Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 18:01

PSG-Evian 1 février 2010 

Olaaah Vieux singe,

J'ai beaucoup de retard dans mes nouvelles concernant Paris. Les gens dans tes contrées doivent être impatients... Comme t'as pu voir, je t'ai envoyé les vidéos de Monaco. Qu'on a perdu avec gros Edel. Eh bien, quatre jours après nous affrontions Evian en Coupe de France. Encore un dimanche comme pour Aubervilliers. Mais cette fois à 17H45. Avec encore personne ou presque dans les tribunes. Le match fut anecdotique alors je te le raconterai même pas. Et si, au moment où j'écris ce mail, le PSG joue contre Vesoul c'est que Paris a gagné. D'ailleurs, à l'instant, Ludovic Guily vient d'en inscrire un, seul face au but. Sur un terrain synthétique enneigé, là-bas dans leur province ; que nous retransmet Eurosport. 

PSG-Evian février 2010

Pour Evian, comme je te le disais, nous étions peu. Pas d'ado-fille enlacés, mais encore l'handicapé à casquette. (Son ami arrivera à la fin du match cette fois). Un abonné assidu à polaire PSG blanc, qui nous est plutôt sympathique. Une poignée de
Brigade Paris, et, comble de l'étrange, après les deux stadiers de PSG - Auber, deux improbables jumelles antillaises dans d'énormes doudounes à capuche. L'énigme fut alors « mais par quel raisonnement improbable ont-elles bien pu finir là ? ». Elles ne bougeaient à rien. Ni aux buts de Paris, ni à celui d'Evian... Pas un mot entre elles. Sauf quelques bribes à la mi-temps pour sortir leurs sandwichs enroulés d'aluminium. 

Antillaises Hoareau PSG-Evian février 2010

Les théories allaient bon train. Elles téléguideraient Guillaume Hoarau à distance. Elles auraient un enfant dans l'équipe d'Evian, mais n'oseraient dire mot par peur de se faire rouer de coups par Jérôme (1). Ou bien… auraient-elles gagné quelques places et naturellement, vu que Evian, elles n'auraient pu les revendre. En attendant d'obtenir une réponse, je me mis en tête moi aussi d'acheter un sandwich. (En plein match, vu que Evian.) Et figure toi vieux singe, que je ne me lançai pas là dans une affaire normale. Aucune des buvettes n'était ouverte. Nous étions tous sans vivres ! Même les stadiers ne savaient pas où il y avait à manger et se disaient affamés... Un d'eux me confia avoir vaguement entendu qu'il y en aurait peut-être une ouverte, mais où ? Si je la trouvais, il faudrait que je lui dise. Car « on a faim par ici, hein. Tu promets que tu me le diras, hein !? ». J'hochais la tête et repartis. Commença alors une étrange ballade dans les coursives du stade vide. Un peu comme cette fois où j'avais perdu ma carte et où j'eus la chance de vivre un but de l'extérieur du Parc, à sauter en l'air et crier avec les vendeurs de places et quelques mecs en retard. Courant tous pour rejoindre notre tribune. Il y avait encore Pauleta...


En G, après avoir crapahuté partout dans les étages, je trouvai enfin la buvette. Elle allait fermer. Et il ne lui restait que quelques frites et quelques saucisses du jour de Monaco. Il ne savait pas pourquoi toutes les autres étaient fermées et lui non plus d'ailleurs n'aurait pas du être ouvert. S'il avait été le patron, il aurait pu me dire pourquoi, finalement, il était là. Mais il n'était qu'un employé. Et pour les jumelles Antillaise. Savait-il... Je préférais partir. Quelque chose me disait qu'il aurait tout à fait pu m'éliminer sans même savoir pourquoi. Et me donner à manger à la tribune G. Karim Boukercha, mangé avec des frites, un 28 Février lors de PSG - Marseille.

 

Algérie-Côte d'Ivoire Can 2010 bar rebeu Paris

Surtout que ce dimanche était un sacré jour de football pour moi, vieux singe. Ce match à enjeu au Parc, et juste derrière l'Algérie contre la Côte d'Ivoire de Drogba Didier. Il a fallu que je coure pour arriver juste à temps au café où je vois avec mon père tous les matchs des Algériens. Ce fut un sacré moment. Qui serait bien trop long à te raconter maintenant. Juste peut-être qu'à chaque but marqué tout le café se sautait dans les bras et que Morad, mon voisin, avait essuyé, la veille, une salve de gaz lacrymogène. Alors du coup, nous qu'il avait serrés à chaque fois qu'il lui fut possible, on pleurait un peu sans trop savoir pourquoi. C'est que tout à la fin qu'il expliqua, pour sa veste. Puis l'Algérie a gagné au courage. Revenant au score par deux fois. Dont une à une minute de la fin. Le destin s'amusant qu'un hors-jeu soit sifflé pour empêcher que tout ça ne se détermine aux penaltys. C'était vraiment un bon moment de football et de vie... Sans savoir que derrière il y aura l'Egypte, la défaite, l'arbitre béninois et les trois expulsions. Mais comme tu le sais, moi, le résultat, au fond...  

Et au Parc aussi, c'était toujours un beau moment de vie. Il restait seulement quelques minutes d'arrêt de jeu à Evian pour revenir à 2-2, et à nous pour savoir pourquoi ces deux fameuses Big mama antillaises étaient bien venu faire là. Elles partaient et nous n'allions jamais savoir... Alors, je leur dis : « Vous devriez attendre, nous allons sûrement marquer. » Elles n'ont pas répondu ou peut-être d'un minime bougement de tête, mais elles doutaient. Quelque chose dans ma voix disait vrai. Elles restaient là debout à regarder. Et d'un coup elles explosèrent ! Guillaume Hoarau venait de marquer de l'intérieur du pied. Ça siffla. Elles repartirent heureuses avec le même sourire sur le même visage. Et nous aussi... 
Voilà, singe vieux rabougri. Dimanche 24 Janvier, Paris a battu Evian 3 buts à 1. Et l'Algérie élimina la Côte d'Ivoire de la CAN 3 buts à 2 après prolongation... La prochaine fois, je t'enverrai le penalty de l'Egypte face à l'Algérie et je te conterai l'aventure PSG - Lorient. Début d'une formidable odyssée, je l'espère.

 

Texte  Photos  Images – Karim Boukercha (Ou Rymkus, comme on l’appelle à St-Denis) & le numérique nouveau à Boukercha

PS : 1) Jérôme Reijasse, auteur de Parc

Partager cet article

Published by Karim Boukercha pour le Gri-Gri International - dans En léger différé depuis le mail à Boukercha
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV