Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 10:00
#Togo / Monsieur Djabakaté, ne soyez pas plus malin que les autres, soyez authentique. Par Gnimdéwa Atakpama

Pris le 2/07/2016 sur le compte Facebook de Gnimdéwa Atakpama, historique plume du Gri-Gri International.

J’ai représenté le Parti des Togolais, hier 2 juillet à la dédicace du livre de Mohamed Madi Djabakaté : 55 ans de vie constitutionnelle au Togo.

Au début de la présentation, le modérateur, Marcellin Gandonou a raconté une histoire intéressante. C’est l’histoire d’un monsieur qui refuse de céder sa place à l’avant du bus à une dame enceinte. Malgré les diverses remontrances, notre homme refuse de revenir à la raison. On en était là quand un jeune garçon s’approche du monsieur et lui chuchote quelque chose à l’oreille. Aussitôt la magie s’opère. Le monsieur se lève calmement et va s’asseoir à l’arrière du bus laissant la place à la femme enceinte. On vient demander à l’enfant ce qu’il a pu bien dire de si convaincant pour ainsi ramener le monsieur à la raison.

« Je lui ai dit, répond l’enfant, que l’avant du bus ne s’arrête pas à son lieu de destination. Et que s’il veut arriver à destination, il devrait s’asseoir à l’arrière du bus. »

Pourquoi je vous raconte cette histoire de Marcellin Gandonou ?

Parce que vers la fin de la présentation, j’ai perçu des masques tomber graduellement. Et je me suis demandé si Mohamed Madi Djabakaté n’est pas en train de nous chuchoter à l’oreille comme le petit garçon de cette histoire que c’est l’arrière du bus qui arrive à destination ?

Évidemment, la réalité est un peu différente. Car si dans l’histoire, l’enfant a fait une filouterie pour soutenir une bonne cause (trouver une place à l’avant d’un bus pour une femme enceinte), dans le cas du Togo ce n’est pas une bonne cause que notre jeune frère Mohamed Madi Djabakaté est en train de défendre. Lorsqu’il dit qu’il faut une nouvelle constitution pour apaiser les tensions, cela fait écho à l’intervention dans cette même salle de conférence de l’Hôtel Palm Beach de l’ancien ministre Tchakondo qui a soutenu toute honte bue que la constitution de 1992 était source de tensions car elle n’avait pas de base populaire. Est-ce encore utile que je rappelle que la constitution de 1992 a été adoptée par référendum populaire à plus de 98 % ? 98% de Togolais, ce n’est manifestement pas assez populaire pour ces messieurs !

Monsieur Djabakaté, vous êtes peut-être aussi malin que le jeune garçon de l’histoire de Marcellin Gandonou mais sachez une chose : nous avons déjà dépassé cette étape. Rangez dans les tiroirs, vos petites théories à la Machiavel. Arrêtez de vouloir accompagner l’imposition d’une pensée unique par des tours de filouteries et de brigandages intellectuels. Ne soyez pas plus malin que les autres, soyez authentique. Soyez honnête. Oui, l’honnêteté n’est pas interdite en politique. Pensez à cette pensée profonde de Abraham Lincoln : « Si vous avez une fois perdu la confiance de vos concitoyens, vous ne pourrez jamais retrouver leur estime et respect. Il est vrai que vous pouvez tromper tout le peuple quelques fois, vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le peuple tout le temps. »

Monsieur Djabakaté, ce n’est pas la rédaction d’un nouveau texte qui va panser les plaies des Togolais et apaiser les tensions. Le vrai défi et c’est le sens de la question que j’ai posé hier et qui n’a trouvé aucune réponse : comment garantir l’application et le respect des textes que nous nous donnons, qu’ils soient des accords ou des constitutions ? Qui peut nous garantir aujourd’hui que si nous faisons de nouveau un énième accord ou une nouvelle république, Faure Gnassingbé ne reviendra pas nous dire deux jours plus tard qu’il s’interroge encore sur les termes d’un texte qu’il s’est engagé à respecter ? La vraie question est là. Comme je le disais au micro du site d’informations Togobreakingnews.info : « Ce n’est pas à une table de négociation ou à un enième forum que devra être discutée la question de la mise en pratique d’accords pris par des parties prenantes pour solder une crise qui a causé la mort de centaines de nos compatriotes. Accepter le contraire est une injure au peuple togolais qui s’est doté d’une Constitution dans son écrasante majorité, et à tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour l’avènement d’un Togo libre. Nous ne pouvons insulter leur mémoire, ils attendent que nous fassions le travail pour qu’ils reposent en paix. Ils ne sont pas morts pour des consensus douteux ! »

#Togo / Monsieur Djabakaté, ne soyez pas plus malin que les autres, soyez authentique. Par Gnimdéwa Atakpama
Repost 0
Published by Gri-Gri International Gnimdéwa Atakpama - dans Togo Comptes à régler et compteurs à relever Politique Francophonie
commenter cet article
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 22:36
#Togo / A Lomé, Anié et Kara Festival des contes solidaires du 6 au 11 novembre 2015

On raconte qu’en ces temps là, dans ce pays là, le fils du sultan devenait sultan à la mort de son père et son meilleur ami devenait vizir.
Un vieux sultan avait un fils unique qui avait trois amis : le fils du vizir, le fils du général des armées et le fils du jardinier.
Souvent, en les voyant jouer se demandait sans cesse : « comment savoir quel est le meilleur ami de mon fils ? »
Le sultan avait sa mère toujours en vie. Il alla lui confier son souci. La mère du sultan dit en riant : « Un meilleur ami, mon fils, c’est comme la vie éternelle, ça n’existe pas. Mais laisse-moi tenter quelque chose ! »
Le lendemain, la mère du sultan confia à son petit fils trois œufs durs et lui dit : « Après le jeu, demande au fils du vizir de partager ces trois œufs entre vous deux. »
Le soir, l’enfant rendit compte à sa grand-mère :
-Il m’en a donné un et a gardé deux pour lui.
-Hum, hum ! Celui-là est bien trop gourmand. S’il te prend presque tout aujourd’hui, demain, il ne te laissera presque rien. »
Le lendemain, c’était au tour du fils du général de faire le partage. Mais ce dernier n’avait rien pris pour lui. Il avait laissé les trois œufs au fils du sultan.
-Hum, hum ! dit la vieille. S’il te laisse tout aujourd’hui, demain il te prendra tout. »
Enfin, arriva le tour du fils du jardinier.
Le fils du jardinier donna un œuf au fils du sultan et garda un œuf pour lui.
Puis, il sortit un couteau de sa poche et coupa le troisième œuf en deux parties égales. « Tiens, dit-il au fils du sultan. Prends cette moitié, je garde l’autre. »
La vieille conclut : « Celui qui aujourd’hui prend juste sa part, te laissera demain ta part juste. »
Si vous voulez vous aussi connaître votre meilleur ami, soyez de la fête, retrouvez les conteurs du festival des Contes Solidaires à partir du 6 novembre à Lomé, Anié et Kara.

Texte - Gnimdéwa Atakpama

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Togo Arts & culture Littérature
commenter cet article
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 08:00
#Togo / Quelques raisons de ne pas cautionner la farce présidentielle (Alberto Olympio Parti des Togolais)

Alberto Olympio, Président du Parti des Togolais, refuse de s’associer à une farce électorale. Pour les raisons suivantes :

Le régime togolais s’est engagé dans un coup de force en cours d’exécution.

La date d’élection proposée par la CENI a été ignorée par le gouvernement qui décide sa propre date (La CENI est-elle indépendante comme l’indique sa dénomination ?).

Le gouvernement convoque un corps électoral qui n’est pas encore constitué, en violation de la Constitution.

Contrairement à ce que le Code Electoral indique, la CENI refuse aux partis politiques le droit d’accès au Fichier Electoral à des fins de contrôle.

On démissionne de la CENI les 5 membres du parti au pouvoir pour "Manquements Graves" dont personnes ne connait la réalité des faits.

Les réformes constitutionnelles et institutionnelles ne sont pas faites, contrairement aux accords de l’APG signés en 2006 et les recommandations de la CVJR de 2012.

L’élection présidentielle demeure à un tour.

Le mandat présidentiel est illimité, ce qui permet à Monsieur Gnassingbé de postuler encore pour un troisième mandat.

La diaspora n’a toujours pas de droit de vote.

Toutes les conditions de réveil de nos vieux démons sont réunies, dixit le Présidant sortant.

Aller à l’élection dans ces conditions, c’est exposer les Togolais à des risques majeurs de violence post-électorales.

Ceci n’est pas acceptable.

Nathaniel Olympio

www.partidestogolais.org

http://www.courrierdafrique.com/2015/02/presidentielle-2015-la-meilleure-facon-de-ne-rien-cacher-cest-de-tout-montrer-dixit-alberto-olympio/#.VOxTFNZY2-Q.twitter

http://www.kusasanews.com/2015/02/convocation-du-corps-electoral-le-parti-des-togolais-consterne-et-indigne/

http://www.courrierdafrique.com/2015/02/presidentielle-2015-alberto-olympio-fait-une-descente-la-ceni/

http://www.letogovi.com/notre-president-est-venu-a-la-ceni-pour-voir-clair-dans-le-fichier-mais-ils-ne-lont-pas-recu/

http://golfenews.info/rencontre-ceni-parti-des-togolais-alberto-olympio-est-sorti-bredouille/

http://lecanard.fr/2015/02/27/dr-alberto-olympio-na-pas-eu-acces-au-fichier/

http://lecanard.fr/2015/02/27/fiabilite-du-fichier-electoral-surprenant-renfort-pour-dr-olympio/

http://www.corpsdiplomatictogo.com/alberto-olympio-constate-la-mauvaise-volonte-de-la-ceni/

http://www.afreepress.info/index.php/component/k2/item/1437-alberto-olympio-sorti-de-la-ceni-bredouille-mais-plus-décidé-que-jamais-à-accéder-au-fichier-électoral

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Togo Gos et Gars du moment Politique
commenter cet article
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 09:00
#Togo / Faure "Fraude" Gnassingbé a-t-il une chance de perdre la présidentielle en avril ?

L'élection présidentielle togolaide qui se tiendra mi avril ne peut logiquement pas être perdue pour Faure "Fraude" Gnassingbé : se déroulant sur un seul tour, elle favorise le candidat capable de faire plus que la floppée d'autres... Traduction : plus il y a de candidats, plus le fils d'Eyadéma a de certitudes de gagner.

Peut-être n'aura-t-il même pas besoin de tricher...

Un de nos amis sur place, opposant désolé surtout par l'état de l'opposition, ne nous disait-il pas récemment : "Au pays, nous avons deux ennemis : Faure et Fabre !"

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Togo Politique Gos et Gars du moment
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 10:19
#BookEmissaire / La légende l'assassin de Kangni Alem, par Gnim Atakpama

L’affaire K.A

En lisant La légende de l’assassin, le dernier roman de Kangni Alem, j’ai beaucoup pensé à Truman Capote. L’auteur génial de De sang froid qui voulait démentir la phrase de Fitzgerald selon laquelle il n’y a pas de deuxième acte dans la vie d’un écrivain américain et qui a écrit le chef-d’œuvre que nous connaissons pour illustrer sa théorie du "roman documentaire".

Les deux livres sont bâtis autour d’un fait divers. Normalement quelque chose qui relève du compte rendu ou tout au plus d’un reportage. Comme Capote, Kangni en a fait une œuvre d’art.

Mais là où Capote, suivant l’exemple de Flaubert, a écrit un livre objectif et impersonnel, Kangni a écrit un conte personnel et fantastique.

Me Appolinaire est commis d’office pour défendre K.A « le criminel le plus honni, le plus médiatisé de Tibrava. La seule évocation de son nom continuait à glacer les sens des gamins dans les maisons. K.A., le croquemitaine. K.A., le psychopathe. K.A., le coupeur de têtes. K.A, le mal absolu. »

Pendant que l’avocat préparait la défense « improbable » de son « indéfendable client » condamné « par avance par un peuple », il reçoit un message énigmatique d’un mystérieux pasteur : « L’homme que vous allez défendre n’est pas un criminel mais la victime d’un immense enjeu satanique. Un jeu diabolique. »

Trente quatre ans plus tard, l’avocat commis d’office éprouve des remords. « Le dossier numéro 3 était mon chemin de Damas. Même si j’avais rendu le tablier, plusieurs interrogations subsistaient, que j’avais envie d’éprouver. Et pour cela, il fallait que je rencontre l’homme que j’aurais du rencontrer tout au début de cette histoire si seulement j’avais accordé quelque importance à tout cela. »

J’avais été déçu par Esclaves, le précédent livre de Kangni Alem. Mon peu de connaissances de l’histoire de la Côte des esclaves aux temps bénis de la traite clandestine ne m’a pas permis de faire la part entre la vérité de l’auteur et celui de l’évènement historique. La légende de l’assassin me donne l’occasion de prendre ma revanche. J’ai l’impression de voir l’œuvre se faire, d’être à côté de l’artiste au moment du croquis, du crayonné !

C’est sacrément jouissif de reconnaître les motifs à partir desquels l’auteur compose ses personnages ! Ainsi le personnage d’Appolinaire qui fait penser à Me Yaovi Agboyibor semble tenir très peu finalement de l’avocat commis d’office pour défendre il y a quelques décennies Adjata Koffi alias K.A. Et si c’était l’auteur lui-même qui savourait les prouesses du pasteur Gail Hightower les soirs où il ne dormait pas, « affalé devant la télé avec une de [ses] maîtresses rotatives » : « Il prenait un film produit dans les studios de Nollywood, Nigeria, un soap opéra à la morale efficace comme un rasoir et commentait les images librement. Du grand art. Les images qui défilaient n’étaient point contrepoints à ses paroles. Lui évoluait dans le dixième degré, quand les personnages du film se démenaient encore dans une pitoyable troisième dimension. D’ailleurs, ils étaient renommés par ses soins, avec une liberté frisant la figure de style. Il les renommait d’après des prénoms connus à Tibrava de la moyenne des téléspectateurs, des prénoms de certains ministres ou députés, de quelques généraux en disgrâce et de pétasses en vue de la République. L’effet ? Brouillage total de la réalité, qui était alors transfigurée. »

En matière de brouillage total de la réalité, il faut dire que Kangni Alem en connait un petit bout lui aussi. Ses deux personnages, l’avocat Appolinaire ainsi que le politicien et chef de village Yao Gladja ne forment-ils pas dans la vraie vie les deux pôles d’un même personnage complexe du Togo…pardon de TiBrava ? Et que dire du pasteur Gail Hightower ! Un pur compromis entre les pasteurs williams Tétèh et Adjaho !

Avec ce roman, c’est certain, Kangni Alem est en train d’écrire un éclatant deuxième acte de sa vie d’écrivain connu et reconnu.

Texte / Gnim Atakpama

La légende de l’assassin, Kangni Alem, Editions JC Lattès.

Pour acheter le livre ICI.



Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Togo Livre du moment Littérature
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:00
En 2003  Fodé Sylla et Eyadéma père : Touche pas à mon despote (#Togo #SOSRacisme)

Le Groupe Confédéral de la Gauche Unitaire Européenne a décidé d’assumer les frais de mission de l’eurodéputé, l’un des vice-présidents du Parlement Européen, Fodé Sylla, qui effectuera une mission d’observation des élections présidentielles au Togo à la demande de l’Elysée. La délégation comprendra également le député du Rhône Christian Philip (UMP), le député Paul-Henri Cugnenc (UMP), président du groupe d’amitié France-Togo, et un sénateur.

Ces Messieurs ne peuvent ignorer que Gnassingbé Eyadéma, au pouvoir depuis le putsch du 13 janvier 1967, sortira vainqueur de ces élections quel que soit le résultat du scrutin. Le général-"président" est un maître ès ventriloquie, il fait parler les urnes. Ce n’est pas le moindre de ses talents. Ces Messieurs ne peuvent ignorer davantage les menaces qui guettent l’électorat de l’opposition : selon nos informations, le père de l’ancien Premier ministre Agbeyomé Kodjo a dû fuir le pays. S’en sont-ils inquiétés ? Des journalistes indépendants et des militants des droits de l’Homme sont victimes d’emprisonnements arbitraires. S’en sont-ils inquiétés ?

SUITE

Un point de vue togolais ICI.

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Togo Françafrique SOS Racisme
commenter cet article
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 09:00
Le Floch-Prigent : "J'ai été kidnappé à Abidjan, pas extradé vers Lomé" (ITV à une radio togolaise)

Mise en ligne le 26 août 2014

Bonus : retour à la case prison pour Pascal Bodjona, ancien proche de Faure "Fraude" Gnassingbé...

Pour vous procurer le livre de Loïk Le Floch-Prigent : ICI.

Repost 0
Published by Gri-Gri International - dans Togo Politique
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 06:10

Togo-20-sept-2012.jpg 

Togo-20-sept-2012-B.jpg  

Togo-20-sept-2012-C.jpg

Repost 0
Published by dr www.legrigriinternational.com - dans Togo
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 07:05

faure-gnassingbe

Depuis 3 jours, le Togo connaît une vraie révolte populaire avec des manifestations gigantesques accompagnées d'une répression sanglante, comme seule sait le faire la dictature togolaise au pouvoir depuis 45 ans. On relève des dizaines de blessés et même 2 morts (selon la dépêche du 13/06/12 de l'agence Reuters).
Je salue l'initiative et le sens de la responsabilité du collectif « Sauvons le Togo ». Je félicite ses responsables. Je salue le courage extraordinaire du peuple togolais, un peuple debout, les mains nues, face à un système brutal et sanglant de répression. Je m'incline devant les morts et les blessés.
Je demande aux responsables du Collectif de faire au pouvoir des propositions concrètes d'évolution pacifique du pays. Ces propositions sont d'autant plus faciles à écrire que tout ce que demandent les manifestants, réformes institutionnelles et constitutionnelles devant amener le pays vers la démocratie politique et le respect des Droits de l'Homme, est déjà contenu dans l'APG (Accord Politique Global) signé à Ouagadougou en 2006 entre le pouvoir et les oppositions, sous l'égide du Président Blaise Compaoré.
Je demande au Chef de l'État, Faure Gnassingbé, de parler à son peuple pour lui donner les raisons pour lesquelles l'APG n'a pas vu le début de la moindre application des textes élaborés, qu'il a pourtant signés puis bafoués et qui ont jeté aujourd'hui dans la rue des centaines de milliers de Togolais fatigués, exténués d'une souffrance insoutenable.
Je lui demande de « calmer le jeu », ramener la sérénité et entamer le dialogue.
Faure Gnassingbé, vous devez parler!
Depuis 7 ans, vous avez tergiversé, vous avez manipulé votre peuple ainsi que la Communauté internationale, vous avez gelé toute initiative politique: résultat, votre pays est humainement ruiné. Votre fuite en avant doit prendre fin. Faites en sorte que cela se passe dans un peu de dignité...le monde entier vous regarde.
Photo - dr    Texte - Kofi Yamgnane

 
PS : la titraille est de la rédaction
Repost 0
Published by Kofi Yamgnane dr www.legrigriinternational.com - dans Togo
commenter cet article

Gri-Gri TV