Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 06:09

Gbagbo et l'opération Licorne Waga www.legrigriinternational.com 

 

Sur son blog - www.dalayer.kazeo.com - et ici même, le "Con de blanc" Christian d'Alayer, auteur de l'indispensable Un crime médiatique contre l'Afrique, intempeste, explique, prophétise, fulmine, corrige, théorise, analyse...

 

Il est de bon ton, en Occident, de condamner le président ivoirien, Laurent Gbagbo, qui refuse le verdict des urnes et "s'autoproclame" élu. Je le comprends, je l'absous et je vous explique.
Le premier élément est celui du scrutin : libre dans la zone contrôlée par le gouvernement dont le Premier ministre, je vous le rappelle, était un homme du Nord, Guillaume Soro, il était totalement sous contrôle de la milice nordiste dans la zone non contrôlée. Si bien que le verdict de 7 départements du nord était suspect (le mot est faible !) de tricherie. Les Gbagboistes ont eu beau déposer un recours sur ces 7 départements, la Commission électorale indépendante (CEI) n'a pas voulu en tenir compte. Ce, alors qu'elle était composée de 9 personnes acquises à Ouattara et 2 seulement à Gbagbo.
Le 2e élément est le fait que la dite Commission ne devait pas annoncer de résultat, mais soumettre ce dernier au Conseil Constitutionnel qui, en fonction, justement, des plaintes pour tricheries, était seul à pouvoir émettre un avis. Et l'on a vu en fait une Commission de contrôle se précipiter pour annoncer la victoire de Ouattara sans même avertir le Conseil Constitutionnel. Lequel s'est donc saisi des résultats proclamés illégalement, en a retiré les votes des 7 départements litigieux et en a déduit la victoire de Gbagbo. Alassane Ouattara a beau dire qu'il y eut autant de tricheries au Sud, il n'a pas porté plainte et, toujours légalement, a perdu l'élection. Il faut dire et répéter que Gbagbo n'a pas volé sa réélection, celle ci est parfaitement légale quoi qu'en disent les Occidentaux.
Le 3e éléments, qui explique le soutien occidental à Ouattara, est le fait que la région recèle des minerais importants pour le futur et qu'un politicien aux ordres à la tête du plus puissant pays de la dite région n'est pas négligeable. Notamment pour les Américains qui ambitionnent de nous remplacer en Afrique francophone de l'ouest (ce qui n'est pas difficile du fait de notre politique africaine actuelle, d'une rare nullité). Il y a notamment du pétrole en mer profonde, de la bauxite en quantité fabuleuse et des métaux rares également en grande quantité. Bref, mieux vaut un Ouattara aux ordres qu'un Gbagbo difficile !
Le dernier élément, et non des moindres, est le fait que, en Côte d'Ivoire, on assiste au plus difficile combat entre Sahéliens et Forestiers de toute l'Afrique. Ce, parce que les Bantous l'ont emporté sur les Sahéliens dans ce pays et que la victoire d'un Sahélien à l'élection présidentielle est tout bonnement inacceptable par les Bantous. Un peu d'histoire ici : il faut savoir que le commerce d'esclaves noirs s'est fait, en Afrique, essentiellement au détriment des dits Bantous. Les Arabes d'abord, puis les Européens, armèrent et financèrent les Sahéliens pour qu'ils "razzient" l'Afrique forestière. D'où, à l'est du continent, les "royaumes marchands", sortes d'Etats constitués par des razzieurs pour envoyer plus facilement leurs "marchandises" aux Arabes et aux Européens. Vous connaissez tous les Tutsis et les Hutus du Rwanda. Sachez donc que les Tutsis étaient membres de ces fameux "royaumes marchands" et qu'outre l'envoi d'esclaves Hutus aux Arabes et aux Européens, il les faisaient bosser dans les champs qu'ils s'étaient octroyés. Vous ne pouvez pas comprendre le génocide sans avoir cette histoire en tête...
A l'ouest du continent par contre, il existait un puissant groupe de Bantous, celui des Ashantis. Il furent défaits par les Sahéliens au 15e siècle (Empire du Mali) et se replièrent en bon ordre au Nigeria, chez leurs "cousins", les Yoroubas (les inventeurs noirs de la 1ère écriture du continent) D'où ils repartirent à l'assaut du Nord au 18e siècle. Ils défirent alors et pour toujours l'Empire du Mali, leurs plus valeureux guerriers remontant jusqu'à la Casamance. Au passage, les Bantous défirent aussi un avatar de l'Empire du Mali, le royaume Kongo, dont le dernier roi fut l'arrière grand père de Ouattara. On comprend donc aisément que les Bantous ne peuvent absolument pas accepter que le dit Ouattara devienne leur président !
Bref et compte tenu de tous ces arguments, je comprends donc Laurent Gbagbo. Et je l'absous au nom des crimes commis par les Sahéliens mais jamais reconnus par eux. Le jour où les dits Sahéliens accepteront leur passé et présenteront des excuses aux Forestiers, je leur reconnaîtrais le droit à la démocratie. Mais une démocratie basée sur l'omission d'un odieux passé, c'est comme si l'Allemagne nazie n'avait pas été détruite, juste élue pour entrer dans l'Union européenne. Inacceptable, comme est inacceptable la victoire, si victoire il y a, d'Alassane Ouattara en Côte d'Ivoire. CQFD !

 

Dessin - Waga   Texte - Christian d'Alayer (16 décembre 2010)

PS (5 ans après) : initialement mis en ligne le 22 décembre 2010.

Quelques jours après l'investiture du dernier président ivoirien démocratiquement élu, Laurent Gbagbo. Et alors que les ingérentes menaces françaises commençaient de se préciser.

 

Partager cet article

Published by waga christian d'alayer "con de blanc" www.legrigriinternational.com - dans Côte d'Ivoire - Élections 2010 Devoir d'histoire
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV