Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 18:30

cap-IBNI---IBNI.jpg

IBNI (1949-2008) - UNE VIE POLITIQUE ASSASSINEE AU TCHAD 

Le 3 février 2008, Ibni Oumar Mahamat Saleh était arrêté à son domicile par des éléments des « Forces de défense et de sécurité ». Cinq ans après sa disparition, le combat mené par ses proches, mais aussi par des associations de mathématiciens et de défense des droits de l’Homme, et par des représentants du monde politique, pour connaître la vérité, ne faiblit pas. Le 23 février dernier, dans le cadre d’une journée commémorative organisée à Aubervilliers par son parti le PLD – représenté en France par Khadidja Sahoulba – Guy Labertit, qui a suivi le parcours d’Ibni Oumar Mahamat Saleh dès 1975, a présenté son ouvrage : Ibni (1949-2008) – Une vie politique assassinée au Tchad, Editions Le Gri-Gri, 2013, 166 p.

Le livre de Guy Labertit me semble répondre à une double nécessité : nécessité morale d’abord, pour que cinq ans après la disparition d’Ibni Oumar Mahamat Saleh se poursuive la recherche de la vérité et de la justice ; devoir de mémoire ensuite : l’auteur apporte aussi sa pierre à l’histoire du Tchad, en restituant ce qu’il sait, et son éclairage de la période est à la fois très documenté et très pédagogique. Le livre porte ainsi autant sur le contexte que sur le personnage d’Ibni lui-même, remémoré à travers les rencontres et les échanges qui ont émaillé la vie des deux hommes.

C’est par l’arrestation d’Ibni que commence le récit, et tout de suite, Guy Labertit se refuse à ménager les responsables politiques français : « Entre le moment de son arrestation et sa mort vraisemblablement liée aux sévices subis peu après son enlèvement, les militaires français sur place qui avaient su tirer d’affaire Idriss Déby Itno (…) étaient en capacité, s’il y avait eu une réelle pression politique de Paris, d’empêcher l’arrestation d’Ibni et de le sauver de cette fin ignoble » (p. 27).

Puis l’histoire reprend à son début : à la première rencontre entre Guy Labertit et Ibni, en 1975, à Orléans. Alors étudiant, Ibni fait partie du Groupe d’information sur le Tchad (GIT) animé par Jacques Guidée. Il milite aussi plus secrètement au sein du Groupe Mahamat Camara (GMC) qui rassemble des étudiants marxistes défendant les objectifs du FROLINAT, parmi lesquels Acheikh Ibn Oumar et Adoum Yacoub Kougou.

En juin 1978, il part pour le maquis. Mais la désillusion est rapide. La lutte d’influence que se livrent la Libye et le Soudan provoque l’explosion du FROLINAT. Ibni est de retour dès janvier 1979. Le GMC est dissout en mai. Ibni choisit d’être enseignant en mathématiques. Il est en Algérie à la rentrée scolaire de 1979, puis à Niamey de 1980 à 1985. Il devient alors observateur d’« une génération sacrifiée sans que l’on discerne vraiment le sens du sacrifice » (p.64). Mais le sentiment de perdre son temps l’amène à épouser l’idée d’une « troisième voie », une opposition civile, démocratique, la forme que prendra son engagement courageux, presque dix ans plus tard.
Le mal du pays le ramène avec sa famille au Tchad, en 1985. En 1988, il devient ministre de Hissène Habré. C’est pour Guy Labertit « une terrible surprise » qui « met en suspension » leur amitié. Ministre de l’Elevage et de l’Hydraulique pastorale, puis de l’Enseignement supérieur, enfin du Plan et de la Coopération, Ibni Oumar Mahamat Saleh est, après la chute de Hissène Habré, contacté par Idriss Déby qui l’invite à reprendre des responsabilités. Il devient Recteur, puis de nouveau Ministre du Plan et de la Coopération. Mais à partir de la fin de l’année 1992, il est « dans une sorte d’entre-deux » (p.108) : alors qu’il participe au gouvernement, il travaille à mettre sur pied une force politique autonome, le Parti pour les libertés et le développement (PLD), qui naît en septembre 1993 de discussions secrètes. Autorisé en décembre 1993, le PLD – dont la devise est « Travailler pour la justice » – vise l’instauration d’une République unitaire et laïque.

Ibni quitte le gouvernement le 17 mai 1994. Il ne s’affranchit pas pour autant d’une certaine ambiguïté : alors qu’il critique avec lucidité le régime, son parti le PLD fait alliance avec le MPS – parti présidentiel – jusqu’en 1997. Lors de l’élection présidentielle de 1996, Ibni déclare faire « le choix de la raison » en soutenant la candidature d’Idriss Déby : pour lui, le retour de l’opposition armée dans la République est le préalable à la reconstruction de la démocratie ; et il estime qu’Idriss Déby est le plus à même de garantir la stabilité du pays. Il sera déçu.

Vers 1997, Ibni déclare à Guy Labertit que « le plus dur politiquement, ce sera la rupture avec Déby » (p.125), comme lui originaire du nord du Tchad, et qui ne peut accepter de concurrents de sa propre région. Selon l’auteur, dès 1999, Ibni semble craindre pour sa sécurité. Il fait néanmoins le choix « courageux et lourd de conséquences » (p.135) de se présenter à l’élection présidentielle de 2001. Les fraudes sont massives, et Idriss Déby déclaré vainqueur au premier tour.

Ibni travaille alors à l’unité de l’opposition civile démocratique, d’abord à travers la création de la Convention pour l’alternance démocratique (CAD) en 2003, puis dans le cadre plus vaste de la Coordination des partis pour la défense de la Constitution (CPDC), qui rassemble 25 partis dès 2004 et dont il devient le porte-parole. Considérant les dysfonctionnements du processus électoral, les partis d’opposition boycottent les élections présidentielles de 2006. A partir d’avril 2007, des discussions entre l’opposition démocratique et la majorité présidentielle sous l’égide de l’Union européenne aboutissent à la signature d’un accord le 13 août 2007 « en vue du renforcement du processus démocratique au Tchad ». Ibni est soucieux et dubitatif. L’échec du Comité de suivi de l’accord lui donnera raison.

« Ce livre n’est pas vain, car il n’est jamais vain de clamer notre vérité, même lorsque l’on se trouve face à des pierres sourdes à notre cri », écrit Théophile Kouamouo en préface à l’ouvrage de Guy Labertit. Et certes il n’est pas vain de raconter cet « itinéraire douloureux, contradictoire et tragique » (p.92) qui fut celui d’Ibni Oumar Mahamat Saleh. Mais l’honnêteté de ce livre est aussi sa limite : Guy Labertit dit ce qu’il sait du parcours de son ami. Reste à combler les vides, à aller « arracher la vérité ». La parole est aux Tchadiens.

Photo - dr   Texte - Johanne FAVRE

In La Lettre PMCT (Pour mieux connaître le Tchad) n°11

PMCT

Partager cet article

Published by Johanne Favre PMCT dr www.legrigriinternational.com - dans Ibni Labertit
commenter cet article

commentaires

réparation iphone paris 75019 02/06/2014 13:19

On en veut plus traité de cette manière. Continuez.

Gri-Gri TV