Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 09:46

Reijasse # 26

Jérôme Reijasse n'a peut-être même pas 40 ans. Supporter du PSG, donc homme déçu. Écrivain (Parc). Journaliste chez Rock'n Folk. Traducteur pour les rockeurs à la télé. Lyrique. Exalté. Capable de trouver des raisons de vivre valables dans un groupe ou un artiste encore incontrôlé. Proposera chaque lundi (même si des fois ça tombe le mardi ou le mercredi) désormais ses 7 Jours loin du monde aux lecteurs du Gri-Gri.

 Le livre s'appelle L'Enculé. L'auteur, c'est Marc Édouard Nabe. L'Enculé... Faut-il avoir des couilles ou être resté cet éternel adolescent provocateur pour baptiser ainsi son oeuvre ? C'est un titre plutôt moche, à peine drôle, finalement plutôt convenu, punk, idiot. Et depuis que Nabe a mis une carotte taille XXL au petit monde moisi de l'édition, l'Enculé, c'est devenu son lecteur. 31 euros et quelques centimes pour recevoir la chose à domicile. 31 euros ? Je sais bien que Nabe s'est fait lui même enculer durant des années par ses amis éditeurs, je comprends qu'il veuille aujourd'hui gagner plus d'argent, avant le grand saut, c'est tout de même lui l'auteur, celui qui souffre avec son stylo mais de là à fourrer bien profond ceux qui le suivent encore... Curieuse façon de faire. Vengeance mesquine, au minimum... J'imagine qu'il répondrait qu'il se moque de ses lecteurs, que ce n'est pas son problème, que chaque Français reste libre de ne pas le consommer... Mouais. À force d'avoir trop fréquenté les salons qu'il vomissait, il ne lui reste plus qu'un costume à Nabe, celui de l'auteur petit-bourgeois qui cache son cynisme derrière des montagnes de décalage, derrière des micro explosions médiatiques. Mais on l'a aimé, on est du genre fidèle, on a parfois adoré le lire alors on accepte le hold-up bancaire. Et on raque. La livraison est rapide, à peine quatre jours. Moindre des choses. L'objet est sobre et joli. Nabe a gardé la ligne esthétique de son dernier roman, L'homme Qui Arrêta d'Écrire. Couverture noire, sans code-barre ni pitch de merde au verso. Et donc, le petit homme qui avait décidé d'arrêter d'écrire en 2010 (pari tenu, le livre du même nom restant son pire échec littéraire, sa plus grosse daube bâclée) a finalement remis le couvert. De quoi Nabe parle-t-il durant ces quelques 250 pages ? De l'affaire DSK, racontée par DSK. Le style nabien n'est toujours pas de retour. Certes, ici et là, des phrases provoquent des sourires en coin, demandent à être relues tellement leurs constructions sont belles, sonores, d'évidence. Mais pas non plus de quoi donner envie de crier au réveil du génie. L'exercice a bien sûr exigé d'aller vite, de surfer sur la réalité du moment et donc de jongler entre journalisme et véritable travail de création. Marrant d'ailleurs, pratiquement au même instant, Sportès et Nabe sortent chacun un livre basé sur un fait divers brûlant. On avance quand même, on rigole souvent. Nabe délaisse ici la littérature et entre dans le gaguesque, l'anecotique potentiellement poilant. Anne Sinclair en obsédée de la Shoah, Martine Aubry en bouledogue de compagnie, Tristane Banon en nymphomane flinguée de la tête, DSK en antisémite solitaire et goguenard, en enfant perdu, presque sympathique: on rit donc souvent, on veut connaître la suite, revivre tout ça mais du point de vue de Nabe. Alors on progresse, on rit encore et toujours. On a oublié le style, la force, la vision et on se contente de la facilité séductrice, des bons mots, des décalages, des interprétations. Ce livre, c'est presque un vaudeville, une pièce de boulevard. Il faut le lire ainsi. Jamais autrement. Nabe est balèze, il publie à l'entrée de l'hiver un bouquin destiné aux plages estivales. L'Enculé, c'est typiquement l'ouvrage idéal pour rire de la saloperie humaine loin des tracas du quotidien. Sur une plage donc ou dans un camping auvergnat ou depuis un parc londonien. À l'heure où j'écris ces lignes, il me reste une centaine de pages à parcourir. Peut-être qu'elles dégagent une force philosophique totale, un prophétisme noir et impressionnant et alors peut-être aussi que cette petite chronique tombera à plat...
Peu importe. Nabe est à l'image de l'époque. Plus à l'aise dans la fiction documentaire que dans la grande épopée. On ne lui en veut pas. On est même ravi à l'idée que ce soir dimanche, après Bordeaux-PSG, on va pouvoir replonger dans les aventures de Dominique et de sa queue, de sa femme ogresse et de ses courtisans pitoyables. On aurait juste aimé ne pas se faire mettre à l'heure de l'addition. Trop tard... Je, tu, elle, nous, vous, ils sont l'Enculé.

Photo & Texte - Jérôme Reijasse 

Bonus :

Partager cet article

Published by Jérôme Reijasse www.legrigriinternational.com - dans Jérôme Reijasse 7 jours loin du monde
commenter cet article

commentaires

Fred 20/03/2012 20:12

Sur le prix : fort bien, mais vous ne m'apprenez rien de plus que ce que vous aviez écrit dans votre article. Pourriez-vous faire l'effort de répondre avec précision à mes deux question ?
J'aimerais que vous m'aidiez à me faire un avis personnel sur la question.
Sur le style : Idem. J'aimerais comprendre ce qui selon vous différencie son style avant et après son adieu au monde de l'édition traditionnelle.
Cordialement.

Gri-Gri International 22/03/2012 11:14



je précise que ce n'est pas l'auteur de l'article qui vous répond, mais le rédacteur en chef du site...


Je n'ai personnellement rien lu de Nabe depuis... au moins 95 ou 96...


Je le fais lire.


Je publie des articles qui lui sont consacrés (qu'il croit écrits par moi pour le dénigrer, alors qu'agissant ainsi je ne fais que le banaliser, ce qui me semble littérairement favorable à tout
le monde...)...


je vais demander à Jérôme Reijasse de venir s'il le peut vous répondre lui même...


Mais j'ajoute, à titre personnel, pour revenir encore sur le prix (je suis bloyen donc pénible sur les questions d'argent...), qu'un livre vendu à ce prix, peut-on encore considérer qu'il est end
ehors du monde de l'édition traditionnel ?


Je trouve pas.


Encore merci.



Fred 18/03/2012 13:09

Bonjour,
Comment définiriez-vous le style nabien avant et après L'Homme qui arrêta d'écrire ? Pas au niveau de vos sentiments sur ce style, mais au niveau de ce qui le caractérise en propre.
En ce qui concerne le prix du livre, je suppose que vos réflexions sont liées à votre déception personnelle. Mais enfin, quand on achète un livre, quand on va voir un film, une pièce de théâtre,
etc. c'est habituellement avant d'avoir pu se faire un avis. Les livres de Nabe ne dérogent donc pas à la règle. ce qui m'amène à cette question : si vous aviez aimé le livre (mais peut-être
l'avez-vous aimé après l'avoir terminé), à combien l'auriez-vous estimé ? Et en règle générale, comment feriez-vous pour estimer le prix d'un livre ?

Gri-Gri International 20/03/2012 02:14



un livre qui coûte 28 euros, édité sans aucun intermédiaire... ça prouve, minimum, que l'auteur se branle d'être lu par des gens sans moyen...


ce qui, de fait, relativise pas mal, l'intérêt du livre lui-même...


Un bloyen qui réserve son livre à ceux qui en ont les moyens, quoi en penser ?


Un auteur qui sait mieux que personne que, comme le jazz, la littérature risque de mourir d'être un sport de riches...


un auteur bourgeois qui n'arrive pas à se débarrasser des stigmates et tares de sa condition de fils de bourgeois...



Gri-Gri TV