinda a été élu membre dirigeant du Conseil mondial des maîtres de la fédération mondiale de Vovinam-viet-vo-dao.

Il a été plusieurs fois président du Comité olympique du Burkina Faso. Au-delà de ce parcours, ‘'il incarnait l'image d'un homme humble généreux, travailleur'', confie un de ses élèves.

Jean-Pascal Kinda sera inhumé à la fin de ce mois de Janvier.

Source : www.ovajab.media

Published by Gri-Gri International OVAJAB Média - dans Burkina Faso Gos et Gars du moment Sports
commenter cet article

Gri-Gri TV