Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Lavrov : « L’accord de Genève n’exige pas le départ de Bachar » !

Publié le 8 Juillet 2012 par Louis Denghien Infosyrie.fr www.legrigriinternational.com in Syrie

Lavrov-H.Clinton-29-juin-2012-dr-www.legrigriinternational-jpg  

Hillary Clinton et Sergueï Lavrov à Saint-Petersbourg le 29 juin : la Russie est bien devenue, à la faveur de la crise syrienne, le "mâle dominant" de la diplomatie internationale

Un article de Louis Denghien

Le document signé samedi 30 juin à Genève n’impose rien ni personne au peuple syrien, il ne pose aucune condition politique préalable au processus de dialogue national, et n’exclut personne de ce processus. Par ailleurs, la Russie et la Chine s’opposeront à tout recours au chapitre 7 de la Charte des Nations-Unies, encore évoqué à Genève par les Occidentaux, et qui prévoit, dans les cas diplomatiques « limite », le recours à la force.

Voilà résumée l’interprétation de l’accord faite, au cours d’une conférence de presse tenue samedi soir, par Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe et véritable « meneur de jeu » des débats  à Genève. Naturellement, la Chine ne se démarque pas de ses alliés Russes : pour le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi, le plan de transition présenté par Annan et approuvé le 30 juin par le Groupe d’action sur la Syrie « ne peut être que dirigé par les Syriens et doit être acceptable par toutes les parties importantes en Syrie. Des personnes extérieures ne peuvent pas prendre des décisions pour le peuple syrien ».

Hillary, Kofi, Sergueï et Bachar

S’il est une « partie importante » dans le conflit syrien, c’est bien Bachar al-Assad. Hier, Kofi Annan, interrogé sur son sort dans le cadre du processus de transition, s’est tenu dans un prudent flou diplomatique : l’avenir du président « sera l’affaire » des différents participants au dialogue. Certes, Annan a montré le bout de son nez, et de quel côté il penchait, en se fendant d’une petite phrase : « Je doute que les Syriens choisissent des gens ayant du sang sur les mains pour les diriger ».

Hillary Clinton a été moins « prudente » : « Assad doit partir » a-t-elle encore déclaré, dans une nouvelle tentative de faire passer un accord international quasiment dicté, dans ses termes comme dans ses conclusions, par la Russie, comme un succès des États-Unis et de leurs suiveurs européens.

Lire l'indispensable suite de cet article ICI.

www.infosyrie.fr