Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • Le Quotidien du Gri-Gri International, premier satirique africain francophone animé par la rédaction
  • : Né au Gabon en 2001, le Gri-Gri International, sur papier, sur le web ou en livres, a pour fonction d'empêcher de dormir les rois nègres, les ministres excessivement coopérants, les experts véreux, les vedettes en bois, les journalistes stipendiés, les marabouts escrocs...
  • Contact

 

  icone-Gri-Gri.jpg

Recherche

Compteur

medias
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 09:31


Il y a quelques jours, nous publions ici même un texte de Jérôme Reijasse, relatif à deux dvd qui revenaient sur les années 80 et les affrontements entre "skinheads" et "antifas(cistes)". Les réactions et commentaires ont été nombreux, vifs et stimulants (il vous est chaudement recommandé d'aller les lire, un peu plus loin dans le blog, Reijasse est peut-être encore meilleur dans ses réponses).
Un revendiqué "vieux lecteur du Gri-Gri" (qu'est-ce qu'il y en a depuis qu'on ne paraît plus sur papier, c'est con qu'on se soit pas rencontrés plutôt, nous et notre public...) se plaint de ceci, ou de cela.
Un autre, plus savant, nous décrète "ethno-différencialistes".
(Tant que c'est pas "antisémites" ou "homophobes", ça va, on endosse tout ce que vous voulez).
Nous, on voulait juste, à l'attention des internautes africains, habitués à n'être perçus qu'à travers le prisme ethnique, présenter un conflit quasi-tribal entre blancs.
(Entre le texte lui-même et les réactions qu'il a suscitées, y'a matière à analyses savoureuses...)
On voulait aussi, tout simplement, dire, après vision des deux films, que celui des skins est mieux. Pas plus, pas moins.

GP

Partager cet article

Published by Gri-Gri International - dans Politique
commenter cet article

commentaires

PopolVu 12/08/2009 09:30

"A noter qu’à la fin de la manifestation, une quinzaine de fafs, passés on ne sait trop comment au travers de l’impressionnant dispositif policier, ont tenté de se frotter au cortège. Ils furent rapidement balayés par le SO et les manifestants. Profitant de l’incident, des policiers en civil tentèrent alors vainement d’interpeller des manifestants antifascistes isolés, mais c’était sans compter sur la réaction rapide du SO de fin de cortège. Cette initiative policière n’est pas sans rappeler la provocation du 1er mai et démontre que certains responsables policiers poussent clairement à l’affrontement « préventif » en espérant ainsi garder la situation sous contrôle. Autant réaffirmer ici que ce ne sont pas les forces du désordre qui nous imposeront leur stratégie…"

Pour éclairer mon propos, je tiens à préciser que je ne milite plus dans aucune organisation, aucun parti, aucune association. Disons que je suis, aujourd'hui, plutôt neutre politiquement parlant.

Cependant, je ne peux m'empêcher d'intervenir une fois de plus sur ce genre de propos qui laissent entendre que la police ferait le jeu des fafs contre les antifa. Ceci est une pure légende, un mythe contraire à la réalité continuellement ressassé par les antifas (ou assimilés, ou prétendus tels) pour justifier leur attitude très souvent déloyale et leur couardise. Toute personne ayant milité dans le milieu dit faf sait très bien les risques pris par rapport au système, dont font allègrement parti les antifas, contrairement au rôle de victimes qu'ils adorent se donner.

ceci dit, je m'en fiche un peu, mais ça me fait doucement rigoler de lire de tels propos, lorsqu'on a connu un tant soit peu la réalité du terrain

Info 03/06/2009 11:52

Publié le 1er juin 2009
par REFLExes

Année après année, le mois de mai confirme son statut de moment fort du calendrier nationaliste en France, avec néanmoins des variations qui ne sont que très largement conjoncturelles. Ainsi le traditionnel défilé en l’honneur de Jeanne d’Arc du FN n’a rassemblé environ que 2000 personnes et les bataillons régionaux étaient squelettiques, signe que les finances sont au plus bas, que ce défilé n’est plus une priorité et que la scission Lang fait sentir ses effets, en particulier chez les vieux cadres du parti. Les effectifs du FNJ étaient cependant tout aussi ridicules et la structure fait bien figure de survivance d’un passé révolu pour le parti. La seule véritable attraction était la présence de Serge "Batskin" Ayoub, qui ne cessait d’étre sollicité par de jeunes fafs, tout émoustillés de se faire prendre en photo avec lui. Il faut dire que la popularité d’Ayoub a bénéficié d’un véritable lifting avec la sortie début 2009 du film "Sur les pavés", production sensée raconter la vie des skins nationalistes en France dans les années 80 mais dont le visionnage rappelle plutôt une oeuvre de propagande à la gloire de l’ancien JNR. Lors de ce défilé, les différents groupuscules nationalistes parisiens, qui d’habitude font l’effort d’assurer une présence minimum, ont, cette fois-ci (une fois n’est pas coutume ?) brillé par leur absence. Le clan Le Pen ne s’est d’ailleurs pas éternisé place Jeanne d’Arc, lieu du discours de Jean-Marie. Sans doute parce que le FN Paris avait prévu, au frais, dans le XVe arrondissement de Paris, un buffet campagnard pour le peu de militants frontistes encore actifs sur la capitale.

Une semaine plus tard, l’extrême droite était de nouveau en ébullition, avec le week-end militant de l’oeuvre Française, prévu les 8, 9 et 10 mai. Ce week-end venait conclure la tournée hexagonale de réunions semi-publiques assurées par l’OF depuis plusieurs mois. Au final, pas de réelles nouveautés, puisque, une fois de plus, les militants et sympathisants de l’OF eurent droit aux discours de Pierre Sidos, Yvan Benedetti, Fabrice « Jérôme » Bourbon (rédacteur en chef adjoint de Rivarol) et André Gandillon (rédacteur en chef de Militant). La seule innovation notable était leur présence officielle aux commémorations du 9 mai, dirigées, cette année, d’une main de fer par Batskin, participation consistant à assister à la messe donnée dans l’église de Saint-Nicolas du Chardonnet (qui a déjà servi, cette année, de QG contre une attaque de militants syndicalistes lors de la mise en place de stands sur le trajet du 1er mai) puis d’assister à un concert dans le XIVe arrdt de Paris. Difficile de tirer un bilan de cette soirée tant les points de vue peuvent varier. Du point de vue de Batskin, c’est indéniablement un succès personnel. Toute la fine fleur du nationalisme français était représentée, de Pierre Vial [1], à Pierre Sidos, de Paul Thore à Hervé Lalin en passant par Cyril Bozonnet. Serge Ayoub peut se targuer d’avoir réussi là où la commémoration avait été l’an passé un retentissant fiasco. La soirée a regroupé plus de 500 militants néo-nazis et le concert a pu se tenir dans une salle paroissiale. Du point de vue des organisations fascistes, seul le Renouveau Français peut également se féliciter du succès de la soirée, ses militants ayant largement assuré la logistique et l’encadrement de la messe, célébration religieuse qui ne peut d’ailleurs que ravir ces tenants de l’idéologie nationaliste et catholique la plus orthodoxe. La présence massive de skinheads néo-nazis montre par ailleurs que ce courant reste fort au sein d’une extrême droite pourtant travaillée par la thématique de la « révolution culturelle » identitaire [2]. Pour autant, pour la première fois depuis 14 ans, les militants fascistes n’auront pas occupé la rue le 9 mai au soir. La volonté du sieur Ayoub d’éviter un nouvel échec qui aurait été peut-être fatal à la mobilisation y est pour beaucoup et cela n’augure rien pour l’année prochaine. La mobilisation antifasciste, aussi imparfaite soit-elle, y est aussi cependant pour quelque chose.

N’en déplaise à certains, les militants et militantes antifascistes du Scalp, de la CNT, de RLF-MLV, de la FA, d’AL, du MQJS et de SUD ont en effet, une fois de plus, uni leurs efforts pour organiser une contre-mobilisation. Celle-ci était placée cette année sous le signe de la mémoire et de l’hommage aux résistants. Plusieurs rendez-vous étaient prévus à cet effet, dont un concert le vendredi soir, organisé par le collectif United Underground et une réunion publique en présence d’un résistant antifranquiste et d’un ancien combattant FTP. Si l’on peut se féliciter du franc succès remporté par le concert donné en soutien aux sans papiers retenus à Vincennes (600 à 700 spectateurs), il est toutefois regrettable qu’une partie du public n’ait pas ressenti le besoin d’assister aux débats du samedi (plus d’une centaine de personnes quand même) et à la manifestation dont le parcours était celui emprunté par les fascistes depuis trois ans.



A noter qu’à la fin de la manifestation, une quinzaine de fafs, passés on ne sait trop comment au travers de l’impressionnant dispositif policier, ont tenté de se frotter au cortège. Ils furent rapidement balayés par le SO et les manifestants. Profitant de l’incident, des policiers en civil tentèrent alors vainement d’interpeller des manifestants antifascistes isolés, mais c’était sans compter sur la réaction rapide du SO de fin de cortège. Cette initiative policière n’est pas sans rappeler la provocation du 1er mai et démontre que certains responsables policiers poussent clairement à l’affrontement « préventif » en espérant ainsi garder la situation sous contrôle. Autant réaffirmer ici que ce ne sont pas les forces du désordre qui nous imposeront leur stratégie…



[1] malgré une belle unité de façade le jour même, Vial s’est fait un malin plaisir dans son compte-rendu du 9 d’allumer les Identitaires et le Renouveau Français pour leur sectarisme !

[2] Cela n’a pas empêché le groupe Hôtel Stella, pseudopode musical du Projet Apache c’est-à-dire des Jeunesses Identitaires d’Ile-de-France, de jouer avec des groupes aussi marqués que Frakass ou Hais et Fiers. Cependant, l’honneur est sauf : Gaetan Bertrand et ses amis ont réussi à empêcher Lemovice de jouer.

JR 11/05/2009 15:52

CA SUFFIT MAINTENANT!!! ARRETEZ DE VOIR DES NAZIS PARTOUT!!! ET SIGNEZ VOS MESSAGES DE VOS VRAIS NOMS, BORDEL!!!

Z 10/05/2009 22:47

Je ne vous décrétait pas ethno-différencialiste ou ségrégationiste. je vous demandais si vous l'étiez.
Puisque sans argument fondé et précis (ceux que vous citez ne tiennent pas la route 10 secondes), vous prenez fait et cause dans votre pseudo-analyse pour un reportage, bourré de mythos et égo-centré sur son réalisateur, glorifiant des personnes qui passaient leur temps à agresser des immigrés.
Merci de votre réponse.
Apparemment le terme ethno-differencialiste ne vous dérange pas.
Nous voila prévenu. Au moins on sait à qui on a à faire.

A la lecture de votre papier, il s'avère que vous ne connaissez rien (ou presque) des sujets développez par les 2 reportages.
Je me demande même si vous avez vu "Antifa : chasseurs..." ou si vous vous basez juste sur des critiques réalisées sur des sites fafs.
Comment pouvez-vous à partir de là écrire un papier critique sur des docus qui parlent de sujet que vous ne maîtrisez pas ?
En plus l'auteur du papier avoue n'en avoir rien à foutre du thème de son papier, pense que de toute façon le débat politique ou/et idéologique n'a plus lieu d'être parce qu'Hitler est mort et crie à la diabolisation voir à la manipulation politique parce que l'on ne partage pas ses idées.

X 10/05/2009 20:56

Citation : "On voulait aussi, tout simplement, dire, après vision des deux films, que celui des skins est mieux. Pas plus, pas moins."

Celui des skins, c'est "Antifa chasseurs de skins fafs", non ?
Car, comme vous le savez, bcp de chasseurs de boneheads étaient skinheads (Ruddy Fox & co).

Gri-Gri TV