Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 10:19


Dany Laferrière, M.Koladé (propriétaire du Palanka) et Alain Mabanckou


Photo - Ma Solange Oussou

 

Partager cet article

Published by Ma Solange Oussou - dans Les carnets de l'Ambassadrice
commenter cet article

commentaires

bruno chauvierre 14/12/2009 21:19


Sous le ciel d’Haïti, avec l’Enigme du Retour, Dany Laferrière offre un poème, hanté par les vers baudelairiens « les morts, les pauvres morts ont de grandes douleurs »

Dialogue avec lui-même, poursuivi dans le souvenir du père disparu.

Déracinement, au double sens du mot.

Au Québec, il était isolé, en apparence détaché des idées et des ancêtres d’Haïti. Ce déraciné, au cimetière, rompt son isolement, avec cette poule noire sous le bras, divin symbole opportunément
offert par des amis paternels, rencontrés lors d’ obsèques sans corps.

En Haïti, ce canadien, porte en lui, son nouvel enracinement, celui des immigrants qui ont changé de Patrie par la force des évènements, souvent sans esprit de retour.

L’enracinement de Laferrière : il se souvient d’où il vient, mêle ses anciennes racines à celles qui ont poussé au Québec, dans son nouveau terreau identitaire. C’est ça ? Pas sûr ! Dîtes-moi si je
me trompe.

C’est ce que j’ai cru comprendre, moi qui cherche encore mes racines, sans pour autant avoir été déraciné ! Je n’en suis pas fier et je n’en ai pas honte. Mais j’envie l’expérience humaine réussie
de Laferrière !


A cause de la poule noire, on le confond avec LEGBA, « dieu qui se tient à la frontière du visible et de l’invisible », un dieu qui me plait. Je m’imagine passe-muraille.
La poule noire sous le bras, dans le cimetière du village natal, il célèbre son père.
Dont le cadavre à Brooklyn.

L’ouvrage a la gravité d’un mémorial : en milieu de vie, l’auteur se retourne vers sa jeunesse. Souvenir des paysages et des défunts de cette moitié de vie.

Village natal : point d’arrivée, point de départ.

A Barradères, le village natal, on inhume. Sans le corps du père.
Laferrière pense alors que ces tombes sont les siennes et que les morts haïtiens vivent en lui.
Identité multiforme de Dany, pluralité des rôles :
celui d’affronteur des neiges
celui de protégé des dieux.
Ce n’est pas un voyageur sans retour, mais un homme qui approfondit la connaissance de lui-même.

Ses dieux, ramenés avec lui, transis du froid de son Québec
Ses dieux ne l’ont jamais quitté, ils étaient seulement congelés dans son pré-conscient, prêts à surgir.

« Si tu ne connais pas le vaudou, le vaudou te connaît »

Il médite le propos, à Ville-Bonheur,
Là :
«où règnent deux vierges.
Celle de la chrétienté
S’appelle Marie Immaculée. Et sa jumelle qui trône dans le parthénon vaudou,
c’est Erzulie Freda Dahomey.
Des vierges assoiffées.
L’une de sang.
L’autre de sperme. » (page243)

Laferrière associe l’amour et la mort, comme si le Gréco lui avait révélé son secret et appris comment vivre du divin.

Mystère du statut identitaire au pays du vaudou : on prend Dany pour Legba.

C’est qu’il faut amadouer Ogou, dieu colérique et jaloux, capable de gâcher les fiancailles de la fille de la maison. Ce père de famille le sait, en poussant sa fille, dans les bras de DANY-
LEGBA.

Et Laferrière, de préciser, à la page 269 de son livre, qu’on entend même « des hommes et des femmes chanter la gloire d’Erzulie Freda Dahomey, la déesse à qui aucun homme ne peu résister »


On aura une pensée pour Anna de Noailles, peu d’hommes aussi lui résistaient. Elle aurait envié l’enracinement haïtien. Vers de regrets. Vers d’un manque, manifestement comblé en Haïti. Elle nous
dit :

« Puisque nos sorts furtifs sont toujours en péril,
N’ont pas la même route et pas le même toit… »

Oui, même après la mort, un contact avec ce monde est toujours possible, il suffit de regarder les enfants. Laferrière rassurerait Anna de Noailles :

:

« Les enfants traversent le cimetière
Pour se rendre à l’école.
En passant ils frôlent de leur paume
La tombe de leurs ancêtres.
Une façon de garder un contact quotidien
Avec ce monde. » (page293)

Tout est dit comme si les disparus, au dernier moment, devaient sentir la mort, comme une poésie et un regard de vie des enfants.


Gri-Gri TV