Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Côte d'Ivoire - Et maintenant la lettre de Ouattara à Bakayoko (toujours le 1er décembre 2010)

Publié le 3 Mars 2011 par dr www.legrigriinternational.com in Côte d'Ivoire - Élections 2010

Youssouf Bakayoko CEI Golf

Youssouf Bakayoko, président de la Commission électorale "indépendante-à-90%-ouattariste", en pleine frauduleuse proclamation de résultats ni consolidés ni validés

Mercredi 1er décembre 2010
Objet : proclamation des résultats de l'élection présidentielle de novembre 2010  

Monsieur le Président,
Il nous revient de façon récurrente que le candidat de la majorité présidentielle vous a adressé une requête aux fins d'invalidation du scrutin dans certaines régions du Nord et du Centre de la Côte d'Ivoire. Or, au regard de la loi, il n'est pas de vos attributions d'invalider le scrutin, autrement, nous vous aurions saisi en invalidation su scrutin dans les régions de l'Agnéby, du Haut-Sassandra, du Moyen-Comoé, du Fromager, de la Marahoué, des 18 montagnes, du Moyen Cavally, des Lagunes, pour les motifs ci-après : empêchements de vote ; violences et voies de fait sur nos militants ; achat de conscience d'électeur ; séquestration de nos représentants ; bourrage d'urnes ; menaces de toutes sortes ; atteinte à l'intégrité physique ; destruction de biens ; et toutes sortes de violations graves des droits de l'Homme.
C'est pourquoi nous pensons que la Commission électorale indépendante doit s'atteler aux seules tâches qui sont les siennes, à savoir proclamer, sans délai, les résultats de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010.
Nous nous permettons de rappeler que le délai de trois jours imparti à la Commission électorale indépendante expire ce jour, avec comme conséquence de voir la CEI dessaisie, ce qui serait un échec dans la conduite de votre mission.
Nous vous prions de croire, Monsieur le président, en l'assurance de nos considérations distinguées.
Alassane Ouattara