Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Syrie - L'ex directeur de la Sécurité libanaise, le général Sayyed met en garde l'Occident

Publié le 8 Septembre 2012 par le Figaro www.legrigriinternational.com in Syrie

syrie-map1

Meilleurs morceaux d'un interview parue dans le Figaro le 3/09/2012.

"Contrairement à ce que dit la propagande diffusée par les télévisions satellitaires du Golfe et par les médias occidentaux, la Syrie a un État et cet État est fort. Cela fait dix-huit mois qu'on nous prédit le renversement imminent du gouvernement de Bachar el-Assad, et il est toujours en place ! (...)

"La Syrie est confrontée à une guerre médiatique planétaire sans précédent, à l'hostilité de tous ses voisins, à l'ingérence des pays arabes du Golfe, qui consacrent des ressources financières illimitées à aider les rebelles en les armant. L'État syrien n'a jamais cherché à plaire, il n'a jamais voulu se plier aux diktats des Américains dans la région, que ce soit sur la question palestinienne, que ce soit sur le soutien aux mouvements de résistance Hezbollah et Hamas, que ce soit sur l'invasion de l'Irak, que ce soit sur sa relation étroite avec l'Iran. (...)

"L'Amérique, suivie par la France et l'Angleterre, qui sont devenues volontairement ses vassaux au Moyen-Orient, a donc entrepris de détruire l'État syrien. Elle le fait grâce à la collaboration des pétromonarchies, qui doivent tout à Washington. Malheureusement pour elle, la Russie, avec Poutine, a repris du poil de la bête et n'est plus prête à laisser tomber ses alliés historiques.

"Assez d'hypocrisie ! Le régime syrien était loin d'être parfait ; mais à comparer avec les autres régimes arabes toujours appuyés par l'Occident, il reste de loin le meilleur. Au moins, c'est un État laïque, où régnaient la liberté religieuse, la liberté de la femme, ainsi qu'une vie sociale intercommunautaire ouverte et pacifique. Rien à comparer avec ce qui se passe dans d'autres pays arabes grands alliés des États-Unis, où par exemple il est interdit de dire la messe et où les femmes n'ont pas le droit de conduire ou de voyager toutes seules ! À Bahreïn, que s'est-il passé ? La majorité chiite a manifesté pacifiquement pour demander l'établissement d'une monarchie parlementaire, c'est-à-dire l'élection par le peuple du premier ministre. Les pays du Golfe y ont envoyé leurs chars et les Américains n'ont rien trouvé à y redire. (...)

"Cette vague (les Frères musulmans) met grandement en danger les communautés chrétiennes d'Orient, lesquelles existaient bien avant le début de l'islam. Contre ce froid, les chrétiens disposaient d'un manteau, d'une veste et d'un pull. Ils ont perdu leur manteau en Irak, leur veste en Égypte, et maintenant on voudrait qu'ils perdent leur pull en Syrie et qu'ils se retrouvent en sous-vêtements au Liban ! La Syrie d'Assad est vue par beaucoup d'habitants de la région, et notamment par les chrétiens, comme un mur. C'est un mur, dont l'écroulement serait catastrophique. Cela fait peur même aux gens qui n'aiment pas ce régime. Car l'écroulement de ce mur va provoquer de multiples guerres intestines, visant à créer une nouvelle carte géopolitique du Moyen-Orient. Le mur syrien actuel protège les minorités, principalement chrétiennes. Et vous, occidentaux, vous avez entrepris de détruire ce mur: vraiment, je ne vous comprends pas !

"Mais ne comprenez-vous pas que le départ d'Assad aujourd'hui signifierait la dislocation de l'unité de la Syrie, le déchirement de son armée, l'anarchie, puis le déclenchement de petites guerres civiles partout en Syrie, dont personne ne sortirait vainqueur, à l'exception des groupes fanatiques islamistes ? Les chrétiens seraient condamnés à l'exil. L'exemple de l'Irak ne vous a-t-il pas suffi ?