Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 09:00

Christopher Frank - josepha par Princess Erika www.legrigriinternational.com Princess Erika Feuilleton littéraire www.legrigriinternati


Quand j’ai commencé à lire Josepha, je ne savais pas que Christopher Frank, son auteur, était aussi le réalisateur du film. J’ai donc innocemment pensé à un scénario dès les premières lignes. Deux comédiens, Michel et Josepha, plantés dans un décor théâtral vivent un drame ordinaire. Lui, plutôt doué, se contente de petits rôles de passe-plats ou de quelques synchros ; « il fabrique, il ne paie pas comptant ».  Elle se juge compétente, mais depuis qu’il l’a trompée avec Sarah, une attachée de presse, elle est chiante et fait des crises. C’est fini, mais elle n’arrive pas à pardonner, résigné il supporte. Ensemble ils montent et jouent leurs pièces dans des quartiers pourris, où rares sont ceux qui viennent encore les applaudir.
Josepha obtient un rôle dans une production qui se tourne à ChâtelGuyon. C’est artistiquement pas terrible, mais il faut travailler. Deux semaines, elle emmènera leur chien Iago et ça leur permettra de prendre du recul. Elle fait la maligne sur le plateau et joue les effrontées, mais, à l’hôtel, elle fait la connaissance de Régis Duchemin, l’homme à la Lamborghini. Riche oisif, comme il le dit lui-même, il vit près de Paris avec sa fille Babeth, possède des chevaux et tire à la carabine…
Michel, venu lui rendre visite quelques jours, est reparti plus tôt après une énième dispute.
Elle couche avec Régis la nuit suivante…et jusqu’à la fin du tournage. Ils se revoient à Paris. Au début elle invente un rendez-vous avec un cinéaste américain pour le retrouver. Michel y croit et l’encourage. Dolly, l’assistante de leur agent commun, est la boîte aux lettres. Depuis son retour, Michel sent que Josepha a changé ; elle ne lui parle plus de Sarah. Très vite elle avoue tout. Maintenant il connaît l’état dans lequel elle se trouvait quand il la trompait. Il veut tout savoir comme elle à l’époque, comment et quand il l’a sautée, si c’était mieux qu’avec lui. Il ne veut pas croire qu’elle le quitte. Quand elle le quitte, elle a déjà quitté Régis ausssi…pour un temps, et part s’installer chez Dolly. Michel est fou de rage, il la suit, défonce la gueule de Dolly pour obtenir son adresse. Il l’épie, défonce, encore, mais cette fois par erreur, la gueule d’un gentil professeur d’anglais. Dolly a une vie sexuelle mouvementée et même dans un deux-pièces, c’est pas toujours évident. Josepha atterrit chez Régis et sa fille… La réalité des comédiens les oblige à faire des choix souvent contraires à leurs aspirations profondes. Michel accepte des boulots successifs, couchaille un peu à droite à gauche sur les conseils de Josepha. Son pote Moulu a écrit une pièce en pensant à elle, ils veulent la monter pour qu’elle revienne jouer. Il l’envoie aussi à une audition sachant qu’elle n’a pas le profil, juste parce qu’il joue dans ce vaudeville. Il veut la retrouver. Mais elle veut changer de vie et s’éloigner du milieu. Elle viendra tout de même les voir jouer avec Régis et sa fille. Chacun vivote à sa manière. Jusqu’au jour où arrive Le Rôle pour lui. Et sa belle revient, dans une scène ultime, lui donner la force d’incarner Macbeth. Car sans elle, il n’est pas.
Les punchlines de Christopher Franck sont écrites pour être dites : « Alors, qu’est qui vaut mieux : pointer au Théâtre Monceau ou pointer au chômage ? » ; « Mais c’est tout le problème du Théâtre français que tu poses là ! » Ses acteurs, souvent réduits au minimum de leur talent, frustrés et mésestimés par des metteurs en scènes sous pression, exploités par des producteurs avides et avares, gardent vivace la conviction qu’un jour, ils auront ce rôle qui les révèlera…à tous. Et ça c’est bien.

 

Photo - dr     Texte - Princess Erika

 

Bonus :

 

cremer-josepha par Princess Erika www.legrigriinternational

Bruno Cremer dans le film Josepha

 

Partager cet article

Published by Princess Erika dr www.legrigriinternational.com - dans Le feuilleton littéraire de Princess Erika
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV