Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Il n'y a pas que balle au pied que Platini est supérieur à Zidane

Publié le 17 Novembre 2009 par Gri-Gri International in En forme

 

Interview de Michel Platini dans l’Equipe Magazine (le seul journal qui réussit encore à nous faire croire de temps en temps à la nature humaine) du samedi 7 novembre 2009 : petit relevé des phrases qui montrent qu’il fait partie « des grands ». 


1/ À la question « Où serez vous les 14 et 18 novembre prochains » (dates des matchs de barrage France – Irlande), répondre « au Kazakhstan ». 

2/ Tuer les débats de branleurs : « Il n’y a plus de foot irlandais, allemand, italien... Les joueurs voyagent. Le foot s’est mondialisé ». 

3/ Avoir du bon sens : « Les meilleurs partiront s’ils ont envie de partir, parce que, de toute manière, ils gagneront plus à l’étranger », « comment faire accepter au public que des gars qui gagnent des millions puissent bénéficier d’avantages non accessibles aux salariés ordinaires ? » 

4/ Défendre des bases économiques saines : « Je n’ai qu’un credo : que les clubs ne dépensent pas plus d’argent qu’ils en génèrent. » 

5/ Humilier du journaleux : asséner un « Vous n’avez pas une question plus intelligente ? » ; répondre « rien » à « Que vous inspire le tirage au sort des Bleus ? ».  

6/ Défendre les concepts de nation et d’identité sans être un chauvin et un franchouillard type « on est les meilleurs ». D’un côté dire : « en Allemagne, un club doit appartenir à 51% a minima à un Allemand, et ça, j’aime bien. En Angleterre, c’est différent. [...] De voir les familles royales du Golfe venir s’amuser avec les clubs anglais, ça ne me parle pas. » De l’autre, répondre « Que voulez-vous que ça me fasse ? » à « Que vous inspirent les performances des clubs français en Ligue des champions cette saison ? » 

7/ Imposer son statut : « Je suis le président de l’UEFA et je veux rester en dehors de tout ça » : un président n’est pas un supporter. 

8/ Relativiser ce putain de football : « Si elle (l’équipe de France) y va (au Mondial), c’est bien ; si elle n’y va pas, c’est qu’elle ne méritait pas de gagner. » ; « Le foot, c’est un éternel recommencement. » ; « Moi je supporte le foot. La victoire et la défaite font partie du jeu. Il n’y a pas de drame là-dedans. »


Texte - EI