Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

CPI Gbagbo - Bert Koenders, sucesseur de Muppet Choi à l'ONUCI, mis délibérément de côté par Ocampo

Publié le 1 Décembre 2011 par http://www.nouveaucourrier.info/ www.legrigriinternational.com in Côte d'Ivoire - Élections 2010

Bert Koenders, nouveau patron de l'ONUCI
Les éléments discréditant la démarche empressée de Luis Moreno-Ocampo, de toute façon sur le départ, foisonnent. Et jettent un peu plus le discrédit sur un homme au service des grandes puissances et non de la justice. Les grandes puissances, France en tête, et leur « correspondant local » en Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, ont-ils vraiment l’intention d’ôter à la Cour pénale internationale (CPI) le maigre crédit qui lui restait ? A voir la désinvolture avec laquelle la question du transfèrement du président Laurent Gbagbo à La Haye a été gérée, on a de nombreuses raisons de répondre par l’affirmative. Au lendemain de l’arrivée du fondateur du Front populaire ivoirien (FPI) à La Haye, revue des différents éléments qui attestent indubitablement du caractère profondément politique, donc extra-juridique, de l’opération.
Dimanche dernier, dans l’après-midi. Alors que des informations persistantes présentent comme imminent le transfèrement à La Haye du président Gbagbo, un de ses proches prend attache avec un responsable de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), à un niveau assez élevé. Qui refuse de prendre au sérieux les « rumeurs » au sujet du projet que nourrit le régime Ouattara et ses relais internationaux. Et multiplie les arguments pour expliquer qu’un transfert à La Haye est « impossible » en l’état actuel des choses. Comédie ? Pas du tout. L’ONUCI, dont la Division des droits de l’homme est incontournable au point de vue logistique pour toute instance internationale qui veut enquêter sérieusement sur les graves violations des droits de l’Homme qui ont eu lieu sur le territoire ivoirien, a été totalement mise de côté pour des raisons mystérieuses par un Louis Moreno-Ocampo qui tenait à sa démarche solitaire et biaisée. Bert Koenders, patron de l’ONUCI, n’a d’ailleurs pas caché cette information troublante. « L’ONUCI n’est pas impliquée dans cette décision», a-t-il affirmé hier, disant sobrement qu’il « prend note du transfèrement ». Vous avez dit bizarre…
Texte - T.Kouamouo (Nouveau Courrier, 1/12/2011)
PS : premier extrait d'un article intitulé Gbagbo à La Haye, les preuves d'un complot international s'accumulent, consultable ici : www.nouveaucourrier.info
PS 2 : le titre est de la rédaction