Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Et bien sûr pour Rokhaya Diallo contre la fausse sceptique et vrai néo-con Caroline Fourest

Publié le 26 Mars 2012 par G.P. dr www.legrigriinternational.com in Ordre (du jour)

fourest

Atteinte en plein coeur (si, si, elle en a un) par une récompense ironique, un Y'a bon award, décerné lundi 19 mars à Paris par l'association antiraciste Les Indivisibles, la fausse sceptique (et vrai néo-conservatrice de l'école américaine héritée des libéraux-libertaires) Caroline Fourest montre les dents (qu'elle a petites, comme l'animateur Cauet). Elle s'en prend à Rokhaya Diallo, chroniqueuse (RTL) et journaliste (LCP, Canal +) figure de proue de l'association, qui, on s'en souvient avait eu maille à partir avec Éric Zemmour en deux occasions (sur Arte puis sur Canal + durant l'émission de Thierry Ardisson) au sujet et de l'existence des races et de la couleur de peau des dealers et délinquants emprisonnés.

Caroline Fourest (Le Monde, France Culture, publiée chez Grasset où la protège BHL) a obtenu le Y'a bon Award des « experts chronikers » pour avoir dénoncé, le 11 décembre 2010, des « associations qui demandent des gymnases pour organiser des tournois de basket réservés aux femmes, voilées, pour en plus lever des fonds pour le Hamas ». Réaction : « Décerner un prix du racisme à une antiraciste. N'est-ce pas un peu gros ? Vous connaissez la formule, un peu modifiée. Les salauds osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît. » La preuve par l'exemple : traiter directement de "salauds" ceux qui vous constestent, quelle ouverture d'esprit, quel sens du dialogue et du débat.

Peut-on légalement traiter de "salope" celle qui, comme Caroline Fourest, traite les gens de "salauds" ?

Croyant nous faire découvrir un secret soigneusement caché, elle rapporte (pas d'autre mot) que Rokhaya Diallo a collaboré avec le département d'Etat américain dans le cadre de International Visitor Leadership. (À quoi on pourrait ajouter avec malice que ce sont sûrement les siens de liens avec l'Amérique qui ont permis à Fourest de dénicher cette information capitale). « Et ce malgré ses liens avec les Indigènes de la République et leurs alliés islamistes. » Compris, Rokhaya Diallo, faut plus dire bonjour à Houria Bouteldja ! Elle a des alliés "islamistes" et si ça s'attrappe par le halal, ça doit bien pouvoir se refiler d'une poignée de mains ou d'une bise, l'islamisme... Seriez pas d'ailleurs vous-même issue d'une famille musulmane ? Attention, si Fourest tombe sur cette info, vous y coupez pas !

Sur quatorze jurés, quatre Indivisibles, ont, selon Fourest, été partiaux, pour de combinardes et égotiques raisons... qui ne devraient ni la surprendre ni la déranger, tant ces pratiques sont également et notoirement les siennes et celles des élites médiatiques dans lesquelles elle évolue plutôt à son avantage (sa balzacienne ascension sociale l'aurait-elle préservée jusque-là des règlements de comptes, renvois d'ascenseur et coups bas ?).

En conséquence de quoi, la pourfendeuse d'intégrismes de salon porte plainte contre l'association et les membres de ce jury, « pour diffamation et injure voire pour incitation à la haine ».

Christophe Barbier, dit le Servile, directeur de l'Express et pigiste de luxe sur plusieurs chaînes de télévision, récompensé lui aussi par les Indivisibles, n'a pas, lui, engagé de poursuite.

Shame on you, Caroline Fourest, comme chantait Ophélie Winter.

Photo - dr   Texte - GP