Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 05:08
Sur le très documenté site bworldconnection.com, nous sommes tombés sur ce témoignage...

Il y a quelques jours, un ami me faisait part de sa crainte devant ce qu’il appela «une jamaicanisation progressive» de la société martiniquaise et de me donner l’exemple de ce mariage au cours duquel six voyous cagoulés ont fait irruption, fusils à pompe à la main. Ils ont alors raflé tous les bijoux des femmes, y compris des vieilles femmes et même de la mariée ! Je n’ai guère prêté attention à cette anecdote, de même que je glisse sur les innombrables articles de «France-Antilles» concernant les vols, les coups de coutelas ou de fusil. Sans doute est-ce un tort…
C’est vrai que les intellectuels ou ceux que l’on considère comme tel ne perdent pas leur temps à lire des papiers consacrés aux « chiens écrasés » selon l’expression convenue. Jusqu’au jour où…Car ces faits sont comme des symptômes, des révélateurs de la société, surtout celles qui sont en crise quasi-permanente comme la nôtre. Et ils ne concernent pas forcément des jeunes ou des gens connus des services de police.
Il y a une agressivité grandissante à tous les niveaux de notre société.
C’est ainsi que je me trouvais l’autre samedi matin à la boutique de station d’essence de Case-Pilote en train d’acheter des journaux. Je me range normalement dans la queue. Il y a trois personnes avant moi. La vendeuse sert la première puis nous annonce que sa caisse est fermée et que c’est la relève. Puis elle entreprend de comptabiliser une bonne cinquantaine de tickets de carte bancaire, ce qui provoque un léger agacement chez moi et un « tjip » si discret qu’elle ne l’entend même pas.
Or, ne voilà-t-il pas que le client qui est juste avant moi dans la queue et que je ne connais ni d’Eve, ni d’Adam, m’interpelle rudement  : « Vous auriez fait comment à sa place ? »
Surpris, je lui réponds calmement  : « Mais je ne vous ai pas adressé la parole, monsieur. »
« Vous êtes toujours pressés dans ce pays-là. Pour aller où comme ça ? » se met-il à gueuler.
« Je ne vous connais pas monsieur. Epi man pa palé ba’w. » (Je ne vous ai pas adressé la parole.)
Et là, il explose : « Bonda manman’w ! Ay koké manman’w, misié-a ! »
Je réplique pareil, mon stock d’injures créoles n’étant pas inférieur au sien même s’il est Noir bon teint et moi Chaben-prel-si. C’est alors que l’énergumène me flanque une bourrade, ce à quoi je riposte par ma main dans la gueule. Stupéfait, il prend les autres clients à témoin et s’écrie : « Vous voyez ! Vous voyez, il m’a frappé…Eh ben, je vais chercher quelque chose pour lui » et il sort de la boutique pour se rendre à sa voiture garée sur le parking mais à un endroit que je ne distingue pas car entre temps la station s’est remplie. Je lance alors : « Eh bien si c’est comme ça, moi aussi, je vais chercher quelque chose à ma voiture ! »
Je sors donc de la boutique et me met à traverser le parking, ma voiture étant garée assez loin. Ce en quoi je commets une erreur capitale qui aurait pu me coûter la vie. Je ne prends pas la peine de regarder derrière moi, or l’énergumène est déjà revenu de sa voiture, brandissant un rasoir et fond sur moi, me flanquant un violent coup derrière la tête. Je suis presqu’à hauteur de ma voiture. Un voile noir obscurcit ma vue et je perds conscience durant trente secondes, tombant comme une souche par terre. Quand je reprends conscience, il est en train de me bourrer de coups de pied au visage, dans les côtes, sur les épaules, son rasoir prêt à frapper au cœur. Mais comme je débats, riposte tant bien que mal avec mes pieds, toujours à moitié groggy sur le sol, il ne trouve pas le bon angle pour me piquer et continue à me frapper avec rage en m’insultant. C’est alors que les trois pompistes de la station font semblant de s’interposer. L’un crie : « Pa pitjé’y ! » (Ne le pique pas !)
Il a fallu finalement l’intervention de clients pour arrêter l’énergumène. Lorsque les gendarmes arriveront sur les lieux, j’étais parti et quand j’ai eu affaire à eux, ils m’ont dit texto : « La vidéo montre que vous lui avez donné un coup de poing. »
« Ah bon ? Et elle ne le montre pas en train de m’insulter d’abord, puis de me flanquer une bourrade ensuite ? »
« Heu non, la bourrade n’est pas très visible sur la vidéo. En plus, les pompistes ont déclaré qu’il n’avait pas d’arme. Lui-même a reconnu qu’il est bien allé à sa voiture chercher une arme mais qu’il n’en a pas trouvée. »

J’ai préféré sourire, de mes lèvres tuméfiées, face à ces deux gendarmes blancs. Malheureusement, pendant le passage à tabac, mon passeport contenant mon permis et ma carte grise ainsi que mon porte-carte contenant ma carte bleue, carte Vital etc…sont tombés sur le sol sans que je le réalise. Revenu les chercher à la station une heure plus tard, un pompiste me dit qu’il a vu un client les ramasser. A ce jour, ledit client ne les a ramenés ni à la police ni à la gendarmerie. Je précise que la dizaine de clients qui ont assisté à la scène sans rien dire ni rien faire, hormis deux d’entre eux, n’étaient pas des petits jeunes de 16-18 ans à tête nattée sur des boosters, mais des Martiniquais moyen entre 30 et 60 ans.
Telle est devenue notre Martinique en ce début de XXIè siècle…

Raphael Confiant

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Dom-Tom - Caraïbes & Amériques
commenter cet article

commentaires

girpe 09/09/2009 09:36

c est quand meme incroiable que sa arrive ce genre de truc

tat 08/09/2009 15:33

Monsieur Confiant,
Avec tous le respect que j'ai pour vous et vos écrits,
j'étais présente à la station de case pilote le jour de votre
"agression"
Je n'ai pas du tout ressenti les choses de
la même façon. En effet, ce monsieur vous à fait une remarque quant à votre
impatience et c'est vous qui vous êtes emporté, vous l'avez insulté
et c'est également VOUS qui avez donné le premier coup, un coup de point
en plein visage!!!!!
Ce monsieur s'est alors énervé, c'est vrai et
vous a donné des coup de poing et de pieds.(je n'ai pas vu de
rasoir....)
Il a été arrêté par des personnes présentes et s'est
calmé.
Vous êtes alors entré dans votre voiture et avez essayé de
l'écraser!!!!
Il est tombé par terre inconscient...vous vous êtes alors
enfui.C'est pour cela qu'à l'arrivée des gendarmes vous
n'étiez plus là....
Je suis effarée du culot avec lequel vous mentez au
martiniquais.
De toute façon je sais que des poursuites judiciaires ont été
engagées et que les vidéos de la station services ne mentirons pas elles....

Gri-Gri TV