Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 10:42

Cécile Cukierman dr www.legrigriinternational.com

Elle s’appelle Cécile Cukierman, et est sénatrice de la Loire. Agée de 36 ans, membre du groupe communiste et républicain et de la Commission de la Culture, de l’Education et de la Communication, elle est la benjamine de la Chambre haute de l’édifice parlementaire français. Le 2 mars dernier, elle a écrit une lettre au ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé. Le Nouveau Courrier s’est procuré une copie de ce courrier destiné à attirer l’attention du chef de la diplomatie française « sur la situation préoccupante dans les universités ivoiriennes ».

« J’ai en effet été interpellé par un syndicat universitaire, le SNESUP, qui m’a informée que le Président de la Côte d’Ivoire, Monsieur Alassane Ouattara, a décidé unilatéralement de fermer les établissements publics ivoiriens d’enseignement supérieur jusqu’en septembre 2012. Par conséquent, près de 20 000 étudiant(e)s se sont trouvé(e)s dans l’obligation de s’inscrire dans des établissements privés, avec des frais d’inscription bien plus onéreux », écrit Cécile Cukierman. Qui note que les travaux de réhabilitation des universités de Cocody et d’Abobo-Adjamé, laissent « une majorité d’étudiants, ceux qui n’ont pas accès aux établissements privés trop coûteux, dans la rue », écrit-elle. 

« Cette décision de fermeture des universités est regrettable et risque de sacrifier un nombre considérable de bacheliers, d’étudiants et de chercheurs dans un contexte déjà très tendu. Il est en effet vital de former cette jeunesse qui aspire à un meilleur avenir et qui constitue un véritable vivier pour le développement économique futur de ce pays. A cette situation très confuse, s’ajoute l’emprisonnement arbitraire d’universitaires Ivoiriens, alors que d’autres se verraient contraints à l’exil face aux menaces qui pèsent sur eux. Compte tenu de ces éléments et de la récente visite d’Etat que Monsieur Alassane Ouattara a effectué en Janvier dernier sur notre territoire, je vous serais reconnaissante de m’informer de la situation de ces universitaires qui seraient emprisonnés sans jugement, et des actions menées par le gouvernement en place pour permettre un accueil des universitaires dans les établissements en état de les recevoir et ce, dans des délais acceptables », conclut la sénatrice.

Alain Juppé a pris l’habitude de ne pas répondre aux interpellations des parlementaires troublés par la collusion entre l’exécutif français et le régime d’Abidjan. En juillet 2011, la sénatrice de Paris, Nicole Borvo Cohen-Seat, alertait déjà le patron du Quai d’Orsay sur la situation désastreuse des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, sans recevoir de réponse formelle.

Photo - dr    Texte - Philippe Brou

www.nouveaucourrier.info

Partager cet article

Published by Philippe Brou http://www.nouveaucourrier.info/ www.legrigriinternational.com - dans Côte d'Ivoire - Élections 2010
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV