Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 10:08
Ce jeudi, Télécongo avait l'occasion de prendre de la hauteur. Raté ! Asie Dominique de Marseil (drôle de nom) animait une émission de commentaires et d'analyses d'après-élection. Sur le plateau, des journalistes - dont un de 3A Télésud - et des hommes politiques (pour la plupart supporters du président réelu). Un seul réprésentant de l'opposition fictive.
Tout le monde, à l'unisson, réconnaissait la large victoire du président sortant. Même Asie Dominique de Marseil, pour qui, la campagne de Denis Sassou Nguesso est un "cas exceptionnel" en Afrique, "une campagne faite dans la finesse et l'intelligence...", à l'image de celle de Barack Obama.
Bémol timide, le représentant de Nick Fylla s'interrogea sur l'origine réelle des sommes amassées par le président durant sa campagne, car, quand on sait l'extrême pauvreté des populations, cela semblait surréaliste. L'adepte du verbe ronflant, Pierre Mabiala, alors, s'emporta : son voisin de table insultait les Congolais. Propos étayé par l'amoureux des formules toutes faites, François Ibovi : "Il suffit qu'un million de Congolais débourse chacun 100 FCFA pour réunir 100 millions FCFA." Il ajouta que le développement du Congo passait par la réelection de Denis Sassou Nguesso.
Un verset commenté par le nouveau champion de la logorrhée, Thierry Moungala.
Quelques minutes plus tôt, deux ex-pseudos-candidats avaient félicité impétueusement, ou plutôt vénéré platement le président pour sa réelection. Pour Engambé, il incombait désormais au président fraîchement réélu de "conduire le bâton de pélérin". Ebina, lui, espéra que Denis Sassou Nguesso tienne compte de leur score...!
Au final, ce fut une émission soporifique. Comme d'habitude !

Bedel Baouna 

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Gri-Gri TV