Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 14:02

Blaise Compaoré Jacques Chirac dr ww.legrigriinternational.com

L'ancien président français Jacques Chirac (ici en posture compromettante avec Blaise Compaoré) a été condamné à deux ans de prison avec sursis pour avoir profité et mis en place un certain nombre d'emplois fictifs destinés à financer son parti...

Une décision de justice, en particulier lorsqu'elle se traduit par une condamnation, fut-ce à du sursis seulement, revêt en principe deux dimensions distinctes mais indissolublement liées : la première, judiciaire, relève du justiciable, des victimes et de l'établissement des faits qui lui sont reprochés ; la seconde, plus morale, civique et sociale, concerne "le reste du monde" qui, lui aussi, reçoit la condamnation… qui prend alors un caractère, certes punitif, mais aussi exemplaire, symbolique et pédagogique. Ainsi si on condamne un voleur de mobylettes, on sanctionne un acte délictueux et on indique aux potentiels voleurs de mobylettes ce qu'il leur en coûterait si on venait à les appréhender. Espérant par là les amener à renoncer à leurs forfaits.
Quoi penser dès lors de la pseudo condamnation de Jacques Chirac, à du sursis (mazette !), pour quelques emplois fictifs, qui, au final, ne coûtent pas si cher que ça à un pays riche comme la France ?
Quoi penser de la condamnation de Jacques Chirac, pour le moindre de ses pêchés, la moins grave de toutes ses fautes… au prétexte qu'il serait vieux et "toc-toc" (c'est la formule employée par des Guignols de l'info qui, comme en 1995 et 2002, sont plus que jamais ses meilleurs complices, en faisant de lui un rigolo pas bien méchant ou dangereux au fond…) ?
Que Mathieu Kassowitz (aka Ma-Queue-Face-Aux-Bitch, selon Sear/Get Busy) ait abusivement simplifié les faits relatifs aux tueries dans les grottes d'Ouvéa en Nouvelle Calédonie, qu'il en ait rajouté, accordé aux gendarmes français un score en morts supérieur à la réalité, dédouanerait-il Chirac de son action coloniale et criminelle dans cette affaire…?
En 1995, pas élu depuis trois mois, le même Chirac relançait dans le Pacifique les essais nucléaires français (après beaucoup de morts et d'irradiés en Algérie et dans ce même Pacifique). N'est-ce pas un plus grand crime que d'avoir financé son parti à coups d'emplois bidons ? (si les essais n'étaient pas dangereux, on les ferait dans le Gers, non ?).
En 2002, en Côte d'Ivoire, avec l'actif et rémunérateur soutien de la Gaule de Chirac l'escroc aux mains ensanglantées, une rébellion tente un coup d'État… combien de milliers de morts et de blessés depuis à cause, grâce et en raison du soutien militaire et logistique français ?
En 2004, toujours en Côte d'Ivoire, Chirac et son page Villepin fomentent un barbouzard complot visant à faire croire à l'opinion internationale que l'armée ivoirienne avait attaqué et tué des soldats français pour pouvoir justifier en retour de déposer le président Gbagbo par les armes… combien de morts directement ou non liés à cette opération ?
En 2004 toujours, mais en Haïti, Villepin le larbin des Américhiens, pour se faire pardonner de n'avoir pas soutenu à la tribune de l'ONU la croisade en Irak, leur offre (avec la participation exceptionnelle et amicale de Régis Debray) la chute et la déportation en Afrique du Sud du président élu et légitime Aristide… Qui présidait alors en France, Chirac, non ?
Combien de morts dans le Tchad d'Idriss Déby-Le-Mental soutenu par la France de Chirac, puis par celle de son fils bâtard Sarkozy ?
Dans le Burkina de Blaise "Serial killer" Compaoré (dit le remetteur de cravates) ?
Dans le Congo Brazzaville du "Son of the Beach Denis Sassou Nguesso" ? Où, au prix d'une guerre civile ayant fait des dizaines de milliers de morts, Chirac a replacé le Black Milosevic au pouvoir, pour écarter Lissouba prêt à s'affranchir alors de la France… Où après les exécutions du Beach (355 morts), Chirac a délégué auprès du Cobra Suprême un de ses plus effrayants sbires, monsieur Licra Patrick Gaubert (le frère de Thierry, proche, lui, de Sarkozy et en train de tomber à cause des révélations de sa femme)...
À côté de tous ces morts, et de ceux que nous aurons ici omis, il ne faudrait pas non plus oublier l'assidue pratique Françafricaine d'un Chirac rincé, casqué et nourri par des rois nègres frères… faisant bouffer la France grâce au CFA, aux ressources minières et énergétiques payées un dixième de leurs valeurs avant d'étouffer un sanglot dégueulasse sur les richesses que l'Occident aura volé à l'Afrique… Car en plus de tous ces crimes, synthèse et incarnation de la maxime houphouëtiste, Chirac aura été toutes ces années corrompu et corrupteur.
Si un voleur de mobylettes prend du ferme, combien devrait prendre un président aussi meurtrier et véreux que Chirac ? La mort ?

Photo - dr   Texte - S.T.

Partager cet article

Published by S.T. dr www.legrigriinternational.com - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV