Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 14:34

Malick Noël Seck dakaractu www.legrigriinternational.com 

C'est notre confrère Dakaractu qui l'annonce : Malick Noël Seck est à nouveau emprisonné... Petit rappel des faits. Automne 2011, à la tête d'une délégation de son mouvement lié au PS sénégalais, Convergence socialiste, Malick Noël Seck se rend au Conseil constitutionnel, "armé" d'une lettre de doléances du peuple sénégalais, demandant au président dudit Conseil de surseoir à la demande du président sortant... Malgré ses promesses (en 2007), en effet, Abdoulaye Wade compte bien, malgré la loi, se présenter pour la troisième fois devant les électeurs sénégalais. Malick Seck, qui connaît le terrain politique réel du Sénégal et sa jeunesse, pronostique alors comme inéluctable l'apparition de la violence si Wade et "son" Conseil constitutionnel (c'est lui qui a nommé tous ses membres) ne reviennent pas en arrière.

Wade n'en a cure : il fait enfermer Malick Noël Seck, sous l'absurde et insultant motif que celui-ci aurait menacé de mort le Président du Conseil Diakhaté (sans jamais trouver le moindre élément le prouvant) ; puis se fait "valider" comme candidat par le même Conseil...

Depuis plusieurs semaines, et même si les médias internationaux peinent à le faire savoir, une flambée de violence s'est emparée du Sénégal. Débordant largement Dakar et ses banlieues populaires.

Faisant suite à la grâce accordée à Malick Noël Seck - sans plus de raison valable et rationnelle que ce qui avait gouverné à son arrestation, à son grotesque "procès", à son emprisonnement et à sa déportation à Tambacunda -, Wade fait arrêter, dans des circonstances qui demeurent à ce jour extraordinairement nébuleuses, le camarade De MNS, Barthélémy Dias, maire d'une commune de Dakar, coupable de s'être défendu contre une attaque armée de molosses envoyés par... le parti de Wade !!!

Depuis lors, et à mesure que se rapproche l'échéance électorale suprême, les manifestations se multiplient. Nombre d'entre elles virent à l'affrontement avec les forces de l'ordre. On dénombre même depuis quelques jours les premiers morts. Dernièrement, des grenades lacrymogènes ont même été lancés par la police à l'intérieur d'une mosquée !!! bref, l'ambiance est à l'épreuve de force entre une jeunesse chauffée à blanc et un pouvoir rendu d'autant plus violent que l'opposition officielle (ou ce qu'il en reste) est muette sur les conditions de la candidature illégale de Wade... Thanor Dieng, Niasse, Idrissa Seck et consorts sont sortis lessivés, discrédités, affaiblis et sans souffle du double mandat wadien. Et, conséquence logique ?, tous aussi sont prêts à participer à une élection aussi calamiteuse... Wade joue la force contre la jeunesse. Espérant bien par là rallier à son panache gris une petite majorité d'effrayés avec laquelle il espère réussir un nouveau tour de passe-passe... genre une victoire au premier tour, par exemple.

C'est pourquoi cette même jeunesse, plus lucide politiquement et plus en difficulté socialement que les ténors et barons de l'opposition salariée, a décidé d'empêcher Wade de, tout bonnement, se présenter. Malick Noël Seck l'a même déclarée il y a peu... "À partir du 26 février 2012, nous ne reconnaîtrons plus le pouvoir légal de Wade."

Sans doute est pour ces raisons qu'on a choisi d'à nouveau l'enfermer... prenant prétexte d'une ridicule, stupide et invraisemblable affaire d'armes qui auraient été retrouvées à Saint-Louis dans le véhicule de MNS que celui-ci aurait prêté à des camarades... Imagine-t-on un instant qu'en une période aussi troublée des manifestants pacifiques comme le sont, héroïquement, les jeunes Sénégalais face à la police meurtrière de Wade, commetraient l'erreur de s'armer lourdement ?

Une mystification de plus du pouvoir wadien. Un mensonge officiel. Un opposant bâillonné. Telle est la démocratie selon Abdoulaye Wade et ses souteneurs français...

Photo - Dakaractu   Texte - Louis Fall

Partager cet article

Published by dakaractu Louis Fall www.legrigriinternational.com - dans Sénégal 2011
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV