Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Gri-Gri International           Satirique africain francophone

Né au Gabon en 2001

Devinette à 2 Jeeps : combien de morts au Togo ?

Publié le 12 Mai 2009 par Gri-Gri International in Politique



Faure "Fraude" Gnassingbé (& son papa)

Un mois après le présumé coup d'Etat déjoué contre le président togolais Faure Gnassingbé impliquant son demi-frère Kpatcha Gnassingbé, député à l'Assemblée nationale et ancien ministre de la Défense, les autorités togolaises restent désespérément muettes sur le bilan des affrontements du 12 avril dernier. 

Devinette à 2 jeeps (c'est le nombre de véhicules militaires avec lesquels Kpatcha Gnassingbé était censé préparer un coup d'Etat) : quel est le bilan des événements du 12 avril dernier au Togo des fils du dictateur à vie pendant 40 ans Gnassingbé Eyadéma ? Côté officiel, c'est le silence radio. Tout au plus, le procureur de la République, le bras juridique de Faure « Fraude » Gnassingbé, veut-il bien concéder 25 arrestations. Sans donner aucun nom !
Beaucoup plus « informée », la rue avance, elle, plus d'une dizaine de morts et de blessés. Comment lui donner tort ? Peut-on en toute logique imaginer une attaque à l'arme lourde pendant deux à trois heures sans victimes ? Des sources concordantes font état de la mort de 2 policiers de l'opération « Araignée » et de 2 sous-officiers du Régiment Blindé de Reconnaissance et d'Appui (RBRA). Il s'agit des sergents Sodokpo et Tchaa Kifalang. Ce dernier cousin de la famille Gnassingbé et aide de camp de Kpatcha a été enlevé le 12 avril, après la tentative d'arrestation du député, et retrouvé le lendemain à la morgue de Lomé, le corps criblé de balles. Selon des rumeurs persistantes, Le Lt-Col Félix Kadanga, bras armé de Faure « Fraude » Gnassingbé aurait tué à bout portant 2 de ses propres hommes parce que ces derniers auraient refusé de participer à l'attaque contre le domicile de Kpatcha Gnassingbé. 
Combien de morts ? La question a de beaux jours devant elle. Selon une information de dernière minute, il est désormais interdit de parler de « l'affaire Kpatcha » dans les casernes.

Ekli Koma 

Dessin Pat Masioni