Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Premier joueur africain gay à faire son coming out : Taiwo qui rêvait d'"enculer les Parisiens" écope d'un match de suspension...

Publié le 13 Mai 2011 par Jérôme Reijasse www.legrigriinternational.com in Ordre (du jour)

Taiwo est gay ! Il rêve d'enculer les Parisiens ! 

Moche comme un paradis fiscal de madame Dreyfus, arrogant comme une Cannebière, technique comme un Anigo, idiot comme un rap de la Fonky Family, Taïwo a marqué hier en finale de la Coupe de la Ligue, permettant à sa petite équipe (à l'image de Didier "Passe Partout" Deschamps, son entraîneur) de glaner un énième trophée en carton. Gaucher, c'est du droit que ce sombre abruti a envoyé au Ciel les milliers de touristes sudistes montés pour un soir à la Capitale (PARIS). Après un sémillant hors-jeu de Heinze (l'histoire ne retiendra que sa traîtrise capitaliste) et d'une magnifique passe décisive de la main du boucher Diawarra. Et comment ce géant pataud et sans finesse a-t-il célébré son but victorieux ? En chantant un vibrant “Les Marseillais montent à Paris pour enculer le PSG”. Depuis le temps qu'ils appellent à la sodomie parisienne, on aimerait que les Marseillais assument enfin cette homosexualité, qu'ils la revendiquent haut et fort. Question : ce chanteur d'un soir sera-t-il lui aussi poursuivi comme jadis les auteurs de la banderole sur les Ch'tis ? Ce dimanche matin, aucun média ne relève vraiment l'affaire. Comme si ce n'était que du folklore, une boutade entre amis en somme... À l'heure où la chasse aux supporters parisiens est toujours d'actualité, Taïwo, lui, appelle à la haine sans hésiter et sans être inquiété. L'année prochaine, il évoluera du côté du Milan AC. Rien d'étonnant, le championnat italien étant en pleine décrépitude. Il sera à sa place. Comme il l'était à Marseille. Taïwo n'a jamais existé... À côté d'Ibra, il disparaîtra complètement. Enfin !

Photo - dr    Texte - Jérôme Reijasse

Bonus :