Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 09:00

2-Trier-Rot.jpg 

 

Vidéo mise en ligne ce jour (27/01/14)

 

Published by dr www.legrigriinternational.com - dans 100 Commentaires
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 03:00

body painting get busy

 

Dans la nostalgie, je suis un esthète, car je n'archive rien, garde peu de choses... À part des souvenirs.  

Sear / Get Busy

Published by Gri-Gri International - dans Interdit aux batards Sear - Get Busy
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 02:00

Greg-GB-Interdit-B.jpg 

 

PS : retrouvez sur Facebook la page Interdit aux bâtards en cliquant ICI.

PS 2 : rendez-vous le 14 février...

Published by Sear / Get Busy Grégory Protche www.legrigriinternational.com - dans Interdit aux batards Sear - Get Busy
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 01:00

 

  

PS : retrouvez sur Facebook la page Interdit aux bâtards en cliquant ICI.

PS 2 : rendez-vous le 14 février...

Published by Sear Get/Busy dr www.legrigriinternational.com - dans Interdit aux batards Sear - Get Busy
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 00:00

Bedos-et-fils.jpg

 

Il y a un peu plus d'un an (voir ICI), nous vous informions que, suite à une de ses chroniques parues dans Marianne (et recueillies, on l'imagine en un livre), diverses associations antillaises avaient réagi aux propos de Nicolas fils de Bedos. Plusieurs expressions avaient heurté. L'indolence insulaire. Les hanches guadeloupéennes. Enculé de nègre. L'oisiveté...

Il n'était alors pas question de plainte. Nous avions relayé à cette occasion une vidéo qui atteste de la volonté exprimée alors de protester et condamner les propos du fils de Guy Bedos sans pour autant le traîner devant les tribunaux.

 

 

Ce jour (24/01/14), le Huffington Post d'Anne Sinclair - 25 jours sans mention de la manifestation de 30 000 migrants africains en Israël, contre 861 articles et tribunes consacrés à Dieudonné - annonce qu'il y avait en fait eu une plainte, déposée par le Collectif des Antillais, Guyanais, réunionais et Mahorais.

Celle-ci a abouti à la mise en examen du fils de bouffon (ou bouffon fils de) le 16 décembre 2013 pour "complicité d'injure publique raciale", selon des informations du Parisien.  

"Sans rapport avec l'affaire Dieudonné", puisque cela n'allait pas sans le dire.

"En apprenant le dépôt de cette plainte l'année dernière, nous dit le Huffington Post, Nicolas Bedos s’était désolé que ses auteurs aient compris "l’inverse" de son message, rappelle Le Parisien. Le chroniqueur avait alors expliqué que les "expressions qui [lui] sont reprochées sont mises dans la bouche de personnes qu'[il] critique".

Comme c'est bête. Idiot même. Mettre des expressions dans la bouche de personnes qu'on critique, et ne pas être compris à ce point.

(Là aussi, c'est bien entendu sans rapport avec Dieudonné de notre part)

Sont-ils ingrats, ces gens-là.

Photo - dr   Texte - Chaka Hama Zulu


 

Published by dr Chaka Hama Zulu www.legrigriinternational.com - dans Dom-Tom - Caraïbes & Amériques
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 23:15

Simone Gbagbo dr www.legrigriinternational.com

La deuxième vice-présidente du FPI, l’ex Première Dame Simone Gbagbo, depuis son lieu de détention à Odienné, continue d’avoir une pensée pour les Ivoiriens, malgré l’adversité. Dans cette adresse elle formule ses vœux pour cette année nouvelle pour le président Gbagbo et pour les Ivoiriens dans leur ensemble.

En ce début de l’an 2014, il me plaît de formuler pour vous, vos familles et tous ceux qui vous sont chers, mes vœux les plus fervents de santé, de prospérité et de paix.

Oui de paix car depuis plus d’une décennie, notre pays, la Côte d’Ivoire traverse une période de turbulences. L’élection présidentielle d’octobre 2010 ouverte exceptionnellement à tous grâce à l’usage de l’article 48 par le Président Laurent Gbagbo, plutôt que de consolider la paix, a malheureusement constitué le point culminant de la crise ivoirienne.
Il en a découlé des pertes en vie humaines, des départs en exil de milliers d’ivoiriens, des spoliations de biens, des occupations illicites de terres...

Je voudrais saisir l’opportunité de cette adresse pour présenter toute ma compassion aux familles des disparus, à tous ceux qui ont subi des exactions et qui continuent d’en porter des séquelles (physiques, morales ou émotionnelles), à tous ceux qui ont été spoliés de leurs biens, à tous les exilés, à tous ceux dont les familles vivent dans la précarité du fait du gel de leurs avoirs et à tous ceux qui comme moi sont privés de leur liberté.

Je prie pour que l’amour grandisse dans nos cœurs afin que nous nous pardonnions les uns les autres. Nous croyons en notre pays. Nous vous invitons donc à regarder au-delà des circonstances passées ou actuelles.

Les "vents contraires" de la vie, les difficultés à subvenir quotidiennement aux besoins de nos familles, ainsi que les dures épreuves ne doivent jamais nous amener à la désespérance. J’invite par conséquent tous les Ivoiriens et tous ceux qui vivent dans notre pays à continuer d’espérer, à ne jamais baisser les bras car le développement personnel et celui de notre nation ne peuvent être laissés à la chance et aux circonstances.

Je voudrais enfin nous inviter tous à :

· prier pour tous les Ivoiriens et tous ceux qui vivent dans notre pays sans exclusive, afin que Dieu guérisse les cœurs meurtris, restaure les familles et bénisse l’ouvrage des mains de chaque citoyen ;

· prier pour les dirigeants des grandes puissances afin qu’ils conduisent l’humanité vers un monde de justice, d’équité et de paix ;

· prier pour les dirigeants actuels de notre pays afin qu’ils s’engagent dans un véritable processus de réconciliation nationale qui passe par :

- la libération de tous les prisonniers politiques et militaires (célèbres ou anonymes),

- la fin des arrestations arbitraires, des exactions contre nos compatriotes,

- le retour de tous nos frères exilés (politiques, artistes...) et le dégel des avoirs.

À toi mon époux, compagnon de lutte de toujours, le plus illustre d’entre nous, reçois à La Haye mes vœux de bonne santé, de succès et bon retour bientôt parmi nous.

Bonne et heureuse année 2014 à tous et à toutes et que Dieu bénisse notre pays, la Côte d’Ivoire !
Simone Ehivet Gbagbo

P/O.Le Directeur de Cabinet Niagne Akpa

Paru le 21 janvier 2014 in Le Nouveau Courrier 979


Simone-LNC-979-21-janv-14.jpg

Pour moins de 10 euros / mois, recevez chaque jour mieux que votre quotidien ivoirien préféré : unn source d'information indépendante, crédible, honnête, rigoureuse.

www.nouveaucourrier.net


Published by Simone Ehivet Gbagbo dr www.nouveaucourrier.net www.legrigriinternational.com - dans je réclame la libération de Simone Gbagbo
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 08:30

Sear-filawakbar.jpg 

 

PS : retrouvez sur Facebook la page Interdit aux bâtards en cliquant ICI.

PS 2 : rendez-vous le 14 février...

Published by Sear Get/Busy dr www.legrigriinternational.com - dans Interdit aux batards Sear - Get Busy
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 08:15

 

body-painting-get-busy.jpg

J'ai découvert le SM et ma vie est devenue un véritable conte de fouet !

Published by Sear Get/Busy dr www.legrigriinternational.com - dans Interdit aux batards Sear - Get Busy
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 08:00

 

  

I was a terror since the public school era
Bathroom passes, cuttin classes, squeezing asses
Smoking blunts was a daily routine
Since thirteen, a chubby nigga on the scene
I used to have the tre` duce
And the duce duce in my bubblegoose
Now i got the mack in my knapsack
Loungin' black, smoking sacks up in acts
And sidekicks with my sidekicks rockin fly kicks
Honeys want to chat
But all we wanna know is "Where the party at?"
And can i bring my gat?
If not, I hope I don't get shot
But i throw my vest on my chest
'Cause niggaz is a mess
It don't take nothin' but frontin'
For me to start somethin'
Buggin' and barkin' at niggaz like i was duck huntin'
Dumbing out, just me and my crew
Cause all we wanna do is...

Chorus:
Party... And bullshit, and... (x9)

Hugs from the honeys, Pounds from the roughnecks
Seen my man Sei that I knew from the projects
Said he had beef, asked me if I had my peice
Sure do, two .22's in my shoes
Holler if you need me love i'm in the house
Roam and strollin' see what the honeys is about
Moet popping, hoe hopping, ain't no stopping Big Poppa, I'm a BAD BOY
Niggaz wanna front, who got your back? (BIGGIE!)
Niggaz wanna flex, who got the gat? (BIGGIE!)
It ain't hard to tell I'm the east coast overdoser
Nigga you scared you're supposed to
Nigga I toast ya, put fear in your heart
Fuck up the party before it even start
Pissy drunk, off the Henny and stuff
Or some brand-nubian shit beatin' down punks!

Chorus

Bitches in the back looking righteous
In a tight dress, i think i might just
Hit her with a little Biggie 101, How to tote a gun
And have fun with Jamaician rum
Conversations, blunts in rotation
My man Big Jacques got the glock in his waist and
we're smoking, drinking, got the hooker thinking
If money smell bad than this nigga Biggie stinking
Is it my charm? I got the hookers eatin out my palm
She grabbed my arm and said "Let's leave calm"
I'm hittin' skins again
Rolled up another blunt, bought a Heineken
Niggaz start to loke out, a kid got choked out
Blows was thrown and a fucking fight broke out

[Music stops, indecipherable sounds of people yelling and arguing,
Biggie breaks it up yelling "Yo chill, man, chill!"]

Can't we just all get along?
So i can put hickies on her chest like Li'l Shawn
Get her pissy drunk off of Don Perrignon
And it's on, and I'm gone
that's that.

[Chorus w/ Puff talking after selected lines]

Party... and Bullshit, (Party.)
and Party... and Bullshit, (Bullshit.)
and Party... and Bullshit, (Party.)
and Party... and Bullshit, (Bullshit.)
and Party... and Bullshit, (Yea... Junior Mafia likes that.)
and Party... and Bullshit,
and Party... and Bullshit, (Uptown likes that.)
and Party... and Bullshit,
and Party... and Bullshit, (Bad Boy likes that.)
and Party... and Bullshit,
and Party... and Bullshit, (Brooklyn Crew likes that.)
and Party... and Bullshit,
and Party... and Bullshit, (Third Eye likes that.)
and Party... and Bullshit,
[Repeats until fade out]
Published by Sear Get/Busy dr www.legrigriinternational.com - dans Interdit aux batards Sear - Get Busy
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 15:36




Encore plus de Bantugroove !!!


Fondé en juin 2006 par Michel Nzau Vuanda et son compère, le vieux sage Umberto Luambo, BANTUNANI est un groupe inclassable !!!!
En effet, on peut davantage parler d'un collectif composé de musiciens de tous horizons qui créent une musique colorée, métissée et engagée plutôt que d'un groupe classique avec un line-up (à peu prés) stable.
BANTUNANI est un OVNI musical, une plateforme créative dirigée par le dandy philosophe, Michel Nzau Vuanda, un artiste complet : chanteur, compositeur, producteur. Ce dernier puise inlassablement sa force, sa création et son énergie dans l'histoire de ses ancêtres du lointain Congo et du légendaire peuple Bantou (une famille culturelle estimée aujourd'hui à 310 millions d'âmes).

Michel Nzau Vuanda

Dans les innombrables influences musicales de Michel Nzau Vuanda on retrouve, JB.Lenoir, Sly and Family Stones, Charles Mingus, BB King, Franco Luambo, Nina Simone, James Brown, Jimi Hendrix, Michael Jackson, Living Color,Gil Scott-Heron, Jacques Brel ....et surtout l'album "Graceland" de Paul Simon, qui va totalement bouleverser sa conception de la musique.
La musique de BANTUNANI est un cocktail détonnant où se mélange irrésistiblement et subtilement les rythmes Afro, le Funk, le Hip-Hop, la Soul Music et même le Jazz et la Pop.
La puissance du groove de BANTUNANI , le "Bantugroove" ne laisse personne indifférent, soit vous êtes emportés par les "Good Vibrations" de la musique, soit les paroles philosophiques et engagées de Michel Nzau Vuanda réveilleront votre conscience.

Les notes de musiques de BANTUNANI sont totalement libres et n'ont pas de frontières, quand aux paroles, elles véhiculent de nombreux messages humanistes.... 



Animé d’une ambition musicale audacieuse dès son premier opus en 2007, ("Rumba Lounge, Discovering Nu Rumba"), BANTUNANI a su se faire un nom et un courant : la "Nu Rumba".
Au fur et à mesure des albums "Africanization" (2010)"Acousticfear, Crépuscule Des Idoles" (2012), BANTUNANI s'est depuis affranchi des sébènes endiablées congolaises, en quête d'un groove universel et inclassable entre les guitares d'un Terence Trent d’Arby et la funk affirmée d'un James Brown.
Comme Fela, sa musique est aussi nourrie d’un texte riche et conscient où la colère côtoie souvent une forme d’ironie sarcastique.

Sur scène, l'énergie électrique frôle l’implosion. BANTUNANI est hanté par la danse vodoo infernale qui puise sa force dans le venin rythmique de ses musiciens et dans la constellation d’influences qu’il ne peut renier.

Son quatrième album "Intrigant", dans les bacs depuis le 25 Novembre 2013, repousse  une fois de plus les limites de la fusion musicale, défiant les carcans commerciaux par une production moderne qui mélange subtilement des ambiances  électroniques dans un univers afrofunk, adoptant désormais des postures rock et R&B.

BANTUTANI réussit sa synthèse avec aisance et garde intacte la force d’un acoustique live pour atteindre un "gros son urbain et intemporel" made in US.
Le souffle de la rythmique (basse, batterie) est encore plus puissant que sur les albums précédents et il faut bien dire que Michel sait très bien s'entourer avec des pointures comme Johnny Pululu (batterie) et Niwa Koshi (basse), pour qui le groove n'est pas un vain mot.

BANTUNANI Live au Jacques Pelzer Jazz Club à Liège, le 4 septembre 2013 (Photo Reporter TV).


Les autres musiciens, Justin Millot (Guitare), Umberto Luambo (Guitare), Fabrice Muller (Claviers), Sylvain Hamel (saxo), sans oublier la superbe choriste Lydia Kanouni, ne font pas de la figuration et évoluent en rangs serrés derrière leur leader. 

"Je pense, je danse, donc je suis", le concept de la trinité musicale est une nouvelle fois parfaitement déclinée, sur cet album aux sonorités raffinées, par un Michel Nzau Vuanda impérial.
A des années lumières de toute la médiocrité du cirque musical qui nous entoure, BANTUNANI nous invite à entrer dans la danse avec la Nu-Rumba, la musique qui élève les âmes et met les corps en transe.



A vérifier vous même sur scène :

Rouen (Le Chat Vert) le 18 Janvier 2014 / Orléans (Delirium Café) le 6 février / Arles (Espace 3DFM) le 12 Février / Aix en Provence (Le Korrigan) le 13 février / Pont-de-l’Arche (Le Kafaléon) le 15 février, Paris (Mamashelter) le 20 Février / Paris (Point Ephémère) le 1er Mars, New-York (SOBS) juin 2014,  New-York (Café Wha) juillet 2014.
 
Michel Nzau nous parle de l'album "Intrigant".


 

Texte : Philou, le briscard de père de Max from the Deblocnot'

Gri-Gri TV