Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 02:00

Stop war in Goma 28 nov 2012

Offensive éclair des rebellions centrafricaines vers Bangui : le président Bozizé fait appel au Tchad mais doit composer – s’il n’est déjà trop tard ! Les rebelles du M23 congolais avancent vers Goma : Kabila engage quasi immédiatement des négociations sous l’égide de Kampala. Et on peut remonter plus loin et prendre des comparaisons plus larges : se référer par exemple à la Côte d’Ivoire ou au Mali.

Les groupes armés à l’assaut des États seraient-ils une voie africaine du politique, honnie par la « communauté internationale », mais en passe de devenir aussi courants sur le continent noir que les putschs militaires post Indépendances ? En effet, la rébellion croissante du M23, en République démocratique du Congo, en rappelle irrésistiblement d’autres, et il y a une indéniable contagion des esprits dans les formes de contestation du pouvoir établi, en Afrique subsaharienne. Une disgrâce diplomatique, un pouvoir fragile, une déstabilisation médiatique, des « coups tordus » des Services instrumentalisant un foyer rebelle… Ainsi se dessine un processus de déstabilisation qui tend décidément à se dupliquer excessivement - au point de révéler sa nature et son origine !

BONNES OU MAUVAISES REBELLIONS ?

Mais ne faut il pas faire des parallèles plus généraux, qui indiquent une instrumentalisation - ou une « fabrique des rébellions » pour déstabiliser un régime qui a cessé de plaire en Occident, notamment pour des raisons géopolitiques ? Autant la chute spontanée de régimes dictatoriaux (comme en Tunisie ou en Egypte) est un signal pour nombre de mouvements de libération, autant le renversement par une force militaire occidentale (à l’instar de la Libye) et/ou une rébellion téléguidée semble, en ce débat du XXI ème siècle, une terrible « leçon de choses » pour des régimes ou des leaders contestataires du condominium des grandes puissances : les missiles Tomahawks, les drones, et les bombardements massifs s’opposent, dans l’imaginaire collectif du politique subsaharien, aux manifestations massives de tout un peuple qui prend spontanément les symboles du pouvoir ; que l'Occident réponde par une attaque militaire disproportionnée indique bien où se trouve ici, encore et toujours, la Maîtrise : là aussi, le médium - la violence - est bien le message latent, mais efficace.

Face à cette dichotomie, les rebellions instrumentalisées jouent un peu le rôle des « tirailleurs sénégalais » de l’époque coloniale : supplétifs des armées ou corps expéditionnaires occidentaux, elles sont créées ou aidées par une puissance extérieure : financement, uniformes, carburant,  moyens de communication, armes, moyens de transport, jusqu’aux plans d’invasion et de coordination sont fournis - directement, ou par une puissance relais : le Burkina Faso en Afrique de Ouest pour la France, le Rwanda et l’Ouganda pour les Etats Unis pour les Grands Lacs.

Pour parler d’une période récente, le LURD a été créée ex nihilo par la CIA dans les camps de réfugiés de Guinée Conakry pour renverser Charles Taylor au Liberia sans qu'un seul « marine » américain pose le pied à Monrovia. Juste retour des choses, puisque via le Burkina de Blaise Compaoré, le NPLF de Charles Taylor avait dans un épisode précédent conquis le Liberia, comme le RUF de Foday Sankoh la Sierra Leone et le MPCI de Guillaume Soro la Côte d’Ivoire.

Bien sûr, les capitales occidentales n’ont pas toujours inventé les rébellions, ni instrumentalisé leurs objectifs. Que l’on se souvienne de l’Angola par exemple, où chacun des blocs de la guerre froide soutenait un mouvement armé. Durant les 50 ans des Indépendances, nombre d’autocrates africains n’ont eu besoin de personne pour pousser des émigrés politiques à déstabiliser un rival ou un voisin à leur profit. La différence est sans doute qu’après la chute du Mur de Berlin, les menées par incursions ou rebellions interposées des deux camps ne se régulent plus dans l’équilibre des USA et de l’URSS, et que le rôle croissant des médias permet une instrumentalisation supplémentaire : celle de l’opinion publique internationale, selon les buts du moment. Comme s’il s’agissait, par relais africains et médias complaisants, de naturaliser les raisons de la chute d’un régime africain - ou, c’est selon l’intérêt du moment, d’intervenir à son profit.

LEGITIMATION MEDIATIQUE  ET PRESSIONS DIPLOMATIQUES

Dans la fabrique de l’information, que les décideurs médiatiques le veuillent ou non, le passage fondateur d’un acteur politique sur une grande chaîne occidentale est perçu par l’opinion publique des pays du Sud - spécifiquement ici africaine -, comme une légitimation de la part de la puissance de résidence de la télévision en question. C’est ainsi qu’en bonne logique françafricaine la naissance politique du MNLA peut se dater des images de janvier 2011 donnant à voir un porte parole touareg  en grand apparat de la mythique culture des « hommes bleus », tout en turban et drapé, sur les plateaux de France 24 - séquence immédiatement ressentie comme une « trahison »de Paris par la presse de Bamako !

En sera t-il de même pour Jean-Marie Runiga (dirigeant politique du M23 congolais), dans une émission symbolique d’un média d’Etat français qui le poserait en rival (si ce n’est en successeur) de Joseph Kabila - dont on peut rappeler le cinglant désaveu par François Hollande lors du récent sommet de la Francophonie à Kinshasa ?

On se souvient de la séquence réglée, lors de la crise ivoirienne de la fin 2010, de la proclamation des résultats de l'élection présidentielle à l'hôtel du Golf d'Abidjan, en avril 2010. Aussi important que le discours du président de la commission électorale, la « certification »  du représentant de l'ONU ou l'allocution de M Ouattara, était la présence témoin de chaînes de télévision françaises - à l'exclusion des médias et journalistes ivoiriens. La rébellion de M. Soro, depuis 2002, n’avait elle pas toujours joué la carte de la légitimation par les médias occidentaux et les puissances occidentales ? Sur cette scène de re-présentation (ce que Georges Balandier appelait déjà le « pouvoir sur scène ») gagnent ou perdent d'abord les rébellions africaines - avant les montages diplomatiques et les interventions militaires.

MULTIPLES MEDIATEURS

Le cas malien offre le savoureux spectacle d’une multiplicité de  « médiateurs »... jusqu’au premier ministre récemment nommé, M. Diango Sissoko, ci-devant « médiateur de la République malienne » ! Le « médiateur ouest africain », le président Blaise Compaoré, s’efforce officiellement de réconcilier MNLA et Ansar Dine avec le pouvoir malien – lui même bien éclaté… L’ex président du Burundi, M. Buyoya, est médiateur de l’Union africaine. Tous devraient être coiffés par l’ex président du Conseil italien, M. Romano Prodi, son pouvoir procédant du secrétaire général de l’ONU. Du coup le médiateur du Bénin, le doyen Tevoédjré confère avec le médiateur ivoirien et les deux s’intéressent fort à la crise malienne. L’Algérie se voit bien aussi « médiatrice », on ne sait trop entre qui et qui, tellement elle est juge et partie. La diplomatie française pousse en sous-main certains des « médiateurs » CEDEAO ou UA, tandis qu’elle prépare activement la guerre par Africains interposés et forces spéciales « discrètes »…

Et si trop de médiations tuaient la médiation ? Il en ressort bien évidemment une cacophonie diplomatique intense, tant il est évident que certains « médiateurs » sont des acteurs du conflit, et que l’absence de coordination se fait sentir… Voilà qui rappelle les pires moments diplomatiques de la crise ivoirienne. Le fait que les USA, l’ONU, l’Algérie et le Burkina sont, pour des raisons diverses et variées, opposés à une intervention militaire explique cette multiplicité d’acteurs et cet « imbroglio diplomatique » - qui surdétermine la crise malienne interne. Sans doute les ONG « spécialisées » comme Sant’ Egidio (et même le Vatican), voire l’ambassadeur français à Bamako sont-ils actifs dans leurs confidentielles « médiations » internes et externes, sans grande coordination avec les médiateurs officiels. Les différents acteurs et niveaux de médiations reflètent en fait l’internationalisation rapide et croissante des crises internes africaines, qui ajoutent aux désordres locaux en prétendant les résoudre.

La crise renaissante en RDC nécessite-t-elle vraiment, après l'Ouganda et le Rwanda, d'autres médiateurs aussi compromis ? L’embrouillamini créé à Kinshasa par les forfaitures de l'introuvable « communauté internationale (diplomates, observateurs, Ong...) refusant d'avouer truquées les élections de 2011 - et que Tschisèkédi est plus légitime que Kabila - ont abouti à une situation bloquée et à une délégitimation de tout pouvoir ; c'est la rébellion, si elle arrive à s'allier à l’opposition qui peut arriver à une alternance de régime - et certes par la violence. À moins que cette nouvelle menace de guerre de conquête amène le pouvoir actuel à composer - ou à se retirer, ce qui paraît plus que douteux...Toute la question semble dès lors celle de l'après-Kabila et du contrôle démocratique des nouveaux « entrepreneurs de la violence », aussi peu légitimes que les actuels gouvernants.  

Le paradoxe politique actuel, en Afrique subsaharienne, est bien le recours aux rebellions instrumentalisées devant des régimes à la façade démocratique, à la corruption désastreuse et aux pratiques despotiques ; tandis que le « politiquement correct » mondial, d’obédience américaine et d'incarnation onusienne, prétend infréquentables, voire juridiquement condamnables, les militaires ou les civils qui se dressent spontanément contre d’insupportables dictatures. Ajoutons à cela des troupes d’occupation dites  de « maintien de la paix » aux effectifs considérables et en augmentation constante, un dévoiement de la justice internationale vers une « justice de vainqueurs », tous les éléments s’imbriquent pour des situations régionales et nationales bloquées - tandis que l’exploitation du continent se poursuit allégrement par le « retour des grandes Compagnies », qu’on peut s’accorder à trouver avec le politologue Achille M’bembe très XIXeme siècle… À partir de « foyers conflictuels » comme le Kivu en RDC, l’Azawad au Mali, l’Ouest ivoiro-libérien, ce sont bien des systèmes de « guerres nomades » ravageuses et en extension qui suivent des cycles de violence récurrents. L’échelle régionale est souvent atteinte quand une puissance occidentale envoie un corps expéditionnaire : cet « effet pervers » risque bien de se produire au Sahel, à partir du Mali. Quant à la RDC, plutôt que de criminaliser une rébellion et revenir à une autre guerre continentale africaine, comme celle des années 90 qui a  touché de près ou de loin jusqu à 14 pays autour du Congo/Zaire, faut–il vraiment qu’elle fasse sa jonction avec l’opposition civile d’Etienne Tshidekedi et marche vers Kinshasa ?

Devant une alternative qui verrait se recommencer un cycle congolais d’alternance par rébellion interposée, ou la répression d’un mouvement armé par les Nations unies - sortant une fois de plus de leur rôle -, l’analyse des ouvertures médiatiques et du story telling du Kivu par les medias occidentaux fourniront de bons indices de la conclusion ultime. Au-delà du Congo - plutôt que de judiciariser et criminaliser les « mauvaises »rebellions, plutôt que de créer, armer et légitimer les « bonnes » - les puissances occidentales feraient peut être bien de réfléchir à l’affaiblissement des États qu’elles prétendent sauver, au coût exponentiel des interventions militaires pour contenir les alternances réelles - ne serait ce que pour sauvegarder leurs intérêts à long terme. Si les « révolutions africaines » s’inspiraient du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord, les régimes despotiques soutenus aujourd’hui, comme dans un perpétuel « containment des peuples », seraient vite emportés, et les ressources des matières premières stratégiques pour l'Europe en général et la France en particulier, seraient alors menacées.

La gouvernance par la déstabilisation et le chaos croissant, les interventions militaires et l'affaiblissement des États africains ne sont pas qu'un scandale politique de trop longue durée : catastrophique pour les citoyens de l'Afrique subsaharienne, cette fuite en avant perpétuelle est à terme contre-productive pour les puissances occidentales, et l'influence française en particulier.

Photo - dr   Texte - Michel Galy

Politologue, professeur à l’Institut des Relations Internationales (ILERI, Paris)

Partager cet article

Published by Michel Galy dr www.legrigriinternational.com - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV