Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 13:47

Ousmane-Willam-Mbaye-President-Dia.jpg

Projection lundi 17 décembre à l'Université Gaston Berger (UGB), amphithéâtre Madické Diop à 16h 45, en présence du réalisateur Ousmane William Mbaye. Lequel rencontrera les étudiants en documentaire des civilisations, religions, arts et communication.

Pour mémoire, le film a récemment obtenu le Tanit d'or du film documentaire lors de la 24ème édition des Journées cinématographiques de Carthage.

Ci dessous les premières lignes d'un entretien avec le réalisateur.

Après vos réalisations sur Tata An­nette Mbaye d’Erneville et votre défunt ami Seydina Insa Wade, qu’est-ce qui vous a amené à faire un film sur le Président Dia ?

(Sourire). Ca c’est une grande question ! J’ai fait un film sur le Président Dia parce que j’avais envie de parler des événements de 1962. Je pense que 50 ans après, c’est le dernier moment pour visiter ces événements. Et par là, la figure de Mamadou Dia est sortie. Je me suis rendu compte qu’on commençait à l’oublier, qu’on l’effaçait un peu de l’histoire de notre pays. Alors qu’il fait partie des pères fondateurs de notre histoire. Donc pour moi, c’était un sujet intéressant. En 2012, cela fait 50 ans que ces événements ont eu lieu. C’est deux générations déjà. Et on a l’impression que les événements, après deux générations perdent de l’intérêt. Par exemple, nos enfants, si on ne leur parle pas des histoires des années 62, ces dix prochaines années, ils ne vont plus avoir intérêt à les visiter. C’est le dernier moment, 50 ans après de revisiter toute cette histoire. Mais surtout, en direction de la jeunesse parce que les jeunes ne connaissent pas Mamadou Dia. Déjà, Senghor qui a une meilleure image  commence à disparaître de l’esprit de ces jeunes, à plus forte raison Mamadou Dia qui, à mon avis, a été effacé de l’histoire sénégalaise. J’ai en quelque sorte voulu ramener au premier plan cette figure sénégalaise. Il a été au premier rang de la vie politique sénégalaise.
A partir de quel moment avez-vous décidé de faire ce film ?
Il y a plusieurs années que je cherche des personnages. Mais, l’idée s’est concrétisée réellement il y a à peu prés 18 mois. J’ai discuté avec des contemporains du Président Dia, avec son conseiller de l’époque M. Rolland Colin, avec Cheikh Hamidou Kane qui était son ami et l’idée s’est concrétisée. Mais, j’ai toujours voulu faire ce film.

La suite de ce long, dense et passionnant entretien ICI.

Partager cet article

Published by dr www.legrigriinternational.com - dans Devoir d'histoire
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV