Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 08:13

Ali Bongo quand il s'appelait Alain Bongo www.legrigriinternational.com

Ali s'appelait Alain et ne ressemblait pas encore à un "soudeur zoulou"...


Il n'y a pas que les Gabonais qui se plaignent d'Ali BongoKassa… Paris est toujours très content de son héritier. Il se tient bien, voyage beaucoup (plus que Sarkozy, si, si) et ne demande rien. Il essaye - pas davantage - de faire croire qu'il s'est lancé dans une croisade anti corruption. Puis investit à nouveau dans la pierre parisienne. Tout le monde est satisfait. Sauf que non.
La Banque africaine de développement (BAD), si l'on en croit la Pana, "n'est pas totalement satisfaite de la manière dont ses projets sont exécutés au Gabon et l'a fait savoir au gouvernement de ce pays à l'issue d'une revue de ses opérations." Son représentant-résident au Gabon, Boubacar Sidibé Traoré n'a pas manqué d'évoquer des "dysfonctionnements observés dans l'exécution des projets financés par la BAD." Même dit poliment, ça sent pas bon… Spécialité locale : "les longs délais". Observables et observés dans "la ratification et la satisfaction des conditions de mise en oeuvre des projets". Bonus : "le non respect des procédures comptables et financières de la banque." Rappelons qu'au départ, l'idée de la BAD était de résoudre "les problèmes de fond rencontrés qui continuent d'entraver la bonne exécution des sept projets de la BAD au Gabon dont le montant avoisine 275 milliards de francs CFA".
En conséquence de quoi, la BAD veut un "engagement à un niveau de responsabilité des décideurs gabonais". M.Sidibé Traoré a demandé aux membres du gouvernement en charge de projets ou études de la BAD de "tout mettre en oeuvre pour éviter des sanctions ou autres suspensions de décaissements". Et stigmatisé pour finir "la sélection des entreprises qui exécutent les projets sans aucune garantie bancaire pour l'exécution des marchés publics, causant souvent des retards tragiques".
Comme disait le regretté Thierry Roland : Sidibé Traoré n'a pas fait le déplacement pour rien !

Photo - dr   Texte - J.O.


Partager cet article

Published by J.O. dr www.legrigriinternational.com - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV