Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Michel Galy présente - Dans l’enfer de la rébellion ivoirienne à ses débuts, l’Ouest en 2002-2003

Publié le 7 Mars 2012 par www.legrigriinternational.com in Côte d'Ivoire - Élections 2010

Michel Galy mars 2012 www.legrigriinternational.com 

« UNE HORREUR SANS NOM »

Dans l’enfer de la rébellion ivoirienne à ses débuts, l’Ouest en 2002-2003

Ayant retrouvé dans mes archives ce document de 2003, qui concerne les violences effectuées par la rébellion ivoirienne de 2002 à 2003 à l’Ouest du pays – et dans le contexte de la récente décision de la CPI qui prendra en compte les évènements depuis 2002 -, nous avons cru bon de le diffuser, tout en le confiant aux avocats intéressés par ce sujet, évitant au gouvernement en place à Abidjan une longue et fastidieuse recherche dans ses archives…

Toutefois le gouvernement Ouattara/ Soro se fera certainement un devoir de retrouver dans les dites archives (si les FRCI ne les ont pas brûlé lors de la « bataille d’Abidjan !) l’équivalent de ce document pour le Nord de la Côte d’ivoire – à défaut, les récipiendaires de ce type de document : agences des Nations Unies, ONG, Ligues des droits de l'Homme internationales et ivoiriennes peuvent utilement les identifier, les publier, et les confier à la CPI !

Document officiel, et non confidentiel, ce travail effectué par recoupements de récits de déplacés (1,5 million de personnes ont fui la zone rebelle pour se réfugier en zone gouvernementale - évènement politique majeur sur lequel on reviendra) m’a été confié personnellement par le président Laurent Gbagbo, comme documentation, après une interview à Abidjan.

Il comprend, outre l’introduction publiée ici, plusieurs tomes de témoignages personnels - souvent terribles à lire -, et qui démontrent dans des détails monstrueux ce qu’est la gouvernance par la violence que j’ai analysé dans "Politologie d’une rébellion" (in la revue Cultures et conflits, en ligne).

Resterait à synthétiser, de 2002 à 2012, les milliers de victimes, en zone Nord et Sud, causées par la rébellion, avant et après le 11 avril 2011. Bien qu’inquantifiables avec précision, à cause notamment de la carence injustifiable des « organisations de droits de l'Homme », juges et partie, ces massacres de masse attendent leur recension.

Michel Galy, politologue, Paris.

RETROUVEZ LE DOCUMENT ICI