Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

À propos du pitoyable hommage rendu à Jacques Berque sur France 2

Publié le 8 Octobre 2010 par Sadek Sellam www.legrigriinternational.com in Comptes à régler et compteurs à relever

Jacques Berque Orient-Occident www.legrigriinternational.com 

 

A Monsieur le Directeur Général de France 2,

Monsieur le Directeur,

L’inadaptation de la programmation de l’émission islamique devient totale. L’émission du 26 septembre sur Jacques Berque a été un exemple d’amateurisme, de décalage totale par rapport aux attentes des téléspectateurs et d’absence de relations avec les milieux spécialisés. Cette émission donne en effet l’impression qu’il n’y a plus personne pour parler de Berque, en dehors de sa veuve et de son fils. On a eu droit bien sûr à des commentaires de Chevènement. Mais cela est conforme à la recherche éperdue par les « grands caïds » de l’Islam des prétextes pour établir des relations avec les politiques. La participation de Dalil Boubakeur a indisposé tous ceux qui avaient été outrés par son stupéfiant soutien aux massacres d’enfants à Gaza. Depuis ses déclarations scandaleuses le gouvernement algérien cherche à le remplacer. Son invitation à l’émission fait partie de la campagne destinée à faire croire qu’il serait irremplaçable.
L’avocaillon (dont les procès perdus aux prud’hommes coûtent cher au budget algérien) qui doit son parachutage à la tête de l’émission à un interventionnisme ministériel contraire à la laïcité aide le recteur à occuper le champ médiatique pour permettre au clan qui le soutient de différer son limogeage. Il suffit d’avoir entendu quelques lieux communs du « recteur » pour savoir qu’il n’a négligé de lire Berque, dont la seule citation du nom dans le « plan Dumas » de 1992 a fait trembler la famille Boubakeur. Le « plan Dumas » proposait la création à la mosquée de Paris d’un « Institut Musulman de France » séparé de la « Société des habous ». Mettant l’égoïsme familial au-dessus de l’intérêt général, Dalil Boubakeur et son père privèrent l’islam en France d’un établissement qui, en répondant à la demande de connaissance de l’Islam, aurait évité aux  milliers de jeunes des banlieues d’aller jusqu’à Peshawar pour y faire des études islamiques qu’on ne leur propose toujours pas en France. Rien qu’à Paris, il y a au moins une vingtaine de personnes qualifiées qui auraient bien parlé de Berque. Ils auraient rappelé que c’est à la demande de Mitterrand qu’il a mis en place l’émission islamique qu’il concevait comme un lieu privilégié de la rénovation de la pensée musulmane. Cet objectif n’intéresse guère ceux qui confondent l’émission avec Mosaïques, et ignorent les personnalités compétentes en mesure d’évoquer la richesse de l’œuvre considérable de Berque qui embarrasse tant les politistes islamisants en rupture avec la tradition orientaliste pour cautionner les politiques sécuritaires. Un des présentateurs de l’émission est d’ailleurs un pur produit de cette « islamologie » politisée qui s’était avisée de rentabiliser la peur de l’islam (avec l’islamisme comme prétexte) 20 ans avant les actuels hommes politiques. La maigreur des contenus religieux de l’émission n’est pas sans rapport avec les traces de cette première déformation. Si France 2 daigne célébrer le centenaire de Berque, elle devrait le faire loin de l’amateurisme et des usages du religieux à d’autres fins.
Enfin, « Le Jour du Seigneur » a diffusé une émission sur le film Des Dieux et des hommes. Qu’est-ce qui a empêché « Vivre l'Islam » d’en faire autant ? Le parti-pris pour les vrais ravisseurs des moines ? La diabolisation des étrangers est dénoncée par « Présence protestante ». Mais « Vivre l’Islam » se tait en souvenir de sa création par l’Intérieur… Les insuffisances de cette émission sont dignes des télévisions des parti unique. Sa fermeture et ses censures sont plus conforme aux mœurs de la laïcité coloniale qu’à l’éthique d’une laïcité républicaine.
Veuillez agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.


Sadek SELLAM, Historien de l'Islam contemporain

PS : paru sur le http://www.uam93.com/