Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Selon le Congrès américain, même mort, Omar Bongo (et les siens) vole encore !

Publié le 6 Février 2010 par Gri-Gri International in Politique

palaisMollah vitrail

Un rapport du Congrès américain portant sur le blanchiment d'argent vient de mettre en lumière des opérations financières douteuses qui auraient été menées aux Etats-Unis en 2006 par l'ancien président gabonais Omar Bongo, aujourd'hui décédé, et par des membres de sa famille, dont son fils Ali, qui lui a succédé. Si l'on en croit ce document de 330 pages, le Mollah Omar et son ministre de la Défense de rejeton Ali9 ont déboursé 18 millions de dollars pour s'offrir les services d'un lobbyiste américain Jeffrey Birrell. Birrel devait leur permettre d'acquérir six véhicules blindés et six avions militaires C-130.
Le Mollah aurait "fourni de grandes quantités d'argent liquide à sa fille Yamilee Bongo-Astier" qui a déposé ces fonds dans des banques à New York entre 2000 et 2007.

inge-in-welfare-office
Inge Lynn Collins Bongo, femme d'Ali Bongo Ondimba
 
Inge Lynn Collins Bongo, femme d'Ali9, est également citée comme ayant transféré de fortes sommes d'argent aux Etats-Unis. Dans le coffre fort de l'une des banques, elle possédait un million de dollars en billets de 100 dollars. 
Le rapport épingle aussi le fils du président de la Guinée équatoriale, Teodore Nguema Obiang, qui aurait fait entrer aux Etats-Unis environ 110 millions de dollars par l'intermédiaire de deux avocats américains, Michael Berger et George Nagler. Et ne manque évidemment pas de rappeler l'affaire des ventes d'armes à l'Angola, dans laquelle l'homme d'affaires français Pierre Falcone, condamné et emprisonné en France, a transféré des millions de dollars aux États-Unis. À travers ce rapport, les élus de la commission des Enquêtes du Sénat américain entendaient dénoncer les failles du système financier américain qui permet de transférer de l'argent à la provenance douteuse vers des banques américaines, via des lobbyistes, des avocats, des agents immobiliers ou d'autres intermédiaires.

Texte - Louis Fall  Dessin - Waga  Photo - DR (un copain)