Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

BHL et Forceps-Olivier Giesbert condamnés pour avoir traité les Identitaires de "nazis"

Publié le 1 Mai 2013 par tahiti infos dr www.legrigriinternational.com in Politique

BHL.jpg

C'est étrangement sur le site Tahiti infos que nous sommes tombés sur cette dépêche AFP reprise, semble-t-il, par personne depuis ce matin...

Paris, 23 avr 2013 (AFP) - Le philosophe Bernard-Henri Lévy a été condamné mardi en diffamation par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir écrit dans le Point que le Bloc identitaire, un mouvement d'extrême-droite, s'était rendu célèbre en tentant d'assassiner Jacques Chirac.

Dans son "bloc-notes" publié dans l'hebdomadaire fin décembre 2010, BHL avait qualifié le Bloc identitaire de "groupuscule néonazi qui s'était rendu célèbre le 14 juillet 2002, en tentant d'assassiner Jacques Chirac".

Le tribunal a estimé que le terme "néonazi" ne relevait pas de la diffamation, BHL et le Point ont donc été relaxés sur ce point. Mais il a relevé que c'est à juste titre que les prévenus mettent en évidence une "certaine filiation" entre le Bloc identitaire et Unité radicale, dont Maxime Brunerie, condamné à 10 ans de prison pour avoir tenté d'assassiner le président Chirac, était proche.

Néanmoins, il a estimé que les "raccourcis et amalgames" des propos litigieux ont un "indubitable caractère diffamatoire".

Bernard-Henri Lévy et Franz-Olivier Giesbert ont donc été condamnés à 1.000 euros d'amende, avec sursis pour le premier. Ils ont en outre été condamnés à verser 1.000 euros de dommages et intérêts au Bloc identitaire.

L'avocat du Bloc identitaire, Me David Dassa-Le Deist a fait part de sa "satisfaction", tandis que le conseil de BHL n'a pu être joint.

Dans le même numéro, BHL attribuait aussi à Bernard Cassen, directeur du Monde diplomatique d'avoir fait alliance avec le Bloc identiaire.

Le tribunal a estimé que l'évocation de Bernard Cassen, présenté dans l'article comme "un ancien du Monde diplo" en lieu et place de Pierre Cassen, fondateur de Riposte laïque, "relève davantage d'une insuffisance de rigueur et d'une carence de fond, que de la simple +coquille+ invoquée en défense".

Là encore, le tribunal a condamné BHL et Franz-Olivier Giesbert à 1.000 euros d'amende, avec sursis pour le premier et un euro de dommages et intérêts à Bernard Cassen.

Le tribunal rappelle que le Point avait publié un "erratum particulièrement sec" puis un droit de réponse "d'une ironie mordante". Le magazine s'y était d'abord refusé et Bernard Cassen avait dû saisir le juge des référés.

Les juges ont ordonné la publication d'un communiqué judiciaire dans le Point et deux autres journaux.