Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 09:00

 

original.34348.jpg 

L’ancien ambassadeur de France à Tunis Boris Boillon a été interpellé le 31 juillet à la gare du Nord avec 350 000 euros et 40 000 dollars en liquide sur lui, alors qu’il allait monter dans un train pour Bruxelles, a-t-on appris récemment dans Mediapart.

N'ayant ni pièce d’identité ni téléphone portable, le "diplomate", rendu célèbre par Marine Le Pen qui l'exposa en photo sur les plateaux télés déguisé en playboy de backroom, a dit aux douaniers qu’il n’avait rien à déclarer : « Ils lui demandent s’il transporte des devises. Boillon nie, mais la fouille est concluante. Dans son sac, les douaniers découvrent des “ enveloppes contenant des billets de banque de 500 euros ”. Selon le procès-verbal, Boris Boillon transporte ce jour-là 350 000 euros et 40 000 dollars en liquide. Il n’a sur lui ni pièce d’identité ni téléphone portable mais trois cartes bleues à son nom. »

Rue89 enquête plus avant et découvre que : « S’il avait été en règle, il serait reparti avec son argent sans problème, en vertu du principe de libre circulation des capitaux » (Eric Beynel, douanier porte-parole du syndicat Solidaires). Néanmoins, deux points du récit surprennent Eric Beynel : « Le fait qu’il n’ait pas de pièce d’identité » et « qu’il dise n’avoir rien à déclarer ».

Boris Boillon a affirmé que l’argent viendrait de ses activités de consultant en Irak (où il a été ambassadeur de 2009 à 2011) et devait servir à la création d’une filiale belge de sa société de conseil parisienne, Spartago. Pourquoi en liquide ?, se demande l'Atlantico de gauche.

« L’ex-ambassadeur a invoqué « l’absence de système bancaire développé » en Irak pour justifier du paiement de ses prestations à Paris. (...) « Boris Boillon va désormais devoir se justifier : qui est son client ? Où sont les factures ? Comment ont-elles été payées ? En liasses de 500 euros ? Les factures apparaissent-elles dans la comptabilité de sa société, et des entreprises qui ont fait appel à ses services ? Pourquoi, s’il s’est fait payer en France, n’est-il pas passé par un virement bancaire, alors qu’en transportant autant d’argent en liquide il risquait un contrôle, mais aussi de se faire voler cette somme ? » 

Ne jamais oublier que ce charmant garçon a représenté la France et les valeurs qu'elle prétend anachroniquement incarner.

Photo - dr    Texte - L.F.

Partager cet article

Published by L.F. dr www.legrigriinternational.com - dans Gos et Gars du moment
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV