Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 22:05

Alphonse-Douati.jpg

Alphonse Douati. Arrêté samedi 19 août.

Depuis l'élection de François Hollande, la situation des Ivoiriens à Paris s'est améliorée. Relativement. On les parque toujours à l'occasion des (si nombreuses) visites de Ouattara. On les humilie moins. Dans la presse, on commence même, sinon à les écouter, au moins à les entendre. Pour preuve, la chronique, en ouverture du Point, un des quatre newsmagazines français, de Patrick Besson, la semaine dernière. Consacrée au livre de notre ami Kouamouo, J'accuse Ouattara (édition du Gri-Gri), elle expose pour la première fois dans la presse française la somme des massacres perpétrés de façon certaine par les rebelles liés à Ouattara et propose, là encore pour la première fois, l'hypothèse d'une élection au résultat pas si net qu'on le dit, une élection dont on aurait du recompter les suffrages, une élection qu'on aurait peut-être même pas du pousser Gbagbo à l'organiser, tant le désarmement rebelle n'était pas effectif et tant il corrompait d'avance tous les principes démocratiques. La France, d'une hypocrite amnésie (ou le contraire), vient, suite aux dernières attaques armées, de réclamer le désarmement en Côte d'Ivoire. Avouant ainsi combien celui-ci avait peu compté dans l'estimation de la situation réelle du pays en 2010 au moment de procéder au scrutin. Le Désarmement figurait pourtant dans toutes les versions de tous les Accords politiques signés sous la haute bienveillance de l'ONU.

Comme pour valider le constat de Besson.

Les nouveaux massacres génocidaires de Duékoué, en juillet dernier (entre 10 et 210 morts, selon les estimeurs et selon le taux de réussite dans la recherche de cadavres). Les tragi-tartuffesques apparitions du "ministre" de l'Intérieur Hamed "La Chose" Bakayoko, sorti d'un mauvais remake de Costa Gavras, prenant en otage la télé nationale et diffusant les images scandaleuses et inacceptables des "aveux" d'un ancien ministre de Gbagbo, Moise Lida Kouassi, visiblement torturé, hagard et effrayé), capable de tenir un plan de communication pour celui d'un complot militaire. La (énième) suspension du Temps, diverses arrestations de journalistes, des menaces, des intimidations. Les arrestations et interrogatoires d'opposants. Les auscultations d'ordinateurs portables par des types sachant parfois à peine lire.

Ultime nouveauté : depuis quelques semaines, divers camps militaires ou de police, à Akouédo et ailleurs, ont été attaqués. Le pouvoir, absolument incapable en direct comme en différé de produire la moindre réaction, d'assurer la protection et la sécurité de la population, compte les hommes en armes qui succombent à chacun des "assauts". Sans que personne ne soit ni triste ni joyeux. Les scores en nombre de morts sont-ils fiables ? Les quantités d'armes qu'on évoque, dérobées lors de ces attaques, ont-elles un rapport avec la réalité ? Qui sont ces "assaillants" ? Des pro-Gbagbo, qui prendraient le risque de discréditer le discours toujours résolument pacifique de leur champion, enfermé à La Haye en attente d'une audience sans cesse reportée ? Des FRCI jamais rétribués depuis avril 2011 qui se payeraient sur la bête et s'armeraient en prévision de quelques sales coups rémunérateurs ? Des membres du "Commando invisible", inconsolables de leur chef I.B. Coulibaly, exécuté quelques jours après la chute de Gbagbo, alors que Ouattara lui avait garanti la sécurité et la vie sauve (Soro avait-il, lui aussi, promis ?). Des hommes de Soro, justement ? On raconte qu'Hilary Clinton - véritable sponsor d'ADO aux USA - a exigé que le camp vainqueur verse lui aussi son tribut à la Cour pénale internationale (CPI) et envoie une ou plusieurs figures de la rébellion rejoindre Gbagbo. On imagine sans peine l'embarras d'Ouattara au moment d'annoncer à Soro que lui ou un de ses lieutenants va devoir se sacrifier pour la mauvaise cause.

Et Ouattara, justement, que dit-il ? Que fait-il ? Comment réagit-il ?

Il est en vacances en France. Après avoir été accomplir sa besogne à l'OCI en défaveur de la Syrie, car c'est aussi à ça que servait son accession. Le sort de son peuple ne l'a jamais empêché de siroter un whisky ou de se taper un breakfast avec Hollande en plein ramadan. Il attend. En pleine canicule. Drôle d'idée.

Dernier "exploit" en date du ouattarisme radieux et triomphant : l'arrestation d'Alphonse Douati. La voici telle que rapportée par l'organe d'Hamed Bakayoko, le si mal nommé Patriote.

« L'ancien ministre Alphonse Douati, Secrétaire général adjoint du FPI, a été interpellé samedi (18 août, ndlr) par la Direction de la surveillance du territoire (DST) où il a été gardé. Selon des sources proches du dossier, il est reproché au cadre de l’ancien parti au pouvoir des activités subversives. Les quelques assaillants présumés qui ont appréhendés dans l’attaque camp militaire d’Akouédo l’aurait cité à plusieurs reprises comme leur principal contact. De bonnes sources, l’ancien ministre faisait l’objet de surveillance au regard de ces fréquents contacts avec ses camarades exilés du Ghana. « Tout indique qu’il est au coeur des activités subversives que ces exilés organisent dans des pays voisins », est certain notre source. »

Passons pudiquement sur le ridicule des faits reprochés. Contentons-nous de rappeler que le même week-end le siège du FPI était saccagé. Suite à son arrestation, durant plusieurs heures, impossible pour le FPI de savoir où était Douati et comment il allait. Aussi, lundi, des militants avaient-ils prévu de se rendre devant la préfecture, résolus à en apprendre plus sur le sort de leur camarade. Le dispositif "sécuritaire" fit rebrousser chemin à la plupart d'entre eux tant il était menaçant (l'ONUCI en était). Ah si les FRCI étaient aussi efficaces avec les "assaillants"... Un groupe constitué d'une dizaine de personnes, dont Désirée la propre fille de Douati, demeura devant le bâtiment. Or ils ont disparu. Ont-ils été arrêtés seulement ? Emmenés en plus, mais alors où ? Impossible de le savoir.

Photo - dr    Texte - G.P.

Partager cet article

Published by Grégory Protche dr www.legrigriinternational.com - dans Côte d'Ivoire - Élections 2010
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV