Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 12:42

John Hugues vient de crever. Le coeur qui a lâché. John Hugues. 

John qui ? Les journalistes, juste remis de la tragédie Bambi, ont à peine honoré la mémoire du réalisateur américain. Vite fait, on a évoqué ses deux plus gros succès en salles, le marrant Maman J'ai Raté l'Avion et le lourdingue Beethoven. Voilà, la messe était dite, le cercueil recouvert de terre, les esprits déjà en quête d'un nouveau cadavre, plus lumineux, plus rentable.

Pourtant, John Hugues avait, au choix, écrit, produit et (ou) réalisé plusieurs pépites destinées aux adolescents durant les années 80. John Hugues avait su capturer le malaise teenage, sans jamais s'embourber dans une morale de papa aigri, sans non plus se prendre pour un éternel boutonneux. Zéro démagogie du quarantenaire qui joue les cool histoire de se taper une petite jeune. Son truc : réduire le temps et l'espace pour mieux raconter les voix qui muent, les coeurs qui s'emballent, les croisements impossibles (une prolo tombe amoureuse d'un richard, un geek brise le cercle de la peur...). Sans star ni blue screen, toujours en musique (Psychedelic Furs, New Order, The Smiths, Simple Minds...), John Hugues, depuis une banlieue blanche endormie et à peine fictive, célébrait l'insouciance reine et tous les possibles. Avant le grand saut. Et la mort.

Capable de transformer l'eau de rose en huis clos palpitant, le quotidien en délire quasi psychédélique, il faisait beaucoup avec très peu. Il découvrait des nouveaux talents (Molly Ringwald, Matthew Broderick, Anthony Michael Hall, Jon Cryer, Andrew McCarthy...), qui rarement confirmaient par la suite (pas grave), il se moquait (pas aussi gentiment que ça) d'une Amérique alors bouffée par l'appât du gain (en pleine zone Yuppies, il fallait oser privilégier, à la rentabilité, les sentiments!!!), et inventait, sans même le savoir, un genre, "la teensploitation", ou quand le 7ème art regardait ses enfants comme des Humains à part entière plus que comme de simples moutons juste bons à tondre.

John Hugues est mort. 

Comment alors (parce qu'on peut attendre longtemps une soirée spéciale de ce côté-ci de l'Atlantique) lui rendre un hommage digne de ce nom ? En s'enfermant à double tour et en regardant, la nuit, sa trilogie romantique, où la quête d'un baiser l'emporte sur tout le reste et où le temps accepte de stopper sa course maudite. 4 ever.

1: Breakfast Club
2: Pretty In Pink (Rose Bonbon)
3: Sixteen Candles (16 Bougies pour Sam)

Ensuite, s'allumer une cigarette, souffler, fermer les yeux. Attendre que la magie soit retombée. Et puis, enchaîner avec La Folle Journée de Ferris Bueller et Une Créature de Rêve. Ses deux comédies déjantées, où sécher le cours devient une quête initiatique totale et où deux puceaux deviennent les rois du monde.
R.I.P John.
R.I.P douce et lointaine jeunesse.


Texte - Jérôme Reijasse




 

 

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Arts & culture
commenter cet article

commentaires

Mag EGOMAIGUE 15/08/2009 13:06

Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle du 30/08/2009 au Gabon MJDA/LETT/00002/2009/0815


Lien PDF http://president-mamboundou.com/LettreMJDAauxcandidats.html

ELECTION PRESIDENTIELLE ANTICIPEE DU 30 AOÛT 2009
PRINCIPAUX CANDIDATS DE L’OPPOSITION

Objet : proposition d’une solution pour garantir une victoire certaine de l’opposition et éviter la déroute électorale à la prochaine élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 au Gabon

Mesdames, Messieurs les candidats de l’opposition
Aujourd’hui, tous les principaux acteurs et observateurs politiques gabonais sont d’accord de constater que la préparation de l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 en république gabonaise est un véritable fiasco.
Tous savent que le gouvernement gabonais et ses institutions corrompues camperont sur leur décision de maintenir l’élection à la date unilatéralement fixée pour favoriser leur candidat, qui d’ailleurs les a déjà tous pris en otage depuis la disparition le 08 juin 2009 à Barcelone de feu le Président de la République Gabonaise Son Excellence El Hadj Omar BONGO ONDIMBA.
Tous sont conscients que le peuple gabonais dans sa totale majorité ne laissera pas se perpétuer la continuité des souffrances, des humiliations et des peines endurées depuis 41 ans;
Enfin, tous reconnaissent que la poursuite du processus électoral en l’état actuel des choses entrainera une crise sans précédent dans l’histoire de notre pays.
Certains ce sont déjà bien préparés à ce cas de figure, pendant que d’autres en sont encore à s’affronter verbalement sur des questions de leadership pour le titre égocentrique et stérile du meilleur opposant du Gabon.
Au vu de ces faits et après analyse minutieuse des éléments susmentionnés, le Mouvement des Jeunes Démocrates Africains (MJDA) créé le 08 juillet 2009 à Fresnes en France et basé à Pretoria en Afrique du Sud, exhorte l’ensemble des candidats de l’opposition désireux d’amorcer un réel renouveau de nos institutions et de nos instances dirigeantes à se concerter et à s’accorder de toute urgence afin de se donner le moyen ultime de remporter l’élection du 30 août 2009 et de barrer la route à l’arbitraire, la dictature et la monarchisation du Gabon par le parti état PDG.
L’heure n’est plus à demander un report de l’élection dont vous savez qu’il vous sera catégoriquement refusé par la Présidente de la cour constitutionnelle comme l’a fait la Présidente de la République par Intérim.
C’est une perte de temps et une forme de fuite en avant car vous êtes sans ignorer que Mesdames ROGOMBE et MBORANTSUO livrent le même combat, et elles sont condamnées à assurer la pérennité du système héréditaire bongoïste qui les a placées au sommet des instances étatiques du Gabon.
Ensuite rien ne vous dit que le report des élections tournera forcément à votre avantage. Si vous avez besoin de plus de temps pour vous préparer à l’élection vos adversaires auront aussi plus de temps pour mieux la truquer, la monnayer ou alors mieux se préparer à employer la force s’ils étaient malmenés et battus.
Donc le problème ne réside pas dans le report de cette élection, mais plutôt dans votre détermination à être dans l’air du temps démocratique, et dans votre capacité à imposer l’alternance puis le changement pour un Gabon nouveau.
Il s’agit de surpasser vos querelles intestines et de transcender vos idéologies politiques au profit de la renaissance du Gabon de vos ancêtres pour l’avenir de vos enfants et petits enfants.
La solution d’urgence que nous vous présentons ci-dessous, consiste à vous encourager vivement à mettre un terme définitif au bongoïsme et prendre à contre-pied la France-Afrique, son dictat, et ses méthodes mafieuses d’asservissement économique et politique du continent en général et du Gabon en particulier.
C’est pourquoi, nous vous proposons d’adopter le plan B du ‘‘coup de force constitutionnel imparable valeureux, courageux et tant attendu’’ décrit ci-dessous :
1. Désigner, comme il a été fait pour le collectif des candidats à l’élection présidentielle, votre unique futur candidat à la présidence par intérim du Gabon;
2. Retirer toutes vos candidatures respectives au profit de celle de votre unique futur Président par Intérim ;
3. Ce futur président par intérim sera votre unique candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 ;
4. Demander à tous vos électeurs et soutiens de porter leur choix sur ce candidat unique de l’opposition ;
5. Etablir un protocole d’accord avec l’unique candidat désigné ou élu par vos pairs pour qu’il consente à briguer le prochain mandat présidentiel par intérim suivant certaines conditions et principalement pour préparer des élections libres, transparentes et démocratiques dans les mois qui suivent, c'est-à-dire :
a. 1er cas de figure : le candidat se veut non présidentiable par la suite (par exemple Jules Aristide BOURDES OGOULIGUENDE, Jean EYEGHE NDONG… critère souhaitable : le choisir parmi les plus sages et/ou les plus estimés etc.)
Le candidat désigné devra préparer durant son mandat (6 mois maximum) la prochaine élection libre, après rééquilibrage des institutions de l’état, en s’abstenant de présenter sa candidature pour le prochain scrutin ;
b. 2ème cas de figure : le candidat se veut présidentiable par la suite (par exemple Yvette NGWEVILO REKANGALT, Bruno Ben MOUBAMBA… critère souhaitable : le choisir parmi les plus jeunes et/ou les moins ancrés dans le système politico-étatique etc.)
Le candidat désigné devra s’atteler durant son mandat (3 mois maximum) à régulariser toutes les revendications exprimées par les acteurs de la vie politique gabonaise et l’ensemble des électeurs gabonais qui mettent à mal, aujourd’hui, voir freinent, tout déroulement d’élections républicaines libres et non frauduleuses immédiates au Gabon. Par exemple :
 Rouvrir l’inscription sur les listes électorales et se donner le temps de vérifier celles-ci ;
 Reconsidérer l’impartialité ou non des représentants des commissions électorales nationales et internationales ;
 Faire réexaminer les recours déposés auprès de la cour constitutionnelle par les candidats qui n’ont pas été retenus par la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanentes (CENAP) : par exemple celle du Dr Daniel MENGARA ;
 Etc.
L’idée serait de revoir tout le processus électoral au peigne fin dans les plus brefs délais afin de permettre des élections équitable et démocratique début décembre 2009.
6. la durée du mandat du Président intérimaire ne devra pas excéder 3 mois (cas 1) voir 6 mois (cas 2) au maximum. Si les objectifs fixés au regard des deux cas de figures présentés ci-dessus n’ont pas pu être réalisés dans les délais impartis, le président par intérim devra poser sa démission et sera remplacé par le président du Senat, nouvellement élu, qui finalisera l’organisation de l’élection présidentielle.


Voilà, Mesdames et Messieurs, la proposition que le MJDA souhaitait porter à votre connaissance.
Dans l’attente que vous y accordiez une importance particulière, nous nous permettons d’accompagner votre réflexion en vous rappelant les points essentiels qui motivent notre action.

Le MJDA pense que :

Le bongoïsme,

- avec ses 42 ans d’existence, son pouvoir de corruption et d’intimidation ;
- ses méthodes d’élimination physique de ses opposants politique et détracteurs ;
- son pouvoir financier inestimable en GabonDollars (avec accès direct à la caisse du trésor public gabonais) ;
- la mise en otage de ses membres et du peuple gabonais ;
- ses ramifications tentaculaires sur le réseau socio-économique supra national et continental ;
- ses institutions partisanes et sa justice complice ;
- pilier et grand argentier du réseau mafieux France-Afrique ;
- Etc.

est un système qui ne pourra être combattu et vaincu que par un soulèvement populaire des jeunesses africaines en général et de la jeunesse gabonaise en particulier.

Ainsi, ces dernières n’attendent qu’un signe fort de votre part,
qu’un signe fort de l’union de ses leaders politiques,
qu’un signe fort du Gabon,
qu’un signe fort de l’Afrique
pour empêcher à jamais que le vote du 30 août 2009 au Gabon ne lui soit encore volé par le colonisateur oppresseur omniprésent, qui se targue de surcroît à dire haut et fort qu’il n’est pas responsable de notre anéantissement, parce que lui aussi, n’a jamais vu ce signe fort arriver pour s’en inquiéter.

Sans cet ultime signe d’union pour un combat unique, contre un ennemi unique qu’il ne faut pas confondre.
Sans cette décision sage d’unir vos forces pour libérer votre peuple et vos institutions de la domination de notre ennemi commun.

Sans votre constat de remarquer que cet ennemi, qui ne dit pas son nom, n’est pas à son premier forfait. Et que les exemples du Congo démocratique, de la Cote d’Ivoire et du Togo nous en disent long.

Sans votre volonté manifeste de rentrer dans l’histoire par la grande porte comme les héros africains qui vous ont précédés ou plus récemment la France derrière un seul homme lors de l’élection de Jacques Chirac en 2002 face à Jean Marie Le Pen.

Gri-Gri TV