Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 10:23

France - Le rôle de la France à Bouaké en 2004 - Pat Masioni - www.legrigriinternational.com  

 

En juillet 2008 parut l'ultime numéro du Gri-Gri International, dans sa version papier. En Une figurait le dessin suivant, qui se rapportait au rôle de la France dans les bombardements de Bouaké, tel qu'en rendait compte alors Mediapart. Déjà il était question des pilotes ukrainiens jamais interceptés, de madame Alliot-Marie (à qui l'on doit aussi la censure d'un sujet de Canal + montrant clairement les soldats français tirant sur la foule à Abidjan)... pour aujourd'hui, laissons l'AFP parler.

 

"Un avocat de familles de victimes du bombardement en 2004 du camp militaire français de Bouaké (Côte d`Ivoire) a accusé vendredi (5 novembre) la ministre de la Défense de l'époque, Michèle Alliot-Marie, de "mentir" en soutenant que les auteurs de l'attaque n'ont pas été identifiés. Nous savons que Mme Alliot-Marie ment de façon absolument délibérée en disant qu'on n'avait pas pu identifier les pilotes et qu'il n'y avait pas de cadre juridique pour entendre les mercenaires slaves arrêtés peu après", a déclaré à l'AFP Me Jean Balan." Là, le petit rappel historique contextualisant qui s'impose : "Le 6 novembre 2004, deux avions Sukhoï-25 des forces loyalistes ivoiriennes avaient bombardé un camp de l'armée française à Bouaké, tuant neuf militaires français et un civil américain, et blessant 38 soldats." Ce qui se traduit ainsi : "Six ans après, l'enquête est toujours en cours au Tribunal aux armées de Paris (Tap), qui doit désigner un troisième juge d'instruction après le départ des deux précédentes magistrates chargées du dossier. Entendue le 7 mai dans cette affaire, l'actuelle garde des Sceaux avait assuré que l'audition de huit mercenaires biélorusses, arrêtés à la frontière togolaise quelques jours après, avait été impossible pour des motifs juridiques, ce que conteste Me Balan. Selon l'avocat, deux d'entre eux étaient les pilotes des avions."

Précision pas inutile : "Les autorités togolaises avaient pourtant "mis à la disposition" des services français ces mercenaires biélorusses, selon l'ancien ministre togolais de l'Intérieur François Esso Boko." Pour Me Balan (et comment le contredire ?) : "Soit Mme Alliot-Marie est incompétente, soit elle ment. Or je ne crois pas à l'incompétence de la ministre." Mais pourquoi, juste pour "se débarrasser de Laurent Gbagbo" ? On ne peut pas croire la France de Chirac et de Villepin coupable de ça... Même si, ainsi que le rappelle judicieusement l'AFP : "Immédiatement après le bombardement de Bouaké, l'armée française avait détruit l'aviation ivoirienne, provoquant une vague de manifestations antifrançaises à Abidjan." Manifestations qui devaient entraîner les tirs français sur la foule ivoirienne, c'est bien ça, le compte y est. Michèle Alliot-Marie toujours aussi. Voilà pourtant un "remaniement" qui coûterait finalement assez peu à Sarkozy, au regard de ce qu'il lui rapporterait symboliquement...


Texte - Louis Fall   Dessin - Mil'Pat Masioni

Partager cet article

Published by AFP Louis Fall www.legrigriinternational.com - dans Comptes à régler et compteurs à relever
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV