Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

"Allez toutes vous faire exciser !" (Caroline Fourest & Friends)

Publié le 25 Septembre 2012 par L.F. & G.P. dr www.legrigriinternational.com in Comptes à régler et compteurs à relever

fourest 

Ironiquement et judicieusement récompensée par un Y'a bon award, décerné lundi 19 mars à Paris par l'association antiraciste Les Indivisibles, la fausse sceptique (et vrai néo-conservatrice) Caroline Fourest n'en finit plus de se démasquer et, ce faisant, de nous laisser percevoir un entourage pour le moins inquiétant.

 

Caroline Fourest (Le Monde, France Culture, publiée chez Grasset où la protège BHL) a obtenu le Y'a bon Award des « experts chronikers » pour avoir dénoncé, le 11 décembre 2010, des « associations qui demandent des gymnases pour organiser des tournois de basket réservés aux femmes, voilées, pour en plus lever des fonds pour le Hamas ». Réaction : « Décerner un prix du racisme à une antiraciste. N'est-ce pas un peu gros ? Vous connaissez la formule, un peu modifiée. Les salauds osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît. » La preuve par l'exemple : traiter directement de "salauds" ceux qui vous constestent, quelle ouverture d'esprit, quel sens du dialogue et du débat. Peut-on légalement traiter de "salope" celle qui, comme Caroline Fourest, traite les gens de "salauds" ?", nous demandions-nous ici même en mars dernier.

Débatteuse à l'occasion de la Fête de l'Humanité, sur le thème (peu traité) du combat contre le FN, à l'annonce de sa venue, diverses personnalités ont dit leur malaise, un texte de protestation circula sur les réseaux sociaux. Samedi 15 à 17H Caroline Fourest était sur place et prête, soi disant, à en découdre !

"Fourest n’étant pas venue chercher son trophée, nous avons voulu profiter de sa présence à la Fête de l’Humanité pour lui remettre. Nous savions que nous serions attendus par le service d’ordre mais nous comptions également sur le soutien et la complicité d’une partie de la salle car, que le Parti de Gauche le veuille ou non, la Fête de l’Humanité est aussi notre fête. Nous n’avions simplement pas imaginé à quel point les rôles de victimes et de bourreaux pouvaient être inversés." Ceux qui parlent se nomment Bader Lejmi et Myrto S. et se présentent comme des militants des Indivisibles.

"Nous nous sommes vu accusés d’avoir agressé physiquement la blanche colombe Caroline Fourest, notamment en lui jetant des projectiles, d’être en connivence avec l’extrême droite, de faire le jeu du FN, d’être contre la liberté d’expression, contre le débat démocratique et pour l’instauration d’un “délit de blasphème” et, cerise sur le gâteau, on nous a informés que nous n’étions “pas chez nous”. Tout ça pour être venu lui remettre une "Banane"...

Continuons le récit : "L'un de nous deux, Bader, devait donner le signal de l’opération en annonçant au mégaphone la remise du Y’a Bon Award, tandis que la seconde, Myrto, profitant de cette diversion, devait remettre le prix à la lauréate. Dans la pratique, la diversion de Bader a bien fonctionné puisque le service d’ordre l’a mis au sol à deux reprises et étranglé. Mais pas assez bien pour Myrto, elle aussi violemment plaquée au sol alors qu’elle tentait simplement de déposer une banane dorée sur la tribune." Les aléas de l'agit-prop'. Plus douloureuses furent certaines injures qu'eurent à endurer les Indivisibles empoignés...

Il faudra s'y faire : dans l'entourage, parmi les soutiens, autour de Caroline Fourest, il y a des gens capables de virer un journaliste, Nadir Dendoune, car "ça se voyait qu'il était avec eux" (à quoi ça se voyait, l'histoire ne le dit pas). Capables aussi de proférer quelques perles de la culture laïcardo-droitarde du plus charmant effet : "Rentrez chez-vous !", "Ce n’est pas notre culture !", "Islamofascistes !".

Le pompon revenant sans conteste au délicat, au subtil, au "féministe" : "Allez toutes vous faire exciser !"

Caroline Fourest et ses amis : la haine, sans l'aimer.

Photo - dr    Texte - L.F. (&G.P.)