Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Libération du Gabon - Tranches de vie (5) - En direct du PNUD à Libreville

Publié le 18 Février 2011 par www.legrigriinternational.com in Gabon 2011

AMO Président-1

« Amo, Président ! »

« Nous irons jusqu’au bout ! ». Ils étaient 30, 50, 150 ou plus, peu importe le nombre. Ils étaient là, ces Gabonais, jeunes pour la plupart, devant la barrière du PNUD. Sous le soleil, ils chantaient, agitaient des mains, certains agrippés aux grilles. Pendant plus de 30mn, dans la joie et la discipline, ces fiers compatriotes, modèles de courage et de détermination, sont venus saluer leur Président. Particularité : certains parmi eux avaient été brutalisés, arrêtés, détenus illégalement dans des casernes militaires pendant plusieurs jours, à la suite de l’attaque armée du 27/01 sur ces mêmes lieux. Présentés ce jeudi au  Procureur de la République pour la 2ème fois en 15 jours, pour un imaginaire délit de « trouble à l’ordre public », ils ont vu leur affaire renvoyée à nouveau au 24/02.

Fiers Gabonais

Fiers Gabonais !

Cela n’a pas, pour autant, entamé leur combativité et leur pugnacité, au contraire, puisque c’est en sortant du palais de justice, situé à quelques encablures du PNUD qu’ils sont allé célébrer le Président André Mba Obame, son Gouvernement et les membres du Bureau exécutif de l’Union Nationale. Lesquels, à travers les grilles et vitres du bâtiment qui les abritent, ont communié avec leurs partisans.

Nous irons jusqu'au bout!

Nous irons jusqu'au bout !

Grand moment de fierté et d’émotion. Mais aussi de dignité et de responsabilité : après ces instants de partage, André Mba Obame, Zacharie Myboto, Jean Eyeghé Ndong, Jean Ntoutoume Ngoua, Gérard Ella Nguéma et les autres ont dû se retirer, question, sans doute, de ne pas prolonger et intensifier un attroupement qui aurait pu gêner la circulation et le voisinage. S’il ya une leçon à retenir de cette manifestation improvisée, c’est qu’il existe, dans ce pays, des Gabonais, des patriotes qui bravent la peur, qui savent que le pouvoir illégitime d’Ali Ben est violent et barbare parce qu’il a lui-même peur. Et il a raison d’avoir peur, parce que toutes les dictatures finissent toujours mal…

Victoire au peuple!

Victoire au peuple !