Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 12:40

  mandela gbagbo www.legrigriinternational.com

Responsable de Convergence Socialiste au Sénégal, Malick Noël Seck a durant la crise ivoirienne clairement choisi son camp. "Pour l'Afrique je défends Gbagbo", puis "L'armée française ne gagne que contre les Nègres !" sont encore dans toutes les mémoires. Jeté en prison par Wade pour avoir dénoncé son inconstitutionnelle candidature, il est devenu une icône de la jeunesse sénégalaise, mais pas seulement... Pour preuve, cet entretien à notre confrère ivoirien Abidjandirect. La Côte d'Ivoire étant sujette à la censure, généralement suivie de violences et d'emprisonnement, les journaux ivoiriens qui ont publié les propos de MNS ont du, et nous ne les en blâmons pas, en sacrifier certains. Le Gri-Gri s'est procuré l'intégralité de l'entretien.

  MNS Free dakaractu www.legrigriinternational.com 

 

Pour l'Afrique, je défends Gbagbo, sembliez-vous dire au plus fort de la crise post-électorale. Pourquoi ce choix ?

Plusieurs choses m'ont semblé évidentes tout de suite :

1 - La communauté internationale, en l'occurrence quelques présidents occidentaux, ne respectent ni le vote ni les institutions d'un pays africain. Et nous, Africains, pas davantage. Puisqu'il suffit que les Occidentaux nous disent que Gbagbo a triché pour que nous l'acceptions.

2 - Les régimes africains sont si faibles, si dépendants, si peu autonomes que même leur structure, l'Union africaine, n'est pas financée par eux... autrement dit : ils ne disent jamais officiellement autre chose que ce que leur commande de dire celle qui finance l'UA : la communauté internationale, en l'occurrence quelques présidents occidentaux...

3 - Si j'avais été ivoirien et Ouattariste ou pro-Bédié, à l'instant où Nicolas Sarkozy, le petit Wade blanc a menacé et manqué de respect au président Gbagbo, je serais devenu immédiatement pro-Gbagbo. Face à la menace étrangère, la nation, la patrie et leur défense doivent primer.

4 - Wade soutenait Ouattara… ce qui n'est jamais bon signe en termes d'éthique, de morale et de politique. Et d'intelligence. Car s'il y a bien un terrain où ces deux hommes, Wade et Ouattara, ne sont pas ceux qu'on croit, c'est bien celui de l'intelligence. Et ce n'est pas juste un mot. Ces personnes ne sont pas à la mesure intellectuelle de l'époque que nous vivons. Elles appartiennent au vingtième siècle.

5 - Ouattara est le libéral cheval de Troie de la droite internationale, conquérante, dominatrice et sûre d'elle.

6 - Je savais avant même d'aller à Abidjan l'impopularité de fait de Ouattara et donc son illégitimité : comment pourrait-on avoir gagné dans les urnes et pas dans la rue ? J'ajoute que la situation actuelle de la Côte d'Ivoire me donne raison chaque jour davantage. Des meurtres et des arrestations au quotidien. Mon camarade socialiste, Laurent Akoun, Secrétaire général du FPI, invité au centenaire de l'ANC sud-africaine, arrêté récemment et sommé de montrer les entrailles de son ordinateur ! Du racket. Du vol. Des viols. Des pillages. L'analphabétisation forcée par la destruction et la fermeture des universités (comme si étudier allait de pair avec s'opposer à Ouattara et Soro). Des déplacements de populations forcés. Le "rattrapage ethnique" prôné et revendiqué au sommet de l'exécutif. L'incompétence érigée en formation qualifiante. Les élites et les cadres ivoiriens à même de faire tourner l'Etat, les collectivités locales et le pays : réfugiés au Ghana, au Bénin, au Togo, au Liberia ou en exil à l'intérieur même de leur pays, chassés de leurs habitations... Pour l'Afrique, je continue de défendre Gbagbo. Et j'en profite pour saluer et remercier chaleureusement les résistants et patriotes ivoiriens. Je sais qu'ils ont suivi mes tribulations tragi-comiques en Wadie et je sais aussi qu'ils soutiennent notre combat pour l'émancipation. Lors d'une manifestation anti-Wade à Paris récemment, les Ivoiriens sont même venus, ont parlé à la tribune, nous ont soutenus. Ils nous ont donné là une grande leçon de sagesse politique, en dépassant les tiraillements, malentendus et désaccords. Au nom de la justesse de notre combat à Dakar, ils ont oublié notre défection lorsqu'ils affrontaient la France et que, cachés derrière Wade, nous nous taisions... nous savions ce que Wade faisait pour aider Sarkozy et Ouattara, et nous n'avons rien dit. Nous devons dépasser, transcender nos petites conditions nationales. On ne se libère pas de Wade ou de Ouattara sans se débarrasser du système qui les produits. Et attendre que ça change à Paris en espérant que mécaniquement ça changera chez nous, cela revient à accepter que nous ne sommes de fait que des sous-préfectures françaises ou occidentales.

 
Laurent Gbagbo à La Haye. Qu’est-ce que cela vous inspire ?
Un Nègre de plus devant la sale justice internationale blanche. Et nous qui l'acceptons. Tout ici et   illégal, illégitime et injustifiable. Que voulez-vous que j'en dise. J'ai vu la première audience de la CPI. Le président Gbagbo a été extraordinaire. Le jeune responsable politique que je suis apprend beaucoup ces temps-ci. Je remercie mon époque de nous offrir tout ça, de nous permettre de voir qui sont des hommes et qui sont des lâches. Je remercie le président Gbagbo de continuer de se sacrifier pour, comme il le dit, "aller jusqu'au bout". Il est valorisant de penser que nous valons assez, nous Africains francophones et foutus colonisés, pour que de tels hommes renoncent à tout pour aller jusqu'au bout pour nous… Les Francophones manquaient d'un Mandela, l'Afrikaner Sarkozy vient de leur en offrir un : Laurent Gbagbo. Gbagbo n'est pas un surhomme : c'est un homme sûr. 
Les autorités du Sénégal ne vous portent  vraiment pas dans leur cœur. La preuve, vous avez été  jeté en prison par  le  régime de Wade pour outrage à magistrat et menaces de mort. Vous venez de bénéficiez d’une liberté provisoire. Comment avez-vous passer vos 93 jours de détention ?
Pour moi, je veux dire, pour pouvoir m'incarcérer, à Tambacunda, on a vidé la cellule dite des mineurs… peu de gens ont noté ce détail. La traduction était pourtant claire : pour m'isoler, on a envoyé des adolescents, des enfants se faire violer. Car les répartir dans les cellules d'hommes, d'adultes, c'est à coup sûr les envoyer au viol. C'est l'image que je veux retenir de cette détention. Pour connaître un pays, il faut aussi en visiter les égouts. Les déchets humains qu'on y rencontre sont produits par notre pays. Voir comment on les traite renseigne énormément sur l'idée et l'image que nous nous faisons de nous même. Il y a une réflexion de fond à mener sur le sens de la prison. C'est un des champs de réflexion du grand audit national à réaliser sur l'état réel du Sénégal. Pour revenir à votre question, personne n'a cru une seconde aux motifs énoncés pour m'incarcérer. J'ai à la fois dérangé et servi Wade. Dérangé par la mise à jour de ses pratiques et procédés politiques, qui culminent avec la tentative d'assassinat de mon camarade Barthélémy Dias, toujours injustement incarcéré, après s'être défendu contre une tentative de meurtre organisée par des gens du PDS de Wade ! Et je l'ai servi parce que, de fait, j'ai contribué au discrédit de l'opposition, d'une certaine manière. Jamais le PS n'a déstabilisé Wade à ce point. Ma jeunesse (relative, j'atteins les 40 ans), ma "pureté" de nouveau venu ont joué pour moi contre Wade mais aussi contre les responsables de l'opposition, responsables de l'opposition qu'il a presque moins combattu qu'il ne m'a combattu, si l'on considère que me faire taire, c'est me combattre. Pourquoi ai-je été, avec Dias, le seul qu'on a fait taire ? Parce que, peut-être, les autres ne disaient rien de vraiment dérangeant pour Wade… Vous comprendrez qu'après avoir, comme je l'ai fait, mis à jour la faiblesse de nos institutions et l'absence de sens moral à la tête de l'exécutif, il me soit difficile de pleinement aujourd'hui prendre part au débat électoral. Pour moi, Wade ne devait pas se présenter. Il ne s'agissait pas seulement de le battre. On ne peut pas gagner à la régulière dans un combat irrégulier.
 

Wade-le-Domenech-du-Senegal-1-www.legrigriinternational.com  

Comment analysez-vous la tournure de la Présidentielle du 26 Mars ?

Je pense avoir répondu au-dessus. Wade doit partir.

Ne redoutez vous pas  un passage en force de Wade ?

Sa présence à l'élection est un passage en force. Que pourrait-il faire de pire ? Gagner ? Peut-il gagner sans tricher ? Non, puisque sa présence seule relève déjà de la tricherie. 

Pourquoi avez-vous décidé de soutenir Macky Sall ? Croyez  vous qu’il tiendra ses promesses, une fois élu ?

Je n'en suis pas à demander à Macky Sall, qui n'était ni mon candidat, ni mon camarade de lutte, de tenir ses promesses. Il doit tenir la promesse qu'il a manifestement fait naître plus que les autres chez les Sénégalais : faire partir Wade. Il convient de l'y aider. Ce n'est ni un blanc ceing, ni un cri du coeur. C'est un choix politique et stratégique. Vous savez, nous pourrions aussi, par exemple, décider de nous accommoder plutôt de Wade, qui serait pour nous plus simple, plus évident. Avec un Wade encore plus déclinant, notre cause ne progresserait-elle pas plus vite encore ? Ce sont les termes en lesquelles se posent ces problèmes. Aujourd'hui, il me semble que dans l'intérêt du Sénégal, l'urgence, c'est de faire partir Wade. Pour des raisons "atmosphériques"! Avec lui, il y trop d'électricité dans l'air et pas assez dans les maisons. Nous avons probablement besoin aussi de paix et de calme, et pas d'agitation frénétique. Nous ne redoutons pas la mort, nous. Nous voulons changer nos vies. Une fois Wade parti, nous y verrons plus clair au Sénégal.
Mais je n'oublie pas qu'en 2000, jeune "sopiste", je votais Wade. Seulement Wade, serais-je tenté de dire, car l'urgence, pensions-nous, croyions-nous alors, c'était de rompre avec Diouf et quarante ans de pouvoir confisqué… avant de songer à prendre le pouvoir ou à y participer, il convient de se doter des moyens d'offrir au Sénégal une alternative et pas juste une alternance. Nous manquons d'idées politiques, de théories économiques, de réflexions sociales de fond. Nous ne sommes pas à la mesure des enjeux de notre temps. Nous ne connaissons pas nos pays. Nos peuples. Notre continent. Mais nous avons la prétention de les diriger et de les gouverner.

Photo & vidéo - dr & le Gri-Gri International    Texte - Abidjandirect

Partager cet article

Published by Abidjandirect www.legrigriinternational.com - dans Côte d'Ivoire - Élections 2010
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV