Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Apatridie en C I - Lettre ouverte à Antonio Guterres 1er responsable du HCR - Nick de Bessou

Publié le 16 Septembre 2013 par Nick de Bessou dr www.legrigriinternational.com in Côte d'Ivoire - Élections 2010

Nick-de-Bessou.jpg

Publié le 16 Septembre 2013 par Nick de Bessou

Lettre ouverte du FDRC à M. Antonio Guterres, Premier Responsable du HCR.

Avez- vous honnêtement exécuté la Convention de 1954 portant sur la réduction et la protection des apatrides en Côte D’Ivoire selon la lettre et l’esprit?

L’épineux problème des apatrides en Côte d’Ivoire a connu un semblant de solution, solution qui favorise le plus clairement le Chef d’état Ivoirien, M. Ouattara et son électorat. Ils ont fait des étrangers, la priorité des priorités depuis les accords de Marcoussis en 2003, eux qui, par la voie de leur mentor, M. Ouattara qui fut dans les faits, le véritable auteur de la carte de séjour en 1990, carte de séjour qui marginalisa les étrangers de la sous-région et les ivoiriens aux patronymes musulmans. De nos jours, le concepteur de la marginalisation des étrangers se fait passer pour leur défenseur ou mieux leur avocat.

Est-ce pour se donner une bonne conscience ou pour des ambitions purement électoralistes?

La soumission du projet de loi sur l’Apatridie et le foncier rural aux députés ivoiriens, fut de façon cavalière, unilatérale, sans tenir compte des procédures en place et sans auparavant consulter les bases, c’est-à-dire les ivoiriens, ivoiriens qui seront les plus affectés par ces lois fantoches aux éventuelles conséquences catastrophiques voire tragiques.

Les députés ivoiriens ont été contraints de voter les lois sur l’Apatridie et le foncier rural le 23 Août 2013. Sur 223 députés présents, 207 ont voté pour, 9 contre et 7 abstentions. En réalité, seuls 9 députés ont voté de façon consciencieuse et responsable, tentant de protéger la souveraineté de l’état et le code de la nationalité étroitement lié au foncier rural. Les 7 autres abstentions ont préféré ne pas se prononcer de peur d’être taxés de rebelles ou de xénophobes, laissant lâchement le soin aux autres de décider à leur place.

Que dire de la loi sur l’Apatridie ?

Dans un souci de dédouaner le Chef d’état Ivoirien et de démontrer le bien-fondé de la loi sur l’Apatridie, un responsable du RDR refusant de décliner son identité sur RFI, martela ainsi:

“ Rien n’indique que les milliers de personnes qui vont (éventuellement) acquérir la nationalité ivoirienne voteront pour le parti au pouvoir et que la nationalité ne confère pas la propriété de la terre”.

Son discordant du côté de RFI, allié médiatique du RDR:

Selon Reuters/ Luc Gnago par RFI du 23 Août 2013: “ Une nationalité qui va leur conférer le droit de vote et celui de devenir propriétaires terriens”.

Est-il question de naturalisation par déclaration ou par demande expresse? Sur ce point, les députés ivoiriens se perdent en conjecture.

Lire la suite ICI.