Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

C'est le 93 ou le jumelage avec Chatila qui dérange Libé à Bagnolet ?

Publié le 27 Décembre 2013 par dr Chaka Hama Zulu www.legrigriinternational.com in Comptes à régler et compteurs à relever

Panneau_jumelage_bagnolet-MPI.jpg

Bonne nouvelle : Libération va mal : « Incitation aux départs à la retraite, mise en place d’un dispositif de préretraite, réductions individuelles du temps de travail (avec diminution de salaire) et possibilité d’opter pour une baisse de salaire pendant deux ans, avec garantie de récupérer 50 % du salaire non perçu à l’issue des deux ans et plus de 100 % en cas de “retour à bonne fortune” ». Les actionnaires, déplorant les 3 millions d'euros perdus par le team Demorand, ont fait une proposition complémentaire : quitter les locaux de 5 000 mètres carrés que Libération loue actuellement en plein coeur de Paris (loyer, 1 million par an) pour s’installer dans un autre des immeubles du proprio (qui est également actionnaire du journal) : les tours Mercuriales qui font la fierté de Bagnolet, les tours jumelles toujours debout du 93 ! « L’hypothèse d’un tel déménagement a apparemment suscité un grand émoi dans la rédaction, viscéralement attachée à son immeuble ». Ndeye sans, yako, asia... tous les Blancs de Libé (malheureusement à cet égard tout à fait représentatif de la presse et des élites françaises) auraient-ils si peur des Noirs, des Arabes, des Chinois, des Roms, des Portugais, des Turcs, des Écossais, des Belges, bref des 6934 "étrangers" répertoriés à Bagnolet par l'INSEE (Source), qui ne représentent pourtant pas la majorité des Bagnoletais, loin s'en faut ?

À moins que, découvrant à l'entrée de la ville son jumelage avec le camp martyre de réfugiés palestiniens de Chatila (voir la vidéo ci-dessous), les employés de Libé ne se soient pas vus assumer à Bagnolet l'atlantisme pro-israélien historique du quotidien.

Photo - dr   Texte - Chaka Hama Zulu