Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Il y a 40 ans, Woodstock.

Publié le 11 Août 2009 par Gri-Gri International in Max visite la discothèque de son bricard de père

Il y a 40 ans, près de 500 000 hippies aux cheveux longs et gras embarquaient dans leur "Combi Volkswagen" en direction de Woodstock avec les valises pleines de drogues en tout genre, provoquant par la même occasion le plus important embouteillage de l'histoire des USA. En réalité, le festival n'a même pas eu lieu à Woodstock, mais à Bethel, une petite ville de 4000 habitants, sur les terres du brave fermier Max Yasgur, du 15 au 17 aout 1969.
C'est donc plus de 30 groupes qui se succèdent, parmi eux : Jefferson Airplane, Sly & the Family Stone, Crosby, Stills & Nash, The Who, Grateful Dead, Jimi Hendrix, Ten Years After, Santana, Creedence Clearwater Revival, etc. Trois jours et quatre nuits sous le slogan "Peace, Love & Music", mais surtout sous la pluie et ce n'est pas les "No rain, no rain" des gentils baba-cool allumés qui vont empêcher le ciel de se déchaîner. 
L'enfant Voodoo Jimi Hendrix explosera les cages à miel des inconditionnels qui l'attendent les pieds dans la boue et balancera son "Star-Spangled Banner", la reprise de l'hymne d'une Amérique enlisée dans la guerre du Vietnam (voir vidéo ci-dessous)Joe Cocker s'arrachera les cordes vocales sur "With A little Help From My Friend" et fera passer l'original des Beatles pour une comptine pour enfants, tandis que Santana avec son "Soul Sacrifice", épique de 10 minutes et le fabuleux solo de batterie de Michael Schrieve mettra tout le monde sur le cul ! (voir seconde vidéo ci-dessous). On se souvient également de la prestation du "Soulman" Ritchie Havens avec le titre "Freedom", qui deviendra un tube international, et du facétieux Country Joe McDonald, faisant épeler F.U.C.K aux festivaliers.
Pour le reste, Woodstock, ce sont surtout des stars en mauvaise forme (les Who, désastreux), voire carrément défoncées !!! Le festival fut évidemment un des points culminants de la contre-culture américaine des années 60 et de la culture Hippie. La région fut déclarée, peu après, zone sinistrée, pourtant aucune violence ne fut rapportée (2 décès par overdose, quand même et 2 naissances). Et le chef de la Police locale déclarera : "Nous avons eu moins d'ennuis avec ces 500 000 jeunes qu'avec les touristes ordinaires".
En 1999, un nouveau Woodstock a été mis sur pied mais ce fut une véritable catastrophe : incendies, destructions en masse, bagarres, viols etc. Le temps de l'innocence était bel et bien fini.

Texte - Le briscard de père de Max