Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 08:00

Idriss Déby par Waga Bestiaire du www.legrigriinternational.com

Décision rendue par la justice tchadienne, le 18 septembre 2012, condamnant le journaliste Jean-Claude Nekim à un an de prison avec sursis et une amende d'un million de francs CFA (1500 euros), pour "diffamation". N'Djaména bi-hebdo, le journal d'opposition dont il est le directeur de publication, est suspendu pour trois mois.
"Dans la même affaire, le président de l'Union des syndicats du Tchad (UST), Michel Barka, son vice-président, Younous Mahadjir, et son secrétaire général, François Djondang, ont été condamnés à de la prison avec sursis et des amendes. Ils ont été reconnus coupables d'"incitation à la haine" pour avoir fait circuler une pétition dénonçant l'"arbitraire du pouvoir Deby". Sous le titre "L'UST lance une pétition contre la mal gouvernance", une simple brève avait été consacrée à la pétition par le journal. Cette décision semble signifier que certains titres de presse ne sont pas autorisés à couvrir librement la crise sociale qui sévit au Tchad. Jean-Claude Nekim et N'Djaména bi-hebdo sont sanctionnés pour avoir évoqué un sujet d'intérêt général. La pétition incriminée dénonce des problèmes – mauvaise gestion, impunité, cherté de la vie, etc. – ressentis par une large partie de la population", a déclaré Reporters sans frontières.

En juillet dernier, le ministre tchadien de l'Information et de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hassan Sylla Bakari disait : "La liberté de la presse est un acquis dans notre pays. Nous ne la remettrons pas en cause. Chez nous, aucun journaliste n'est en prison et la liberté de ton est très forte. Le gouvernement est violemment attaqué dans la presse, mais c'est normal qu'il y ait des critiques. Je n'y vois pas d'inconvénient."

Dessin - Waga    Texte - L.F.

Partager cet article

Published by L.F. Waga www.legrigriinternational.com - dans Tchad
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV