Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 10:58

ChiracRoinegre.jpg


. Lecture et relecture apaisante du numéro 2552 de l'impayablemais très achetable Jeune Afrique. En date du 6 décembre 2009. Doux chapeau : « La région reste aux mains des chefs rebelles, qui tirent de cette occupation des revenus juteux. Élections ou pas, ils ne sont pas prêts d’y renoncer. Une enquête de l’ONU révèle ces trafics en tout genre. » 

. Avis rendu par 7 experts des Nations unies, plus de 7 ans après la conquête de la zone septentrionale de la Côte d’Ivoire par les rebelles et presque 3 ans après la signature de l’Accord politique de Ouagadougou : « La situation dans le nord de la Côte d’Ivoire ressemble plus à une économie de chefs de guerre qu’à une administration gouvernementale qui fonctionne. »

. Qui a permis aux rebelles, en les soutenant, de bousiller le nord de la Côte d’Ivoire ? Depuis 7 ans que la crise a éclaté et 3 ans que l’accord de Ouaga, signé, n’est pas mis en pratique dans la zone rebelle… Si les rebelles ivoiriens ont pu bousiller le pays comme le raconte JA - et donc comme le laisse désormais raconter la Gaule -, cela n’aura été possible que grâce à la France. À deux titres. Un technique, voir le rôle du voisin burkinabé, plaque tournante de tout ce qu’on veut et base avancée de la pensée française en Afrique. Et médiatiquement, en étouffant les vilaines vérités au profit d’une jolie campagne orchestrée par le Quai d’Orsay et ses organes affidés…
.
« Sur le terrain, les milices des Forces nouvelles, surnommées Cobra, Fansara 110, Highlander ou Delta Force contrôlent toujours 60% du pays, 190 000 km2. Elles tirent de juteux bénéfices de l’exploitation et du trafic des ressources naturelles (cacao, coton, bois, noix de cajou, or et diamants), et perçoivent des taxes sur le trafic routier et sur les services publics comme l’électricité, que le gouvernement ivoirien fournit pourtant gratuitement. »
.
Les rebelles font aussi des affaires. Les Libanais exploitent illégalement le bois et le diamant, et font du petit commerce, les Indiens exportent l’anacarde et collectionnent la ferraille, les Chinois ont installé des pharmacies et des officines médicales.
. Malgré 20 refus d’inspection, de nombreux dépôts d’armes sont localisés. Munitions du Burkina.
. L’or et le diamant seraient encadrés par des hommes d’affaires maliens et guinéens… qu’on soupçonne d’écouler le tout ensuite en Belgique, en Israël… certains rebelles prélèvent des taxes sur le commerce de l’or. D’autres, comme Kouakou Fofié, arrivent à faire cracher plusieurs millions de FCFA chaque mois à des firmes sud-africaines en droits d’exploitation.
.
À ce rythme et en pleine campagne électorale, il risque d'en sortir d'autres... au sujet du rôle de la France dans la crise ivoirienne... (ne serait-ce que pour discréditer les candidats ivoiriens qui lui doivent trop)... de ses choix illisibles... de son mépris des peuples anciennement colonisés... des articles de commande dans le Monde (ceux de Théophile Kouamuo étant caviardés par l'innommable Stephen Smith), sur RFI... ou au contraire, les documentaires révélant que la France avait tiré sur la foule, jamais rediffusés par Canal + sur demande expresse d'Alliot-Marie... Ce qui change, donc, c’est qu’on commence à le dire. Et même à le prouver. On ne devrait donc plus tarder à se demander qui a mis les rebelles là où ils sont d’où ils ne veulent plus partir. Pourquoi ? Comment ? À quel prix ? Peut-être même que pour enfin réussir à mettre Villepin sur un crochet de boucher, la moitié de Carla devrait se tourner vers la Côte d’Ivoire… N'était-ce pas à Laurent Gbagbo que pensait récemment Charles Pasqua, lorsqu'il déclara qu'on avait même imaginé se débarrasser d'un président africain ?


Texte - Grégory Protche   Dessin - Pat Masioni


Partager cet article

Published by Grégory Protche - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV