Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

AMY WINEHOUSE, décédée à 27 ans (14.09.1983 - 23.07.2011) - L'hommage du Deblocnot'

Publié le 26 Juillet 2011 par deblocNot www.legrigriinternational.com in Max visite la discothèque de son bricard de père



Il y a une quinzaine de jours une vidéo faisait le tour du net, on y voyait Amy en concert à Belgrade, visiblement sous l'emprise de la drogue et/ou de l'alcool, tenant à peine debout, incapable de se souvenir des paroles de ses chansons, un spectacle pathétique et bouleversant. Impossible pour qui a visionné ces images de ne pas avoir pensé alors qu'elle n'irait pas très loin dans ces conditions. Et la nouvelle est tombé en ce triste 23 Juillet 2011, Amy a été retrouvé morte chez elle, à Londres.
Issue tellement prévisible que nous aurions pu faire comme dans les rédactions de charognards  et préparer une bio à l'avance...
Alors que dire, on va encore ressortir le maudit club des 27, toutes ces rock star mortes à 27 ans, de Robert Johnson à Kurt Cobain en passant par Janis Joplin, Jim Morisson, Jimi Hendrix, Alan Wilson (Canned Heat) ou Brian Jones...


 Amy ne  nous laisse en héritage que 2 disques, le jazzy "Franck" (2003) puis "Back To Black" (2006) qui lui apporta le succès mondial, un succès mérité  à base de soul et rythm'n'blues, le vrai , celui de Motown ou Stax, pas sa version moderne sans saveur, avec des compos irrésistibles ("Rehab", "You Know I'm No Good", "Back To Black", "Tears Dry On Their Own"), des chœurs, des guitares , des cuivres chauds, drivés par les musiciens de l'écurie New-Yorkaise Daptones, les même qui nous enchantent aujourd'hui autour de Sharon Jones, et une sacrée voix comme on n'en avait plus entendu depuis longtemps.
Elle aura eu le mérite de re-populariser le genre et d'ouvrir la voie à d'autres artistes  en alliant talent et succès grand public; ça semble évident mais c'est rare de nos jours.  Hélas depuis longtemps Amy avait déserté les papiers de la presse musicale pour la une des tabloïds qui faisaient leurs choux gras de ses ennuis avec la justice, de ses amours tumultueux, de ses innombrables désintox et rechutes, bref, une proie idéale pour les paparazzis (comme Pete Doherty, qui pour le moment semble gérer un peu mieux sa situation). Le monde semblant redécouvrir soudain qu'une "star" de la chanson pouvait aussi être une junkie, en ces temps où l'industrie du disque nous balance des chanteurs formatés, aseptisés, sensés être des exemples pour la jeunesse... (ça doit bien faire marrer Keith Richard ça!).  

Les mots manquent devant cet énorme gâchis, celui de la mort de cette jeune femme au potentiel d'une reine de la soul qui s'est brulée les ailes alors qu'elle avait encore tant à nous donner, entrainée dans une spirale auto destructrice, sans doute mal conseillée, mal soignée ou tout simplement mal aimée. On attendait ton retour, ton sourire, ta choucroute sur la tête, te voir guérie, un nouveau disque, une tournée, nous savons maintenant que cette tournée tu la feras là haut en compagnie de Janis ...


Pour finir, que les moralisateurs et fouilles merde qui ne vont pas manquer de  juger sa vie dissolue et étaler ses frasques aillent se faire voir ailleurs, balayent devant leur porte et respectent la douleur de ceux qui l'ont aimé.

 

Texte - ledeblocnot.blogspot.com


RIP Amy, en hommage "Back To Black":