Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 20:58

gros & seul - au Festival de Cannes (1) - par karim Boukercha 

Gros fait 1m69 et pèse 129 kilos. Pas de famille, peu d’amis, au quotidien, il n’a pas d’autre occupation que d’errer et de laisser traîner ses yeux et ses oreilles…

On m’a interviewé dans le train. Pour une chaîne câblée, une journaliste et ses deux assistants. Ça faisait un petit moment qu’ils m’avaient repéré, ils pensaient que j’étais en train de dormir. Le pote du réal a dit, « On fait le gros, là ? Sûr qu’on va avoir des trucs bien avec çui-là. » Les autres ont opiné. « Oh, oui, lui, vas-y, vas-y. » Quand j’ai fait mine de me réveiller, la fille a posé gentiment sa voix sur moi pour me demander si j’allais bien au festival et si elle pouvait me poser quelques questions. Ils voulaient que se moquer, mais j’ai accepté. Pour les gens comme moi, une tribune pour s’exprimer, ça se refuse pas. J’ai commencé par leur raconter où et comment je me suis procuré mon costume. A Baracouda sur le boulevard Barbès. C’est un ami acteur qui m’a filé la combine. « Là-bas, tu peux en avoir un pour moins de 100 euros. Le mien, ça fait cinq ans que je l’ai. Regarde comment il est frais. Personne n’a jamais rien grillé. » Les trois me souriaient pour m’encourager à continuer. Ils étaient aux anges quand je leur ai décrit la tête du vendeur zaïrois lorsqu’il a vu tous les pansements à mes pieds. (A cause de mes crampons pour le foot).

Il y eut un moment de silence, ils hochaient la tête. Satisfaits. J’étais le bon client. Quand ils me demandèrent ce que j’étais venu faire à Cannes, je pus leur répondre droit dans les yeux, « Manger gratuitement » et « voir le film documentaire sur la vie de « Vices MPV », dont j’attends la sortie depuis plus de trois ans ». Ils ne connaissaient pas Vices. Alors je leur fis découvrir. « Vices est un grand blanc, pauvre, qui écoute du métal et qui a grandi dans une banlieue sale. Le 95. Un jour, alors qu’il s’y baladait avec sa meuf, il n’eut d’autre choix que de mettre un coup de hache à un petit rebeu, qui  y gagna le surnom de « Hachoir ». Là-bas toujours, il rencontra Ace, arabe, jeune de cité par excellence, ami pour la vie, avec qui il se mit à voler dans les grands magasins et à peindre leurs noms en immense sur les flancs des métros parisien jusqu’à en devenir deux légendes. Ils filmèrent tout. Après plusieurs années d’aventures, de passion et de problèmes, Vices se fit arrêter par la police. Malheureux, récidiviste, menacé de très longues années d’enfermement, n’ayant qu’une chose pour lui, sa liberté, il décida de quitter la France à jamais. Durant ses quatre derniers jours sur le territoire, il donna un long entretien exclusif retraçant sa vie : celle d’un Français marginal qui n’aura jamais trouvé sa place dans son pays. »

Ils eurent un petit moment de consternation. La journaliste venait de sortir son planning, « mais ce film est nulle part au programme…» Ce a quoi je répondis, un peu timide, un peu honteux, « C’est vrai. Mais j’aurais tant aimé… » Puis je partis en direction du wagon restaurant.
Gros

 

PS : nous avons le plaisir de vous proposer une version "audiovisuelle" de Gros et seul

 

Texte & photo - Karim Boukercha

Partager cet article

Published by Karim Boukercha www.legrigriinternational.com - dans Gros et seul
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV