Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 11:37

1258659 gbagbo100-commentaires---Abidjan-4-avril-2011

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Côte d'Ivoire - Élections 2010
commenter cet article

commentaires

Massa Etienne 08/04/2011 01:27


Il faut avouer qu'il y a des inhumain à l'Elysée aujourd'hui et les socialistes ont perdu leur langue
Si Francois Mitterand revenait !!!


Kiffy Grant 06/04/2011 17:28


C’est qui Babylone ? Ou c’est quoi Babylone ?
Nous avons partout entendu parler de Babylone, chez des écrivains, des chanteurs ou poètes, dans les discours des révolutionnaires et surtout chez les adeptes du Reggae, les rastas. Et nous
remarquons dans la toile de fond de leurs différents tableaux, un objectif commun, se débarrasser de l’emprise ou alors du joug de l’oppresseur, de Babylone. Alors l’on pourrait se demander sur ce
mot ou ce thème qui traverse les époques sans subir de détérioration en ces termes : ‘‘C’est qui ou mieux, c’est quoi Babylone et quel rapport pouvons nous en faire avec le monde aujourd’hui?’’
Pour entamer notre réflexion, nous irons à l’ origine du mot d’abord du point de vu historique puis du point de vu biblique.
En effet, historiquement, Babylone fut une ville antique de Mésopotamie située sur l’Euphrate, à environ 90 km au sud de l’actuelle Bagdad (Irak), et capitale de la Babylonie (aux IIe et Ier
millénaires av. J.-C.). Située sur la principale route commerciale entre le golfe Persique et la mer Méditerranée, Babylone — de l’akkadien Bāb-ili ou Babil, « porte du dieu », connue sous le nom
de Babel dans la Bible — a été l’une des plus importantes et prestigieuses cités de l’Antiquité. Bien que le site ait été occupé dès l’époque préhistorique, la première mention documentée de
Babylone remonte à la fin du IIIe millénaire av. J.-C.
Vers 2200 av. J.-C., la cité est assujettie à la cité-État voisine d’Ur. Puis après Babylone devient à son tour une cité-État indépendante lorsque les Amorites fondent leur dynastie en 1894 av.
J.-C., dynastie qui connaît son apogée sous le règne de Hammourabi (v. 1792-1750 av. J.-C.). Mais les occupations ne vont pas s’arrêter là. Babylone sera à plusieurs reprises, aux files des temps,
assujettie à divers civilisations : « Les Hittites (Vers 1595 av. J.-C.), les Kassites (v. 1590-1155 av. J.-C.), les Élamites venus de l’est (Vers 1155 av. J.-C.), l’Assyrie (à la fin du VIIIe
siècle av. J.-C.) et devient la capitale de l’une des provinces de l’Empire néoassyrien (689 av. J.-C.). En 625 av. J.-C., les Chaldéens de Nabopolassar — lequel fonde la dynastie néobabylonienne —
prennent le contrôle de la ville. Son fils Nabuchodonosor II étend le royaume jusqu’à la Palestine et la Syrie. Babylone est alors dotée de nouveaux temples et palais, entourée de vastes murs et
enceintes de fortification et veinée de chemins de procession pavés. Elle se développa par la suite d’une manière formidable et atteint à nouveau son apogée avec une toute grande puissance.
Le point de vue biblique, après avoir certifié ce lointain passé de la Cité-Etat de Babylone, vient pour renchérir cette dernière époque en insistant sur certains points, c’est la première approche
: «Babylone atteignit l’apogée de sa gloire au VIe s. av. J.-C., sous Neboukadnetsar (ou Nabuchodonosor), qui la développa énormément et en fit la plus grande et la plus belle capitale de son
temps. Le palais antique se dressait sur la rive orientale de l’Euphrate. Neboukadnetsar doubla ses dimensions primitives en l’agrandissant au Nord ; l’édifice eut alors le fleuve à l’Ouest, et un
canal au Nord et au Sud ; sa façade orientale et une magnifique porte monumentale, la fameuse porte d’Ishtar (qui sera mise à jour au début du 20e siècle par l’archéologue allemand Robert
Koldewey), donnaient sur la route de la grande procession venant du temple de Mardouk situé à presque 1 km au Sud. Neboukadnetsar construisit un autre palais, à environ 21 km au Nord de l’ancien,
sur une colline artificielle dont les flancs en terrasses étaient probablement recouverts par les fameux jardins suspendus ».
Tout ceci démontre la toute puissance de cet Etat sur les autres Etats environnants de son époque. L’orgueil du Roi Neboukadnetsar le conduira à n’avoir d’égard pour personne, ni pour un dieu
quelconque si ce n’est les dieux des chaldéens. C’est partant de là que ce tout puissant Roi assiégera tout Juda et finalement, Israël. C’est à cette époque qu’une grande partie du peuple juif sera
emmenée en déportation, assujettie et soumis à l’esclavage (Ps 79v1 ; Ps 137, Esdras 2v1-2 …). Ce sera un moment dur et long où ce peuple va connaître une perte lamentable en vies humaines,
pillages, et destructions de ses édifices culturelles et sacrées, bref ce fut une période triste (Esther 7v4). Sur les quelques israélites restants, fermiers vignerons pour la plupart, le pays
impérialiste de Babylone se rassurera toujours d’établir un dirigeant de son choix (2Roi: 24v17, 12). Durant ce temps, au milieu des Israélites, va se manifester une nouvelle élite de journalistes
(Esdras, Néhémie…), de prophètes (Ésaïe, Jérémie, Ézéchiel, Daniel…) et d’éveilleurs de conscience de tout genre, pour mener des actions fortes (risque de Esther/ Esther 4v16) et faire des prières
de toutes sortes à leur Dieu en vue d’une restauration éminente (Ésaïe 62v1-5). Et plus tard l’Empire néobabylonien connaitra une nette déchéance. Voir chronique
La deuxième approche biblique est une analyse qui ne se distingue guère d’une appréciation spirituelle de ce passé tragique que Israël a vécu sous Babylone. L’Ancien Testament oppose fréquemment
Jérusalem, la cité de Dieu, à Babylone, la ville corrompue et persécutrice, dont le roi est un type de tyran voir Satan lui-même. (Ésaïe 14.4-23 ; Ésaïe 48.20 ; Jérémie 51.9-11 etc.). Babylone
devient le symbole de la confusion d’un monde éloigné de la bénédiction et du gouvernement divins. C’est pourquoi, dans l’Apocalypse, Jean la met en violent contraste avec la nouvelle Jérusalem,
type de l’Eglise, épouse de l’Agneau. Babylone (Apocalypse 17) représente aussi la chrétienté apostate, la fausse religion, la grande prostituée dont l’infidélité, l’esprit de lucre et la soif de
domination seront finalement démasqués et jugés (Apocalypse 18).
Au terme de notre recherche, à la question de savoir pourquoi Babylon et toujours Babylone, nous répondrons par simple appréciation de la position de cette Babylon dans la relation Israël-Babylon
de ces époques-là.
Babylone, exploitant, oppresseur, pilleur, impérialiste, tyran confiscqueur de paix et quel autre qualificatif d’abuseur impitoyable…
Israël, faible petit peuple qui ne vie que de son agriculture et de sa culture (adoration et enseignement de ses lois).
Un jour donc, Babylone poussée par son avidité vient assiéger Israël et mène tout le monde en captivité. Israël est donc sujet de toute sorte de supplice et forcé de faire des choses contre son
gré. Il n’y a plus de paix et la certitude pour quoi que ce soit devient quasi-absente. Voici d’où est venu le texte de la fameuse chanson ‘‘By the rivers of Babylon’’ qui a été plusieurs fois
reprise (Ps.137). la version française donne ceci :
Sur les bords du fleuve de Babylone,
Nous étions assis et nous pleurions,
En nous souvenant de Sion.
Aux saules de la contrée
Nous avions suspendu nos harpes.
Là, nos vainqueurs nous demandaient des chants, Et nos oppresseurs de la joie : Chantez-nous quelques un des cantiques de Sion ! Comment chanterions-nous les cantiques de l’Eternel Sur une terre
étrangère ?
Dans la suite de ces vers, les poètes se mirent à jurer fidélité à Jérusalem.
Pour nous tenir qu’à ces remarques nous comprenons aisément pour quoi ce thème qui frappe plus régulièrement à plusieurs tympans plus qu’il ne fait couler d’ancre se veux particulier et
contextuel.
En effet, en Afrique aujourd’hui, on se demande s’il y a des pays indépendants, depuis quand, indépendants de qui et pour quoi faire? Le bilan des pays noirs est partout pareillement noir. Nul
n’ignore qu’après les indépendances, les contrats qui ont été signées avec les colonisateurs dans le cadre des échanges commerciaux ont à la logue montré leurs limites du point de vu apport au
développement national dans les colonies. Nous avons fini par comprendre que ces gens-là très intelligents n’ont fait que créer leurs champs avec des gardiens payés au strict minimum. Dans la
plupart de ces pays situés en zones tropicales on a rendu l’agriculture facteur premier du développement ; et si quelqu’un disait et après ? Je demanderais simplement pourquoi l’a-t-on maintenu
jusqu’aujourd’hui à ce niveau d’usage de rustiques outils, qui provoque assez de morts précoces au niveau de la masse paysanne et réduit leur espérance de vie, et n’a-t-on pas cherché à la
mécaniser ? Des paysans dont les enfants sont liés au même sors. Et en tout, un seul a eu la chance d’avoir sa mort, par paralysie et crise cardiaque, publiée dans les écoles primaires francophones
d’Afrique par le poète Birago Diop. J’ai aussi lu ce discours funéraire titré ‘‘le paralytique’’. Ca ne serait pas inhumain de voir des chocolateries construites dans les pays producteurs de cacao,
quand on sait aujourd’hui qu’en Europe comme aux Etats Unis les conserves alimentaires viennent des fermes et des campagnes. Il n’y aura jamais de muscles qui rivaliseront les machines. Nous
comprenons que les leadeurs africains avaient parmi eux des intelligents mais qui ne pouvaient rien devant les clauses et les termes de ces contrats qui laissaient reconnaitre des pactes. Des
contrats qui respirent et qui reconnaissent les origines de toute menace de leur intérêt et qui peuvent aller même jusqu


JOSEPH HABA 06/04/2011 16:12


http://www.youtube.com/verify_age?next_url=http%3A//www.youtube.com/watch%3Fv%3DxxbT0a7H2CQ%26oref%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.youtube.com%252Fresults%253Fsearch_query%253Dduekoue%252520genocide%2526search%253DSearch%2526sa%253DX%2526oi%253Dspell%2526resnum%253D0%2526spell%253D1%26has_verified%3D1%26oref%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.youtube.com%252Fverify_age%253Fnext_url%253Dhttp%25253A%252F%252Fwww.youtube.com%252Fwatch%25253Fv%25253DxxbT0a7H2CQ%252526oref%25253Dhttp%2525253A%2525252F%2525252Fwww.youtube.com%2525252Fresults%2525253Fsearch_query%2525253Dduekoue%2525252520genocide%25252526search%2525253DSearch%25252526sa%2525253DX%25252526oi%2525253Dspell%25252526resnum%2525253D0%25252526spell%2525253D1%252526has_verified%25253D1%26skipcontrinter%3D1


Téku 06/04/2011 15:03


Initiative à encourager! Nul part dans ces pays occidentaux on peux trouver une base Africaine . Ils font koi en Afrik? il ns aime trop? bande d'ignard d'ingri


Gri-Gri TV