Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 08:15
#Gabon / Ali Bongo sacrifiera-t-il son ministre de la Dépense Pascaline ? (#AffaireDeFamilledEtat)

SOURCE

Locations de jet Gulfstream ou Falcon, privatisation d’Airbus A 319 ou de Boeing 757, réservation de tickets commerciaux sur les grandes lignes... La société suisse Travcon AG, dans le canton de Saint-Gall, dispose de la panoplie complète de l’avionneur d’affaires. Travcon pensait avoir tiré le gros lot en ayant pour cliente, entre 2008 et 2010, l’une des familles les plus dépensières d’Afrique : les Bongo. Mais elle a découvert à ses dépens, comme d’autres sociétés d’ailleurs, que ces grands dépensiers peuvent aussi être de très mauvais payeurs.

Selon des documents consultés par Le Monde Afrique, 86 millions de dollars ont été facturés par la société suisse à la famille Bongo, qui préside au destin du Gabon depuis 1967. Précision de taille : la note a été adressée à Pascaline Mferri Bongo Ondimba, à la présidence de la République.

Conseillère et directrice de cabinet de son père, le président Omar Bongo, décédé en 2009, Pascaline Bongo tenait aussi le rôle de grande argentière, tant du pays que de la famille. De fait, une grande partie des voyages organisés pour elle par Travcon AG ne semblent pas avoir d’aspect officiel ou diplomatique.

Le 10 août 2008, par exemple, une confirmation de commande décrit une longue escapade en groupe et par étapes. Le Gulfstream G555 décolle de Los Angeles, fait escale à Orlando puis sur la côte d’Azur, à Nice, d’où il repart pour Libreville, la capitale du Gabon, et Paris avant de ramener ses passagers à Los Angeles. Coût du trajet : 632 930 dollars (près de 584 300 euros).

Dans la cabine au confort fastueux, on trouve Pascaline Bongo, des membres de la famille et un invité de marque, Jermaine Jackson, frère aîné du roi de la pop Michael Jackson. Dans l’un de ses albums des années 1990, Jermaine cite d’ailleurs Pascaline Bongo dans les remerciements.

Le 3 décembre 2008, Pascaline Bongo utilise un autre Gulfstream, G 550 cette fois, pour un périple aérien avec un autre groupe de Libreville à Washington, puis Accomack (en Virginie), avant de passer par Orlando, Miami, Francfort et Paris. De retour à Libreville, la facture s’élève cette fois à 518 750 dollars (478 900 euros).

Des figures aujourd’hui identifiées comme faisant partie de l’opposition ont bénéficié de ces voyages. Ainsi de Jean Ping, ancien ministre des affaires étrangères d’Omar Bongo et ancien compagnon de Pascaline Bongo, qui a bénéficié d’un voyage entre Addis-Abeba et Le Bourget (près de Paris) en Falcon 2000 LX. La facture datée du 10 novembre 2008 affiche un montant de 142 570 dollars (131 600 euros).

Plus raisonnable, le 16 avril 2009, un A 319 transporte les enfants Bongo-Ping et leurs amis. En tout, les quinze passagers font un simple aller-retour entre Los Angeles et Las Vegas, facturé 60 630 dollars (près de 55 900 euros). Ce ballet aérien connaît un dernier entrechat le 15 septembre 2009 pour un Paris - Los Angeles - Libreville à 394 710 dollars (près de 364 300 euros).

Ces frais aériens pourraient n’être qu’une indication supplémentaire du train de vie de la famille Bongo, à la tête d’un Etat pétrolier dont la population reste l’une des plus pauvres au monde. En vérité, les factures de Travcon AG vont donner lieu à une guerre ouverte.

Le 31 juillet 2013, Me François Meyer, avocat parisien de Pascaline Bongo et passager occasionnel de ces vols (son numéro de téléphone est même indiqué dans l’une des factures), écrit une étrange lettre à Travcon, sur papier à en-tête de la présidence du Gabon. « Conformément à mes derniers mails, je vous confirme que le gouvernement gabonais doit encore à Travcon AG la somme de 8 356 097 dollars américains », écrit-il. Or, malgré une relance auprès de la présidence gabonaise le 15 août 2013, cette créance ne sera jamais honorée par la présidence d’Ali Bongo. Sollicité par Le Monde Afrique, Me Meyer n’a pas souhaité répondre.

« De quel droit Me Meyer, non mandaté et ayant profité de ces voyages, s’engage-t-il au nom de l’Etat ?, fulmine un proche de la présidence d’Ali Bongo. Cette époque où la famille confondait la caisse de l’Etat et sa cassette personnelle est révolue ». Il faut dire qu’entre la date du dernier voyage et la lettre de Me Meyer, la donne politico-familiale à Libreville a changé. Ali a succédé à son père en 2009, à l’issue d’un scrutin controversé et Pascaline n’est plus dans les petits papiers de son frère et président.

Arguant de cette reconnaissance de dette, la société Travcon AG a confirmé au Monde Afrique avoir mandaté avocat et huissiers à Paris pour faire honnorer sa créance. Le 25 février 2015, la société suisse a obtenu du tribunal d’Ivry la saisie conservatoire d’un avion gabonais sur le tarmac d’Orly. Le Boeing 777-236, immatriculé TR-KPR, venu en France procéder à des révisions, est immobilisé depuis lors.

« C’est une violation du droit international, s’étrangle un membre du cabinet présidentiel d’Ali Bongo, dépêché en France pour suivre le dossier. C’est caractéristique du mépris que nous montre la France ». Le Gabon, par l’entremise de son avocat Me Claude Dumont-Beghi, a fait appel de l’ordonnance de saisie devant le tribunal d’instance d’Ivry. Une société suisse, un Etat africain, un avion d’Etat et des impayés qui entremêlent loisirs de la fille d’un chef d’Etat décédé et des intérêts commerciaux, diplomatiques et politiques : l’audience du 24 mars dernier n’était pas banale.

Selon l’Etat gabonais, la saisie de l’avion viole à la fois les conventions internationales de l’ONU – qui selon ses arguments étendent l’immunité diplomatique aux biens de l’Etat –, les conventions de l’aviation internationale et la loi sur les transports français qui écarte les « aéronefs étrangers affectés à un service d’Etat » de saisie conservatoire. Acheté avant sa mort par Omar Bongo, l’avion est en effet devenu un aéronef d’Etat, selon la terminologie officielle, affecté à l’état-major de la présidence.

Surtout, les avocats de l’Etat ont insisté sur l’identité du titulaire de la créance, « un tiers, Mme Pascaline Bongo Ondimba ». Avant même le délibéré du tribunal d’Ivry, prévu pour début avril, le dossier « marque une rupture avec les pratiques du passé », estime l’envoyé spécial en France d’Ali Bongo pour cette affaire, qui souhaite améliorer la réputation du pouvoir de Libreville.

L’affaire participe aussi à la détérioration des relations entre le président Ali et sa sœur, qui se disputent de plus en plus ouvertement le leadership de la famille. En ligne de mire des deux légataires universels d’Omar Bongo (qui a reconnu 51 autres enfants), le partage de son héritage, estimé à plusieurs milliards d’euros et toujours pas soldé à ce jour. Et surtout, la présidentielle de 2016, où Ali devrait affronter un candidat unique de l’opposition. Laquelle compte dans ses rangs plusieurs anciens voyageurs de Travcon.

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Gabon 2011 Politique Gos et Gars du moment
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 19:54
#AgendaVanhove / Arts & Cultures, anniversaires, commémorations, journées mondiales #Avril2015

Anniversaire, commémoration, journées mondiales …

le 4 avril : Fête de l'indépendance du Sénégal

le 4 avril : Journée internationale de la lutte contre les mines anti-personnelles

le 7 avril : Journée mémoire du génocide Rwandais : Le prochain 7 avril sera la première fois que l’actuel Président de la République, François Hollande, aura à vivre en tant que chef de l’Etat la commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda. Personne ne peut ignorer le rôle de notre pays, et de ses dirigeants de l’époque, dans cette tragédie : pour différentes raisons, ceux qui gouvernaient la France ont soutenu à bout de bras les extrémistes hutu, avant, pendant, et après le génocide. La mission d’information de 1998 sur le Rwanda n’a pas poussé assez loin ses investigations, mais les recommandations des députés représentent déjà un début de modifications souhaitables de nos institutions et de leur fonctionnement. Jean-Marc Ayrault – alors président du groupe socialiste de l’Assemblée nationale – avait envoyé un courrier à notre association, en proposant d’évaluer le suivi des conclusions et propositions faites en 1998 par la mission d’information parlementaire sur le Rwanda. Nous attendons cet audit et la mise en place des recommandations des députés. - Rens. 01.44.61.03.25 contact@survie-paris.org www.survie-paris.org

mercredi 8 avril : Sortie du film ADY GASY de Lova Nantenaina - Rens. 09 50 10 33 63 sbaudry@madefor.fr www.adygasy.com - ou Laterit Productions 01 43.72.74.72 distribution@laterit.fr http://www.laterit.fr

samedi 11 avril 2015: Etat et gouvernorat Nigéria (report du 28 février 2015) - https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#15

le 11 avril : Intervention des forces coloniales françaises en Côte d'Ivoire

Grande Marche Pour le respect des constitutions africaines à Paris

Départ 13H Ambassade de C I jusqu'au Conseil constitutionnel

lundi 13 avril 2015 : présidentielle, législatives et locales Soudan (+ gouverneurs d’Etat ?) - https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#15

le 15 avril : en mémoire des victimes (pour la plupart africaines) des incendies dans les hôtels (rue de Provence) et /ou taudis parisiens de l'été 2005 … Ne les oublions pas ... pour pouvoir dire "plus jamais ça". Se renseigner à Association des Victimes de l’Incendie de l’hôtel Paris Opéra (AVIPO), 5 impasse Pétin - Paris 19ème 06 82 97 42 73 asso.paris.opera@gmail.com pour connaître la date horaire et lieu de la manifestation

le 17 avril : Journée mondiale de luttes paysannes : en souvenir du massacre de 19 paysans sans terre en 1994 : les assassins n'ont été condamnés qu'en 2004, les grands propriétaires commanditaires ne sont toujours pas inquiétés

le 17 avril : Journée internationale des prisonniers politiques

le 18 avril : Fête de l'indépendance du Zimbabwe

samedi 25 avril 2015 : présidentielle Togo (report de mars à avril en janvier 2015) - https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#15

dimanche 26 avril 2015 : municipales et régionales Mali (report du 26.4.14 puis d’octobre 2014) - https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#15

dimanche 26 avril 2015 : législatives Bénin - https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#15

le 26 avril : Fête de l'Union de la Tanzanie

le 27 avril : Fête de la liberté de l'Afrique du Sud

le 27 avril : Fête de la République du Sierra Léone

le 27 avril : Fête Nationale du Togo (1960)

du 29 avril au 3 mai 2015 : Festival International Du Film Panafricain - Ce Festival et son salon sont une plateforme d’exposition du Cinéma et de ses métiers, des Arts et des savoir-faire, mais également de l’Innovation, de la Culture (la musique, la photo, la beauté, l'esthétique, la mode, le livre...) et de l’Événementiel. - Rens. 06 10 04 69 44 Contact@fifp.fr www.fifp.fr

jeudi 30 avril 2015 : référendum constitutionnel Tanzanie (source) (limitation de pouvoir présidentiel et système fédéral) - https://regardexcentrique.wordpress.com/2012/08/04/calendrier-des-elections-en-afrique/#15

Actions situées à Paris (75)

jusqu'au 12 juillet 2015, tous les jours, sauf le mardi et le jeudi, de 11h à 19h15 : L'Art de manger, Rites et traditions : exposition consacrée aux rites et aux traditions présidant à la préparation et à la consommation de nourritures en Afrique, en Insulinde et en Océanie. Des installations de l'artiste franco-béninois Julien Vignikin, qui s'interroge dans ses œuvres sur les questions liées à la «malbouffe » et à l'accès à l'alimentation dans le monde, donnent à l'exposition une dimension contemporaine en abordant l'une des préoccupations majeures de nos sociétés. - Lieu : musée Dapper - 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens. 01 45 02 16 02 / 01 45 00 07 48 comexpo@dapper.fr www.dapper.com.fr

jusqu'au 31 mai du mardi au vendredi de 10h à 17h30, samedi et dimanche de 10h à 19h : Exposition temporaire Fashion Mix : Entre parcours personnels et histoire de la mode, Fashion Mix raconte une autre histoire de l'immigration, celles d'hommes et de femmes, artisans, créateurs, contribuant à faire la renommée de Paris, capitale internationale de la mode.- Tarif : 6€ - Lieu : Musée de l’histoire de l’immigration, 293, avenue Daumesnil, Paris 12è, M° Porte Dorée - Rens. 01 53 59 64 30 reservation@histoire-immigration.fr http://www.histoire-immigration.fr/

jusqu'au 26 avril, du mardi au dimanche de 13h à 18h30, le samedi de 11h à 18h45, nocturne gratuite le mercredi jusqu'à 20h30 : Exposition des photographies de Pieter Hugo : Après les portraits spectaculaires pris au Nigeria ou au Rwanda, il se concentre aujourd’hui sur l’Afrique du Sud et se focalise sur l’intime dans «Kin» (les proches). Ce projet, réalisé sur huit ans d’une quarantaine de grands formats, des natures mortes, des paysages et surtout des portraits, fruits de la réflexion du photographe sud-africain. Pieter Hugo a entamé ce travail après être devenu père. En effet, à travers ces clichés, cet Afrikaner né en 1976 au Cap, se pose des questions sur son identité, sur la représentation des hommes, sur la couleur de peau et l’humanité dans cette Afrique du Sud postapartheid, où il va devoir élever ses deux enfants. - Tarif 7€ , 4€ - lieu : Fondation Henri Cartier-Bresson, 2 impasse Lebouis, Paris 14è, M° Gaité ou Edgard Quinet - Rens. 01 56 80 27 00 Ambassade d'Afrique du Sud 01 53 59 23 23 contact@henricartierbresson.org http://www.henricartierbresson.org

jusqu'au dimanche 12 avril du mardi au samedi à 20h et dimanche à 16h : Représentation de "Tête d'Or" de Paul Claudel mise en scène Jean-Claude Fall : Au vide de l’ennui, Simon Agnel, dit Tête d’Or, oppose l’aventure et le mystère : il vainc les ennemis de l’Empire, perd son ami Cébès, tue l’Empereur, ceint la couronne et part à la conquête du monde. Finalement vaincu, et blessé à mort, il retrouve la princesse qu’un soldat a crucifiée au tronc d’un arbre… Créé à Bamako, le spectacle est interprété par des acteurs maliens : pour Jean-Claude Fall, la langue concrète, terrienne, incantatoire de Claudel, mais aussi les valeurs morales et les règles sociales qui sous-tendent la pièce, appellent et légitiment ce « Tête d’Or africain ». - Tarif : 20 € à 12€ - Lieu : Théâtre de la Tempête - La Cartoucherie de Vincennes - Route du Champ de Manœuvre, Paris 12è - Venir à la Tempête en métro Station Château-de-Vincennes. Sortir en tête de ligne puis prendre : la navette Cartoucherie garée près de la station de taxis (départ toutes les quinze minutes environ, premier voyage 1 h avant le début du spectacle) ou le bus 112, arrêt Cartoucherie (attention, cet arrêt du 112 est en zone 3). - Rens. 01 43 28 36 36 theatre@la-tempete.fr www.la-tempete.fr Tête d'or 28 séances du 12/03/2015 au 12/04/2015

jusqu'au 5 avril : Black Legends : une comédie musicale qui retrace quatre siècles d'histoire du peuple noir, de l'esclavage à la Maison Blanche, à travers la musique. On y croise tous les grands noms de la musique noire américaine dans une mise en scène très marquée par le style de Broadway. C'est une grande balade dans l'Histoire que propose cette comédie musicale. Une épopée qui commence dans les fers de l'esclavage et aboutit au présent en passant par les grands événements qui ont accompagné le peuple noir aux Etats-Unis. On y croise évidemment Martin Luther King et Malcom X, mais aussi des personnalités comme Rosa Park. Tarif de 25 à 95€ - Lieu : Les Folies Bergère, 32, rue Richer, Paris 9è, M° Grands Boulevards ou Cadet - Rens, Résa 01 44 79 98 60 http://www.foliesbergere.com

lundi 30 mars de 17h15 à 19h45 : Rencontre-débat : « Pressions commerciales et spéculations sur les terres en Afrique ? Quels modèles de gouvernance foncière ? (Rôle et jeu respectif des communautés locales, multinationales, Etats, ONG) » et Présentation des Actes (livret et film vidéo) du Forum de la CADE de 2014 « Bâtir des industries modernes et compétitives en Afrique » avec Pierre Jacquemont, Président du GRET- Professionnels du développement solidaire ; Chercheur associé à l’IRIS. Ancien Ambassadeur de France, Abou Bacry Ly, Président des Grands Domaines de Mauritanie (Groupe La Compagnie Fruitière) ; Membre du Comité directeur du CIAN ; Anthropologue et Roland Portella, Président, CADE - Lieu : Conseil Supérieur du Notariat, 60 blv Tour-Maubourg, Paris 7 ème, M° Tour-Maubourg - Inscription obligatoire cade@afrique-demain.org http://www.afrique-demain.org

du mardi 31 mars au 4 avril : Cahier d'un retour au pays natal, d'Aimé Césaire - Spectacle - Lieu : 78, rue du Charolais, Paris 12è - Contact : Théâtre de l'Opprimé, M° Reuilly-Diderot - Resa. : 01 43 40 44 44 contact@theatredelopprime.com www.theatredelopprime.com

mercredi 1er avril de 15h à 17h : Phénoménologie du butinage religieux dans les mouvements évangéliques pentecôtistes en Côte d’Ivoire : entre forme de dissidence religieuse et quête individualiste de la foi avec Guibléhon Bony - Dans le cadre du Séminaire Pour une anthropologie critique des religions et du genre en Afrique - Lieu : EHESS, IMAF, salle de réunion, 2e étage, 96 blv Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article359

mercredi 1er avril de 17h à 19h : Conférence de Yves Mintoogue "Conscience nationale et « régimes d’historicités » dans le discours de l’Union des Populations du Cameroun (UPC)" - dans le cadre du séminaire "Penser le temps et écrire l’histoire de l’Afrique" - Lieu : salle 206 (Person) : Site Malher, 9 rue Malher, Paris 4è, M° Saint-Paul - Rens. 01 44 78 33 32 katia.benkanoun@cnrs.fr ou 01 53 63 56 50eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article347

mercredi 1er avril et tous les mercredis hors période scolaires de 20h30 à 22h : Cours de Booty Therapy « Afro-Twerk » Coupe Décalé N’Domb Kuduro Naija avec Maïmouna Coulibaly - chorégraphe et professeur de danse depuis plus de 15 ans - 20€ / cours - Lieu Centre de Danse du Marais, 41rue du Temple, M° Hôtel de Ville - Rens. lesambianceuses@gmail.com maimouna75@wanadoo.fr http://www.lesambianceuses.com

mercredi 1er avril de 18h30 à 20h30 : Conférence-débat Tournons la page: L'Afrique tourne-t-elle la page des dictatures ? « L’Afrique continent de l’avenir » Le slogan est devenu la tarte à la crème des chancelleries, des médias et des milieux économiques internationaux. Mais de l’avenir de qui parle-t-on ? Celui des investisseurs étrangers et de quelques familles dirigeantes ? L’économie internationale a besoin des richesses de l’Afrique, mais elle peut prospérer sans les Africains (plus de 2 milliards de personnes en 2050). Elle le fait d’autant plus facilement que leur parole est confisquée. L’avenir du continent n’appartiendra aux Africains qu’à condition d’une véritable démocratie. Or, pas plus qu’ailleurs, il n’est de démocratie en Afrique sans alternance. - Lieu : Centre Sèvres, 35bis rue de Sèvres, Paris 6è, M° Sèvre Babylone - Inscription :afrique.democratie@secours-catholique.org - Rens. 01.45.49.70.97 - 06.61.82.07.12 afrique.democratie@secours-catholique.org http://www.centresevres.com http://tournonslapage.com/

mercredi 1er avril et tous les mercredis hors période scolaires de 19h à 22h: Cours de chant Gospel à Nation "RnH Gospel Choir : - de 19h à 20h30 : cours "débutants" travail des aigus - travail de la justesse - la respiration - découverte des différents styles de gospel - concerts - de 20h30 à 22h cours "confirmés" Travail des aigus et de la précision - la respiration - les registres - rythme et groove - harmonies complexes - concerts -- Une séance découverte offerte à tous ! - Lieu : Théatre Comédie Nation, 77 rue de Montreuil à Paris, Métro/RER : Nation - Rens. Rythm'N Harmony School 06 64 02 98 84 info@rnh-school.fr www.rnh-school.fr

jeudi 2 avril de 10h à 13h : Conférence de Giangranco Rebucini : Masculinités et politisation de la ‘question homosexuelle’ au Maroc & Patrick Awondo : Homo-protectionnisme Africain ?" Retour sur la résolution de l’Union africaine contre les violences liées au genre et à l’orientation sexuelle. Lieu : Site Mahler , 9 rue Mahler, Paris 4è salle 409 - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article186

jeudi 2 avril de 13h à 17h : Rompre le cycle de la violence pour une rédemption auprès du peuple avec Alain Gascon et Somalie : violence des frontières internes. Violence globale dans le cadre du séminaire Images de la violence et violence des images avec Jean-Claude Penrad - Lieu : EHESS, salle 1, 105 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article361

jeudi 2 avril de 17h à 20h : “De Gaulle et l’autodétermination de l’Algérie : Qu’avait-il en tête ?” avec Dominique Casajus dans le cadre du Séminaire Parcours anthropologiques dans le monde arabe (ethnographie, littérature, arts, archéologie, orientalisme). - Lieu : IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article383

vendredi 3 avril de 13h à 15h : Les ‘artistes d’états’ en Egypte (2001-2011) et leurs contributions au paradigme de la ‘Renaissance arabe’ avec Catherine Cornet dans le cadre du Séminaire Construction de savoirs et enjeux symboliques dans les arts visuels des pays de l’Islam méditerranéen (XIXe-XXIe siècle). - Lieu : IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.frhttp://imaf.cnrs.fr/spip.php?article387

vendredi 3 avril à 20:30 : Concert de Agathe Iracema pour le lancement de son nouvel album Feeling Alive où se côtoient standards de jazz et créations, Agathe Iracema nous livre sa vision lumineuse d'un jazz moderne et intense, un courant musical d'aujourd'hui plus vivant que jamais. Construit autour de 3 compositions de la chanteuse Lead, il raconte l'amour, la vie, l'art de vivre ensemble. - en prévente ici, de 13€ à 23€ - Lieu : New Morning, 7 & 9, Rue des Petites Ecuries à Paris 10è, M° Château d'eau - Rens. 01 45 23 51 41 muriel@muvdb.comhttp://www.newmorning.com

samedi 4 avril de 10h à 18h : Réunions d’information et ateliers d’écriture - PRA/OSIM organisé par la Coordination des Associations Guinéennes de France (CAGF) pour répondre à l'appel à projet du PRA/OSIM 2015 (Programme d'Appui aux projets des Organisations de Solidarité Internationale issues de l'Immigration) - Lieu : MDA, 25, rue Lantiez, Paris 17è, M° Brochant - Rens. Ou Inscription Lamine TRAORE, Chargé de mission au FORIM pour l'information, Coordination du réseau des OPAP du PRA/OSIM 01 46 07 61 80 praosim@forim.netmsantos@forim.net www.forim.net

samedi 4 avril à partir de 15h30 : Invitation au pot de l'assemblée générale de l'association "les Challengeurs Ingénieux" avec thèmes : 1/Désignation des Capitaines au projet Farafina Baobab. 2/ Organisation de la journée de projection d'un projet Agro-pastoral en Afrique - Lieu : restaurant l'Insolite, 58 rue du poteau, Paris 18è, M° Jules Joffrin - Rens. Et inscription 06 14 48 86 35 toureabchallengeursi@gmail.comwww.challengeurs-ingenieux.com

dimanche 5 avril à 15h : projection de Kirikou et les bêtes sauvages / Un film d'animation jeune public de Bénédicte Gallup et Michel Ocelot : Au fil de quatre aventures, où il protège les récoltes, la nature ou les siens, Kirikou, tantôt potier, tantôt jardinier, tantôt médecin ou sourcier, rencontre tour à tour une terrifiante hyène noire, un buffle, une girafe et une plante empoisonnée. - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens. 01 45 00 91 75 communication@dapper.fr www.dapper.com.fr

lundi 6 avril jusqu'au 8 juin 2015, tous les lundis 11h à 13h : Séminaire Anthropologie historique des pratiques religieuses dans l’Islam méditerranéen. Réflexion critique (collective) sur les fondements du système religieux islamique pour des recherches approfondies en sciences sociales et humaines qui ont en commun de concerner des aires culturelles ou des périodes historiques où l’islam, comme système religieux, mais aussi l’Islam, comme type de civilisation ou de culture, ont eu un rôle prépondérant dans l’organisation de la société (religion, représentations, références symboliques ou idéologiques). - Lieu : IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article374

lundis 6 et 20 avril jusqu'au 1er juin 2015 tous les 1er et 3e lundis du mois de 15h à 18h : Séminaire "Les Afriques dans la longue durée : acteurs, savoirs, pratiques (XVe-XXe siècle)". Entre l’histoire dite « précoloniale », l’installation des systèmes coloniaux formels, à la fin du XIXe siècle, et les enjeux de la « post-colonialité », se déroule un temps long dans lequel se sont produites des interactions, voire des (re)créations, aussi bien entre « l’Afrique en Afrique » et « les Afriques d’ailleurs » qu’entre les sociétés africaines et les pouvoirs coloniaux, le tout dans des relations complexes de négociation, de dialogue et de confrontation. Les acteurs, africains ou coloniaux, les savoirs et les pratiques constituent autant de « lieux » à partir desquels se déploiera notre réflexion. Ainsi seront repris et reformulés des questionnements et des propositions sur lesquels nous travaillons depuis quelque temps, à partir, entre autres, de l’histoire de l’Afrique sous colonisation portugaise et de celle des mouvements panafricanistes, à la convergence des multiples Afriques. Lieu : IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article378

mardi 7 avril et tous les mardis de 11h à 12h30 jusqu'au 2 juin 2015 : Séminaire Anthropologie des pratiques non savantes de l’archive en Afrique. Ce séminaire place l’accent sur la constitution, l’appropriation et les usages des archives en Afrique par des acteurs non historiens de métier dans des situations d’action collective. Il appréhende donc la pratique de l’archive comme action politique. Les concepts de « braconnage » de l’archive, d’« archivistique non savante » et d’« archives hors les murs » sont utilisés pour appréhender l’archive comme un objet manié, détourné, recyclé, bricolé, exposé, scripturalisé, oralisé, et enfin dématérialisé à travers lequel se donne à voir la production des consciences historiques et des subjectivités politiques. - Lieu : IMAF du blv Raspail, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), 96 boulevard Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr - http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article373

mardis 7 et 20 avril jusqu'au 2 juin 2015, les 1er et 3e mardis du mois de 15h à 17h : Séminaire Crises politiques et guerres civiles en Afrique. Depuis environ un quart de siècle, plusieurs pays d’Afrique se sont enfoncés dans des crises politiques qui n’en finissent pas. Des États s’effondrent, des rébellions font la loi dans des provinces entières, exploitant des richesses nationales à grande échelle qu’elles tronquent contre des armes. Des groupes de terroristes sèment la terreur, sans que la communauté internationale puisse les empêcher de commettre leurs forfaits. Le séminaire de cette année s’attachera à comprendre ces phénomènes à partir des cas de figure. - Lieu : IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article375

mardi 7 avril de 14h30 à 17h : cérémonies qui marqueront la 21ème commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda : Rassemblement autour de la stèle commémorative au Père Lachaise à Paris 20ème - à l'initiative de Ibuka France, en partenariat avec la Mairie de Paris - Nous en appelons au renouvellement et au renforcement de l’éducation au vivre ensemble. Aussi, en même temps que nous tenons à inscrire la 21ème commémoration du génocide des Tutsi dans ce vaste mouvement de la mémoire et d’hommage aux victimes et à en faire un levier pour la mobilisation à la réflexion sur le rôle de l’école, sur l’importance de la transmission par l’enseignement de l’histoire et sur la valeur pédagogique du travail de justice et de manifestation de la vérité. - Lieu : entrée 71, rue des Rondeaux, 88ème Division, allée des Fédérés, M° Gambetta - Rens.contact@ibuka-france.org http://www.ibuka-france.org

mardi 7 avril de 19h15 à 20h45 : La Planète pourra-t-elle satisfaire tous nos besoins ? Production alimentaire, énergie… alors que en Afrique, pas exemple la croissance est encore très forte cette question semble inquiéter de moins en moins, mais à quelles conditions cela se fera-t-il ? Par ailleurs, le pétrole va peu à peu diminuer. La question de savoir par quoi il sera remplacé reste sans réponse. La solution la plus simple est de recourir à l’agriculture. Il est donc évident qu’il faudra choisir. L’objectif est clair : il faut donner la priorité à la production alimentaire. Mais cette situation devrait créer des raretés et donc accroître les prix. Avec Matthieu Calame, agronome, directeur de la Fondation pour le Progrès de l’Homme, auteur de La tourmente alimentaire (ECLM 2008), Michel Griffon, agronome, économiste, chercheur, ancien directeur de l’Agence Nationale de la Recherche et P. Henri Laux - Lieu : Centre Sèvres, 35bis rue de Sèvres, Paris 6è, M° Sèvre Babylone - Rens. http://www.centresevres.com

mardi 7 avril de 19h30 à 6h du matin : Veillée à l'occasion de la la 21ème commémorative du génocide des Tutsi du Rwanda au : un recueillement animé par des chants et témoignages - Organisé par Ibuka France - Lieu : siège de Médecins du Monde, 62, rue Marcadet, Paris 18è, M° Marcadet Poissonniers (L4 ou L12) - Rens. contact@ibuka-france.org http://www.ibuka-france.org

mercredis 8 et 22 avril jusqu'au 10 juin 2015 les 2e et 4e mercredis de 15h à 17h : Séminaire "Anthropologie comparative du sahel occidental musulman (Sénégal, Mauritanie, Mali…)" et de leurs diasporas, régionales et internationales. On s’appuiera sur l’analyse de trois contextes distincts : rural, urbain et migratoire. Loin de considérer ces trois configurations comme des éléments disjoints, on s’attachera à comprendre leur continuité dans une perspective comparative en s’intéressant à la cohérence et l’unité des économies morales, des institutions et des valeurs qui les organisent. Nous aborderons principalement quatre thématiques : l’islam, les hiérarchies sociales de castes et d’esclavage, les solidarités politiques ainsi que les relations de genre. - Lieu : EHESS, IMAF, Salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail Paris 6è - Rens. : 01 53 63 56 50eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article357

mercredi 8 avril à 18h : Colloque “La création d’entreprise en Algérie” - L’association AIDONS vous convie à son 4ème colloque annuel qui traitera de la création d’entreprise et du codéveloppement économique en Algérie. Ce colloque sera également l’occasion de la remise de prix du concours de l’entrepreneur tunisien organisée par Aidons. - Lieu : Mairie du IIIème, Paris 3è - Rens contact@aidons.eu www.aidons.eu

mercredi 8 avril à 19h45 : Débat autour du livre "L’Aventure, Les migrants africains sur la route de l’Europe (2015 | 140 p. | 15 €)" (et projection d’extraits du documentaire) en présence de l’auteur Grégory Lassalle et d’un intervenant de Migreurop - L’aventure est le nom donné par les Africains au voyage qu’ils entreprennent pour migrer en Europe. Fin 2011, trois jeunes Ivoiriens rentrent clandestinement en Europe. Grégory Lassalle les a suivis caméra à l’épaule pendant un an. Au-delà du portrait singulier de ces trois migrants ivoiriens, le livre décrit, sans jamais porter de jugement, une réalité contemporaine, celle des migrations liées aux écarts de développement et montre que la route principale de l’immigration sub-saharienne vers la citadelle Europe passe par les Balkans. Organisé par la librairie Quilombo - Lieu : CICP, 21 ter rue Voltaire Paris XIe, M° Rue des Boulets - Rens. 01 43 71 21 07 quilombo@globenet.org http://www.librairie-quilombo.org

du jeudi 9 au 30 avril de 9h à 21h : Exposition Bruce Clarke - Le Travail rend libre - Vernissage le 9 avril à partir de 19h - Bruce Clarke est un artiste engagé. Figure importante du mouvement anti-apartheid en France, il s’engage aussi dans la mobilisation contre le "génocide annoncé » des Tutsi du Rwanda. Depuis cet évènement marquant du vingtième siècle, il a réalisé sur place des projets de mémoire en hommage aux victimes. - Lieu : Galerie KO 21, 78 rue Haxo, Paris 20è, M° St Fargau - Rens. : 06 16 31 27 08 09 53 34 14 77 galerieko21@gmail.comwww.ko21.fr

jeudi 9 avril de 11h à 19h : Vernissage de l'Exposition : "Symboles de femme / emblèmes de roi" consacrée aux cuillères d'Afrique de l'Ouest et emblèmes royaux Akan sera inaugurée dans le cadre du Paris Tribal 2015 - Lieu : Galerie Noir d'Ivoire, 19 rue Mazarine, Paris 6è, M° St Germain des Prés ou RER Luxembourg - Rens. Yasmina Chenoufi 01 43 54 97 66 yas.chenoufi@gmail.comhttps://www.facebook.com/pages/Galerie-Noir-dIvoire/747912065272795

jeudis 9 et 23 avril de 13h à 15h jusqu'au 11 juin 2015 les 2e et 4e jeudis du mois : Séminaire Pour une anthropologie visuelle pluridisciplinaire et multimédia. Le séminaire expose les recherches d’anthropologues, d’historiens, de spécialistes du cinéma, des médias et des arts du spectacle. L’interrogation centrale porte sur les représentations telles qu’elles sont véhiculées, dans le monde entier, par les films, les vidéos, les nouveaux médias. Il s’agit de décloisonner le film documentaire et son sous-genre « ethnographique » - Lieu : Site Raspail / salle 8, 105 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article380

jeudi 9 avril de 14h à 17h jusqu'au 11 juin 2015, le 2e jeudi du mois : Séminaire Des hommes et des dieux en terres ivoiriennes (et par-delà). Histoire et anthropologie comparées. Pour complexifier notre compréhension du vaste éventail des conceptions et pratiques religieuses travaillées par les hommes (et leurs dieux) dans le temps et l’espace, Brenner suggéra une approche "from the ground up", se concentrant sur une région spécifique définie en termes non pas ethnique ou religieux mais géographique, privilégiant l’empirique sur le théorique. Ce séminaire fait le pari de cette démarche heuristique à partir du cadre géographique de la Côte d’Ivoire, dans une ouverture comparative à d’autres contextes africains. Il envisagera le fait religieux dans toute la diversité du contexte pluriconfessionnel ivoirien des XXe et XXIe siècles, dans une définition très inclusive du concept de religion, englobant les christianismes, les interprétations de l’islam, les prophétismes africains, les religions africaines traditionnelles et les spiritualités anciennes ou contemporaines alternatives. Lieu : IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article376

jeudi 9 et 23 avril de 15h à 17h jusqu'au 11 juin 2015 les 2e et 4e jeudis du mois : Séminaire Anthropologie critique de l’État : approche comparative à partir de l’Afrique et de l’Amérique latine. Les transformations mondiales s’accompagnent d’une remise en cause profonde des hégémonies Occidentales (USA-Europe). Celle-ci s’exprime de manière particulièrement saisissante au niveau épistémologique. Dans ce séminaire, il s’agira de discuter des a priori qui fondent les disciplines, en envisageant les dynamiques sociales, non pas tant dans un rapport Nord-Sud ou euro-centré, mais notamment au travers de reconfigurations plus ouvertes où les hégémonies occidentales sont contestées, et dans lesquelles des rapports de plus en plus étroits se nouent entre des régions indépendamment du Nord, en particulier l’Afrique et l’Amérique latine. Ces nouvelles relations Sud-Sud participent au décentrement de l’Occident, reconfigurant par là même son poids politique et économique sur la scène internationale. - lieu : Site Raspail / salle des artistes, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.frhttp://imaf.cnrs.fr/spip.php?article372

jeudi 9 avril à 18h30 : Rencontre avec Christian Phéline autour de son ouvrage "Un Gauadeloupéen à Alger : M Maurice l'Admiral (1864-1955)" (Ed: Riveneuve, 2014) Fils d’un notable mulâtre né esclave, Maurice l’Admiral , devient avocat « indigénophile » avec sa défense des révoltés de Margueritte (1901). Conseiller municipal au titre indigène, puis bâtonnier, il se rendre à Paris revendiquer un accès élargi des Musulmans aux droits civiques. En 1939 Albert Camus fait écho dans Alger républicain à sa plaidoirie en faveur du cheikh Taïeb El Okbi. Après 1945, l’exemple de sa pugnacité en fait un chaînon manquant entre le Guyanais Ismaÿl Urbain et le Martiniquais Frantz Fanon. - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171, rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 http://www.cca-paris.com

jeudi 9 avril à 19h : Exposé de Marcel Libama responsable du syndicats de l'éducation du Gabon sur luttes sociales au Gabon, en particulier de la lutte actuelle de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), dont il est le délégué administratif. avec Survie Paris - lieu : Maison des associations du 3è, 5 rue Perrée, M° République / Temple - Rens. contact@survie-paris.org www.survie-paris.org

jeudi 9 avril de 19h30 à 21h30 : Comedy Factory After Work présenté par Swag Event Artistes invités: M'Rick (Humour) la nouvelle étoile du Stand Up , Miky Mikr (Humour) , Les Fill'Andiz (Humour) , Les Koktem Molokoy (Humour) , K-Dy (Chant) , Océane (Chant) , Stéphane Lydo (Magie) - Tarif : 16 € plus une consommation - lieu : l’Entrepôt Villette, 216 Av Jean Jaurès, Paris 19ème, M° et Tramway: Porte de Pantin, Parking hôtel de ville 3 heures offertes - Rens. Et résa. 06 21 69 29 17 http://allpeoplefrom.fr/events/comedy-factory-after-work/

jeudi 9 avril à 20h : Méli-Mélo de Contes venus de partout, de loin et de près pour enchanter les oreilles avec Isabelle Janvier, Krystin Vesterälen - Tarif : 7 - 12 € - Lieu : Espace Triartis, 19 rue Pascal, Paris 5°, M° Gobelins, Censier Daubenton - Rens. Réservationcommunication.pausilippe@gmail.com

vendredi 10 avril jusqu'au 12 juin 2015 tous les 2e vendredi du mois de 9h à 13h : Séminaire Guerre, humanitaire, réfugiés : terrains et théories. Ce séminaire mensuel porte sur les grands axes de recherche d’une équipe pluridisciplinaire de l’IMAF qui s’intéresse depuis des années aux transformations des sociétés dans et par la guerre ou la violence, ainsi qu’aux reconfigurations et aux continuités dans les situations « d’entre-guerres ». Aussi bien les mobilisations et les mobilités des groupes et des individus (groupes armés, « victimes », réfugiés, exilés), que les politiques humanitaires et sécuritaires mises en œuvre pour « gérer » ces situations sont prises en compte. Les séances organisées par des chercheurs de l’équipe abordent ces questions avec des personnalités invitées pour présenter des résultats d’enquêtes empiriques menées en Afrique principalement, mais aussi en Amérique du Sud, en Europe ou au Moyen-Orient, en les conjuguant aux perspectives théoriques qui balisent ces recherches ou s’ouvrent grâce à elles. - Lieu : EHESS, IMAF, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article362

vendredi 10 avril de 9h30 à 17h30 : Formation sur la relation interculturelle : Professionnels et bénévoles sont souvent confrontés à des incompréhensions ou des blocages dus aux différences culturelles dans l’accompagnement du public migrant. Pour une meilleure compréhension et une plus grande efficacité, l’ASSFAM vous propose une sensibilisation à l’approche interculturelle. En partant d’exemples du quotidien des participants et/ou des formateurs, tenter d’éclairer : Les fondements d’une culture; La définition d’une culture; Les enjeux d’une relation interculturelle; Les cadres de référence; Les obstacles à une relation interculturelle et les moyens d’y remédier ( l'écoute, la décentration, la négociation...), La richesse d’une relation interculturelle. - Tarif 30€ - Lieu : les locaux de l’ASSFAM, 2 rue Jules Cloquet, Paris 18è, M° Porte de St Ouen. - Rens et Inscription 01 55 56 62 62 pelagie.mewoulou@assfam.org

vendredi 10 et 24 avril jusqu'au 12 juin 2015 les 2e et 4e vendredis du mois de 11h à 13h : Conférence de Hebe Matos : « Histoire orale et afro-brésilianité » (titre provisoire) (Université Fédérale Fluminense) - Dans le cadre du Séminaire Supports et circulation des savoirs et des arts en Afrique et au-delà qui cherche à mettre en perspective les rapports complexes entre la création artistique contemporaine en Afrique et le monde globalisé, qu’il s’agisse de danse, de théâtre, d’arts plastiques, de photographie, de cinéma, de musique, de littérature, d’arts numériques. - Lieu : salle 8, 105 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr htp://imaf.cnrs.fr/spip.php?article358

vendredi 10 avril à 20h : Projection de "Cheikh El Hasnaoui", un film de Abderrazak Larbi-Cherif : Cheikh El Hasnaoui, s’illustre en créant en France en 1930 un style propre à lui et à ses textes qui évoquent les souffrances de l'exil. Il a décrit, dans ses chansons, de l'intérieur, la société kabyle durant la première partie du 20 ème siècle. Il a chanté la femme et sa condition sociale sans se soucier des traditions dominantes et des comportements injustes envers elle. Ses chansons sont des plaidoiries en faveur de l'égalité des droits entre les hommes et les femmes. Cheikh El Hasnaoui est un symbole de l’Algérie réconciliée avec ses identités avec ses compostions, en Arabe algérien et en Kabyle. - Lieu : Centre Culturel Algérien, 171, rue de la Croix Nivert, Paris 15è - Rens. 01 45 54 95 31 http://www.cca-paris.com

samedi 11 avril de 10h à 18h : Réunions d’information et ateliers d’écriture - PRA/OSIM organisé par la Coordination des Associations Guinéennes de France (CAGF) pour répondre à l'appel à projet du PRA/OSIM 2015 (Programme d'Appui aux projets des Organisations de Solidarité Internationale issues de l'Immigration) - Lieu : MDA, 25, rue Lantiez, Paris 17è, M° Brochant - Rens. Ou Inscription Lamine TRAORE, Chargé de mission au FORIM pour l'information, Coordination du réseau des OPAP du PRA/OSIM 01 46 07 61 80 praosim@forim.netmsantos@forim.net www.forim.net

samedi 11 de 11h à 20h et dimanche 12 de 11h à 18h : 2ème édition de Juste make Art : une exposition vente qui réunira des artistes très talentueux et des créateurs sur Paris. Au programme : concert samedi à 19h avec Tennin', performance artistique dimanche, box pour enfants à découvrir, traiteur… - Lieu : une des célèbres galeries JOSEPH qui vient d'ouvrir ses portes au 123 rue de Turenne-75013 Paris. M° filles du calvaire ou République. - Rens. Christelle Akué, Présidente CORI & ART 06 16 05 06 08 morenafric@yahoo.fr www.corietart.fr

samedi 11 avril à 13h : marche-manifestation Panafricaine pour "Le Respect des Constitutions en Afrique." - Plusieurs dictateurs africains forts parfois du soutien de leurs « amis » occidentaux, cherchent à s’éterniser à la tête de nos Etats africains. En cette année 2015, début d’échéances électorales décisives pour de nombreux pays africains (Nigéria, Togo, Soudan, Burundi, Tanzanie, Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, Burkina Faso, Centrafrique, etc.), les Constitutions africaines sont au cœur du débat et avec elles les libertés individuelles et la démocratie. Cette marche panafricaine débutera à 13h à la place Victor Hugo et s’achèvera par un meeting devant les locaux du Conseil Constitutionnel français. Plusieurs personnalités, des organisations de défense des droits et différents leaders d’opinion (journalistes, écrivains, universitaires, artistes…) participeront à cette manifestation et interviendront pour une véritable prise de conscience des africains sur le caractère sacré de la loi. Pour le Comité d’Organisation Armand Iré Journaliste-écrivain - Rens. Paul-Eric ZEDIA 06 76 93 24 46 paulericzedia@gmail.com - Commission communication et relation presse 07 58 55 83 38, 06 18 34 26 27 africa11avril2015@gmail.com http://contrepoids-infos.blogspot.fr/2015/03/le-11-avril-2015-nous-marcherons-paris.html

samedi 11 avril à 19h : Concert de soutien à la mobilisation contre les violences policières organisé par Socialcrash Asso avec Side Walk (Punk), Makadam (Punk/Oi) et Blue Void (Post Punk) - tables de presses de SocialCrash et Regard Noir - Lieu : La Petite Maison, 8 rue Godefroy Cavaignac, Paris 11e, M° Charonne ou Voltaire - Paf au chapeau. Rens. http://paris.demosphere.eu/rv/38533

lundi 13 avril de 13h à 16h : Conférence : Histoire de la colonisation et histoire de l’Afrique, séance organisée par Camille Lefebvre avec nne Hugon (maîtresse de conférences Université Paris-1, IMAF), et Pierre Singarevelou - dans le cadre du Séminaire "Temps, terrains et écriture de l’histoire de l’Afrique" organisé par Marie-Laure Derat (chargée de recherche au CNRS), Camille Lefebvre (chargée de recherche au CNRS) et Thomas Vernet (maître de conférences à l’Université Paris I) - Lieu : Site Malher, Salle 107 , 9 rue Malher, Paris 4è - Rens. 01 53 63 56 50eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article449

lundi 13 avril de 14h à 16h : Conférence de Keith Breckenridge, University of the Witwatersrand autour de son ouvrage Biometric State : The Global Politics of Identification and Surveillance in South Africa, 1850 to the Present ? Avec - Dans le cadre du séminaire "L’Etat documentaire et les mondes du papier en Afrique" organisé par Séverine Awenengo Dalberto (IMAF), Aïssatou Mbodj-Pouye (IMAF) et Richard Banégas (CERI) - Lieu : CERI, 56 rue Jacob, Paris 6è - Rens. sawenengo@yahoo.fr mbodj@cnrs.fr richard.banegas@sciencespo.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article432

lundis 13 et 27 avril jusqu'au 8 juin 2015, les 2e et 4e lundis du mois de 17h à 19h : Séminaire L’empire portugais, entre l’Amérique, l’Afrique et l’Asie : perspectives coloniales et postcoloniales (XVe-XXIe siècle). L’histoire de l’empire portugais reste assez marginale, or, son inscription tricontinentale permet de retracer des transversalités entre l’Amérique, l’Afrique et l’Asie, qui collaborent à la discussion internationale en cours sur les (re)configurations des empires modernes et contemporains. Ce séminaire sera l’occasion de faire connaître l’historiographie existante et de discuter les travaux récents ou en cours. Lieu : IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article377

mardis 14 et 28 avril jusqu'au 9 juin 2015, les 2e et 4e mardis du mois de 15h à 17h : Séminaire "Des guerres électorales à l’épreuve de l’Afrique" élaboré à partir d’enquêtes pour rendre compréhensible comment la guerre et les élections échangent et renforcent leurs effets. Il postule, d’une part, que la guerre constitue un dispositif de sélection des leaders qui fonderont un ordre politique et, d’autre part, que les élections mobilisent potentiellement toute la population dans cette entreprise. Ce cadre d’analyse confirme que l’ordre politique se présente comme l’expression des rapports de force provisoires entre les perdants qui revendiquent le pouvoir, et les élus qui souhaitent renforcer leur avantage. - Lieu : IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr - Rens. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article386

mardi 14 avril à 18h : Projection débat « Au nom du père, de tous, du ciel » Film de Marie-Violaine Brincard, 2010, 52 min. D'avril à juillet 1994, au Rwanda, quelques Hutu résistent à la terreur génocidaire et décident d'accueillir et de sauver des Tutsi. Quinze ans plus tard, malgré des tentatives symboliques de reconnaissance, ils sont toujours marginalisés : traîtres pour certains et tueurs potentiels pour d'autres.! Comment le cinéma traite-t-il la frontière - notion abstraite - à partir de sons, d'images, de paysages, de lieux et de personnages ? Comment l'écriture cinématographique permet-elle d'en restituer la texture émotionnelle et le vécu - Lieu : Maison des Sciences de l'Homme, EHESS - salle 640, 190 Av de France, Paris 13e, M° Quai-de-la-Gare - Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/38203

mercredi 15 avril : Pour une anthropologie critique des religions et du genre en Afrique : doctrines, discours et pratiques. - Lieu : EHESS, IMAF, salle de réunion, 2e étage, 96 blv Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article359

mercredi 15 avril de 17h30 à 19h30 : Conférence de Antonin Plarier (U. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Gardes-forestiers et paysannerie en Algérie à la fin du XIXe siècle : entre dépossession et résistances rurales. Dans le cadre du Séminaire "Pour une histoire sociale de l'Algérie colonisée" - Lieu : Centre d'histoire sociale du XXe siècle, bibliothèque, 6e étage, 9 rue Malher Paris 4è - Rens. 01 44 78 33 32 katia.benkanoun@cnrs.fr sylviethenault [at] aliceadsl [dot] fr http://calenda.org/303300 http://imaf.cnrs.fr/spip.php

jeudi 16 avril jusqu'au 21 mai 2015 les 3e jeudi du mois de 14h à 16h : Séminaire Nouvelles perspectives sur l’histoire du Maghreb (XVIIIe-XXIe siècle) . Cette échelle régionale est quasiment absente du paysage universitaire parisien, les séminaires existant se concentrant le plus souvent sur l’Algérie au XXe siècle, ou privilégiant un cadre arabo-musulman plus vaste. Pourtant, l’intérêt pour le Maghreb est vif en France et en Europe aujourd’hui, du fait de la densité des échanges. L’histoire du Maghreb moderne et contemporain a été l’objet d’un renouvellement certain au cours de la dernière décennie, profitant de l’intérêt pour l’histoire coloniale et impériale. Ce séminaire voudrait l’inscrire dans une périodisation plus large, qui prenne en compte l’époque moderne et la période postérieure aux indépendances politiques. - Lieu : IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article382

jeudi 16 avril à partir de 18h30 : : Tours-émergence ((6) : 1) Invitation au pot de l'assemblée générale de l'association "les Challengeurs Ingénieux" avec thèmes : 1) Planète Challengeurs; 2) Quelles actions concrètes d'accompagnement pour les migrants; 3) Table Ronde des Capitaines et présentation des caractéristiques du nouvel espace - Lieu : restaurant l'Insolite, 58 rue du poteau, Paris 18è, M° Jules Joffrin - Rens. Et inscription 06 14 48 86 35 toureabchallengeursi@gmail.com www.challengeurs-ingenieux.com

jeudi 16 avril à 20h : Conférence gesticulée « Le Mystères du Journalisme Jaune » Organisée par Attac Paris 12 et la LDH Paris 12 : Le journaliste Philippe Merlant propose au public d'élucider cette énigme : pour quelles raisons la confiance entre les citoyens et les journalistes est-elle si faible ? Pourquoi ces derniers sont-ils perçus comme étant du coté des puissants ? Quelles sont les solutions possibles ? Fort de ses 40 ans d'expérience, essentiellement en presse et radio, co-auteur de « Médias, la faillite d'un contre-pouvoir », Philippe Merlant connaît son sujet. Pour le transmettre, il entremêle, selon le principe de la conférence gesticulée, récits autobiographiques, analyses et théories. Ce spectacle permet au public de découvrir les coulisses de l'information. Les spectateurs sont amenés à participer, créant un lieu d'échange. Philippe Merlant contribue ainsi à la réconciliation des citoyens avec leurs journalistes par la compréhension des contraintes de la profession et des responsabilités de chacun, public compris. - Lieu : Théâtre de l’Opprimé Paris, 78-80, rue du Charolais, Paris 12e, M° Reuilly-Diderot ou Dugomier - Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/38551

jeudi 16 avril à partir de 20h : Concert de François Essindi pour Africa Breack 10 eme édition - Avec danses de chorégraphes camerounais et des Instruments traditionnels (Nkul, Ngomo, Mvet...) - Entrée à 10€ - Lieu : la Bellevilloise, 19-21 rue Boyer, Paris 20è, M° Gambetta - Rens. François Essindi 06 95 67 28 15 06 05 80 88 46 abakuya@gmail.com www.abakuya.net

vendredi 17 avril de 13h à 15h : Séminaire Construction de savoirs et enjeux symboliques dans les arts visuels des pays de l’Islam méditerranéen (XIXe-XXIe siècle). Les arts visuels ont connu un développement particulier dans l’espace arabe depuis le XIXe siècle, en lien avec la colonisation. Dans les espaces arabe, turc et persan, le processus de modernisation s’est accompagné d’une imposition de valeurs esthétiques développées dans les centres européens. - Lieu : IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article387

vendredi 17 avril et chaque 3ème vendredi du mois à 18h30 de 18h30 à 19h30 : Rassemblement du Cercle de silence à Paris contre le traitement inhumain des sans papiers - Vous pouvez vous joindre au cercle à tout moment, même pour seulement quelques instants. Par notre participation au cercle de silence, nous voulons dénoncer les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle. Nous en appelons à la conscience de tous et vous invitons à rejoindre le cercle de silence place du Palais-Royal, le 3e vendredi de chaque mois de 18h30 à 19h30 - Lieu : Place du Palais Royal, Paris 1er, M° Palais-Royal-Musée-du-Louvre

samedi 18 avril à 20h : Concert "Abakuya" : le projet musical de François Essindi et Jimi Sofo. Issue d’une fusion d’instruments traditionnels et modernes, électriques et acoustiques, la musique d’Abakuya emporte l’auditeur dans un voyage rythmique redoutable et enchanteur : un véritable appel à la danse et à la méditation. Cette quête musicale produit un premier album « Primitive Love » en 2008, marquant le retour aux traditions polyrythmiques de l’Afrique centrale. Depuis, leur son évolue et s’enrichit de nouvelles textures, brodant finement une matière électro-acoustique sur des compositions tantôt douces, tantôt endiablées. Arborant des instruments tribaux amplifiés aussi enchanteurs à la vue qu’aux oreilles, le duo métissé nous ouvre à une musicalité nouvelle, véritable transe tribale urbaine - Entrée à 10€ - Lieu : l'entrepôt, 7/9 rue Francis de Pressensé , Paris 14è, M° Pernety - Rens, Réservation 01 45 40 07 50 information@lentrepot.fr http://lentrepot.fr

mardi 21 avril jusqu'au 19 mai 2015, le 3e mardi du mois de 17h à 19h : Séminaire Retour ou permanence de la question des confréries sur les deux rives du Sahara : Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest. Un renouveau confrérique s’est opéré aux XIXe et XXe siècles, en résistance à la pénétration et à la domination coloniale. L’État colonial a tenté de contrôler cette dynamique sociale et religieuse au service de son entreprise. Après les indépendances, les Etats nations ont marché dans les pas de l’État colonial, et ont parfois tenté, notamment au nord du Sahara, de briser les confréries perçues comme une menace pour la construction nationale en devenir. Alors que les récents conflits au Mali, au Sahara et en Libye ont démontré la vivacité de ce phénomène complexe, on tentera de présenter ses interactions avec le fondamentalisme et le wahhabisme, avec la rivalité algéro-marocaine dans l’espace sahélien, avec l’héritage en déshérence du kadhafisme au Sahara et au Sahel, et avec les dynamiques culturelles qui unissent et opposent les cultures arabe, berbère (touarègue) et sahélienne dans cette région. Lieu : IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens : 01 53 63 56 50 eldubois@ehess.fr http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article381

vendredi 24 avril à 19h30 : Dédicace et lecture du livre / CD d'Apkass et Bruce Clarke "Mais il arrive que la nuit tombe à l'improviste" Ce livre-disque rassemble poésie, musique, peinture et phonographie pour retracer trois jours de l’existence d’un homme en exil, Jean Tshisuaka. De Paris à Kinshasa, l’auditeur-lecteur suit les pas du jeune homme, en errance à travers les deux villes, à la recherche de sa place dans chacune d’elle. - Lieu : Galerie KO 21, 78 rue Haxo, Paris 20è, M° St Fargau - Rens. : 06 16 31 27 08 09 53 34 14 77 galerieko21@gmail.com www.ko21.fr http://apkass.com/

samedi 25 et dimanche 26 avril de 10h à 20h : Salon Afrique Unie - L’événement Afrique Unie est la première manifestation rassemblant les acteurs culturels et économiques de l’Afrique, des Antilles et des départements et territoires d’outre-mer, résidant en France et en Europe, dans un souci de développement, de promotion et de solidarité. Espace enfant encadrés par des animateurs et des animations d’Afrique et des Antilles -- des Concerts : John Doe//Zouk, K-dy//R&B, Phénomènes d’Afrik//Coupé Décalé - de la Gastronomie avec le chef Malonga, -- de Défiles de Modes : Gabon, Bénin, Sénégal, Cameroun, Mali, Togo, Paris/Côte d’Ivoire , Guadeloupe/France -- des Conférence Débat - Lieu : parc Event center, 20 av de la Porte de la Villette, Paris 19è - Rens. 06 74 34 06 90 contact@afriqueunie.fr http://afriqueunie.fr/

samedi 25 avril de 14h30 à 18h : La retraite des Congolais vivant en France avec M. Guillaume Makidi de l’ATCK-France, Mme Honorine Ebongi, Un Expert de la CNAV et M. Nzunga Mbadi Journaliste de l'Association des Travailleurs du Congo - Kinshasa en France (ATCK-France) - Lieu : AGECA, 177 rue de Charonne, Paris 11è, M° Alexandre Dumas - Rens. Andy Mavambu Yakini, Président de l'ATCK 06.26.23.31.09 atckfrance@yahoo.fr

samedi 25 avril de 14h30 à 17h : Balade africaine dans le 18eme : Le Petit Mali à Château Rouge à Paris - Sur les thèmes des échanges et pratiques culturelles, du patrimoine des migrants maliens en Île de France ainsi que sur la notion de voyage de proximité - Ce voyage comprend un guidage personnalisé à travers Château Rouge pendant 2h30 environ - Qu'est ce que le tourisme équitable, si ce n'est la possibilité de donner parole et action à des acteurs totalement exclus des scénarii touristiques : les Migrants. Qui arrivent, non sans difficultés, à intégrer les apports de la terre d'accueil aux «morceaux de vie» de la terre originelle, vaste agrégat de souvenirs, de détails, de ressentis, de savoirs, d'introspection aussi... Qui mieux que les migrants, par leurs parcours de vie singuliers, peuvent nous ouvrir à d'autres connaissances, à d'autres pratiques culturelles, à un nouvel imaginaire créateur sur un territoire de proximité... Qui, mieux que ces derniers, peuvent nous permette d'apposer un visage et des paroles qui résonnent encore lors d'une balade ou d'un évènement... - Prix : A partir de 15 € par personne - Lieu de rendez-vous au Marché africain de Château Rouge au sortir du métro (angle Boulevard Barbès et Rue Poulet devant le kiosque) dans le 18ème à Paris - Inscription préalable par courriel : voyagesiproche@bastina.fr - Rens. : 08 05 69 69 19, 06 41 67 04 30 bastina@bastina.fr www.bastina.fr

jeudi 30 avril de 18h30 à 19h30 : Cercle de résistance de soutient des migrants « sans papiers » - Être « sans papiers » n'est pas un délit, c'est une situation administrative. Nous soutenons les étrangers migrants et les demandeurs d'asile pour qu'ils puissent faire valoir leurs droits. Quelqu'un qui s'exile ne le fait pas de « gaîté de cœur » ; bien souvent, il cherche la paix, la sécurité, la justice, et il cherche à reconstruire une vie. Quelle que soit la durée de votre participation, même 5 minutes, le Cercle de Résistance est ouvert à tous - Lieu : Place Denfert-Rochereau, parvis de la gare RER Denfert-Rochereau, M°, RER-B Denfert-Rochereau - Rens. Ou pour recevoir la lettre d'information mensuelle : www.cerclederesistance.fr

Actions situées en Seine et Marne (77)

mercredi 15 avril de 14h à 17h : Randonnée conte « Contes pour aimer la terre » : des histoires pour respecter la terre et ne plus l'empoisonner. Tout public- - Lieu : Bibliothèque municipale Aimé Césaire Pôle culturel de la Ferme d’Ayau, av Maurice de Vlaminck à Roissy-en-Brie (77) - Rens. : 01 60 34 29 52 ou Caroline Castelli 06 81 83 90 55 carolinecastelli@orange.fr http://carolinecastelli.monsite-orange.fr

mercredi 22 avril à 15h : « Paroles de rivières » Public à partir de 7 ans Une goutte d'eau et une autre goutte d'eau, des milliers de gouttes d'eau forment un océan. Chaque goutte à une histoire à raconter, l' une vient des rivières, l'autre de la pluie, celle-ci de la mer , une goutte devient vapeur pour rejoindre les nuages ... et quelques unes viennent des larmes de la reine de la mer du Nord. L'eau est le bien le plus précieux sur la terre et celui qui la possède a la vie dans ses mains. Caroline raconte et chante l'eau qui éclabousse, l'eau qui déluge, l'eau qui guérit et l'eau qui dort.... Des contes de la mer du Nord, d'Éthiopie, de Chine et de France - Lieu : Bibliothèque municipale Aimé Césaire Pôle culturel de la Ferme d’Ayau, av Maurice de Vlaminck à Roissy-en-Brie (77) - Rens. : 01 60 34 29 52 ou Caroline Castelli 06 81 83 90 55 carolinecastelli@orange.frhttp://carolinecastelli.monsite-orange.fr

Actions situées dans les Yvelines (78)

mardi 7 avril de 18h à 20h : Présentation de la Semaine de la solidarité internationale et du festival Alimenterre de Novembre par La Coordination de la SSI et la Mission coopération internationale du Département des Yvelines - Cette rencontre sera l’occasion d’échanger sur les possibilités qui vous sont offertes en tant qu’association, collectivité ou collège de vous mobiliser et mobiliser vos réseaux, ainsi que l’accompagnement proposé pour la mise en œuvre d’animations au grand public. - Lieu : Salle Fontenay, (au fond de la cour à gauche après le porche), 3 rue de Fontenay à Versailles (78), Accès par : Gare Versailles Rive Gauche (3 min) ou Versailles Chantiers (15 min), bus (Gare rive gauche ou Europe) - Rens. : Mission coopération internationale, 01 39 07 84 44 coopinter@yvelines.fr www.yvelines.fr/coopinter

jeudi 9 avril de 18h à 19h : Cercle de silence à Versailles : Que votre participation soit d'une minute, d'une dizaine de minutes ou d'une heure complète, elle marque votre soutien. Vous pouvez aussi y venir en groupe. Lieu : Place du marché aux fleurs, angle Avenue de Saint-Cloud / avenue de l’Europe à Versailles (78), RER C Versailles ou SNCF Versailles Rive droite - Rens. : http://paris.demosphere.eu/rv/38536

samedi 11 avril de 9h30 à 16h30 : Journée de formation “Rédiger un rapport d’activités” et “Réaliser ou faire réaliser une évaluation de son projet” réservé aux Acteurs yvelinois conventionnés dans le cadre de la politique “Yvelines, partenaires du développement”. L'Objectif est de faire réfléchir les porteurs de projets sur les attentes des bailleurs de fonds et notamment des collectivités en matière de retour concernant leurs projets, que ce soit en matière d’exécution du projet ou d’animation du territoire. Organisme formateur : Agence Coop Dec Conseil - Lieu : Hôtel du Département, Salle Barthou, 2 place André Mignot à Versailles (78) - Rens. 01 39 07 79 94 coopinter@yvelines.fr Inscription obligatoire en ligne http:// www.yvelines.fr/coopinter

samedi 11 avril de 16h à 22h30 : Soirée conviviale pour les orphelins de Centrafrique : L’Association Entraide aux Orphelins de Centrafrique propose une soirée pour accompagner le projet de construction d’un orphelinat à Bangui – Centrafrique. Exposition, Débats, Restauration (brochette à 2€), Chikouangue à 1€, …; et soiré dansante à partir de 19h30 - Lieu : Centre de Diffusion Artistique (C D A), 53 avenue Blanche de Castille à Poissy (78), RER A Poissy puis bus 50 vers la Coudrai, arrêt à Villa Savoye - Rens. : Ghislaine Adramann, Présidente 06 18 93 24 59centrafriquetiayindoux@gmail.com> http://www.yvelines.fr/

dimanche 12 avril de 13h à 20h : Rencontre africaine en faveur de l'association Mafongo Humanity - Pour agrémenter notre rencontre : Jazz, « deux mains … le monde », 52 mn, Film documentaire de Barthélémy TOGUO , musique cubaine, contes africains, Hip-hop, Sélavie vous colonise (one-woman-show), danse avec DJ Charly et dégustation exotique (chili, beignets, jus de gingembre ...) - Les bénéfices iront au Centre Culturel International de Kamgo à Bandjoun (Cameroun) pour son fonctionnement et son approvisionnement. - Réservation : prévente -18 ans/15€ et 20€ ; sur place 25€ - Lieu : Royale Factory, 2 rue Houdon à Versailles (78) à 5 mn du Château et du RER C Versailles rive gauche. - Resa, Rens. 01 39 43 05 59, 06 09 85 13 49 mafongohumanity.org maryse.poiraud@free.fr mambit2001@yahoo.fr www.mafongohumanity.org

samedi 18 avril à partir de 20h30 : Soirée salsa au profit de l’association Kounda 78 en partenariat avec A Guarachar vous propose un soirée Salsa! Une animation est prévue de 20h30 à 21h30 qui sera suivie d’une soirée dansante. Les bénéfices de cette soirée iront au projet de la construction de l’école de Kounda (Mali). - Tarifs : 9€ (avec une boisson) - Lieu : Club Peguy, 32 bis av Fernand Lefebvre à Poissy (78) - Rens.kouda78@yahoo.fr http://www.yvelines.fr/

samedi 25 avril à 11h et tous les quatrièmes samedis du mois : Cercle de Silence de Mantes - Le Cercle de Silence est une action non violente qui rassemble régulièrement, dans un espace public, des hommes et des femmes de divers horizons et de toutes convictions philosophiques, politiques et religieuses. Il s'agit d'alerter tous les citoyens sur le sort réservé aux personnes étrangères venues en France pour mieux vivre ou sauver leur vie. Avec ou sans papier, l'étranger est une personne. La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte. Notre silence le crie. - Lieu : Mantes-la-Jolie, Place Saint-Maclou à Mantes-la-Jolie (78) - Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/38201

Actions situées en Essonne (91)

samedi 4 avril à 19h30 : ÇA VA ! Une histoire de Kinshasa : Théâtre tout public à partir de 11 ans : Kinshasa, République démocratique du Congo. Tandis qu’au son de musiques dansantes, la fête du mariage s’organise, Basile construit son espace. Chaque objet déballé est prétexte à raconter la vie des petites gens de Kinshasa, par touches narratives, tour à tour colorées d’humour, d’absurdité, d’amour, de haines, de pouvoir, de solidarité, d’enfance… Ça va! est le témoignage de la dignité, de la débrouillardise, du courage et de la foi en l’avenir d’une population qui manque de tout sauf d’espérance. - Tarifs : 2€, 5€, 10€ l’entrée au choix 1€ pour les moins de 12 ans - Lieu : Théâtre de l’Arlequin 35, rue Jean Raynal, Morsang-sur-Orge - Réservations : 01 69 25 49 15 arlequin.morsang@gmail.com www.theatre-arlequin.fr

dimanche 12 avril à 18h : Danse intercontinentale : Le théâtre de l’Arlequin est partie prenante du collectif Essonne danse. Chaque année, il propose dans ce cadre un parcours intercontinental. Cette année : Taïwan, Burkina Faso, Etas-Unis d’Amérique. Cet événement participe au Mois de BlonBa, consacré à l’Afrique, et la met en résonnance avec les autres parties du monde. - Tarifs : 2€, 5€, 10€ l’entrée au choix 1€ pour les moins de 12 ans - Lieu : Théâtre de l’Arlequin 35, rue Jean Raynal, Morsang-sur-Orge - Réservations : 01 69 25 49 15arlequin.morsang@gmail.com www.theatre-arlequin.fr

Actions situées dans les Hauts de Seine (92)

tous les mercredis et jeudis de 12h à 15h : Cuisine Africaine ambulante : Avec Black Spoon nous souhaitons faire découvrir au plus grand nombre la gastronomie Africaine. En explorant la richesse et la diversité des saveurs d’Afrique, nous tentons à véhiculer des valeurs d’ouverture et d’échange. Black Spoon se veut par la «Street Food» de qualité, le métissage réussit de l’Afrique et de l’Europe - Lieu : Quartier Faubourg de l'Arche, 4 allée Boticelli à Courbevoie (92) - Rens. 06 69 28 41 38 contact@blackspoon.fr http://www.blackspoon.fr/

samedi 4 avril de 20h à l'aube : Soirée de gala au profit de la lutte contre l'autisme avec la participation du groupe "Trio Moon", Njr Ngamwo, LVS Cosmetic, Thesy Moumani, Lily paulson, Ekeg's, Mix Dj Chipe …. Organisé par Autifac (Autisme, France, Afrique centrale) avec le soutien de la ville de Velizy - Buffet jusqu'à minuit - PAF 30€, 35€ - Lieux Salle Maurice Ravel, 25 av Louis Breguet à Viroflay - tram T6 arrêt Velizy - Rens. Dr Armand Nghemkap nghemkap@yahoo.fr https://www.facebook.com/events/765258173550845/

samedi 4 avril à partir de 20h30 et dès 23h30 : Soirée Caraïbe En Showcase : Jessye Belleval, Phil Control, Milca … Dancefloor ambiancé par Dj Slone et Dj Nico - buffet à volonté de 20h30 à 23h : 20 € - Lieu : Génération débarcadère, 40, Route Principale du Port à Gennevilliers - Rens. , Résa : 06 30 06 49 18 / 06 13 16 23 30 / 06 14 50 01 44 le.debarcadere@gmail.com www.idouce.com

jeudi 16 avril de 12h15 à 13h15 et tous les 3ème jeudi de chaque mois : Invitation à participer au Cercle de Silence de la Défense : Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vasto, et- Par notre participation au Cercle de Silence, nous voulons attirer l’attention sur les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle. Nous refusons toute chasse aux étrangers qui inflige aussi des traumatismes profonds à ceux qui en sont les témoins, à la société toute entière, aux enfants particulièrement. Les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les hommes dans leur humanité. Nous voulons que la France redevienne un pays d’accueil, sans cesse enrichi et transformé par des êtres humains venus du monde entier. Le Cercle de Silence est un rassemblement de citoyens et de membres de Notre Dame de Pentecôte, du Secours Catholique du 92, d'ATD-Quart-Monde, du CCFD-Terre Solidaire du 92, du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF 92), de l’Arche de Lanza del Vasto etc... - Lieu : Parvis de la Défense Entre le CNIT et les Quatre Temps, RER SNCF ou tram arrêt Grande Arche - Rens. guillot.anne@orange.fr ou 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr

samedi 18 avril à 14h : Débat sur le thème « L’éducation à la citoyenneté, parlons-en ! » organisé par les associations AFAS et Attac Courbevoie et lancement du « Club échelle » de L’association AFAS , pour l’accès aux droits, l’éducation à la citoyenneté et à la parentalité. La citoyenneté permet aux hommes et femmes d’un Etat d’avoir des droits et des devoirs, encore faut-il les connaître. En France comme en en Afrique, l’éducation à la citoyenneté permet de résoudre des conflits et des crises, mais pas seulement, elle amène aussi à comprendre l’autre, dans sa culture et dans ses valeurs. C’est dans ce partage des cultures que nous pourrons arriver au règne du respect, de la dignité et de l’égalité de tous les citoyens, à l’image de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. - Organisé par Les réseaux AFAS (Actions des femmes africaines solidaires pour le développement) et ATTAC Courbevoie - Lieu : 6 rue Adam Ledoux à Courbevoie (92). Bus 275 ou 278 à partir de la Défense Grande Arche, descendre Place Charras, et de la gare Saint Lazare par le train descendre à Courbevoie. Rens. secretariatafas@yahoo.fr , Amélie Ripoche 06 32 47 98 25 a-ripoche@hotmail.fr, Jean-Paul Vanhoove 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr

lundi 20 avril à 19h : Réunion publique "autour du "livre noir des banques" et de la campagne de l'association Attac sur les des requins de la finance" avec Dominique Plihon porte parole d' ATTAC, coordinateur du livre noir des banques- Ce livre est le résultat de plusieurs mois d’enquête. Chiffres et exemples à l’appui, il montre le coût des banques pour la société et retrace l’histoire de conflits d’intérêts et de collusions incroyables, d’une capture idéologique inouïe, de responsables politiques et administratifs sous influence. La finance a bien un visage, celui d’une oligarchie bancaire plus que grassement rémunérée, coupable d’un véritable hold-up planétaire… Le Livre noir des banques, éd. Les Liens qui Libèrent, 2015, 372p. - Organisé par le groupe local Attac Courbevoie, Neuilly, la Garenne Colombes - Lieu : 6 rue Adam Ledoux à Courbevoie (92), Bus 275 a partir de la Défense Grande Arche descendre Place Charras, de la gare Saint Lazare par le train descendre a Courbevoie - Rens. 06 21 05 47 38 jp.vanhoove@wanadoo.fr annie.reynaud92@gmail.com Alexandre Bartaguiz nsayem.b@gmail.com

Actions situées en Seine St Denis (93)

jeudi 2 avril à 20h : Hommage collectif à René Vautier : Projection de : Afrique 50 (1950, 17 mn), Les trois cousins (1969, 20 mn), La Caravelle (1970, 4 mn), Techniquement si simple (1971, 11 mn), Le remords (1973, 12 mn) Suivie d'une rencontre avec Bruno Muel, Alain Ruscio, Richard Hamon et Youcef Tatem, animée par Tangui Perron. Et comme les communistes, même morts, n'ont pas peur des collectifs, nous nous saisissons de ce premier hommage à René Vautier pour y associer d'autres combattantes et combattants de la cause anticoloniale et anti-impérialiste, très proches du cinéaste militant ou plus éloignés : Michèle Firk, Jacqueline Meppiel, Olga Poliakoff, Pierre Clément, Jean-Louis Hurst, Yann Le Masson et Raymond Vogel… Cette séances est précédée à 18h15 par la projection de Quand les femmes ont pris la colère (1977) de Soazig Chapdelaine et René Vautier, présenté par Tangui Perron. - Lieu : Cinéma Georges Méliès, Centre Commercial Croix de Chavaux, Patio central (en bas des escalators), 7, Avenue de la Résistance à Montreuil (93), M° Croix-de-Chavaux - Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/38372

samedi 4 avril à partir de 10h : Marché équitable et de créateurs et Disco' Soup' Et à partir de 19h Buffet participatif et débat "Les financements alternatifs" avec La NEF et Les Cigales - Lieu : la Maison Ouverte, 17 rue Hoche à Montreuil - Rens.lamaisonouverte93@gmail.com

samedi 4 avril à 18h30 : Projection débat « Les Messagers » de Hélène Crouzillat et Laetitia Tura : Des migrants meurent tous les jours, en des lieux éparpillés, sans que l'on ne puisse en garder la trace. Ils disparaissent dans la frontière. Où sont les corps ? Les Messagers, ce sont ces premiers témoins, ils nomment la mort, s'organisent pour retrouver un nom, un corps ou bâtir une sépulture. Dépositaires de la mémoire des disparus, ils résistent à la disparition de l'humain. Lieu : Cinéma L'Écran, place du caquet à Saint Denis (93), M° Saint-Denis Basilique - Rens http://paris.demosphere.eu/rv/38167

dimanche 12 avril de 10h30 à 18h : Stage avec le grand maître malien Sega Sidibé organisé en collaboration avec l’Appel des Tambours. Originaire du Wasulun, Séga Sidibé est un des grands maîtres tambours Mandingues particulièrement apprécié pour sa connaissance parfaite du patrimoine musical malien. Pendant 15 ans, il a été le premier soliste des Ballets de Bamako, période pendant laquelle il a parcouru le Mali pour récolter les musiques et les danses de ses principales ethnies dans leur forme traditionnelle. Lors de ce stage Sega Sidibé nous fera travailler le répertoire de solos, le stage s’adresse donc plutôt aux avancés. - Lieu des cours : Maison Lounès Matoub, 4-6 place de la République à Montreuil (93), M° Robespierre, ligne 9, sortie rue Barbès - Rens 06 18 47 6446 asso.adamao@gmail.com https://adamao.wordpress.com

mercredi 15, jeudi 16 et vendredi 17 avril de 9h30 à 17h : Formation au montage de projet de solidarité internationale. Date limite d’inscription : 10 avril 2015. Ce cursus de 3 journées propose des outils de base pour la conception et le suivi d’un projet de solidarité internationale. De l’analyse du contexte à la recherche de financements, les différentes phases seront abordées. Il alternera entre apports théoriques, prises de parole des participants et travaux sur leurs projets. Cette formation est gratuite pour les participants et entièrement prise en charge par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Les stagiaires s’engagent à participer à l’intégralité de la session. Une convocation par mail avant le début de la formation choisie vous sera adressée. Le nombre de places étant limité à 15 stagiaires par session, il est impératif, en cas de désistement, de prévenir le plus tôt possible Via le monde, afin de libérer votre place pour d’autres participants - Lieu de Formation : Via le monde - Immeuble Erik Satie, 7-11, rue Erik Satie – 7ème étage à Bobigny (93) - Rens. 01.41.60.89.17 vialemonde@cg93.fr - Inscription http://www.vialemonde93.net

jeudi 16 avril à 20h : Projection du film Kel Dette de Michel Crozas, suivi d’un débat avec Nicolas Sersiron, président du CADTM France - En 2011, Dakar la capitale du Sénégal, accueille le Xe Forum social mondial (FSM). C’est dans ce cadre que le CATDM (comité pour l’Annulation de la Dette enregistre un album « Prise de conscience collective » sur le thème de la dette qui réunit 19 groupes et artistes sénégalais afin de de sensibiliser les populations. Une caméra a suivi huit groupes impliqués dans le projet, pendant tous les moments forts qui ont ponctué le forum. Elle s’est invitée dans les quartiers populaires et à collecté les témoignages de ces artistes, leurs difficultés à vivre, mais aussi leurs envies de combattre toutes les formes d’injustice. Elle a capté le talent qui s’exprime chez chacun afin d’appréhender et de partager la richesse des différentes formes d’expression du hip-hop sénégalais. - Lieu : Au Grand Bouillon, 2ter Rue du Moutier à Aubervilliers (93) - rens. info@cadtm.orghttp://www.cadtm.org/spip.php?rubrique25

Actions situées dans le Val de Marne (94)

vendredi 3 avril de 18h à 19h et tous les 1er vendredi du mois. Cercle de silence à Brétigny : Avec ou sans papiers, l'étranger est un être humain. Par notre rassemblement en cercle et en silence, nous entendons attirer publiquement l'attention sur le sort réservé aux migrants, aux étrangers et aux demandeurs d'asile. Nous affirmons que chaque personne est digne de respect et que les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les êtres humains dans leur humanité. Le cercle de silence de Brétigny est composé de citoyen(ne)s dont certain(e)s sont membres de : Alphabeta, ATD Quart Monde Essonne, CCFD-Terre Solidaire, Comité Chrétien en Solidarité avec les Chômeurs et les Précaires, Communauté Catholique de Brétigny/Le Plessis-Paté, Eglise Réformée de la Vallée de l'Orge, Ligue des Droits de l'Homme, Observatoire du CRA de Palaiseau, Parti de Gauche, Réseau Education Sans Frontières 91, Réseau franciscain Gubbio, Restos du Cœur, Solidarités Nouvelles pour le Logement. - Lieu : Place de la Gare à Brétigny-sur-Orge, RER-C Brétigny-sur-Orge - Rens. cercledesilencebretigny@yahoo.frhttp://cerclesdesilence.info

dimanche 12 avril de 15h à 18h30 : Bal Afro Contempo, collaboration entre Ousseni Sako et Manu Sissoko - Autour d'un répertoire de danses du Mali, Manu Sissoko vous initiera au lien danse-musique avec pédagogie, énergie et finesse dans une ambiance digne des meilleures cérémonies bamakoises !" - Tarif : 35€ infos sur : www.manusissoko.jimdo.com - Lieu : Salle Marcel Paul 17, rue Raymond Lefèvre à Gentilly (94) - Rens. pazonote@yahoo.fr - Préinscription sur http://www.pazonote.com - Rens. : pazonote@yahoo.fr http://www.pazonote.com/danse-africaine/saison-danse-2014-2015/

jeudi 16 avril de 14h à 16h et tous les 3ème jeudi du mois : Atelier de recherche "Divination et Rhétorique" organisé par Danouta Liberski (CNRS), Odile Journet-Diallo (EPHE) et Stéphan Dugast (IRD) - La très grande diversité des formes africaines de consultation de l’oracle offre à l’entreprise comparative un champ d’exercice qui a été peu exploité jusqu’à aujourd’hui. - Lieu : IMAF-Ivry, CNRS, 27, rue Paul Bert 94204 Ivry-sur-Seine (94) - Rens. addenicolas@gmail.com. http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article417

Actions situées dans le Val d'Oise (95)

samedi 11 avril à partir de 20h : Soirée culturelle au profit d'orphelins du Togo et organisé par association Gbenodou - Programme : Artistes Togolais surprises, Ballet Folklorique et Nuit dansante à partir de 21 heures - PAF : adultes 15€ - enfants 8€ - Lieu : Grande salle Jean Vilard, 9 boulevard Héloïse à Argenteuil (95) - Rens. 06 71 76 76 25, 06 85 89 52 80, 06 73 33 06 52, 06 65 37 01 66 gbenodouuff@yahoo.fr

Petites annonces

Espaces disponibles à l'Astroport de Bonnières/Seine (78) L'association Les Passagers de l'Astroport à Bonnières sur Seine, près de Mantes la Jolie dans les Yvelines, propose d'accueillir d'autres associations, créateurs, innovateurs... Si vous êtes dans le coin, n'hésitez pas à venir nous voir pour imaginer comment construire ensemble les activités de notre lieu magnifique! Très belle lumière, grande hauteur de plafond, parties communes conviviales (salle d’exposition/réception, bar, jardin…) En plein centre ville, proche gare et autoroute A13, à 65 Kms de Paris. Contact : Elisabeth Lerminier 06 76 93 07 43 elisabeth.lerminier@wanadoo.fr

Lancement du concours Talents des cités pour 2015. Les inscriptions à la 14e édition du concours Talents des Cités sont ouvertes. Les créateurs d’entreprise ou d’association et les porteurs de projets des quartiers prioritaires de la politique de la ville sont invités à présenter leur candidature jusqu'au 31 mai 2015 au plus tard. En 2014, 570 candidatures (soit une hausse de 20 % par rapport à l’édition 2013) avaient été réceptionnées. http://www.talentsdescites.com/articles/view/69/s-inscrire-en-ligne

Maison à louer au Ghana : Tantra Hills, Accra, Ghana, 8 chambres tout confort - 3600 euros /mois - Rens. 06 42 64 89 85 06 47 97 59 95docia.ntim@neuf.fr

L'Institut Ruwenzori compte accueillir, dans le cadre d'une journée scientifique, le Professeur Jean Claude Maswana, enseignant à l'Université de Tokyo et professeur visiteur dans plusieurs universités de Chine et de Corée du Sud. Il a été demandé à l'orateur d'expliquer la réussite économique des pays de l'Asie de l'Est et les enseignements que peuvent en tirer les pays d'Afrique noire. A cette occasion, nous faisons également appel à d'autres scientifiques africains qui seraient tentés de profiter de l'événement pour faire un exposé. Merci de bien vouloir réagir rapidement afin de permettre une meilleure organisation. Rens. Albert Kissonga akisonga2002@yahoo.fr

Repost 0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 09:50
#FranceVsGbagbo / Quand Ardisson servait la soupe à Soro (#Mai2005 #RFI #FranceTélévisions)

#SoroSorosSorrows / RFI écrit le livre de Soro & Ardisson assure la promo (mai2005)

A la tête d'une rébellion financée par la France et Alassane Ouattara (via le Burkina Faso de l'assassin de Sankara Baise Compaoré, où les rebelles stationnaient et étaient formés, entre deux casses à la BCEAO), Guillaume Soro profite d'un voyage officiel du président ivoirien élu, Laurent Gbagbo, en septembre 2002, pour lancer une offensive militaire depuis le Nord et le Centre du pays... régions supposément sinistrées, maltraitées et victimes d'un pouvoir central "ethno-tribal, ivoiritaire et génocidaire". Ainsi que cessent de le répéter les médias occidentaux et en particulier français (ici Radio France International et France Télévisions, soit deux fleurons de l'audiovisuel hexagonal).

Le pouvoir ivoirien réagit vigoureusement à cette attaque. Déplorant néanmoins l'assassinat du ministre de l'Intérieur...

En 2003, la France, qui prétend ne s'être qu'interposée entre les belligérants (alors qu'au nom des accords militaires, elle aurait du aider le pouvoir central à mettre la rébellion hors d'état de nuire) impose au pouvoir ivoirien non seulement de négocier avec les rebelles analphabètes pour nombre d'entre eux...mais aussi à Laurent Gbagbo d'intégrer dans son gouvernement une moitié de ces rebelles analphabètes et illégitimes.

En 2004, les forces ivoiriennes légales et la rébellion s'affrontent. La France s'interpose à nouveau, sauvant la rébellion, menaçant la résidence présidentielle, tirant sur la foule (69 morts devant l'hôtel Ivoire) et détruisant la flotte ivoirienne...

En mai 2005, sur le service public français - arme majeure dans la guerre que mène la France à la Côte d'Ivoire -, Thierry Ardisson reçoit Guillaume Soro, qui publie chez Hachette (Lagardère) un livre, écrit par un journaliste de RFI... le questionnaire est au-delà de simplement complaisant et permet à Soro de passer sous silence les exactions de la rébellion.

Mixage / Cave du 18
www.legrigriinternational.c
om

PS : en début de vidéo, un extrait d'une interview de l'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire de 2002 à 2005, Gildas Le Lide, réalisée par la documentariste et journaliste Nicoletta Fagiolo.

Repost 0
29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 20:41
Devant Omar Bongo, Bourguiba remercie le raïs Mitterrand (#Hollande #Bardo #Charlie)

Mis en ligne le 29/03/2015

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Politique Gos et Gars du moment Tunisie
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 09:00
Panorama des cinémas du Maghreb & du Moyen-Orient du 31 mars au 19 avril (#Paris #SeineSaintDenis)

Mardi 31 mars 2015 démarre la 10e édition du Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient !

Jusqu’au 19 avril, le PCMMO propose aux cinéphiles et aux curieux de découvrir l’actualité des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient à travers une large sélection d’œuvres en provenance du Maroc, d'Algérie, de Tunisie, de Palestine, du Liban, d'Egypte, d’Iran, de Syrie et des diasporas dans le monde, un « panorama » en 40 films auquel s’ajoute cette année, à l’occasion des 10 ans de la manifestation, un focus sur le cinéma marocain contemporain en 20 films et de nombreux événements.

Rendez-vous du 1er au 5 avril, au cinéma l’Écran de Saint-Denis, berceau de la manifestation, puis du 6 au 19 avril dans les cinémas, médiathèques et instituts à Paris et en Seine-Saint-Denis, pour rencontrer et échanger avec la centaine d’invités - cinéastes et personnalités du monde des arts - qui se succéderont, durant 20 jours, dans les quinze lieux du festival !

Depuis dix ans, le festival explore chaque année l’actualité des cinématographies du Maghreb et du Moyen-Orient, en pariant sur la capacité des œuvres à transformer une perception parfois caricaturale de la culture musulmane et arabe.

Quelques titres de films à découvrir, présentés en présence des cinéastes invités : - en avant première, Les Terrasses de Merzak Allouache, (le 2 avril à 21h) ; Les Messagers de Hélène Crouzillat et Laetitia Tura (le 4 à 18h30) ; No Land’s Song de Ayat Najafi, (le 6 à 20h)… et inédits : La fièvre de Safia Benhaim (le 1er à 20h45) ; Bla Cinima de Lamine Ammar-Khodja (le 2 à 19h) ; 10949 Femmes de Nassima Guessoum (le 3 à 14h15) ; Home Sweet Home de Nadine Naous (le 3 à 19h45 et le 9 à 18h30) ; Je suis le peuple de Anna Roussillon (le 4 à 20h45 et le 9 à 20h) ; Les Gracieuses de Fatima Sissani (le 10 à 20h30), etc.

CATALOGUE : ‪bit.ly/1EJNzNV

BANDE ANNONCE : https://vimeo.com/122409316

DOSSIER DE PRESSE : http://www.pcmmo.org/wp-content/uploads/2013/10/PCMMO-2015_DP.pdf

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Arts & culture Maghreb
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 20:00
#ProcèsSimoneGbagbo / Plaidoirie de Me Dadjé lue par Protche (mars2015)

Texte / Me Ange-Rodrigue Dadjé

Lecture / Grégory Protche

Mixage / La cave du 18

Retrouvez Simone Gbagbo sur Facebook.

Repost 0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 11:00
Zoro Bi Ballo à La Haye et au Congrès du RDR de Ouattara
Zoro Bi Ballo à La Haye et au Congrès du RDR de Ouattara

Bonjour,

Suite à l’article paru sur votre site et signé par M. Shaka Hama Zulu au sujet de Epiphane Zoro sur la CPI (ICI), veuillez noter que M. Zoro ne fait plus partie de l’équipe de Maître Paolina Massidda depuis décembre 2014.

M. Epiphane Zoro avait été nommé par Maître Paolina Massidda, Représentant légal commun des victimes dans l’affaire Blé Goudé, en tant qu’assistant juridique sur le terrain.

Il faut rappeler que Monsieur Zoro n’était pas un « expert indépendant » nommé par la Cour et ne travaillait ni pour le Bureau du Procureur ni pour les Juges. Son rôle était d’apporter un soutien au Conseil désigné pour représenter les victimes dans cette affaire et contribuer à maintenir le contact entre cette avocate et ses clients.

Sincères salutations,

Jean-Michel Beaucher
Coordonnateur chargé de la sensibilisation en Côte d’Ivoire
Cour Pénale Internationale

Repost 0
Published by Gri-Gri International CPI - dans Côte d'Ivoire - Élections 2010 CPI Politique
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 11:00
#ProcèsGbagbo / Ce que Simone a dit à ses juges


INTERVENTION DE MADAME SIMONE EHIVET GBAGBO

Monsieur le Président,
Je tiens à saluer la mémoire de toutes les personnes qui ont perdu la vie durant cette période douloureuse que traverse la Côte d’Ivoire.

Je compatis également aux souffrances et à la douleur de toutes les personnes blessées, mutilées, physiquement, moralement. Toutes ces personnes qui ont été pillées et qui ont perdu leurs biens et qui sont aujourd’hui désemparées.

Je salue enfin toutes les personnes qui se retrouvent en exil du fait de la crise postélectorale. Je salue la Cour, et suis ravie de comparaitre afin de donner ma part de vérité sur les poursuites dont je fais l’objet. Tellement de choses ont été dites !!!

PLAN

I- SUR LE DEROULEMENT DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES DE 2010


II- SUR LA CRISE POSTELECTORALE


A. SUR L’INTERVENTION INTEMPESTIVE ET ABUSIVE DE LA COMMUNAUTE
INTERNA
TIONALE

1. LA CERTIFICATION

2. LES AUTORITES FRANÇAISES, PARTIES AU CONFLIT

B. SUR LE REFUS D’ALASSANE OUATTARA
III- SUR LA PRISE DE POUVOIR PAR ALASSANE OUATTARA I

V- SUR LES CONDITIONS DE MON ARRESTATION

V- SUR LES CHEFS D’INCULPATION

SUR LE DEROULEMENT DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES DE 2010

Le 1er tour des élections présidentielles en Côte d’Ivoire a eu lieu le 30 Octobre 2010.
Le 27 Novembre 2010, la veille du 2ème tour de l’élection présidentielle, les candidats Laurent GBAGBO et Alassane OUATTARA se sont par écrit, solennellement engagés : (…) à accepter le verdict des urnes tel que proclamé, à l’issue du scrutin, par la Commission Electorale Indépendante et le Conseil Constitutionnel ».

Pièce No1 : Appel aux Electeurs

C’est dans ces conditions que le 28 Novembre 2010 a eu lieu le Second tour de l’élection présidentielle. La Commission Electorale Indépendante avait alors 3 jours, soit jusqu’au 1er Décembre 2010 à minuit, pour proclamer des résultats provisoires.

En effet, la clôture du scrutin étant intervenue le 28 novembre 2010 à 17 heures, la CEI avait jusqu’au 1er décembre à minuit pour : Communiquer au Conseil Constitutionnel un exemplaire des procès- verbaux, accompagnés des pièces justificatives, Proclamer les résultats provisoires.
Faute de quoi, elle serait forclose. Le 1er décembre 2010, répondant à des journalistes, Monsieur Youssouf BAKAYOKO, Président de la CEI a confirmé cela, en déclarant que : « Nous poursuivons notre travail. Cela signifie que nous n’avons communiqué, à l’heure où je vous parle, aucun résultat. Nous n’avons rien dit à qui que ce soit parce que nous n’avons pas achevé notre travail »1 (Conférence de Presse de Monsieur Youssouf BAKAYOKO du 1 er décembre à 23 heures 30.) Continuant de répondre à des journalistes, Monsieur Youssouf BAKAYOKO a déclaré devant les médias ivoiriens « qu’il n’était pas encore minuit invitant les Ivoiriens à demeurer patients. Les résultats tardant à venir, le candidat Alassane OUATTARA va même écrire au Président de la CEI, toujours le 1er décembre 2010, pour lui dire, je cite : « Nous nous permettons de rappeler que le délai de trois jours impartis à la Commission Electorale Indépendante expire ce jour, avec comme conséquence le risque de voir la CEI
dessaisie, ce qui serait un échec dans la conduite de votre
mission ». Pièce n02 : Courrier d’Alassane OUATTARA du 1er Décembre 2010

Le Président de la République Française, Monsieur Nicolas SARKOZY, va également s’autoriser à adresser une correspondance au Président de la CEI, pour lui indiquer : (…) Les textes de la République de Côte d’Ivoire vous offre une marge limitée pour proclamer les résultats provisoires, comme vous le savez mieux que moi-même, et compte tenu de l’attente de votre peuple, je vous exhorte au prononcé du verdict des urnes. Nous sommes disposés ainsi que toute la communauté de l’Union Européenne à soutenir de façon irrévocable le respect de la volonté du peuple, de sécuriser les civils ainsi que tous les
nouveaux représentants des institutions installées (…)

Pièce n03 : Courrier de Nicolas SARKOZY du 1er Décembre 2010

Comment le Président SARKOZY, alors que la CEI n’a pas fini de dépouiller les procès-verbaux peut-il annoncer qu’il va y avoir de « nouveaux représentants des institutions installées » et qu’il va avoir, lui, à « sécuriser les civils » ? Enfin de compte, la CEI transmet au Conseil Constitutionnel, les 30 novembre et 1er Décembre 2010, tous les procès-verbaux de dépouillement des votes sans proclamer de résultats provisoires.

Le 1er Décembre 2010, le candidat Laurent GBAGBO a, conformément à l’article 60 de la Constitution, formulé des requêtes devant le Conseil Constitutionnel sur des irrégularités constatées, lors du 2nd Tour du scrutin, dans les bureaux de vote de huit départements (Bouake, Korhogo, Boudiali, Dabakala, Ferkessedougou, Katiola, Béoumi, et Sakassou).

Le 2 Décembre 2010, prenant acte de la transmission des procès-verbaux de dépouillement, et des requêtes du candidat Laurent GBAGBO, le Conseil Constitutionnel a rendu une décision dans laquelle il dessaisissait la Commission Electorale Indépendante, et constatait avoir été régulièrement saisi.

Pièce n04 : Décision de dessaisissement Ainsi, la critique tendant à affirmer que le Conseil Constitutionnel s’est auto-saisie de la question électorale tentant, par ce fait, d’empêcher la CEI de procéder à la proclamation des résultats provisoires est totalement erronée.

En réalité, la CEI n’a pas été en mesure de procéder à la proclamation de résultats provisoires faute de consensus, mais surtout faute de pouvoir établir un Procès-Verbal de délibération et de résultats au plus tard le 1er décembre 2010. Cependant, le même jour et de manière plutôt surprenante, Monsieur BAKAYOKO Youssouf, Président de la Commission Electorale Indépendante, est allé proclamer de prétendus résultats au quartier général du candidat du RDR, Monsieur Alassane OUATTARA.

A ce niveau, j’ai plusieurs remarques à faire :

– Tout d’abord, cette déclaration est intervenue plus de trois jours après la clôture du scrutin du 28 novembre 2010, en dehors du siège de la CEI, et en l’absence des médias ivoiriens, alors que la CEI était forclose et avait elle-même déjà transmis tous les procès- verbaux de dépouillement au Conseil Constitutionnel

– Deuxièmement : Le Président de la CEI ne peut procéder à une proclamation qu’avec l’ensemble de son bureau réuni, et au siège de son institution. Cette proclamation solitaire au QG d’un candidat rend
sa déclaration nulle ;

– Troisièmement : Le Président de la CEI, n’a jamais justifié d’un Procès-Verbal de délibération ni de la liste d’émargement des Commissaires Centraux pour justifier de la validité des résultats qu’il
a annoncés ;

– Enfin, toutes déclarations émanant de la CEI et portant sur des résultats, ne peuvent être que des résultats provisoires. Et toutes les parties étaient et sont aujourd’hui encore d’accord avec cela. Le 3 Décembre 2010, le Conseil Constitutionnel a proclamé le candidat

Laurent GBAGBO, vainqueur de l’élection présidentielle dans le respect du texte constitutionnel.

Pièce n05 : Décision du Conseil Constitutionnel du 3 Décembre 2010

Or, tout le monde sait qu’en Côte d’Ivoire l’article 98 de la Constitution dispose que : « Les décisions du Conseil Constitutionnel ne sont susceptibles d’aucun recours. Elles s’imposent aux pouvoirs publics, à
toutes autorités administratives, juridictionnelles, militaires et à toutes personnes physiques ou morales ».
Je considère donc que le débat sur le vainqueur de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire est clos avec la décision du Conseil Constitutionnel ; et que Monsieur Laurent GBAGBO est le vainqueur des élections présidentielles de 2010 en Côte d’Ivoire.

Le 4 Décembre 2010, Monsieur Laurent GBAGBO prêtait serment devant le Conseil Constitutionnel. Cela est précisé par l’article 39 de la Constitution qui précise que « dans les 48 heures de la proclamation définitive des résultats, le Président de la République élu prête serment devant le Conseil Constitutionnel, réuni en audience solennelle ».

Toutes ces formalités ayant été appliquées conformément à l’article 39, Monsieur Laurent GBAGBO est le Président de la République de la Cote d’Ivoire. Le seul Gouvernement légitime était donc celui mis en place par le Président Laurent GBAGBO. Je tiens à préciser que quel que soit le gouvernement mis en place par Monsieur Alassane OUATTARA, il ne pouvait être valable qu’après sa prestation de serment devant le Conseil Constitutionnel réuni en audience solennelle, et cela conformément à l’article 39 de la Constitution.

SUR LA CRISE POSTELECTORALE

La crise postélectorale est ainsi née du refus de respecter le choix du peuple ivoirien et la décision du Conseil Constitutionnel rendue conformément à la Constitution ivoirienne.

A- SUR L’INTERVENTION INTEMPESTIVE ET ABUSIVE DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE

1- LA CERTIFICATION

Dans son Rapport du 14 Mai 2007, le Secrétaire Général des Nations Unies insiste sur le fait que : (…) il est admis que le rôle de certification des Nations Unies ne saurait se substituer aux prérogatives qui appartiennent aux institutions nationales en ce qui concerne la certification des différents aspects du processus électoral, mais qu’il vient se greffer sur ces prérogatives ».

Pièce n06 : Rapport du 14 Mai 2007

C’est ainsi que la Résolution 1765 du Conseil de sécurité adopté le 16 Juillet 2007, confie dans son Paragraphe 6, au Représentant Spécial la mission de certifier que : (…) tous les stades du processus électoral fourniront toutes garanties nécessaires pour la tenue d’élections présidentielles et législatives ouvertes, libres, justes et transparentes conformément aux normes internationales ».

Pièce no 7 : Résolution 1765

Le Certificateur a une mission d’évaluation des différentes étapes du processus (procédures et modes opératoires) conformément aux normes internationales en vigueur en matière d’élections démocratiques. En aucun cas, il n’a compétence pour : Dépouiller des procès-verbaux de votes ; Proclamer des résultats. A aucun moment, les déclarations du Certificateur ne peuvent prévaloir sur les dispositions des textes nationaux. Etant donné que l’ONU, elle-même, considère sacro-sainte la souveraineté des Etas qui la constitue. Monsieur CHOI, en transgressant ses prérogatives, est venu faire déraper
tous les débats sur les élections en Côte d’Ivoire.

3. LES AUTORITES FRANÇAISES, PARTIES AU CONFLIT

J’ai constaté une ingérence des autorités françaises dans le débat ivoirien. Cela s’est manifesté entre autre par la lettre du Président SARKOZY au Président de la Commission Electorale Indépendante. De quoi se mêle-t-il ? Cela s’est aussi manifesté par les bombardements des autorités françaises, qui n’ont pas eu pour but de protéger les populations civiles, mais d’assister la rébellion dans ses attaques contre l’armée ivoirienne et les institutions de la Côte d’Ivoire. Les autorités françaises n’ont malheureusement fait qu’accentuer la crise postélectorale

En encourageant le candidat malheureux à user de la violence au lieu
de saisir le Conseil Constitutionnel pour dénoncer d’éventuelles irrégularités ; En incitant à la prise de résolutions onusiennes et européennes visant à établir des embargos dont les principales victimes sont les populations civiles ;

En bombardant la résidence présidentielle pendant une dizaine de jours, alors qu’aucune résolution de l’ONU ne leur donnait ce pouvoir. C’est à croire que l’intention inavouable des autorités françaises était l’élimination physique du Président élu Laurent GBAGBO. En tout état de cause, tout cela était prémédité si l’on en croit le Président SARKOZY qui aurait déclaré selon des journalistes français dans l’ouvrage « ça reste entre nous, hein » les propos suivants : (…) Quand je vois, le soin que j’ai mis à intervenir en Côte d’Ivoire … On a sorti Laurent GBAGBO, on a installé Alassane OUATTARA, sans aucune polémique sans rien ».
Pièce n08 : Extrait du livre de Nathalie SCHUCK et Frédéric GERSCHEL

B. SUR LE REFUS D’ALASSANE OUATTARA

Le 3 décembre 2010, c’est à dire le jour même où le Conseil Constitutionnel a proclamé le candidat Laurent GBAGBO, vainqueur de l’élection présidentielle, Monsieur Alassane OUATTARA signifiait au Conseil Constitutionnel un premier serment par écrit.

Pièce n09 : Courrier d’Alassane OUATTARA du 3 décembre 2010

Je précise qu’aucun texte régissant les élections présidentielles en Côte d’Ivoire ne prévoit une prestation par écrit adressée au Président du Conseil Constitutionnel.

La Loi ivoirienne prévoit comme je l’ai dit, la prestation de serment devant le Conseil Constitutionnel réuni en audience solennelle. Le 8 Décembre 2010, le Conseil Constitutionnel rappelait à Monsieur Alassane OUATTARA que la Commission Electorale Indépendante n’avait pu donner de résultats provisoires conformément aux textes, et que conformément aux dispositions de l’article 94 de la Constitution, les résultats définitifs sont du ressort exclusif du Conseil Constitutionnel.

Pièce n010 : Courrier du Conseil Constitutionnel du 8 décembre 2010

Lequel Conseil Constitutionnel a proclamé le 3 Décembre 2010, le candidat Laurent GABGBO vainqueur de l’élection présidentielle. Le 22 Décembre 2010, à la suite de la correspondance de Monsieur Alassane OUATTARA, le Conseil Constitutionnel rendait une décision dans laquelle, il déclarait nulle et de nul effet, la prestation de serment par écrit de Monsieur Alassane OUATTARA, et précisait que les actes de ce dernier ne sauraient donc engager la Côte d’Ivoire.

Pièce n011 : Décision du Conseil Constitutionnel du 22 Décembre 2010

A la suite de tout cela, la Côte d’Ivoire fera l’objet d’une agression violente et multiforme. Les troupes rebelles de Monsieur Alassane OUATTARA et de Monsieur Guillaume SORO, aidés par leur mercenaire et milices appuyées par les forces onusiennes et françaises, ont entrepris la descente sur Abidjan massacrant des populations civiles, humiliant des représentants de l’Etat, éventrant des prisons, pillant et incendiant les résidences des cadres de la LMP sur leur passage, et cela tout le long de leur avancée. La Côte d’Ivoire fera en outre l’objet d’un embargo économique et tous ses avoirs à l’extérieur seront bloqués.

III- SUR LA PRISE DE POUVOIR PAR ALASSANE OUATTARA

Je note qu’après la capture du Président Laurent GBAGBO et de moi-même, à la résidence présidentielle, le Conseil Constitutionnel rendra une nouvelle décision le 4 Mai 2011, proclamant Monsieur Alassane OUATTARA Président de la République.

Pièce n012 : Décision du Conseil Constitutionnel du 4 Mai 2011

J’ai à ce stade, plusieurs observations à faire. Effectivement, à l’examen de cette décision, je note que : Le Conseil Constitutionnel n’a pas été saisi en application des dispositions de l’article 59 et 60 de la Constitution. Comment donc pouvait-il rendre une décision sans avoir été saisi ?

De plus, dans sa décision du 4 Mai 2011, le Conseil Constitutionnel ne s’est pas dédit par rapport à sa décision du 3 décembre 2010. Vous noterez effectivement que dans sa décision du 3 décembre 2010, le Conseil Constitutionnel a proclamé le Président Laurent GBAGBO vainqueur de l’élection présidentielle, alors que dans sa décision du 4 mai 2011, il prend acte d’une situation de fait et proclame Monsieur Alassane OUATTARA Président de la République de Côte d’Ivoire et non vainqueur de l’élection présidentielle de 2010.

La Constitution, en son article 94 qui définit les missions du Conseil Constitutionnel, ne prévoit pas la proclamation d’un Président de la République.

Le Conseil Constitutionnel a ainsi rendu : Le 3 décembre 2010, une décision proclamant les résultats définitifs de l’élection présidentielle faisant du Président Laurent GABGBO le vainqueur de ladite élection, et ce conformément aux pouvoirs que lui confère l’article 94 de la Constitution

Le 4 mai 2011, une décision que je pourrai qualifier de décision politique de légitimation du candidat perdant, mais soutenu par la Communauté Internationale.

Je m’interroge donc. Comment puis-je être poursuivie sur la base d’une décision politique qui en tout état de cause, ne conteste pas la victoire du Président Laurent GABGBO aux élections présidentielles de 2010 et la légitimité du Gouvernement qui en a découlé ?

Comment puis-je être poursuivie alors que j’ai respecté la décision, du Conseil Constitutionnel ? Vous noterez que Monsieur Alassane OUATTARA prêtera de nouveau serment, et cette fois-ci, devant le même Conseil Constitutionnel réuni en audience solennelle le 6 Mai 2011, et le 21 Mai 2011, il fait son investiture à YAMOUSSOUKRO.

S’il avait véritablement donné une quelconque valeur à sa prestation de serment du 3 décembre 2010, pourquoi Monsieur Alassane OUATTARA prête-t-il de nouveau serment le 6 Mai 2011 ? Si la prestation de serment par écrit du 3 décembre 2010 était valable, la 2ème prestation de serment serait alors superfétatoire. Les décisions du Conseil Constitutionnel ont été rejetées par Alassane OUATTARA lorsqu’il proclamait Laurent GBAGBO vainqueur, et brusquement le 6 Mai 2011, la même institution dirigée et animée par les mêmes personnes devient à ses yeux et aux yeux de la Communauté internationale, crédible lorsqu’elle proclame Alassane OUATTARA, Président de la République. Cela démontre encore que le Président Laurent GBAGBO était bel et bien le Président élu de la République de Côte d’Ivoire au moins jusqu’au 6 Mai 2011.

IV. SUR LES CONDITIONS DE MON ARRESTATION

Comme je vous l’ai indiqué, c’est le 11 avril 2011, et après d’intenses bombardements sur la résidence présidentielle par l’armée française, que j’ai été arrêtée. J’ai été battue avec une violence inouïe, et conduite contre mon gré à l’hôtel du Golf. Le 22 Avril 2011 à 2 heures du matin, j’ai encore été réveillée et conduite dans un véhicule jusqu’à Odienné, sans être au préalable informée ni de la date, ni de la destination.
Je suis arrivée à Odienné le 22 Avril 2011, et y suis restée enfermée jusqu’au 1er Décembre 2014, date à laquelle j’ai été transférée sur Abidjan. Je tiens à préciser que j’ai fait l’objet d’une détention arbitraire du 11 avril jusqu’au 16 aout 2011, date de ma première inculpation. Contrairement à ce qui a été dit, je n’ai jamais été assignée à résidence, et mon immunité parlementaire a été violée.

V. SUR LES CHEFS D’INCULPATION
Enfin, je tiens à revenir sur les chefs d’inculpation. Je suis en effet poursuivie pour : Atteinte à la défense nationale , Attentat ou complot contre l’autorité de l’Etat Constitution de bandes armées ; Direction ou Participation à un mouvement insurrectionnel , Trouble à l’Ordre public ; Rébellion.

Je ne me reconnais bien évidemment pas dans ces chefs d’inculpation. Mais surtout, je voudrai faire un certain nombre d’observations :
Premièrement, il ne m’a été fait cas d’aucun fait concret que j’aurai personnellement posé et qui serait constitutif d’une seule de ces infractions. Au point où à l’heure actuelle, où je me présente devant vous à la barre, je ne sais toujours pas quels sont les actes matériels qu’on me reproche d’avoir posés ;

Deuxièmement, l’instruction a duré 2 ans. En 2 ans, je n’ai jamais été confrontée à un quelconque témoin des infractions reprochées ;

Troisièmement, en 2 ans d’instruction, le Juge d’instruction ne m’a auditionnée qu’une seule fois pour ne me poser qu’une seule question qui est la suivante : « Après le 28 décembre 2010, vous avez reçu plusieurs groupes ethniques, tels les TOURA, la coalition des femmes du Grand V Baoulé, la population d’Alépé, et animé plusieurs réunions au cours desquelles vous avez demandé à ces populations de résister à l’exercice effectif du pouvoir par Monsieur Alassane OUA T TARA et de libérer la Côte d’Ivoire et l’Afrique entière.

Que recherchez-vous exactement en tenant de tels propos ? ».
J’ai répondu au Juge d’instruction que j’ai reçu les femmes de différentes communautés à la résidence présidentielle, dans des rencontres couvertes par les médias, et pour les encourager à résister à la pression des embargos, et à organiser la solidarité de façon encore plus efficace. Il fallait que la population continue d’être approvisionné en vivres et en produits de premières nécessités en dépit des embargos.

Quatrièmement, je me demande toujours comment une telle question posée par le Juge d’instruction a pu me conduire devant la Cour d’Assises pour des crimes aussi graves.

Je vous remercie de m’avoir écoutée, et je suis à votre disposition pour toutes les questions que vous voudriez me poser.

Repost 0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 08:45
#ProcèsGbagbo / Ce que disait l'avocat de Simone en janvier...

Mise en ligne le 27 janvier 2015

Repost 0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 11:00
#Gabon / Ali Bongo le Parrain et "Le braquage du siècle"

L'affaire des «BongoLeaks»: Gabon, le braquage du siècle
12 mars 2015 | Par Fabrice
Arfi


Mediapart a obtenu plusieurs documents confidentiels sur la holding familiale des Bongo au Gabon, baptisée Delta Synergie. Ils révèlent un système de prédation probablement inégalé dans l’histoire de la Françafrique. Une poignée de membres du clan au pouvoir s'approprie des pans entiers de l’activité économique du pays. L'actuel président Ali Bongo en est le principal bénéficiaire. Révélations. Il s’agit de l’un des secrets les mieux gardés du Gabon. Il se nomme Delta Synergie, du nom d’une holding financière détenue par une partie de la famille régnante, les Bongo. Mediapart a pu avoir accès à des documents confidentiels portant sur l’actionnariat secret de la société et l’ensemble de ses prises de participation – le plus souvent dissimulées. Ces documents révèlent un système de prédation probablement inégalé dans l’histoire de la Françafrique. Grâce à lui, une poignée de membres du clan au pouvoir, au premier rang desquels l’actuel président gabonais Ali Bongo, tire des bénéfices personnels de toute l’activité économique du pays.

Depuis le décès en 2009 du dictateur Omar Bongo (le père d’Ali, arrivé au pouvoir en 1967), il se murmurait beaucoup de choses au Gabon et dans les chancelleries occidentales sur Delta Synergie. Mais rien n’était vraiment su. Dans les faits, cela dépasse tout ce qui avait pu être imaginé.

C’est l’histoire d’un pillage digne de l’Ancien Régime. Pas un secteur de l’économie gabonaise n’est épargné par le système Delta Synergie : assurances, banques, agroalimentaire, sécurité, transport, médicament, BTP, agriculture, matières premières, immobilier, aviation d’affaires, textile, média, vente de gaz et de pétrole, bois… Au moins quatre multinationales françaises présentes au Gabon – Bolloré, Bouygues, Eramet et la BNP – sont citées dans les documents en notre possession. Au total, ce sont 35 sociétés majeures de l’économie gabonaise au capital desquelles Delta Synergie est partie prenante, à des degrés divers. Tous ces éléments d’informations sont issus de la succession d’Omar Bongo. Mediapart a déjà raconté la découverte par la justice française d’embarrassants comptes offshore à Monaco (dotés de 34 millions d’euros) et l’étourdissante emprise foncière du clan Bongo aux quatre coins du Gabon (de nouveaux documents détaillés sont téléchargeables ici et là). La face cachée de Delta Synergie offre désormais un panorama inédit de la corruption gabonaise.

La répartition du capital de Delta Synergie n’est connue que d’une poignée de personnes à Libreville. La voici : jusqu’en 2009, Omar Bongo détenait 37 % des parts de la société (soit 114 700 actions), d’après deux déclarations de succession rédigées les 10 juin et 1er octobre 2014. Ali, son successeur, et sa fille Pascaline s’étaient vu secrètement gratifier de 10 % chacun à titre personnel. Six autres membres de la famille se partageaient le reste. La mort d’Omar Bongo a totalement rebattu les cartes. Ali Bongo, élu en 2009 à l’issue d’un scrutin très contesté avec le fervent soutien du président français de l’époque, Nicolas Sarkozy, a vu au terme de la succession sa part personnelle grimper à 19,25 %. Tout comme sa sœur aînée Pascaline, qui fut aussi la plus proche collaboratrice de son père à la présidence de la République. Six ans après la disparition du patriarche de la Françafrique, l’équation est donc simple : l’actuel chef de l’État gabonais en exercice et sa sœur sont aujourd’hui les principaux bénéficiaires de la mine d’or que représente Delta Synergie. Le tout avec l’assentiment d’avocats et de notaires – parfois français – qui ont pris activement part à la succession Bongo. Appliqué au règne animalier, le système Delta Synergie équivaut au fonctionnement d’une sangsue ; il s’agrippe partout où il le peut et il pompe. Le tableau des prises de participations de la holding familiale montre l’ampleur du phénomène : Le secteur d’activités le plus représenté est celui des matières premières et des mines. On retrouve ainsi Delta Synergie au capital d’Ank Gabon (à hauteur de 39,2 %), une société spécialisée dans le traitement du manioc. En novembre 2008, à l’occasion de l’inauguration par Omar Bongo en personne de l’usine Ank Gabon, la présidence gabonaise avait diffusé un communiqué pour souligner que la création de cette entreprise était une illustration du « souci permanent d’assurer l’autosuffisance alimentaire dans notre pays ». Elle oubliait de dire qu’elle assurait, aussi, l’autosuffisance financière du clan au pouvoir. Il n’est pas inutile de préciser qu’un actuel conseiller du président Ali Bongo, Jean-Pierre Lemboumba, ancien ministre des finances surnommé « coffre-fort » au Gabon, est actionnaire pour sa part d’Ank à hauteur de 10,05 %. Un petit monde.

Delta Synergie apparaît aussi au capital de Gabon Mining Logistics (30 %), une filiale du groupe Bolloré qui offre un soutien logistique au secteur minier gabonais. Sollicité, le groupe Bolloré n’a pas donné suite à nos questions. La holding des Bongo est également actionnaire de Ragasel (29,1 %), une raffinerie de sel, qui partage quant à elle son capital avec l’actuel ministre des sports du Gabon, Blaise Louembé (1,7 %).

On peut également citer la Somipar (28,5 %), la société Petro Gabon Holding (17 %), spécialisée dans la commercialisation des hydrocarbures, Les Carrières de Makora (13,04 %), Maboumine (5 %), qui gère un immense projet d’exploitation de gisement polymétallique au sud-est de Libreville, la Somivab (2,68 %), laquelle œuvre dans le bois, ou encore la Comilog (0,03 %), une filiale du géant français des mines et de la métallurgie Eramet – qui n’a pas répondu à nos questions.

Le Gabon danse sur un volcan social

Le second secteur le plus représenté dans le portefeuille de Delta Synergie est le monde de la finance et des banques. La pépite des Bongo est ainsi parvenue à s’infiltrer au fil des ans dans le capital de la BGFI Bank Congo (10 %), d’Ecobank Gabon (7,5 %) ou de BGFI Holding (6,4 %), la plus puissante banque du pays. Sont aussi concernées la Finatra (6,25 %), spécialisée dans le crédit à la consommation, l’Union gabonaise de banque (UGB, 5,21 %) ou la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (BICIG, 3,23 %), une filiale de la BNP. Delta Synergie est en outre actionnaire à 15 % d'un autre véhicule financier des Bongo, la Compagnie du Komo. C'est elle, par exemple, qui est au capital de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale du géant français Veolia qui détient depuis 1997 le monopole absolu de l'eau et de l'électricité dans tout le pays.

Les assurances et les transports arrivent à égalité en troisième position des secteurs d'activité chéris par Delta Synergie. La principale compagnie d’assurances du Gabon, le groupe Ogar, est ainsi détenue à 60,69 % par la holding quand deux autres acteurs du marché, la Solicar et Assinco, sont contrôlés respectivement à hauteur de 55 % et 7,5 %. Quant aux transports, Delta Synergie apparaît au capital de la Sarep (54 %), qui fait dans le transport maritime, de la SN2AG (34,99 %), spécialisée dans l’aviation d’affaires, ou de Gabon Fret (20 %). Rien n’échappe à Delta. Ainsi, dans le secteur très lucratif du BTP, la Socoba, principale bénéficiaire des travaux publics du pays dirigée par un gendre d’Omar Bongo, a dû laisser au profit de Delta Synergie 50 % de ses actions. Le groupe français Bouygues, présent au Gabon au travers de la société ETDE/SOGEC, n’échappe pas à la règle : 4,54 % du capital de ses activités gabonaises sont contrôlés par Ali Bongo et les siens. Également sollicité, le groupe Bouygues n’a pas donné suite.

Dans l’immobilier, le géant gabonais IMP est contrôlé à 35 % par Delta et son concurrent AICI à 20 %. Dans le textile, la société MGV, connue pour fabriquer tout ce que le pays compte d'uniformes (écoliers, armée, hôpitaux…), a dû laisser 34,7 % de son capital aux caciques du régime. Côté médicaments, aussi : la Société gabonaise de fabrication de médicaments, la Sogafam, a vu son capital tomber à hauteur de 60 % entre les mains des Bongo. Le pourcentage est encore supérieur (69,3 %) dans le domaine de la sécurité avec la Société gabonaise de sécurité, la SGS, leader dans la sûreté des sites sensibles, ambassades, ports ou aéroports. Depuis plusieurs années, de hauts gradés de l’armée française, comme le colonel Béthencourt ou le général Megel, défilent à la tête de la SGS, au capital de laquelle on retrouve également la famille d’Ernest Mpouho Epigat (9,2 %), l'actuel ministre de la défense. Un tout petit monde.

Officiellement, Delta Synergie a été valorisée dans le cadre de la succession d’Omar Bongo à 27,8 milliards de francs CFA, soit 42 millions d’euros. Plusieurs héritiers – ils sont au total 53, mais seuls Ali et Pascaline sont légataires universels – soupçonnent une sous-évaluation massive, au regard de l’emprise réelle de la holding sur l’économie gabonaise. Nombre d’entre eux n’ont en effet découvert cet état de fait que ces derniers mois et ils se demandent aujourd’hui où sont concrètement passés les immenses flux financiers dégagés par Delta Synergie depuis 2009. Certains viennent d’ailleurs de missionner des avocats français ou américains et menacent d’engager des poursuites pénales pour détournement d’actif successoral, selon nos informations.

La succession Bongo est une double bombe à retardement. D’abord pour la famille : les membres du clan s’entre-déchirent autour du magot laissé par Omar Bongo. Les sommes en jeu sont, de fait, vertigineuses. Un document du ministère de l’économie gabonais, obtenu par Mediapart (disponible ici), montre que Pascaline et Ali sont appelés à se partager plus de 183 milliards de francs CFA (280 millions d’euros) en tant que légataires universels du dictateur disparu. Soit 140 millions d’euros chacun. Mais la succession est surtout devenue un problème politique de premier ordre pour la présidence du Gabon, alors que le pays connaît depuis bientôt un mois l’une des plus graves crises sociales de son histoire. Les conditions de vie médiocres et les bas salaires, qui ne s’améliorent pas en dépit des nombreuses promesses de campagne d’Ali Bongo, ont poussé une partie des salariés à se mettre en grève et à plonger le pays dans un état de quasi-blocage. Dans ce contexte, les précédentes révélations de Mediapart sur l’héritage d’Omar Bongo ont suscité l’indignation citoyenne. Lors d’une conférence de presse exceptionnelle, qui s’est tenue mardi 10 mars, le porte-parole de la présidence gabonaise, Alain Claude Bilié-By-Nzé, a dû réagir (voir également la Boîte noire). Il a qualifié les articles de Mediapart « d’amalgames tendancieux entre des éléments qui relèvent de la succession d’Omar Bongo, donc de la sphère privée, et le président de la République, Ali Bongo ». La face cachée de Delta Synergie montre que les sphères privée et publique des Bongo ne font qu’une quand il est question d’argent.

Dans un entretien accordé jeudi 12 mars au quotidien L'Union, organe de presse proche du pouvoir gabonais, le porte-parole d'Ali Bongo n'a démenti aucune des informations de Mediapart sur le fond des faits concernant la succession d'Omar Bongo. Il s'est en revanche employé à qualifier de « contrevérités » une information selon laquelle Ali Bongo était marié « sous le régime de la séparation de biens, option polygamie ». « M. Bongo est bien marié à la monogamie. Cela ne fait l'ombre d'aucun doute ni d'aucune discussion », a affirmé Alain Claude Bilié-By-Nzé à L'Union.

Mediapart tient à la disposition de la présidence gabonaise un document qu'elle a déjà : il s'agit de l'acte de notoriété établi le 25 juin 2010, au cabinet de la notaire Lydie Relongue, après la mort d'Omar Bongo. Page 8, on peut y lire, noir sur blanc, qu'Ali Bongo est bien marié depuis le 16 février 2000 « sous le régime légal de la séparation des biens, option polygamie ». La même mention revient dans d'autres documents de la déclaration de succession.

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Gos et Gars du moment Gabon 2011 Politique
commenter cet article

Gri-Gri TV